Hockey Club Fribourg-Gottéron

équipe de hockey suisse
(Redirigé depuis HC Fribourg-Gottéron)

Le Hockey Club Fribourg-Gottéron, couramment abrégé en HC Fribourg-Gottéron, Fribourg-Gottéron, Gottéron ou encore HCFG, est un club de hockey sur glace situé à Fribourg, en Suisse, dans le canton du même nom. Le club existe depuis 1937 et évolue en National League depuis 1980, ce qui en fait le pensionnaire établi en NL actuelle le plus ancien.

Hockey Club Fribourg-Gottéron
Description de l'image Hockey Club Fribourg-Gotteron.svg.
Fondation 1937
Siège 1701 Fribourg
Patinoire (aréna) BCF-Arena
(9 095 places)
Couleurs Noir, blanc et bleu
                 
Ligue National League
Capitaine Julien Sprunger
Entraîneur-chef Christian Dubé
Directeur général John Gobbi
Président Hubert Waeber
Site web www.gotteron.ch
Pour la saison en cours, voir :
Championnat de Suisse de hockey sur glace 2023-2024

Historique modifier

Appellation du club modifier

Cette section présente les noms officiels qu'a portés le club depuis le début de son existence[1].

  • 1938 à 1967 : Hockey-Club Gottéron
  • 1967 à 1980 : HC Fribourg
  • 1980 à 1997 : HC Fribourg-Gottéron
  • Depuis 1997 : HC Fribourg-Gottéron S.A.

Les premières années dans les championnats régionaux modifier

 
Le Gottéron, cours d'eau qui traverse en largeur une partie du canton de Fribourg, a donné son nom à l'équipe.

Le Hockey-Club Gottéron est fondé officiellement en 1938 par six jeunes de la Basse-Ville (vieille ville) de Fribourg : Eugène Jaeger, Albert et Joseph Jelk, Jean Mulhauser, Walter Schieferdecker et Alphonse Zahno. Ceux-ci ont eu idée de le créer le 1er décembre 1937. Il doit son nom au fait que les joueurs créent alors leur propre glace en transportant de l'eau du Gottéron voisin[2].

Dans les premiers temps, l'équipe joue contre les équipes des autres quartiers, principalement contre le HC Tirlibaum et le HC International[1]. Supérieur à plusieurs reprises, il fusionne avec ces derniers et la commune donne un nouveau terrain aux joueurs : le terrain des Augustins. En 1940-1941, le club intègre le championnat de hockey régional en son plus bas niveau, la série B, et, quatre ans plus tard, termine à la première place de son groupe. Au début de la saison suivante, Walter Essig, joueur international, s'installe dans la ville de Fribourg et devient le premier entraîneur officiel de l'équipe[2]. En 1946-1947, l'équipe joue son premier match amical international contre une équipe d'Amsterdam, pour une victoire 12-2[3].

C'est finalement en 1952-1953 que le club de Gottéron se hisse pour la première fois de son histoire en Ligue nationale B[1] en battant le barragiste de la LNB, l'équipe du EHC Thalwil[4]. L'équipe compte alors le premier renfort étranger de son histoire en la personne de Wolfgang Gosnik, joueur autrichien, et bat Thalwil 12-2. Essig prend alors sa retraite d'entraîneur et Gosnik le remplace sur le banc de l'équipe[2].

La Ligue nationale B modifier

Années 1950 modifier

Le club termine sa première saison en LNB à la troisième place du classement des cinq équipes avec quatre victoires en neuf rencontres disputées[5], puis lors de la saison suivante, Fredy Streun, ancien international champion d'Europe en 1950 avec la Suisse[6], devient entraîneur de l'équipe[7]. Lors de sa deuxième saison en LNB, l'équipe de Fribourg termine en tête de sa poule avec les deux autres meilleures équipes de poules. Finalement, le HC La Chaux-de-Fonds accède à la Ligue nationale A aux dépens de Gottéron et de Kloten. La Chaux-de-Fonds inflige un revers 19-1 à l'équipe de Streun[8]. L'équipe change une nouvelle fois d'entraîneur avant le début de la saison 1955-1956 et met en place Jimmy Raesbeck, joueur américain, au double poste d'entraîneur-joueur[7].

Néanmoins, depuis des années déjà, le club souffre de jouer sur une glace naturelle qui n'assure pas de pouvoir jouer toute l'année dans de bonnes conditions. La Coopérative de la patinoire du HC Gottéron est alors créée en 1956 et le lieu-dit Les Augustins est choisi pour accueillir une patinoire artificielle[1]. La patinoire est inaugurée et bénie par le curé local le . Les entraîneurs se succèdent à la tête de l'équipe avec les passages de joueurs-entraîneurs canadiens tels que Mike O'Brien ou encore Raymond Maisonneuve[7]. Quand ce dernier arrive dans la ville suisse, Jaeger, fondateur du club, fait toujours partie des dirigeants et est chargé de lui trouver un appartement[9].

