Gwen Araujo

Gwen Amber Rose Araujo, née Edward Araujo Jr. le à Newark (Californie) et assassinée le [1], était une adolescente trans américaine[2]. Son meurtre a attiré l'attention du public américain[3],[4], et a provoqué un durcissement de la législation de plusieurs États américains en matière de crime de haine envers des personnes de minorités sexuelles et des handicapées[5].

À l'âge de dix-sept ans, elle a été tuée par quatre hommes[6] dont deux avec qui elle avait eu des rapports sexuels.

Ils l'ont battue sauvagement pendant cinq heures[7], étranglée, et enterrée dans une forêt après avoir découvert qu'elle était transgenre[8],[1],[9],[10].

Deux des accusés ont été déclarés coupables de meurtre au deuxième degré[11], mais la circonstance aggravante de crime de haine n'a pas été retenue. Les deux autres accusés ont plaidé coupables ou n'ont pas contesté l'homicide volontaire. Dans au moins un des procès, un "trans panic defense" (une extension de la Gay panic defense) a été employé[11],[12].

BiographieModifier

Araujo est née le et assigné homme à la naissance, à Newark dans l'État de Californie aux États-Unis[13].

Dans la mémoire de sa famille, elle est restée une enfant heureuse et énergique qui riait toujours et était très active. Elle s'est considérée comme femme dès l'enfance, son désir devenant plus fort au fur et à mesure qu'elle grandissait[14] À l'adolescence Araujo commence à porter des vêtements féminins et à adopter les comportements associés[14]. Elle avait également changé son nom pour Gwen.

Avant d'être blâmée par la société pour son identité de genre, Araujo étudie dans une école publique et participe aux célébrations de l'église de la ville[13],[14],[15]. Après avoir été désavouée par ses camarades et les enseignants qui lui adressaient fréquemment des critiques, Gwen commence à se renfermer socialement, puis elle arrête de fréquenter le lycée Newark Memorial sans obtenir son diplôme[14].

Selon sa mère, elle n'a pas pu trouver un emploi stable à cause de l'intolérance créée par sa transition de genre[14].

Circonstances de la mortModifier

Jours précédentsModifier

Araujo suivait un traitement hormonal et se présentait sous le nom de Gwen à l'époque[16],[17].

Elle se fait un nouveau cercle d'amis à l'été 2002 parmi lesquels Michael Magidson, José Merél, Jaron Nabors, et Jason Cazares[18]. Ce groupe d'adolescents passent leur temps libre et leur nuit à diverses activités festives, à jouer aux dominos, et à consommer des drogues et de l'alcool dans la maison où sera tuée Araujo[7].

Elle a un rapport oral avec Magidson et un rapport anal avec Merél[19],[20] et prétend être menstruée pour écarter les mains de ses partenaires de ses organes génitaux pour les empêcher de découvrir qu'elle a un pénis[21].

Quelques semaines après les avoir rencontrés, Araujo est invitée à une soirée organisée dans la maison dans laquelle ils se rencontraient fréquemment[13],[14],[19]. Elle décide d'y aller, bien que sa mère, méfiante, lui ait demandé de ne pas le faire. Elle porte un chemisier de sa mère, même si celle-ci lui a demandé de ne pas porter ce vêtement, exprimant son malaise face à l'apparence séduisante d'Araujo. C'est la dernière fois que sa mère, Sylvia Guerrero, l'a vue en vie[7].

Jour du décèsModifier

Le , elle se rend à la fête organisée dans une maison louée par Merél et son frère, Paul Merél[22],[23]. Magidson, José Merél, Nabors, Cazares, Paul Merél, la petite amie de Paul Merél Nicole Brown, et Emmanuel Merél sont également présents lors de la fête.

