Gouvernement Bedoui

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bedoui.
Gouvernement Noureddine Bedoui

République algérienne démocratique et populaire

Président de la République Abdelaziz Bouteflika
Abdelkader Bensalah (intérim)
Abdelmadjid Tebboune
Premier ministre Noureddine Bedoui
Sabri Boukadoum (intérim)
Formation
Fin
Durée 9 mois et 4 jours
Composition initiale
Ministres 27
Femmes 5
Hommes 22
Description de l'image Emblem of Algeria.svg.

Le gouvernement Bedoui est le gouvernement de l'Algérie du au , à la suite de la nomination au poste de Premier ministre de Noureddine Bedoui. En vertu de l'article 102 de la Constitution, ce gouvernement est chargé d'expédier les affaires courantes.

A la suite de l'investiture du nouveau président Abdelmadjid Tebboune, Noureddine Bedoui présente sa démission le et le nouveau président décide le remplacement de Salah Eddine Dahmoune par Kamel Beldjoud au poste de ministre de l'intérieur par intérim[1],[2].

Historique et formationModifier

Le gouvernement est formé après la démission d'Ahmed Ouyahia et le retrait d'Abdelaziz Bouteflika à l’élection présidentielle de 2019, dans le cadre de manifestations de masse[3].

Le , la formation du gouvernement est annoncée pour la fin semaine suivante au maximum[4]. Le délai est largement dépassé. Il est finalement formé le [5]. Deux jours plus tard, le , le président Abdelaziz Bouteflika démissionne. Il est remplacé par Abdelkader Bensalah comme chef de l'État par intérim à partir du .

Ce gouvernement est considéré comme illégitime par le peuple qui le rejette régulièrement lors des manifestations, ses ministres se faisant huer et empêcher d'effectuer leurs visites officielles à plusieurs reprises[6],[7].

En vertu de l'article 102 de la Constitution, ce gouvernement expédie les affaires courantes[8]. Le , Bensalah remplace le ministre de la Justice Slimane Brahmi par le procureur d'Alger Belkacem Zeghmati[9]. Cette nomination est jugée inconstitutionnelle, en effet l'article 104 de la Constitution interdit au chef de l'État de remanier le gouvernement[10].

Le , deux jours après le drame survenu au concert de Soolking et ayant fait cinq morts, Meriem Merdaci présente sa démission[11].

Le , suite à l'investiture d'Abdelmadjid Tebboune, Noureddine Bedoui présente sa démission[12] et Sabri Boukadoum est nommé Premier ministre par intérim.

Le , Ahmed Gaïd Salah décède et le président Abdelmadjid Tebboune devient ministre de la Défense nationale comme sous Bouteflika.

Le , Tebboune nomme Abdelaziz Djerad Premier ministre, mettant fin au mandat du gouvernement Bedoui et à l'intérim de Boukadoum à la tête de celui-ci ; le nouveau premier ministre doit former un gouvernement et le soumettre à Tebboune pour qu'il puisse entrer en fonction[13],[14].

CompositionModifier

TrombinoscopeModifier

Premier ministreModifier

Image Fonction Nom Parti
  Premier ministre (intérim)
Ministre des Affaires étrangères
Sabri Boukadoum Ind.

MinistresModifier

Image Fonction Nom Parti
  Ministre de la Défense nationale Abdelmadjid Tebboune FLN
  Ministre de la Justice, Garde des Sceaux Belkacem Zeghmati
  Ministre des Finances Mohamed Loukal
  Ministre de l'Industrie et des Mines Djamila Tamazirt
  Ministre de l'Énergie Mohamed Arkab
  Ministre des Moudjahidine Tayeb Zitouni RND
  Ministre des Affaires religieuses et des Wakfs Youcef Belmehdi
  Ministre du Commerce Saïd Djellab
  Ministre du Tourisme et de l'Artisanat Abdelkader Benmessaoud
  Ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche Cherif Omari
  Ministre des Ressources en eaux Ali Hamam
  Ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables Fatma Zohra Zerouati TAJ
  Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville
Ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire (intérim)
Kamel Beldjoud
  Ministre des Travaux publics et des Transports Mustapaha Kouraba
  Ministre de l'Éducation nationale Abdelhakim Belabed
  Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Tayeb Bouzid
  Ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels Moussa Dada
  Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale Hassan Tidjani
  Ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme Ghania Eddalia FLN
  Ministre des Relations avec le Parlement Fethi Khouil
  Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière Mohamed Miraoui
  Ministre de la Jeunesse et des Sports Raouf Bernaoui
  Ministre de la Communication
Ministre de la Culture (intérim)
Hassene Rabhi
  Ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication Houda-Imane Faraoun FLN

Notes et référencesModifier

  1. « Kamel Beldjoud nouveau ministre de l’Intérieur par intérim », sur Algerie360, (consulté le 20 décembre 2019)
  2. Le président Tebboune met fin aux fonctions du ministre de l'Intérieur, Agence APS, 19 décembre 2019.
  3. « Les dernières heures d'Ahmed Ouyahia à la tête du gouvernement », sur Interlignes Algérie, (consulté le 11 mars 2019)
  4. « Algérie: le Premier ministre promet un gouvernement d’ici la semaine prochaine - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 14 mars 2019)
  5. « Bouteflika "nomme un nouveau gouvernement" », sur Al HuffPost Maghreb (consulté le 31 mars 2019)
  6. « Le ministre de l’Energie empêché d'effectuer une visite à Tindouf », sur HuffPost Maghreb, (consulté le 1er juin 2019)
  7. « Les ministres du gouvernement Bedoui empêchés de descendre sur le terrain », sur DIA Algérie, (consulté le 1er juin 2019)
  8. « Au ministère de l’industrie, Djamila Tamazirt, une intérimaire qui fait des vagues », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 31 juillet 2019).
  9. « Le chef de l'Etat nomme Belkacem Zeghmati ministre de la Justice, Garde des Sceaux », sur www.aps.dz (consulté le 31 juillet 2019).
  10. « Algérie: le président par intérim limoge le ministre de la Justice - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 31 juillet 2019).
  11. « Algérie: la ministre de la Culture et le chef de la Direction générale de la Sûreté nationale démissionnent », sur RTBF Info, (consulté le 25 août 2019).
  12. Ammar Bensaifia, « Urgent. Noureddine Bedoui présente la démission de son gouvernement », sur Alg24, (consulté le 20 décembre 2019)
  13. « ALERTE – Tebboune nomme Abdelaziz Djerrad Premier ministre »
  14. « Sur décision du président Tebboune: Abdelaziz Djerrad nouveau premier ministre »
  15. Meriem Merdaci est la fille du sociologue Abdelmadjid Merdaci, dont les prises de position en faveur du pouvoir en place sont critiquées au sein même de sa propre fratrie (voir par exemple: "La fratrie Merdaci désavoue leur frère Abdelmadjid et appelle à une deuxième république", Magreb emergent, 8 avril 2019.

Liens externesModifier