Maisonneuve est le premier entraîneur depuis cinq ans à ne pas quitter le club lors de l'inter-saison 1958. Par contre, la direction du club change en 1959 avec le départ d'Aebischer de la tête de l'équipe, remplacé par Franz Spicher, alors qu'un Canadien en remplace un autre avec Bruce Hamilton prenant la place de Maisonneuve[7]. La différence est alors qu'à partir de cette saison 1959-1960, la Fédération suisse décide d'exclure les joueurs étrangers du championnat[10].

Années 1960 modifier

À la fin de la saison 1960-1961, l'équipe termine à la première place du classement du groupe Ouest à égalité de points avec La Chaux-de-Fonds. Un match de barrage a donc lieu pour savoir laquelle des deux équipes a le droit de jouer la finale de la LNB pour les barrages de promotion en LNA. Remportant le match 6-1 contre la Chaux-de-Fonds, l'équipe de Fribourg joue sa finale contre Langnau. Ce sont deux défaites d'un but à chaque fois qui viennent conclure la plus belle saison de l'histoire du club[11].

Pour commencer la saison 1964-1965, les habitudes sont toujours les mêmes du côté du banc de l'équipe et le Canadien André Girard prend le poste d'entraîneur, mais encore une fois il ne reste en place qu'une seule saison. Il est remplacé par Reto Delnon, limogé du poste d'entraîneur de l'équipe nationale en pour son appartenance au Parti ouvrier et populaire[12]. Après une saison à vide, Delnon décide de revenir au jeu pour aider ses joueurs pour la saison 1963-1964. Le club ne se sauve qu'en remportant les trois derniers matchs de la saison, dont le dernier grâce à un coup du chapeau de Delnon[7].

Années 1970 modifier

La première moitié des années 1970 est positive, avec des saisons terminées dans les premières places. En 1976, le club est relégué en 1ère Ligue. L'année suivante, il termine premier de son groupe, et s'incline 2-1 dans la série de finale contre Neuchâtel, qui sauve sa place en LNB. En 1978, c'est la bonne : Fribourg, à nouveau premier de son groupe, est promu en LNB grâce à sa victoire en deux matchs contre Martigny.

Pour son retour en LNB, Fribourg termine en sixième position. La saison 1979-1980 voit le club terminer deuxième du groupe Ouest. Place au groupe promotion...

La Ligue nationale A, les grandes dates modifier

Années 1980 : promotion modifier

 
L'équipe de 1980, celle de l'accession à la LNA, trente ans plus tard dans la vallée du Gottéron.

Le , le HC Fribourg est promu en Ligue nationale A, en battant le superfavori Zurich par 6-0, sous la houlette de Gaston Pelletier. Le club est renommé HC Fribourg-Gottéron la même année.

En 1982, le club de la basse ville de Fribourg déménage, une nouvelle patinoire est construite : Saint-Léonard. Pour sa troisième saison dans l'élite, Fribourg termine en deuxième position, synonyme de vice-champion, et troisième l'année suivante.

Au début de l'année 1988, le club fait face à de graves soucis financiers. L'opération "Sauvez Gottéron" est lancée et couronnée de succès.

Années 1990 : trois finales consécutives modifier

Le , les Russes Viatcheslav Bykov et Andreï Khomoutov intègrent le club, après l'annonce de leur transfert au mois de mars par le président Jean Martinet au sommet du Moléson. Le duo a pourtant été drafté en NHL par les Nordiques de Québec l'année précédente, en positions 169 et 190. Ils en seront des éléments importants du club durant huit saisons.

En 1992, Fribourg-Gottéron se qualifie pour les play-off. Gottéron domine Ambrì-Piotta en demi-finale, avant de s'incliner, en finale, face au CP Berne.

Lors de la saison 1992-1993, Fribourg-Gottéron participe à la Coupe Spengler. En saison régulière, les « jaune et noir » terminent à la deuxième place et entament les play-off en dominant Zurich, puis Ambrì-Piotta. Malgré quelques complications dues à des blessures, Fribourg parvient à se qualifier pour la finale. Mais le titre de champion échappe de nouveau à l'équipe, battue par Kloten.

Lors de la saison 1993-1994, Fribourg domine la saison régulière, et se retrouve une nouvelle fois en finale contre Kloten, pour une nouvelle défaite. Le titre de champion lui échappe ainsi pour la troisième fois consécutive.

Lors des saisons 1994-1995 et 1995-1996, Fribourg se tient dans le milieu du classement de LNA. L'année suivante, le club se retrouve 2e au terme de la saison régulière et se qualifie pour les demi-finales des play-off ainsi que pour la Ligue européenne.

Le , Fribourg-Gottéron devient une société anonyme.

Années 2000 : difficultés et séries historiques modifier

 
Fribourg-Gottéron (en blanc) à Davos en octobre 2005, au coup d'envoi d'une victoire 5-2.

Depuis la saison 2003-2004, Fribourg-Gottéron ne se qualifie plus pour les séries finales, étant chaque année condamné aux play-out. Cependant, Gottéron se maintient en LNA.

En 2006, afin de se conserver sa place en LNA, Gottéron doit même jouer les barrages contre le HC Bienne, champion de LNB. Les Dragons évitent la relégation en s'imposant 4-2. Les problèmes financiers sont également importants.