À la fête, une inspection forcée (menée par Brown[24]) fait découvrir aux convives son statut femme trans[13],[14],[15],[7],[19], ce qui rend les hommes avec qui elle a eu des relations sexuelles enragés et violents. Magidson, après avoir vomi, commence à l'étrangler dans le couloir de la maison[25], puis la frappe au visage et recommence à vouloir l'étrangler, mais en est empêché par ceux qui avaient préféré rester avec lui[7]. À ce moment, les invités commencent à partir ; Paul Merél, Emmanuel Merél et Brown quittent la maison[26]. Nabors prétend d'abord être également parti, mais il s'est avéré qu'il était présent dans la camionnette qui a été utilisée pour transporter le corps[7].

José Merél la frappe alors à la tête avec une boîte de conserve de tomates et une poêle à frire, ce qui la fait abondamment saigner[13],[14],[7],[19],[27]. Nabors et Cazares partent avec le camion de Magidson pour aller chercher des pelles et une pioche à la maison de Cazares[28].

Quand Nabors et Cazares reviennent, Araujo est toujours consciente et assise sur le canapé. À un moment donné, l'agression reprend. Magidson lui donne un coup de genou dans la tête ce qui la fait se taper contre le mur du salon avec tant de force que le plâtre tombe et assomme Araujo[7],[29].

Nabors témoigne que Magidson l'a étranglée avec une corde[13],[14],[7],[19] et que Cazares l'a frappée avec une pelle ; mais Magidson témoigne que c'est Nabors qui l'a étranglée et l'a frappée avec la pelle[30], et Cazares témoigne qu'il ne l'a jamais frappée et ne l'a pas vue mourir. La plupart des récits racontent que Merél a nettoyé le sang sur le tapis pendant qu'Araujo était étranglée[7].

Elle est ensuite ligotée, enveloppée dans une couverture et placée dans une camionnette. Ils la conduisent ensuite à quatre heures de route dans un parc du comté d'El Dorado, en Californie, dans une zone forestière en bordure des montagnes de la Sierra Nevada, connue sous le nom de Silver Fork[13],[14],[7],[19], où ils l'enterrent à faible profondeur[13],[14],[19].

Dans cette séquence d'événements, le moment de la mort est incertain. Cependant, l'autopsie montre que Gwen Araujo est morte entranglée associée à une hémorragie crânienne due à un objet contondant[7].

Affaire judiciaireModifier

EnquêteModifier

Sa disparition et son meurtre n'ont pas été signalés pendant deux semaines.

Craignant des représailles, les fêtards ne signalent pas le crime et établissent une alliance selon laquelle aucun d'entre eux n'avouerait le meurtre de Gwen Araujo, quoi qu'il arrive[7],[19]. Deux jours après la mort d'Araujo, un ami de Jaron Nabors, le plus jeune participant, le trouve désemparé et Nabors se confie à lui. Son ami signale l'information à la police, ce qui fut déterminant pour retrouver le corps de la victime[7],[19].

Pendant l'interrogatoire, Jaron Nabors révèle l'endroit où le corps d'Araujo est enterré et les détails de sa mort[7],[19]. Il conduit les autorités sur le lieu de la sépulture en « échange de son témoignage pour homicide volontaire et une promesse de témoigner au procès »[31]

Le , le département du shérif du Comté d'Alameda envoie quatre enquêteurs sur les lieux du crime et deux détectives pour récupérer le corps sur le site de la tombe[7]. Les quatre accusés du meurtre sont : Michael Magidson, 22 ans, Jaron Nabors, 19 ans, José Merél, 22 ans et Paul Merél, le frère aîné de José[13],[7].

Paul Merél est rapidement relâché parce que sa petite amie s'est présentée à la police en disant que Paul est parti avec elle cette nuit-là[7]. Paul Merél et sa petite amie n'ont jamais été inculpés et sont devenus des témoins à charge[7].

Jason Cazares est arrêté plus d'un mois après les autres accusés[32], après qu'il ait été impliqué par Nabors dans une lettre à sa petite amie, expliquant comment il (Nabors) n'était pas impliqué dans le meurtre[33],[34].

