Harald Ier (roi de Danemark)

roi du Danemark au Xe siècle
(Redirigé depuis Harald Ier de Danemark)

Harald Ier
Harald Blåtand (Roskilde Domkirke).JPG
Harald
(fresque du XVIe siècle à cathédrale de Roskilde).
Fonction
Roi du Danemark
-
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Harald BlåtandVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoints
Enfants
Autres informations
Étape de canonisation
Harald Sinozęby miejsce śmierci.jpg
Plaque commémorative

Harald Ier (Haraldr Gormsson = fils de Gorm) dit Harald à la dent bleue (en danois Harald Blåtand), né vers et mort à Jomsborg le , est roi de Danemark à partir de 958.

Son surnom de dent bleueModifier

Il n'est pas attesté directement en vieux norrois mais par ses descendants : l'islandais Haraldur blátönn, ce qui suppose un hypothétique Haraldr *blátǫnn.

Blár, « bleu » en vieux norrois, voulait alors aussi dire « sombre ». On peut ainsi supposer que le roi Harald avait les dents gâtées, ce qui lui aurait valu son surnom ; ou bien que, friand de petites baies de couleur violine (myrtilles), il en consommait à outrance, ce qui avait la particularité de colorer la langue, le palais et les dents d'une couleur bleutée.

BiographieModifier

Aigrold roi des Danois ?Modifier

Un certain Hagrold ou Aigrold « roi des Danois », chassé du Danemark par ses fils, trouve refuge avec ses hommes dans l'Ouest du duché de Normandie, aux environs de Cherbourg dans les années 940. Selon Guillaume de Jumièges vers 945, à l'appel du Normand d'origine danoise Bernard, régent du duché de Normandie, « Hérold roi des Danois » intervient avec ses troupes pour aider le jeune duc Richard, en difficulté, et fait prisonnier le roi carolingien Louis d'Outremer qui doit donner des otages pour obtenir sa libération et libérer le jeune Richard qu'il détenait en France. Par la suite, Hérold retourne au Danemark et se réconcilie avec son fils Suénon[1]. Cet épisode a été relaté par Dudon de Saint-Quentin et Guillaume de Jumièges[2]. Il a été proposé d'identifier ce roi Hargold au roi Harald Ier, mais cette hypothèse est peu plausible car reposant sur des chroniqueurs tardifs comme Dudon de Saint-Quentin[3].

En fait, Hagrold était l'oncle (un frère cadet de Gorm l'Ancien) d'Harald Ier et avait régné sur l'île de Fionie pendant plusieurs années[4].

Le roi HaraldModifier

Harald est le fils du roi Gorm de Danemark et de Thyra Klacksdottir[5].

En 934, le roi de Germanie Henri l'Oiseleur avait contraint Gnupa le roi « suédois » d'Hedeby à se soumettre et à recevoir le baptême. Gorm, le père d'Harald, détruit ensuite le royaume de Gnupa avant qu'Harald ne lui succède vers 958. Durant son règne, Harald impose le christianisme dans son royaume et se fait baptiser avec sa famille et sa Hird après qu'un dénommé Poppon envoyé par l'archevêque ait accepté pour prouver sa foi de subir une ordalie[6]. Selon Adam de Brême, en 966 :

« Les Danois furent convertis à la foi par un certain Poppon qui porta en public, sans en éprouver de dommage un fer chauffé à blanc, en forme de gant ». Le chroniqueur ajoute : « À ce spectacle le roi Harald abandonna avec tout son peuple le culte des démons et se mit à adorer le vrai Dieu. Poppon fut élevé à l'épiscopat »[7].

Le roi fait édifier des églises dans ses domaines à Odense et à Roskilde qui s'ajoutent aux implantations d'Hedeby, Ribe et Aarhus imposées à son père en 948. Un chef nommé Odinkar se convertit également et semble être à l'origine de la christianisation des îles et de la Scanie. En 988, il est consacré à Brême évêque missionnaire en Suède et chez les Wagriens.

Harald réussit par ailleurs à imposer dans le sud de la Norvège vers 970 un protectorat danois et entretient des relations avec les Abodrites, qui détruisent Hambourg en 983, en épousant une fille de leur roi Mistivoï[8]. Emund fils d'Eric qui règne en Suède est aussi son allié[9].

 
Pierre runique d'Harald à Jelling, Danemark. La plaque commémorative ci-dessus est à Wolin, Pologne.
 