Le , après une qualification in-extremis pour les séries finales, Gottéron élimine le CP Berne, grand dominateur de la saison régulière et rival historique des Fribourgeois, en remportant la série de quarts de finale 4 à 2 grâce à 4 victoires en prolongations. Fribourg s'incline ensuite en demi-finale contre l'autre club romand, Genève-Servette Hockey Club, 4-1 dans la série.

Le , lors des quarts de finale des play-off, Gottéron élimine les ZSC Lions, champion de Suisse et d'Europe en titre, en remportant la série 4-0, mais se fait éliminer, le , en demi-finale des play-off, 4 à 3 dans la série contre le HC Davos, alors qu'il menait 3-1 dans la série.

Années 2010 : cinquième finale modifier

 
Fribourg-Gottéron après une victoire 3-1 contre Langnau en janvier 2010.

Le , Fribourg-Gottéron remporte sa demi-finale 4-1 contre les Zurich Lions[13] et se qualifie pour sa quatrième finale, où il affronte le CP Berne. Mené 2 victoires à 0 par les Bernois, Gottéron parvient à revenir à 2 partout, mais s'incline en six matches : c'est la quatrième défaite fribourgeoise en finale, après 1992, 1993 et 1994, et le cinquième titre de vice-champion, avec en outre 1983.

La saison 2016-2017 est particulièrement difficile en National League, avec une 11e et dernière place, et un sauvetage en finale de playouts contre le HC Ambri-Piotta. Mais, paradoxalement, le club parvient à se hisser en demi-finale de Champions Hockey League, où il s'incline 9-1 (5-1 et 4-0) contre Frölunda, futur vainqueur de la compétition.

Années 2020 : renaissance modifier

La nouvelle BCF Arena est inaugurée en octobre 2020, après deux ans de travaux, permettant au club de réellement se professionnaliser.

Fribourg-Gottéron termine les saisons 2020-2021 et 2021-2022 aux troisièmes et deuxièmes rangs, respectivement, sous les ordres de Christian Dubé. Les Dragons sont toutefois éliminés en quarts de finale (défaite 4-1 contre Genève) et en demi-finale (défaite 4-0 contre Zurich après avoir éliminé Lausanne 4-1). En 2022-2023, le club échoue en pré-playoffs face à Lugano.

Palmarès modifier

Image modifier

Emblème modifier

Le dragon de Gottéron... La légende est racontée pour la première fois en 1840 par l'auteur fribourgeois Franz Kuenlin. Plus d'un siècle plus tard, German Kolly (Sagen und Märchen aus dem Senseland) et Nikolaus Bongard (Sensler Sagen) l'ont racontée à nouveau et fait connaître. Ainsi, une ou plusieurs bêtes mythiques habitaient dans des grottes de la Vallée du Gottéron, entre Fribourg et Tafers, qui sont encore visibles aujourd'hui et nommées "les trous des fantômes". Du bétail aurait été dévoré chaque semaine, notamment à Menziswil, et les intrépides promeneurs étaient pourchassés[14].

Toutefois, selon l'expert en légendes Christian Schmutz, il ne s'agirait pas de dragons, mais de lindworms, un mélange de dragon et de serpent, avec des ailes qui ne lui permettent pas de voler[14]. On peut en entendre le cri lorsque le vent souffle suffisamment fort en hiver[15].

 
L'ancien joueur Jean Lussier en 2010, avec le Dragon d'Hubert Audriaz et la mascotte en fond, ainsi que l'ancien logo du club sur le torse.

Le club de Fribourg-Gottéron est représenté par un dragon depuis plus de trente ans. En effet, lors d'une rencontre avec le président de l'époque, l'artiste fribourgois Hubert Audriaz lui suggère de changer de logo pour "un logo pour les jeunes, un logo qui fait rêver et un logo avec une légende". L'artiste crée ainsi, au début des années 1990, un maillot avec un dragon vert comme logo, qui fait l'unanimité. Celui-ci devient l'emblème du club, faisant de Fribourg le premier club avec un totem. Le premier maillot officiel de Fribourg-Gottéron avec l'animal légendaire est celui de la saison 1994-1995[14].

Ensuite, en février 1998, Hubert Audriaz développe un dragon pour l'entrée des joueurs, et personne en Suisse n'avait encore quelque chose du genre. Le dragon mécanique de l'artiste vit ses derniers matchs en mars 2018, après vingt ans de services, et est depuis entreposé dans l'atelier de celui qui est surnommé le "Magicien de la Basse-Ville". Il est remplacé par un dragon gonflable pour la nouvelle BCF Arena fraîchement rénovée[15],[14].

En 2013, au cours de la dernière finale de National League de Fribourg-Gottéron, des fans se sont recueillis dans les grottes de la vallée[14].

modifier

Fribourg-Gottéron arbore un logo inspiré de celui du Canadien de Montréal, avec un grand "C" bleu, un "F" rouge et les trois tours de la ville en blanc jusqu'en 1994, avec quelques modifications mineures avec le temps. A partir de cette année-là, un dragon vert est ajouté derrière, l'animal apparaissant derrière le logo, puis le tenant entre ses pattes la saison suivante[16]. L'idée est celle d'Hubert Audriaz[17],[14].