Nabors témoignera plus tard contre les trois autres dans un accord avec le procureur de district pour une infraction moindre d'homicide involontaire et une peine de prison de 11 ans après que la police ait intercepté une lettre de la prison et une conversation téléphonique entre Cazares et sa petite amie, Delores Ojeda, dans laquelle il explique que Nabors n'a pas été impliqué dans le meurtre[7],[35].

Premier procèsModifier

Lors du premier procès, les avocats de l'accusation invoquent que la panique provoquée par la découverte du sexe biologique de la victime était la principale cause de l'attaque[7]. Les avocats de Magidson reconnaissent qu'il a joué un rôle dans l'assassinat d'Araujo, mais ils soutiennent qu'il a agi instinctivement, sans être conscient des conséquences de ses actes et en raison de ces circonstances. Ils font valoir qu'il ne devrait pas être accusé de meurtre prémédité mais plutôt d'homicide involontaire au pire, en vertu de la loi de la Californie[36],[37].

L'avocat de José nie aussi son implication dans le meurtre de Gwen[37]. Cazares, le seul accusé qui témoigne lors du premier procès et le seul qui n'a pas eu de relations sexuelles avec Araujo, nie à son tour l'accusation de meurtre, mais admet qu'il a aidé à enterrer le cadavre de la victime[36],[37]. Les témoins à charge disent qu'ils ont tenté à plusieurs reprises d'intervenir alors que Araujo était battue par ses attaquants, avant leur départ de la maison[36],[37].

Après le plaidoyer des avocats de Nabors sur la participation de leur client lors du meurtre, les trois autres accusés attaque sa crédibilité, suggérant qu'il a minimisé l'importance de leur rôle dans le meurtre de Gwen Araujo[36],[37].

Le jury suspend le processus en raison du manque de preuves et de la faible crédibilité des témoins[37]. La Chambre de première instance omet de prendre une décision sur la qualification juridique du crime (assassinat prémédité, au premier degré ou au deuxième degré)[36],[37]. Le processus est alors suspendu en raison de l'absence d'une théorie cohérente du procureur sur les rôles clairement définis de chacun des quatre accusés dans le meurtre de Gwen Araujo[37].

En outre, les jurés sont incapables de déterminer lequel des trois attaquants a commis le meurtre et lesquels sont complices[37].

Deuxième procèsModifier

Accusations mutuellesModifier

Les trois accusés témoignent dans ce procès et s'accusent mutuellement et particulièrement Nabors[38],[39].

José Merél mentionne (tout comme les témoins de l'accusation) que l'un d'eux, Cazares, est intervenu environ cinq fois quand Araujo était battu par Magidson. Il déclare que le principal tueur est Nabors et dit que Magidson l'a aidé lors de l'étranglement. Il admet aussi qu'il a frappé la victime avec une poêle à frire au niveau de la tête, mais affirme qu'il n'avait pas l'intention de la tuer[38],[39].

Magideson accuse à son tour Nabors, affirmant qu'il s'était drogué et était très ivre le soir du crime et ne se rappelait pas si Cazares était intervenu[38],[39]. José et Magidson révèle que Jaron Nabors a frappé Araujo à la tête avec un poids, une information qui n'avait pas été divulguée jusqu'à ce moment. Nabors nie avoir utilisé cet objet pour tuer la victime malgré le fait que des traces de sang aient été trouvées sur l'un des poids de la scène de crime[38].

La petite amie de Nabors déclare que la lettre qu'elle a reçue de lui (qui incrimine Cazares) contenait un certain nombre de mensonges écrits pour s'assurer la liberté et que Nabors lui mentait fréquemment[38],[39].

Changement de stratégieModifier

Le , le procès a été suspendu pour la deuxième fois. Le juge Chris Lamiero modifie sa stratégie initiale selon laquelle les trois accusés étaient également responsables de l'assassinat de Gwen Araujo et la classification de leurs actes en meurtre au premier degré[40],[41].

À la place de ce type de procédure, Lameiro porte l'enquête autour de Magidson en le décrivant comme « un homme pathétique, méprisable »[40],[41].

