Ouvrir le menu principal

Gilbert Simondon

philosophe français
Gilbert Simondon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
PalaiseauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Principaux intérêts
Idées remarquables
individuation, transduction, concrétisation, transindividuel, pré-individuel
Influencé par
A influencé

Gilbert Simondon, né le à Saint-Étienne et mort le à Palaiseau, est un philosophe français du XXe siècle. Il est spécialiste de la théorie de l'information, de philosophie de la technique, de psychologie et d'épistémologie. Il est connu pour ses deux thèses, Du mode d'existence des objets techniques et L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information. Le reste de son œuvre consiste en de nombreux articles, cours et conférences.

BiographieModifier

FamilleModifier

Gilbert Simondon est le fils d’Hyppolite Simondon et de Nathalie Giraud. Son père est employé des postes et a été blessé à la Bataille de Verdun. Sa mère est issue d'une famille d'agriculteurs[1]. Il se marie avec l'helléniste Michelle Berger, qu'il rencontre lors de ses années à l'École normale supérieure, et de leur union naquirent sept enfants[2].

FormationModifier

Gilbert Simondon fait ses études secondaires au lycée Claude-Fauriel de Saint-Étienne, sa ville natale, et a tôt l’occasion de fréquenter le milieu industriel, de discuter avec des ingénieurs, de s’intéresser à l’invention scientifique et technologique et à la manière dont les innovations sont reçues au sein de la société[1].

Il est élève d'hypokhâgne puis de khâgne au lycée du Parc à Lyon de 1942 à 1944, où il suit les cours de Jean Lacroix[3] et de Victor-Henri Debidour[4]. Puis Simondon entre à l’École normale supérieure de la rue d'Ulm de 1944 à 1948, où il suit les cours de Jean Hippolyte et de Maurice Merleau-Ponty[3]. Durant ces années, il poursuit des études de physique et passe un certificat de psychophysiologie dirigé par Alfred Fessard[3].

En parallèle de ses premières années d'enseignement, il suit et obtient une licence de psychologie en 1950[5].

Enseignement et rechercheModifier

Simondon obtient l'agrégation de philosophie en 1948, la même année que Gilles Deleuze et Louis Althusser[6]. Il devient professeur au lycée Descartes de Tours de 1948 à 1955. Il y enseigne la philosophie, mais également le grec et le latin ainsi que la littérature du XXe siècle[3]. À l'occasion du remplacement d'un de ses collègues de physique, il initie ses élèves à la technologie dans l'atelier au sous-sol du lycée qu'il aménage.

En 1955, il devient assistant à l’université de Poitiers et il y développe le laboratoire de psychologie expérimentale[7].

En 1958, le philosophe soutient ses deux thèses : la principale, L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information dirigée par Jean Hippolyte et la complémentaire, Du mode d'existence des objets techniques dirigée par Georges Canguilhem. Cette dernière est publiée la même année chez Aubier.

L'obtention de son doctorat lui permet d'enseigner à la faculté des lettres de Poitiers entre 1960 et 1963, puis à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris de 1963 à 1969 en psychologie[8]. En 1964, paraît L'Individu et sa genèse physico-biologique qui contient la première partie et le chapitre premier de la deuxième partie de la thèse principale de Simondon : « L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information ». Il prend ensuite la direction de l'enseignement de psychologie générale à l'université Paris-V (1969-1984), où il crée un laboratoire de psychologie et de technologie, basé à l’Institut de psychologie Henri Piéron, 28 rue Serpente.

Fin de vieModifier

La fille du philosophe, Nathalie Simondon, narre succinctement les vingt dernières années de son existence. « Cette vie riche et active a été progressivement assombrie par des difficultés de santé, vers le milieu des années 70, puis par une souffrance psychique dans les années 80 »[9]. Gilbert Simondon prend sa retraite en 1983 et meurt à Palaiseau moins de six ans plus tard, le [2].

InfluencesModifier

Les enseignants de Simondon ont joué un rôle important dans la construction de sa pensée.

Sa pensée est un dialogue constant mais plus ou moins explicite avec Kant, comme avec Marx, mais aussi avec la cybernétique[réf. nécessaire].

ThèsesModifier

L'individuation à la lumière des notions de forme et d'informationModifier

Les deux concepts qui dominent ses thèses principale et complémentaire pour le doctorat d'État - c'est-à-dire ses deux ouvrages les plus connus - sont les concepts d'individuation et de transduction.

L’individu et sa genèse physico-biologique est publié en 1964 en la mémoire de Maurice Merleau-Ponty.