A partir de 2001, le dragon vert est conservé, mais le logo central devient un "FG" avec le "F" en bleu entouré d'un "G" rouge. En 2007, le dragon est abandonné et seul le "FG" perdure sur les maillots[16].

En 2010, Fribourg opte pour un logo avec un dragon bleu, sans "FG"[18]. Celui-ci est remplacé en 2015 par un nouveau dragon vert et noir, différent du précédent de 1994-2007, qui reprend le "FG" devant sa poitrine, tenu par ses pattes[18].

En 2017, à l'occasion de la saison du 80e anniversaire du club, le HCFG modifie son logo en rendant le dragon noir et en l'insérant dans un triangle équilatéral posé sur la pointe, comme d'historiques maillots du club[19]. L'année suivante, le triangle est resseré et le dragon adapté, mais l'idée reste la même. Depuis cette année-là, le maillot domicile n'arbore que le "FG", tandis que l'extérieur propose le logo "triangulaire"[16].

Soutien modifier

 
Un tifo des ultras du club, les Fribvrgensis, en avril 2022

Fan's Clubs modifier

En 2024, Fribourg-Gottéron compte neuf fan's clubs officiels. Ce sont le Fan's Club de la Gruyère, le Fan's Club Broye, le Fan's Club Mittelland, le Fan's Club Sense, le Fan's Club Black Eagles, le Fan's Club White Buck, les Magic Dragons Gottéron - Dragons Tessinois, le Fanclub Dragon Eye et le Fansclub Black-White Fribourg[20]. Chacun possède un emplacement précis et un grand drapeau à son effigie.

Kop Nord Fribourg modifier

Au niveau du mouvement ultras, Fribourg-Gottéron est représenté en 2024 par deux groupes et un sous-groupe. Il s'agit principalement des Fribvrgensis XIV (créés en 2014), de leur groupe des jeunes, les Heredes XVII (créés en 2017), ainsi que, du côté suisse allemand, des Fanatics Fribourg (créés en 2016)[21]. Le premier nommé est responsable de l'animation de la tribune debout, avec capo, hauts-parleurs et tifos. Ensemble, les trois groupes forment le "Kop Nord Fribourg"[22].

Entre 2002 et 2012 existaient les Fribourg Boys 02. Ceux-ci ont opté pour la dissolution en raison de problèmes avec la direction du club[23].

Depuis septembre 2004 perdure une connexion avec les supporters du FC Metz, précisément avec la Tribune Ouest de Saint-Symphorien, où le groupe ultras Génération Grenat 1995 (GG95) prend place. Officiellement dissoute en avril 2022, la GG95 a entièrement confié son rôle à la Gruppa Metz, créée en 2012, avec qui des liens existent encore, sans amitié officielle[24].

Six ans et demi plus tard, en avril 2011, débute officiellement l'amitié entre les supporters fribourgeois et ceux du SV Eintracht Trier 05, à Trèves, en Allemagne. Les groupes concernés sont avant tout Insane Ultra 08 et leur groupe des jeunes, la Blaue Jugend[25],[26].

Rivalités modifier

Berne modifier

Le principal rival historique de Fribourg-Gottéron est le CP Berne, le club de la capitale. Tout comme Fribourg l'est en 1157, la ville de Berne est fondée par la famille Zaehringen 34 ans plus tard, en 1191, une trentaine de kilomètres plus au Nord[27].

Cela donne lieu au Derby des Zaehringen, considéré comme l'un des principaux derbys du hockey suisse. Les spécialistes le voient en outre comme le plus enflammé du pays, ex-æquo avec le Derby Tessinois (Ambri-Lugano)[28],[27].

Le premier affrontement entre les deux équipes date de la saison 1971-1972. Il a lieu à Berne, devant 16'137 spectateurs, alors qu'ils évoluent en Ligue B. Résultat : une victoire 4-3 pour l'équipe à domicile[27].

Entre 2002 et 2017, quelques 87 matchs officiels ont lieu entre les deux équipes. Ce sont 70 en saison régulière et 17 en playoffs. Les Ours mènent le bal : 44/70 en championnat, et 10/17 en séries pour le titre. Cela fait un total de seulement 37% de victoires pour Fribourg[29].

Genève modifier

Les matchs contre le Genève-Servette HC sont souvent considérés comme le Derby Romand. Cette appellation est toutefois controversée et ne colle pas à la définition d'un derby[27].

Ces dernières années et surtout depuis 2019, les rencontres sont toutefois sous tension, notamment dans les tribunes. Les débordements et actions contre l'adversaire (tifos, banderoles, drapeaux...) sont nombreux[30],[31].