Dans son discours sur Cazares, qu'il appelle « l'ami de l'assassin » à plusieurs reprises, le procureur décide qu'ayant accordé son aide dans le crime commis par Magidson, les mêmes charges sont portés contre lui[40],[41].

À ce moment-là, Lamiero n'est pas sûr de la classification correcte du meurtre (premier ou second degré), et la chose la plus grave à l'époque était l'acte d'accusation de meurtre de Magidson et Cazares[40],[41].

Lamiero termine son discours sans donner de détails sur José Merel, laissant son sort entre les mains du jury[40],[41].

Plaidoyer de CazaresModifier

L'avocat de Casts, Tony Serra, conteste la faiblesse des preuves contre son client. Il demande au jury de faire attention à la culpabilité individuelle des trois accusés et ne pas prendre une décision hâtive dans le seul but d'éviter un nouveau procès[42].

Lorsque Serra poursuit son plaidoyer, il soutient que son client est une personne ordinaire qui a été prise dans une mentalité de groupe négative (puisqu'il a seulement participer à l'enterrement du cadavre) et attaque directement Nabors, l'appelant « un menteur notoire » et « une personne indigne de confiance »[42].

Serra affirme que, des trois agresseurs, seul son client a montré de l'affection pour Araujo et l'a secourue[42].

Plaidoyer de Merél et MagidsonModifier

Le 29 août, les avocats de Merél et Magidson font leur plaidoyer.

L'avocat de Merél, William Du Bois, affirme qu'il est seulement coupable d'agression physique contre la victime, mais qu'il ne peut pas être blâmé pour la mort d'Araujo. Selon son témoignage, Merel voulait juste effrayer Gwen quand il l'a frappée[7],[42].

L'avocat de Magidson, Michael Thorman, tente d'apporter des arguments à la théorie selon laquelle son client a réagi instinctivement, en raison des circonstances et du fait qu'il a étéchoqué par l'identité sexuelle biologique de la victime[7],[42].

Du Bois et Thorman contestent également la crédibilité de Nabors[7],[42].

Charges d'accusations finalesModifier

Le 30 août, le juge Chris Lamiero exprime son dernier point de vue, accusant de meurtre Magidson et Cazares mais pas Merél. Les jurés dirigés par Harry Sheppard ont commencé leurs délibérations[7].

Délibération des jurésModifier

Le 8 septembre, les jurés rendent public le verdict de deux des accusés, mais ils sont tenus secrets jusqu'à la fin du procès à la demande du juge Harry Sheppard[43],[44]. Le , le jury rends les verdicts publics[43].

Le procès de Cazares est suspendu tandis que Magidson et Merél sont reconnus coupables de meurtre au second degré et sont condamnés à une peine de prison de quinze ans[43].

Commentaires d'un membre du jury sur la DécisionModifier

Dans une interview avec le tabloïd américain San Francisco Chronicle, le membre du jury Max Stern déclare que les jurés n'ont pas particulièrement cru aucun des accusés, ni les témoignages de Nabors. Selon la même source, les jurés ne pensent pas que les agresseurs aient commis un crime punitif parce que les réactions de Magidson et Merél n'étaient pas raisonnables. Ils rejetent l'allégation selon laquelle Araujo avait été assassiné en raison de sa sexualité et a soutenu que la situation était hors de contrôle[45]. Le jury considère Magidson et Merél comme les principaux coupables de la mort de Gwen principalement sur la base de leurs propres aveux.