Du mode d'existence des objets techniquesModifier

Sa thèse complémentaire dirigée par Georges Canguilhem, soutenue également en 1958, est publiée la même année aux éditions Aubier. Étant un des rares textes de Simondon publié, disponible durant de nombreuses années (et augmenté au fil de ses rééditions), il reste emblématique de sa philosophie[10]. Simondon dédie la version publiée de sa thèse à certains de ses anciens professeurs : André Bernard, Jean Lacroix, Georges Gusdorf et Jean-Toussaint Desanti.

Elle se divise en trois parties :

  • Genèse et évolution des objets techniques
  • L'homme et l'objet technique
  • Essence de la technicité

Il y réconcilie culture et technique en s'opposant au « facile humanisme » technophobe au profit de ce que l'on peut nommer un « humanisme difficile », selon J.-H. Barthélémy[réf. non conforme]. Il est par ailleurs l'héritier - involontaire - de Jacques Lafitte, qui, dès 1932, a préconisé le développement d'une science des machines, la « mécanologie »[11],[12]. Comme l'a montré Pascal Chabot, une des oppositions centrales de l'œuvre de Simondon est celle de l'adaptation et de l'invention[13].

Champs de réflexionModifier

Philosophie de l'individuationModifier

Simondon critique l'hylémorphisme d'origine aristotélicienne. L'hylémorphisme explique l'individuation à partir de l'idée qu'« une forme préexistante façonne une matière », selon Didier Debaise[14]. Mais pour Simondon, l'hylémorphisme n'explique pas comment ce rapport entre matière et forme s'opère concrètement.

Il opère dans sa thèse principale la synthèse, et donc pour certains[Qui ?] le dépassement des pensées de Gaston Bachelard et Henri Bergson : à l'épistémologie anti-substantialiste du premier, qu'il reprend et approfondit sous le nom de « réalisme des relations », il adjoint une ontologie génétique des « régimes d'individuation », qu'il décline en trois catégories : le physique, le vital et le transindividuel[réf. nécessaire].

Philosophie de la techniqueModifier

Critique de l'anthropologie de la techniqueModifier

Simondon développe une vision non-anthropologique de la technique dans sa philosophie.

L’anthropologie de la technique pense la technique comme étant le propre de l’homme, l’écartant du reste du vivant. Cette sous-discipline de l’anthropologie interroge l’histoire, les utilisations mais aussi les représentations sensibles et symboliques des objets techniques. André Leroi-Gourhan en est l’un des principaux représentants. Simondon se nourrit de ses travaux même si les deux hommes ont des visions divergentes.

Simondon rejette l’anthropologie de la technique car il refuse la séparation de la culture et de la technique, mais aussi la distinction entre l’homme et le vivant qui a cours chez bon nombre de philosophes, qui considèrent que l’homme possède une « essence » qui le place au-dessus du reste du monde vivant[15].

Jean-Hugues Barthélémy précise que :

« par « non-anthropologie » il faut entendre chez Simondon une pensée qui, d’une part, ne coupe pas l’homme du vivant, d’autre part, ne réduit pas la technique à son usage pour l’homme et au paradigme du travail.[16].  »

Simondon propose une alternative à la pensée de l’homme-mesure comme prisme pour interpréter le monde et jette ainsi les bases de son système philosophique[17].

Philosophie de la connaissanceModifier

PsychologieModifier

EsthétiqueModifier

PostéritéModifier

Ses contemporainsModifier

La pensée de Simondon a influencé la pensée naissante de Gilles Deleuze, qui lui reprend la notion d’« individuation ». Dans sa thèse Différence et Répétition, Deleuze utilise les idées provenant de L’individu et sa genèse physico-biologique. Deleuze est l’un des premiers à faire connaître le travail de Simondon à l’international, en publiant sur son œuvre un article dans la Revue philosophique de la France et de l’étranger[18].

Les années 1990Modifier

Le mouvement de retour à la pensée de Simondon est initié grâce au colloque de 1992 « Gilbert Simondon, une pensée de l’individuation et de la technique » dont les actes sont parus en 1994, où intervient entre autre Bernard Stiegler. L'œuvre de Simondon est par ailleurs l'une des principales sources, avec l'œuvre de Freud pour ce qui est de la compréhension de l'appareil psychique, de la pensée de Bernard Stiegler[réf. nécessaire].

Mais aussi par le philosophe belge Gilbert Hottois, avec la parution en 1993 de Simondon et la philosophie de la culture technique[19].