Personnalités du club modifier

Joueurs modifier

Effectif actuel modifier

Effectif au 22 août 2023.[32]
No NomNat. PositionArrivée
+001, Galley, LoicLoic Galley   Gardien Formé au club
+020, Berra, RetoReto Berra   Gardien 2018 - Ducks d’Anaheim
+039, Rüegger, BryanBryan Rüegger   Gardien 2023 - HC Thurgau
+005, Seiler, SimonSimon Seiler   Défenseur 2022 - EHC Olten
+007, Jecker, BenoîtBenoît Jecker   Défenseur 2020 - HC Lugano
+011, Dufner, MauroMauro Dufner   Défenseur 2021 - SC Rapperswil-Jona
+016, Diaz, RaphaelRaphael Diaz   Défenseur 2021 - EV Zug
+018, Gunderson, RyanRyan Gunderson   Défenseur 2019 - Brynäs IF
+022, Sutter, DaveDave Sutter     Défenseur 2020 - ZSC Lions
+074, Borgman, AndreasAndreas Borgman   Défenseur 2023 - Frölunda HC
+077, Streule, MaximilianMaximilian Streule   Défenseur 2023 - Blainville-Boisbriand Armada
+009, Sorensen, MarcusMarcus Sorensen   Attaquant 2022 - Djurgårdens IF
+021, Jörg, MauroMauro Jörg   Attaquant 2020 - Lausanne Hockey Club
+023, Walser, SamuelSamuel Walser   Attaquant 2018 - HC Davos
+028, Bertschy, ChristophChristoph Bertschy   Attaquant 2022 - Lausanne Hockey Club
+032, Wallmark, LucasLucas Wallmark   Attaquant 2023 - ZSC Lions
+037, Nicolet, KevinKevin Nicolet   Attaquant Formé au club
+071, Mottet, KillianKillian Mottet   Attaquant Formé au club
+073, Schmid, SandroSandro Schmid   Attaquant Formé au club
+075, Binias, DominikDominik Binias   Attaquant Formé au club
+079, Etter, KevinKevin Etter   Attaquant Formé au club
+086, Sprunger, JulienJulien Sprunger   Attaquant Formé au club
+088, DiDomenico, ChrisChris DiDomenico   Attaquant 2023 - SC Bern
+089, Bykov, AndreïAndreï Bykov     Attaquant Formé au club
+095, de la Rose, JacobJacob de la Rose   Attaquant 2022 - Färjestad BK
+097, Marchon, NathanNathan Marchon   Attaquant Formé au club

Numéros retirés modifier

Trophées internes modifier

Dans le cadre du 75e anniversaire du club sont remis pour la première fois des trophées internes au club[33]. Le trophée Bykov/Khomoutov est remis en l’honneur des deux joueurs russes Viatcheslav Bykov et Andreï Khomoutov au joueur le plus utile de la saison, le trophée Jean Lussier en l’honneur de l’attaquant canadien Jean Lussier au meilleur attaquant, le trophée Paul-André Cadieux en l’honneur du défenseur et entraîneur canadien Paul-André Cadieux au meilleur défenseur, le trophée Gaston Pelletier en l’honneur de l’entraîneur canadien Gaston Pelletier au joueur le plus méritant selon les entraîneurs et le trophée Laurent Haymoz est décerné en l’honneur de l’ancien président, mort en , à une figure emblématique du club.

Récompenses annuelles
Saison Trophée
Bykov/Khomoutov
Trophée
Jean Lussier
Trophée
Paul-André Cadieux
Trophée
Gaston Pelletier
Trophée
Laurent Haymoz
2012-2013 Benjamin Conz Andreï Bykov Joel Kwiatkowski Benjamin Plüss Shawn Heins
2013-2014 Gregory Mauldin Benjamin Plüss Joel Kwiatkowski Christian Dubé Bruno Knutti
2014-2015[34] Marc-Antoine Pouliot Marc-Antoine Pouliot Jérémie Kamerzin John Fritsche Sandy Jeannin
2015-2016[35] Julien Sprunger Julien Sprunger Alexandre Picard Ryan Gardner Benjamin Plüss et Michael Ngoy
2016-2017[36] Julien Sprunger Roman Červenka Marc Abplanalp Gregory Mauldin Marie-Jo Röbig
2017-2018[37] James Slater Roman Červenka Ralph Stalder Matthias Rossi Caryl Neuenschwander
2018-2019[38] Reto Berra James Slater Jonas Holøs Laurent Meunier Michel Volet
2019-2020[39] Reto Berra Killian Mottet Ryan Gunderson Ralph Stalder Club les Étoiles
2020-2021[40] David Desharnais Killian Mottet Ryan Gunderson Samuel Walser Marc Abplanalp
2021-2022 Reto Berra Christopher DiDomenico Ryan Gunderson Nathan Marchon Raphaël Berger
2022-2023 Ryan Gunderson David Desharnais Ryan Gunderson Connor Hughes -
2023-2024 Reto Berra Marcus Sörensen Ryan Gunderson Maximilian Streule Andrei Bykov