Extrait du plaidoyer de l'accusationModifier

Le procureur adjoint du district d'Alameda, Chris Lamiero, qui représente l'accusation, fait douter de l'intention criminelle en commentant :

« Le fait que Gwen était transgenre n'était pas un acte provocateur et n'est pas l'élément clé de son meurtre. Il était qui il était. Cependant, je ne peux ignorer la réalité que Gwen a pris des décisions cruciales dans sa relation avec ces accusés qui sont impossibles à défendre. Je doute que les jurés vont penser que c'est bien de s'engager avec quelqu'un dans une activité sexuelle en sachant qu'ils supposent que vous avez une anatomie sexuelle que vous n'avez pas[46]. »

— Chris Lamiero, procureur adjoint du district d'Alameda

Verdict finalModifier

Le , le jury annonce que deux jurés se trouvaient dans une impasse quant au sort de Cazares, ce qui a donné lieu à une négociation avec lui. Le , à la suite d'un accord avec le procureur pour plaider coupable, Cazares accepte l'accusation de meurtre avec circonstances atténuantes en échange d'une peine inférieure de seulement six ans de prison[47], à la surprise de la presse qui ignorait qu'il s'agissait d'un accord. Il en fera trois compte tenu de la durée de sa détention provisoire. Magidson et Merél sont tous deux reconnus coupables de meurtre au deuxième degré[48], mais sans la circonstance aggravante de crime haineux. Les trois sont emprisonnés le [47].

Nabors est condamné à 11 ans de prison le [47].

Accusé Qualification juridique de l'infraction Peine
Jason Cazares Homicide (avec circonstances atténuantes) Six ans
Michael Magidson Meurtre au deuxième degré Quinze ans
José Merél Meurtre au deuxième degré Quinze ans
Jaron Nabors Homicide (avec circonstances atténuantes) Onze ans

FunéraillesModifier

Les personnes qui connaissaient Araujo et une centaine de personnes choquées par son drame ont participé à ses funérailles, qui ont eu lieu à l'église catholique St. Edward à Newark[49]. Après la cérémonie funèbre, une marche a été organisée dans les rues principales et s'est terminée dans le centre commercial de la ville, avec la présence de personnes de la communauté LGBT ainsi que de représentants locaux[19]. Gwen a été mentionnée dans les défilés de Remembering Our Dead, organisés dans plusieurs villes américaines [50], 27 transgenres dont Gwen, morts dans les pendant 12 mois précédents y ont été commémorés.

Quelques jours après les funérailles de Gwen, des membres de l'église baptiste de Westboro (disciples de Fred Phelps)[13] organisèrent une protestation dans l'église en proclamant que « l'adolescent travesti pervers Edward Araujo (aussi connu sous le nom de Gwen ou Lida) a rejoint Matthew Shepard en enfer » et ont également organisé d'autres protestations dans plusieurs endroits de la ville de Newark, tels que le Newark Memorial High School où les élèves présentaient une pièce de théâtre à sa mémoire, Le Projet Laramie.

À la demande de la mère d'Araujo, un juge a changé le son nom légal d'Edward Araujo Jr à Gwen Amber Rose Araujo à titre posthume[51],[52].

ConséquencesModifier

MédiatisationModifier

La mère d'Araujo, qui préfère appeler son enfant "ange"[13] déclaré publiquement à plusieurs reprises qu'elle aimerait que le sort de sa fille influence la législation sur les peines encourues par les personnes qui commettent des crimes motivés par la haine, elle souhaitait que la peine de mort soit un rendue possible. Sylvia Guerrero et son frère David ont fait quelques apparitions publiques devant la presse américaine pour exprimer leur peine et dénoncer la violence contre les personnes transgenres[7]. Elle effectue des conférences depuis plusieurs années sur le territoire américain pour aider les personnes transgenres. En 2016, elle révèle que depuis le meurtre de sa fille elle a des problèmes de mémoire, et du stress post-traumatique[53]. Les circonstances du crime ont transformé cette affaire en l'une des enquêtes les plus médiatisées ayant concerné le meurtre d'une personne transgenre[54],[55].

AssociatifsModifier

Divers groupes communautaires LGBT ont lancé des campagnes pour Gwen pour aider les gens à comprendre les vrais problèmes rencontrés par les personnes ayant une identité de genre différente[56].