Le royaume d'Harald (en rouge) et de ses vassaux et alliés (en jaune).

Une des deux inscriptions runiques de la Grosse pierre de Jelling au Jutland érigée à la gloire du roi Harald qui a « fait ce monument en l'honneur de Gorm son père et de Thyre sa mère » lui attribue ensuite le mérite d'avoir « conquis le Danemark et la Norvège et rendu les Danois chrétiens ».

La fin de son règne qui s'est caractérisée par trois grandes évolutions au Danemark: l'unification du royaume, sa conversion, et l'extension de la puissance à l'extérieur; est troublée par les révoltes de son fils Sven soutenu par les païens.

Blessé lors d'un combat, Harald se serait réfugié à Jomsborg chez les Wendes, dans « la cité slave de Jumme », selon Adam de Brême[10] et il serait mort peu après. Son corps est ramené au Danemark et inhumé dans l'église de Roskilde qu'il avait faite édifier en l'honneur de la Sainte-Trinité. Sven est alors proclamé roi[11].

Mariages et descendanceModifier

Il a eu trois épouses[12] :

De ces mariages sont nés trois enfants :

Selon la Jómsvíkinga saga, de sa relation avec Æsa-Saum c'est-à-dire Æsa l'Ourlet (c'est-à-dire: la couturière), une femme d'origine modeste chargée de lui tenir compagnie, lors d'un banquet chez les Jomsvikings, serait né[13] :

  • Sven Ier de Danemark (965-1014), roi du Danemark après avoir détrôné son père, et roi d'Angleterre.

La plaque de CurmsunModifier

 
Avers de la plaque de Curmsun.

Une plaque circulaire en or portant le nom d'Harald et de Jomsborg a refait surface en Suède au cours de l’automne 2014. Ce disque en or presque pur pèse exactement 25,23 g. On peut lire à l'avers l'inscription latine:

+ARALD CVRMSVN+REX AD TANER+SCON+JVMN+CIV ALDIN+[14]

Le revers porte une croix latine entourée de quatre points et d'un cartouche octogonal.

On suppose que cette plaque faisait partie du butin viking découvert au printemps 1841 par Heinrich Boldt[15],[16],[17] (aïeul des producteurs Ben et Casey Affleck) dans le village polonais de Wiejkowo, non loin de Wolin.

Découverte du trésor de l'île de Rügen ()Modifier

En , un jeune écolier de 13 ans, Luca Malaschnitschenko[18],[19], et un archéologue amateur, René Schön, découvrent une pièce dans un champ situé sur l'île de Rügen. Les autorités procèdent à l'excavation du trésor les et .

Le trésor présente une centaine de pièces, des perles, un marteau de Thor, très rare, des broches et des anneaux brisés qui ont pu appartenir à Harald. Les pièces sont datées du règne de Harald. Des objets plus anciens sont également rapportés, un dirham de Damas transformé en bijou et datant de 714.

Il est plausible que ce trésor ait été caché par l'entourage de Harald qui, après avoir perdu une bataille contre son propre fils Sven, en 986, a fui en Poméranie où il est mort peu après (986 ou 987).

Des bijoux de la même époque avaient déjà été découverts sur l'île de Hiddensee, à la fin du XIXe siècle.

À l’origine du BluetoothModifier

Un consortium d'industriels scandinaves (dont Nokia et Ericsson) a utilisé son surnom, traduit en anglais, comme marque d'une norme de communication sans fil entre objets : le Bluetooth[20].

Le logo de cette technique est d'ailleurs inspiré des initiales runiques du roi Harald Blåtand :   (Hagall) (ᚼ) et   (Bjarkan) (ᛒ) qui donnent  .

Culture populaireModifier

Il est le dirigeant des Danois dans le jeu vidéo Civilization V par Firaxis Games, sorti en 2010.