Entraîneurs modifier

  • 1938-1945 : aucun
  • 1945-1953 : Walter Essig
  • 1953-1954 : Wolfgang Gosnik
  • 1954-1955 : Fredy Streun
  • 1955-1956 : Jimmy Raesbeck
  • 1956-1957 : Mike O'Brien
  • 1957-1959 : Raymond Maisonneuve
  • 1959-1962 : Bruce Hamilton
  • 1962-1963 : André Girard
  • 1963-1966 : Reto Delnon (remplacement au cours de la saison 1966-1967)
  • 1967 : Jean-Marie Schaller (remplacement au cours de la saison 1966-1967)
  • 1967 : Reto Delnon (appelé pour sauver le club de la relégation)
  • 1967-1969 : Michel Wehrli (remplacement au cours de la saison 1968-1969)
  • 1968-1970 : Tim Haines
  • 1970-1971 : Peter Schmidt
  • 1971-1972 : Germain Bourgeois
  • 1972-1973 : Reynald Lacroix
  • 1973-1974 : Peter Schmidt
  • 1974 : Reto Delnon (remplacement au cours de la saison 1974-1975)
  • 1974-1975 : Gérald Aucoin
  • 1975-1976 : Germain Bourgeois
  • 1976-1977 : Maurice Renevey
  • 1977-1978 : Raymond Maisonneuve (remplacement au cours de la saison 1978-1979)
  • 1978-1982 : Gaston Pelletier
  • 1982-1985 : Paul-André Cadieux
  • 1985-1987 : Kent Ruhnke (remplacement au cours de la saison 1986-1987)
  • 1987 : Bengt Ohlson (ne passe que la fin de la saison 1986-1987 au club)
  • 1987-1990 : Mike McNamara et Rémy Lévesque (remplacement au cours de la saison 1989-90)
  • 1990-1995 : Paul-André Cadieux
  • 1995-1996 : Kjell Larsson (remplacement au cours de la saison 1996-1997 par Marc Leuenberger, ad interim)
  • 1996-1999 : André Peloffy (limogé en )
  • 1999 : Rudolf Raemy et Andreï Khomoutov (par intérim en fin de saison 1998-1999)
  • 1999 : Ueli Schwarz (entre le début de saison 1999-2000 et )
  • 1999-2000 : Colin Muller (entre et la fin de saison 1999-2000)
  • 2000-2002 : Serge Pelletier
  • 2002-2003 : Colin Muller
  • 2003-2004 : Ievgueni Popichine (remplacement au cours de la saison 2003-2004)
  • 2004-2006 : Mike McParland (arrivé en )
  • 2006-2011 : Serge Pelletier (remplacement au cours de la saison 2010-2011)
  • 2011 : René Matte (ad interim en fin de saison 2010-2011)
  • 2011-2014 : Hans Kossmann (remplacement au cours de la saison 2014-2015[41])
  • 2014 : René Matte et Dany Gelinas (duo ad interim en début de saison 2014-2015)
  • 2014-2016 : Gerd Zenhäusern[42] (remplacement au cours de la saison 2016-2017)
  • 2016-2017 : Larry Huras
  • 2017-2019 : Mark French
  • Depuis 2019 : Christian Dubé, qui remplace Mark French en cours de saison

Présidents modifier

  • 1938-1940 : Jean-Jacques Brohy
  • 1940-1941 : Pierre Nawratil
  • 1941-1942 : Paul Bückelmann
  • 1942-1946 : René Castella
  • 1946-1950 : Robert Schieferdecker
  • 1950-1960 : Fernand Aebischer
  • 1960-1966 : Franz Spicher
  • 1966-1967 : Maurice Bouquet
  • 1967-1972 : Luigi Musy
  • 1972-1977 : Jean-Pierre Dorthe
  • 1977-1984 : Anton Cottier
  • 1984-1986 : Walter Hofstetter
  • 1986-1988 : Serge Chammartin
  • 1988-1992 : Jean Martinet
  • 1992-1995 : Yves Cantin
  • 1995-1996 : Richard Waeber
  • 1996-2001 : Gaston Henri Baudet
  • 2001-2004 : Antoine Roulin
  • 2004-2006 : Laurent Schneuwly (démission en novembre 2006)
  • 2006-2010 : Daniel Baudin
  • 2010-2013 : Laurent Haymoz (décès en février 2013)
  • 2013-2014 : Charles Phillot (démission en novembre 2014)
  • 2014-2019 : Michel Volet
  • Depuis 2019 : Hubert Waeber

Bilan saison par saison modifier

Records modifier

  • Depuis le 28 avril 2018 et la relégation de l'EHC Kloten, Fribourg-Gottéron est l'équipe dont la dernière promotion en National League est la plus ancienne (1980, contre jusqu'alors 1962 pour Kloten)[43].
  • Le , Fribourg-Gottéron établit, grâce à sa victoire 5-3 contre le CP Berne, à la BCF Arena, son nouveau record de dix victoires consécutives dans le temps réglementaire (le précédent, neuf, datant de la saison 1991-1992)[44].
  • Trois jours plus tard, le 22 octobre 2021, Fribourg-Gottéron devient la première équipe à engranger les 18 points mis en jeu en phase de groupe de Champions Hockey League, depuis l'introduction du système à 4 équipes en 2017[45].
  • Le 1er mars 2022, en battant l'EV Zoug sur le score de 6-2, les Dragons établissent un nouveau record de 13 victoires consécutives à domicile[46].
  • Le 11 mars 2022, Fribourg passe pour la première fois de son histoire le cap des 200'000 spectateurs sur la saison[47], pour un nombre record 252'762 paires d'yeux en fin de saison[48].
  • En 2022-2023, la BCF Arena connaît un taux de remplissage de 99.04% : le meilleur d'Europe[49], et ce pour la deuxième année consécutive après les 94.60% de 2021-2022[50].
  • En 2023-2024, et pour la première fois de l'histoire du hockey suisse, voire européen selon le président Hubert Waeber, Fribourg-Gottéron passe toute une saison régulière à guichets fermés[51],[52]. Cet exploit se poursuit pendant les sept matchs de playoffs disputés, pour un total de 33 matchs dans une salle comble[53].
  • En 2022-2023 et 2023-2024, un record de 7500 abonnements de saison sont vendus, soit la totalité des stocks[54].
  • Pendant la saison régulière 2023-2024, Fribourg-Gottéron dépassé pour la première fois de son histoire la barre des 100 points (102). Le record précédent, 99, datait de la saison 2012-2013[55].