À l'occasion du premier anniversaire du meurtre, la Fondation Horizons a créé le Gwen Araujo Memorial Fund for Transgender Education. L'objectif du Fonds est de soutenir les programmes scolaires dans les neuf comtés de la région de la baie qui favorisent la compréhension des personnes et des problèmes transgenres grâce à des subventions annuelles. Grâce à ce fonds, la mère et la famille d'Araujo sensibilisent dans les collèges et lycées à la compréhension des transgenres[57],[58]. Sylvia Guerrero, la mère de Gwen, a fait des discours dans plusieurs écoles et lycées, expliquant les craintes des personnes trans[57].

Œuvres culturellesModifier

Un film intitulé A Girl Like Me : L'Histoire vraie de Gwen Araujo immortalise sa vie. Il a été diffusé le sur la chaine Lifetime et dans les salles de cinémas d'Amérique du Nord[59]. Il a été réalisé par Agnieszka Holland, Gwen y est interprété par J. D. Pardo et Sylvia Guerrero est interprété par Mercedes Ruehl[59]. Il a remporté le San Francisco award en tant que meilleur film de télévision à la GLAAD Media Awards 2007[60].

Le roman The Butterfly and the Flame (Le Papillon et la Flamme) écrit par Dana De Jeunes en 2011 est dédié à la mémoire de Gwen[61].

L'affaire a également fait l'objet d'un documentaire de 2007, Trained in the Ways of Men[62]. Ce documentaire de Michelle Prevost examine le meurtre de 2002 et vise à démystifier la soi-disant défense de panique homosexuelle (ou trans-panique).

"Deadly ID", un épisode de Investigation Discovery de Fatal Encounters explore la chronologie du crime à partir des points de vue théâtralisé d'Araujo et de Magidson[63].

Dans un épisode de la série "Murder Among Friends, Saison 2 Épisode 4" de Investigation Discovery Channel, "Murder Party", diffusé le , l'épisode examine le drame de l'histoire de Gwen qui a conduit à son meurtre et ses suites. Ils examinent les antécédents des tueurs et des amis, la manière dont ils ont été pris, diffusent des entrevues avec les parents de la victime, ses amis et ses avocats, et montrent des photos réelles de Gwen et de son meurtre.

Législation de la CalifornieModifier

Le , le gouverneur de la Californie, Arnold Schwarzenegger, a promulgué la loi Gwen Araujo Justice for Victims Act (AB 1160)[64],[65],[66]. La loi limite l'utilisation de la Gay/trans panic defense par les criminels accusés en permettant aux parties d'ordonner aux jurés de ne pas laisser leurs décisions être influencées par des préjugés, y compris « les préjugés à l'encontre de la victime » sur la base de son « identité de genre ou son orientation sexuelle ». La loi a déclaré que la Californie estimait qu'il était contraire à l'ordre public que les accusés soient acquittés ou condamnés pour une infraction moins grave sur la base d'appels à un « parti pris de la société ».