Notes et référencesModifier

  1. Guillaume de Jumièges Histoire des Normands Sources de l'Histoire de France, édition Paleo, Clermont-Ferrand, 2004 (ISBN 2849090980) chapitre VII p. 103-105 & chapitre IX p. 107-108.
  2. Pierre Bouet, Rollon, éd. Tallandier, 2016, p. 142.
  3. Lucien Musset Les peuples scandinaves au Moyen Âge Presses universitaires de France, Paris, 1951, p. 83 note no 4.
  4. (en) Sven Rosborn, The Viking King's Golden Treasure. About the discovery of a lost manuscript, Harald Bluetooth's grave and the location of the fortress of Jomsborg, Malmö, , p. 325.
  5. "-dottir" (ou "-dotti" ?) pour "fille de", comme encore aujourd'hui en Islande. "-son" pour fils de : Harald est aussi nommé "Harald Gormsson".
  6. Peter Brent Les Vikings, Tallandier, Paris, 1978 (ISBN 2501000692) p. 160.
  7. Histoire des archevêques de Hambourg, Livre II, chapitre 25, scholie 20, p. 83.
  8. Lucien Musset op. cit., p. 83.
  9. Adam de Brême, Histoire des archevêques de Hambourg, Gallimard (ISBN 2070744647) Livre II, chapitre 25, p. 83.
  10. Cité par Palle Lauring, Geschichte Dänemarks, Neumünster, Wachholtz, , p. 48.
  11. Adam de Brême, op. cit., Livre II, chapitre 27-28, p. 85-87.
  12. (de) Europäische Stammtafeln, Francfort-sur-le-Main,, Vittorio Klostermann Gmbh, (ISBN 3465032926), Die Nachkommen von König Gorm dem Alten von Dänemark I , Volume III, Tafel 97.
  13. (en) The Saga of the Jomsvikings, traduction de N.F. Blake Thomas Nelson and Sons Ltd 1962, chapitre 10 p. 11.
  14. S. Rosborn, « A unique object from Harald Bluetooth´s time? », Pilemedia, Malmö,‎ , p. 4-5 (lire en ligne) propose de traduire cela par « Harald Gormsson, roi des Danes, de Scanie, de Jomsborg, de la ville d'Aldinborg ».
  15. (en) Sven Rosborn, The Viking King's Golden Treasure. About the discovery of a lost manuscript, Harald Bluetooth's grave and the location of the fortress of Jomsborg, Malmö, , p. 184-206 & 231-266.
  16. (en) Sven Rosborn, « A unique object from Harald Bluetooth's time », Academia, (consulté le ).
  17. « A treasure associated with Ben Affleck in the hands of a Polish family », sur TVN News, .
  18. http://www.lefigaro.fr › International.
  19. https://www.parismatch.com/Royal-Blog/famille-royale-Danemark/Un-enfant-a-retrouve-le-tresor-d-Harald-la-Dent-bleue-1497854.
  20. Jim Kardach, « Tech History: How Bluetooth got its name », EE Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Sources primairesModifier

  • Adam de Brême, traduit et présenté par Jean-Baptiste Brunet-Jailly, Histoire des archevêques de Hambourg, Paris, Gallimard, coll. « L'aube des peuples », , 318 p. (ISBN 2070744647), Livre I 59, Livre 2 3,25,27-9,30, Scholie n°20.
  • (en) Avico, « Excerpts from "Gesta Wulinensis ecclesiae pontificum" », Sven Rosborn & Tomas Sielski, The Viking King's Golden Treasure. About the discovery of a lost manuscript, Harald Bluetooth's grave and the location of the fortress of Jomsborg, Malmö, Rivengate AB, 2021 (ISBN 978-91-986780-1-7), p. 325-355.
  • Guillaume de Jumièges Histoire des Normands Sources de l'Histoire de France, édition Paleo, Clermont-Ferrand, 2004 (ISBN 2849090980).
  • Saxo Grammaticus traduit par Jean-Pierre Troadec présentée par François-Xavier Dillmann, La Geste des Danois, Livre I - IX, Paris, Gallimard, coll. « l'aube des peuples », (ISBN 2070729036), p. 411-414.
  • Snorri Sturluson présenté et annoté par François-Xavier Dillmann, Histoire des rois de Norvège première partie, Paris, Gallimard, coll. « l'aube des peuples », (ISBN 2070732118), p. 172, 173, 185, 220-21, 231, 232, 233-36, 238-39, 246-47, 250, 251-52, 253-54, 255-56, 262-63, 263-64, 265-66, 289, 290, 327, 329.
  • Simon Lebouteiller (traduit du norrois et présenté), La Saga des rois de Danemark Knýtlinga saga, Toulouse, Anacharis, , 253 p. (ISBN 9791027904129), p. 49-53.

Sources secondairesModifier

Liens externesModifier