Equipe féminine modifier

En 1980, le HC Vannerie permet à la ville de Fribourg de devenir la première de Suisse avec une équipe féminine de hockey. Le club situé en Basse-Ville est fondé sous l'impulsion d'Hubert Audriaz. Quatre ans plus tard, l'équipe est intégrée à la Fédération suisse de hockey sur glace (FSHG) et un championnat suisse officiel est disputé à partir de la saison 1986-1987. En 1989, La Vannerie devient le HC Unterstadt, avant de devenir le HCP Fribourg[56].

En 1997, le club intègre le mouvement junior du HC Fribourg-Gottéron, pour mois de dix ans. En effet, en 2008, un club indépendant, le Fribourg Ladies Hockey Club, est créé, car la Fondation Slava Bykov ne soutient que la relève masculine. Leur premier succès remonte à 2013, avec un titre de Ligue Nationale B[56].

Pour la saison 2022-2023, Fribourg-Gottéron prend sous son aile les Fribourg Ladies, club féminin créé en 2008 et évoluant en SWHL-B, le deuxième échelon national[57]. Elles sont championnes de Suisse cette même saison et promues en SWHL-A, aussi appelée PostFinance Women's League. Elles y disputent leur première saison en 2023-2024[58].

Notes et références modifier

Notes modifier

Références modifier

  1. a b c et d « Histoire du club », sur www.gotteron.ch (consulté le ).
  2. a b et c Marc Branchu, « HC Fribourg-Gottéron - Chapitre I - Six gamins et beaucoup de bras », sur www.hockeyarchives.info (consulté le ).
  3. Marc Branchu, « Matches amicaux internationaux entre clubs 1946/47 », sur www.hockeyarchives.info (consulté le ).
  4. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1952/53 », sur www.hockeyarchives.info (consulté le ).
  5. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1953/54 », sur www.hockeyarchives.info (consulté le ).
  6. Dans Müller, « International Ice Hockey Encyclopaedia : 1904-2005 », page 177.
  7. a b c d et e Marc Branchu, « HC Fribourg-Gottéron - Chapitre II - Transition instable », sur www.hockeyarchives.info (consulté le ).
  8. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1954/55 », sur www.hockeyarchives.info (consulté le ).
  9. « Interview de Jaeger », sur www.gotteron-forum.ch, (consulté le ).
  10. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1959/60 », sur www.hockeyarchives.info (consulté le ).
  11. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1960/61 », sur www.hockeyarchives.info (consulté le ).
  12. R. E., « 46 ans Entraîneur viré pour son appartenance au POP », La Tribune de Lausanne,‎
  13. « Play-Off 2012/2013 - demi-finale », sur nationalleague.ch
  14. a b c d e et f (de-CH) « Die Legende des Gottéron-Drachen: Vom Lindwurm zum Maskottchen », sur Freiburger Nachrichten, (consulté le )
  15. a et b « "J'ai fait du hockey pour prendre des douches chaudes" », sur Frapp (consulté le )
  16. a b et c « Gottéron Maillots », sur zico77.ch (consulté le )
  17. « Gottéron mise sur l'emblème Slava Bykov », sur www.laliberte.ch (consulté le )
  18. a et b « Un nouveau dragon pour Gottéron », sur www.laliberte.ch (consulté le )
  19. « Aperçu du logo anniversaire de Fribourg-Gottéron », sur swisshabs.ch (consulté le )
  20. « Fan's club », sur www.gotteron.ch (consulté le )
  21. PVEA, « FRIBOURG - Les Ultras n'iront plus à Ambri », sur Planète Hockey, (consulté le )
  22. (de) « Ein enttäuschender Entscheid von Kop Nord », sur Frapp (consulté le )
  23. Laurent Buchs, « Le business a tué Gottéron », sur La Liberté, (consulté le )
  24. « Une réunion d'ultras inquiète avant le derby des Zaehringen », sur www.laliberte.ch (consulté le )
  25. (de) « Ultras befürchten diskriminierende Kontrollen », sur Faszination Fankurve ARCHIV (consulté le )
  26. (de) « Liste ultraorientierter Gruppierungen + Freundschaften », sur Das große Fußball-Fan-Forum! Bundesliga und alle anderen Ligen & jede Menge Sport - qiumi.de, (consulté le )
  27. a b c et d François Mauron, « Gottéron-Berne, un duel hors du temps », sur Le Temps, (consulté le )
  28. Samuel Jaberg, « Au coeur d’un bouillant derby bernois de hockey », sur SwissInfo, (consulté le )