Le , le gouverneur de la Californie Jerry Brown a promulgué le projet de loi no 2501[67],[68]. La loi a également restreint l'utilisation de la "gay/trans panic defense" en modifiant la loi sur l'homicide involontaire de Californie pour interdire aux accusés de prétendre qu'ils ont été proussé au meurtre par la découverte de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre d'une victime[69]. AB 2501 a été présenté par la députée Susan A. Bonilla en partenariat avec l'Equality California. En annonçant l'introduction du projet de loi, ils ont cité les meurtres de Gwen Araujo et de l'adolescent homosexuel californien Larry King.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en-US) Carolyn Marshall, « Two Guilty of Murder in Death of a Transgender Teenager », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. (en) Phyllis B. Gerstenfeld, Hate crimes : causes, controls, and controversies, SAGE, , 293 p. (ISBN 978-0-7619-2814-0, lire en ligne), p. 233
  3. (en) Catrina Brown et Tod Augusta-Scott, Narrative Therapy: Making Meaning, Making Lives, SAGE Publications, (ISBN 978-1-4129-0988-4, lire en ligne)
  4. (en) Susan Stryker, Associate Professor of Gender and Women's Studies Susan Stryker et Stephen Whittle, The Transgender Studies Reader, Taylor & Francis, (ISBN 978-0-415-94709-1, lire en ligne)
  5. (en) Laura Castañeda, Shannon Campbell et Shannon B. Campbell, News and Sexuality: Media Portraits of Diversity, SAGE, (ISBN 978-1-4129-0999-0, lire en ligne)
  6. (en) Biography Research Guide, « Gwen Araujo - Biografii » (consulté le )
  7. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y et z (en) Rolling Stone, « Moartea unui băiat pe nume Gwen » (consulté le )
  8. (en) « Gwen Araujo », sur Mahalo.com (consulté le )
  9. (en-GB) Sam Wollaston, « Body politics », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. (en-US) Steven McElroy, « WHAT'S ON TONIGHT », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. a et b (en) « Two murder convictions in Araujo case » (version du 1 février 2009 sur l'Internet Archive),
  12. Christopher A. Shelley, Transpeople : repudiation, trauma, healing, University of Toronto Press, , 250 p. (ISBN 978-0-8020-9539-8, lire en ligne), p. 47
  13. a b c d e f g h i j et k (en)Everything2.com, « Gwen Araujo » (consulté le )
  14. a b c d e f g h i j et k (en)Transyouth.com, « În memoria lui Gwen Araujo... » (consulté le )
  15. a et b ABC News, « Mama unui travestit își spune durerea » (consulté le )
  16. (en-US) Kelly St. John et Henry K. Lee, « Slain Newark teen balanced between two worlds », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. (en-US) Henry K. Lee, « Hayward: Murder trial jury selection », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. (en) Michelle Locke, « Case of slain transgender teen could go to a jury this week » (version du 3 février 2009 sur l'Internet Archive),
  19. a b c d e f g h i j et k (en) Sexuality.org, « În memoria lui Gwen Araujo... » (consulté le )
  20. (en-US) Patrick Hoge, « HAYWARD / Defense calls transgender victim guilty of 'deception and betrayal' », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne)
  21. (en-US) Lee, Henry K., « Araujo begged for mercy, witness says », San Francisco Chronicle,‎
  22. (en-US) Dean E. Murphy, « 3 Are Charged In Death of Man Who Dressed Like a Woman », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  23. (en-US) Henry K. Lee, « One year since transgender teen's death », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. (en-US) St. John, Kelly, « Witness tells how he learned transgender teen was male », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne).
  25. « Witness relates brutal slaying »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  26. (en) « Nabors Describes Learning Details of Araujo Attack » (version du 18 février 2012 sur l'Internet Archive),
  27. (en-US) Lee, Henry K., « Three sentenced to prison in Araujo slaying », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne)
  28. (en) « "We're Going to Get Some Shovels" -- Witness Testifies in Murder Being Compared to Brandon Teena's » (version du 31 janvier 2009 sur l'Internet Archive), .
  29. « Trial begins in transgender slaying »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  30. (en) Kelly St. John, « Defendant says prosecution witness admitted killing Araujo », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. (en) « Personal Security for transgender, transsexual and Crossdressers » (version du 18 février 2012 sur l'Internet Archive),