  29. Jérémy Rico, « Le derby des Zaehringen en chiffres », sur La Liberté, (consulté le )
  30. « Genève-Servette condamne les incidents à Fribourg », sur RTS, (consulté le )
  31. « Genève va taper sur les doigts de ses fans pour la banderole d'hier soir », sur SwissHabs, (consulté le )
  32. « Équipes 2023-2024 », sur gotteron.ch (consulté le )
  33. « Joueurs fribourgeois honorés par leur club », sur planetehockey.com, (consulté le ).
  34. « HCFG: les trophées internes remis samedi », sur planetehockey.com, (consulté le ).
  35. « Les adieux et trophées internes du HCFG », sur planetehockey.com, (consulté le ).
  36. « Remise des trophée interne saison 2016/17 », sur gotteron.ch, (consulté le ).
  37. « Awards 2017/18 », sur gotteron.ch, (consulté le ).
  38. « Les trophées de fin de saison de Fribourg-Gottéron », sur swisshabs.ch, (consulté le ).
  39. « Gottéron récompense ses meilleurs éléments », sur laliberte.ch, (consulté le ).
  40. « Communiqué de presse de fin de saison 2020-2021 », sur gotteron.ch, (consulté le ).
  41. Pierre Salinas, « Hans Kossmann n'est plus l'entraîneur de Gottéron », La Liberté,‎ (lire en ligne)
  42. « C'est Gerd Zenhäusern! », Le Matin,‎ (lire en ligne)
  43. « Rapperswil-Jona promu, Kloten relégué » (consulté le )
  44. « Fribourg en route pour un record historique » (consulté le )
  45. (en) « Fribourg make CHL history : claim maximum points » (consulté le )
  46. « Gottéron signe un record dans l'histoire du club » (consulté le )
  47. « Record de spectateurs à la BCF Arena » (consulté le )
  48. « Affluence des patinoires suisses », sur SIHF (consulté le )
  49. « Fribourg-Gottéron à tout pour devenir champion, mais » (consulté le )
  50. « À Gottéron, quand le Dragon va bien, les comptes aussi » (consulté le )
  51. « Hockey sur glace: Fribourg-Gottéron va jouer jusqu’à la fin de la saison à guichets fermés », sur La Liberté (consulté le )
  52. (de) « Freiburg-Gottéron stellt einen europaweiten Rekord auf » (consulté le )
  53. « Team Stats : Attendance », sur SIHF (consulté le )
  54. « Record de vente égalé pour Fribourg-Gottéron » (consulté le )
  55. « Fribourg-Gottéron: Une révolte salvatrice et un record », sur La Liberté, (consulté le )
  56. a et b (de-CH) « Gottéron neu mit Frauenteam: Endlich eine eigene Garderobe », sur Freiburger Nachrichten, (consulté le )
  57. « Fribourg-Gottéron aura son équipe féminine », sur Frapp, (consulté le )
  58. « Une promotion qui demande de s'adapter », sur Frapp, (consulté le )

Annexes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

  • (en) Stephan Müller, International Ice Hockey Encyclopaedia : 1904-2005, Books on Demand Gmbh, , 496 p. (ISBN 978-3-8334-4189-9, lire en ligne)
  • Serge Gumy, « Le Hockey-Club Fribourg-Gottéron : d’un club de quartier au porte-drapeau d’un canton », dans Christophe Jaccoud, Laurent Tissot et Yves Pedrazzini (dir.), Sports en Suisse : Traditions, transitions et transformations (Actes du colloque « Sports suisses, sports en Suisse » organisé à Neuchâtel en octobre 1998), Lausanne, Antipodes, coll. « Existence et société », , p. 113-123
  • André Winckler, La passion selon Gottéron, Fribourg, Éditions La Sarine, , 309 p.
  • André Winckler, HC Gottéron, Fribourg, Office du livre,
  • Yvan Haymoz, Les effets économiques et sociaux de Fribourg-Gottéron sur le canton de Fribourg (Mémoire de licence), Fribourg, Université de Fribourg,
  • Sébastien Dubuis, La fonction marketing au service du sport : le cas du hockey-club Fribourg-Gottéron (Mémoire de licence), Fribourg, Université de Fribourg,
  • [vidéo] Raphaël Guillet et al., « Le miracle Gottéron », Mise au point, Radio télévision suisse,‎ (lire en ligne [Reportage TV], consulté le )
  • [vidéo] Pascale Blattner (journaliste), Steve Roth (production), Léonard Bagnoud (réalisation) et al., « L’histoire de Fribourg-Gottéron », Au cœur du sport, Radio télévision suisse,‎ (lire en ligne [Reportage TV], consulté le )
  • [audio] Christian Favre et al., « Les boys… ultras de Gottéron », Quinze minutes, La Première (Radio suisse romande),‎

Liens externes modifier