  32. (en) « Timeline For Gwen Araujo Murder Trials », KTVU,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  33. (en) Robert Airoldi, « Accused: Araujo bargained for escape Preliminary hearing in death of transgender teen to end today (subscription needed) », Oakland Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. (en-US) Rob Dennis, « Defense attorney: Witness struck Gwen's fatal blow (subscription required) », Oakland Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. (en-US) Dennis, Rob, « Tape played of witness, girlfriend », Oakland Tribune,‎
  36. a b c d et e (en) After Words.com, « A început procesul „Gwen Araujo” » (consulté le )
  37. a b c d e f g h et i (en) San Francisco Chronicle, « Procesul „Gwen Araujo” a fost oprit » (consulté le )
  38. a b c d et e (en) bBNET, « Apărarea depune mărturie în cazul „Gwen Araujo” » (consulté le )
  39. a b c et d (en)IndyBay.com, « Detalii despre cazul „Gwen Araujo” » (consulté le )
  40. a b c d et e (en) GSA Network (Arhive), « Procesul „Gwen Araujo” se schimbă » (consulté le )
  41. a b c d et e (en) bBNET.com, « Lamiero își argumentează deciziile » (consulté le )
  42. a b c d e et f (en) Transgender Tribe, « Vinovații din cazul „Gwen Araujo” pledează vinovați » (consulté le )
  43. a b et c (en)Billy DeFrank.com, « A fost dat verdictul în cazul „Gwen Araujo” » (consulté le )
  44. (en) « Newark Transgender Teen Murder Verdicts Upheld » (version du 15 mai 2009 sur l'Internet Archive), CBS 5 CrimeWatch
  45. (en) « HAYWARD / Manslaughter ruled out, Araujo juror says / 'Events devolved into brutal beating and homicide' », The San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. (en) « Lawyers Debate 'Gay Panic' Defense » [archive du ], Associated Press (consulté le )
  47. a b et c (en) Los Angeles Times, « Unul dintre bărbații implicați în moartea lui Gwen Araujo, trimis 11 ani la închisoare » (consulté le )
  48. (en) « 2 Convicted of Murdering Transgender Teen », Fox News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. (en) Mermaids.free.uk, « Femeie.STOP » (consulté le )
  50. (en)„Amintiți-vă de moartea noastră!”, « Numele persoanelor transgen ucise în S.U.A. » (consulté le )
  51. Kelly St. John, « Araujo name change request granted », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. (en) bBNET.com, « Mama lui Gwen Araujo cere schimbarea oficială a numelui său. » (consulté le )
  53. (en) Bay Area News Group et Malaika Fraley, « Gwen Araujo murder 14 years later : Transgender teen’s killers face parole », sur santacruzsentinel.com, (consulté le ).
  54. (en)The Free Radical, « O poveste cu adevărat șocantă: Uciderea lui Gwen Araujo » (consulté le )
  55. (en)Transgender Law Center.com, « 5 lucruri false despre moartea lui Gwen Araujo » (consulté le )
  56. (en)Fundația Horizons, « Gwen Araujo » (consulté le )
  57. a et b (en) bBNET.com, « Un grup de oameni a creat un fond în memoria lui Gwen Araujo » (consulté le )
  58. « Group creates Araujo memorial fund »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  59. a et b tv.ROL.ro, « Prezentarea filmului O fată ca mine » (consulté le )
  60. Glaad Media Awards 2007
  61. The Butterfly and the Flame, by De Young, Dana. Published by iUniverse 27-04-2011
  62. Fests go in for a piece of the action: Cinequest to distribute 'Ways of Men' Michael Jones, Variety, 14 March 2008.
  63. « Fatal Encounters Episode Guide », Discovery Networks (consulté le )
  64. « Gwen Araujo Justice for Victims Act », sur California Legislative Information, (consulté le )
  65. Seth Hemmelgarn et Cynthia Laird, « Ten years later, Araujo's murder resonates », sur The Bay Area Reporter, (consulté le )
  66. « 'GWEN ARAUJO JUSTICE FOR VICTIMS ACT' PASSED BY SENATE, SOON TO HEAD TO GOVERNOR'S DESK » [archive du ], Equality California, (consulté le )
  67. « An act to amend Section 192 of the Penal Code, relating to manslaughter », sur California Legislative Information, (consulté le )
  68. Anna Pulley, « California Bans Gay and Trans Panic Defense », East Bay Express,‎ (lire en ligne, consulté le )
  69. « Assemblymember Bonilla and Equality California Introduce Bill to Ban "Panic Defense" Strategy as a Courtroom Tactic by Murder Defendants » (version du 23 juin 2015 sur l'Internet Archive), Equality California,
  70. (en) « 'Laramie' creator mourns new victim of anti-gay slaying », SF Gate,‎ (lire en ligne)
  71. (en) « Slaying of transgender boy haunts city », USA Today,‎ (lire en ligne, consulté le )