Publications et rééditions des années 2000Modifier

Rayonnement à l’internationalModifier

PublicationsModifier

  • Gilbert Simondon, Du mode d'existence des objets techniques, Paris, Aubier, (1re éd. 1958), 367 p. (ISBN 9782700704280).
  • « L’effet de halo en matière technique : vers une stratégie de la publicité », in Cahiers de l’ISEA, (Série M, 7).
  • « La Perception de longue durée », in Journal de psychologie, 1969-1970.
  • L'individu et sa genèse physico-biologique, Paris, PUF, 1964.
  • L'individuation psychique et collective, Paris, Aubier, 1989.
  • Ces deux ouvrages sont regroupés dans l'édition intégrale (augmentée d'une partie sur l’Histoire de la notion d'individu) de sa thèse d'État : L'individuation à la lumière des notions de formes et d'information, Paris, Jérôme Millon, 2005; rééd. révisée, 2013.
  • Gilbert Simondon (préf. Jean-Yves Chateau), Deux leçons sur l'animal et sur l'homme, Paris, Ellipses, , 91 p. (ISBN 9782729821807).
  • L'invention dans les techniques. Cours et conférences, Paris, Le Seuil, 2005.
  • Cours sur la Perception (1964-1965), Chatou, Éditions de La Transparence, 2006; réédition Paris, PUF, 2013.
  • Gilbert Simondon, « Mentalité technique », Revue philosophique de la France et de l'étranger, vol. 131, no 3,‎ , p. 343-357 (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2019).
  • Imagination et Invention (1965-1966), Chatou, Éditions de La Transparence, 2008; réédition Paris, PUF, 2014.
  • Communication et Information. Cours et Conférences, Chatou, Éditions de La Transparence, 2010.
  • Sur la technique, Paris, PUF, 2014.
  • Sur la psychologie, Paris, PUF, 2015.
  • Sur la philosophie, Paris, PUF, 2016.

Film sur SimondonModifier

François Lagarde et Pascal Chabot ont réalisé un film consacré à la pensée de Simondon, intitulé Simondon du désert [20]. Musique de Jean-Luc Guionnet, avec la participation de Giovanni Carrozzini, Jean-Hugues Barthélémy, Jean Clottes, Gilbert Hottois, Arne De Boever, Dominique Lecourt et Anne Fagot-Largeault.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Biographie | Gilbert Simondon », sur gilbert.simondon.fr (consulté le 28 mars 2018)
  2. a et b Nathalie Simondon, « Bref portrait ».
  3. a b c et d Barthélémy 2014, p. 14.
  4. Nathalie Simondon, « Les études, la formation ».
  5. Barthélémy 2014, p. 15.
  6. André Chervel, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 », sur rhe.ish-lyon.cnrs.fr, (consulté le 18 juillet 2019).
  7. Barthélémy 2014, p. 16.
  8. (pt-BR) Vincent Bontems, « Por que Simondon? A trajetória e a obra de Gilbert Simondon », Revista ECO-Pós, vol. 20, no 1,‎ (ISSN 2175-8689, lire en ligne, consulté le 5 juillet 2018)
  9. Nathalie Simondon, « Bref portrait ».
  10. Barthélémy et 2014 25.
  11. (en) Ghislain Thibault, « Filming Simondon: The National Film Board, Education, and Humanism », Canadian Journal of Film Studies 26, no. 1,‎ , p. 1-23 (lire en ligne)
  12. (en) Ghislain Thibault et Mark Hayward, « Understanding Machines: A History of Canadian Mechanology », Canadian Journal of Communication,‎ , p. 449-466 (lire en ligne)
  13. Chabot 2003.
  14. Debaise 2004.
  15. Barthélémy 2014.
  16. Barthélémy 2006, p. 301.
  17. Loeve 2011.
  18. Deleuze 2002.
  19. Hottois 1993.
  20. Simondon du désert.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Bernard Aspe, Simondon, politique du transindividuel, Ouistreham, Éditions Dittmar, coll. « Études Simondoniennes », , 450 p. (ISBN 2916294406).
  • Jean-Hugues Barthélémy, « Deux points d'actualité de Simondon », Revue philosophique de la France et de l'étranger, vol. 3, no 131,‎ , p. 299-310 (lire en ligne, consulté le 29 juillet 2019).
  • Jean-Hugues Barthélémy, « Le génie de Gilbert Simondon », sur www.mondedesgrandesecoles.fr, (consulté le 19 juillet 2019).
  • Jean-Hugues Barthélémy, Penser la connaissance et la technique après Simondon, Paris, L'Harmattan, , 314 p. (ISBN 9782747585866).
  • Jean-Hugues Barthélémy, Penser l'individuation : Simondon et la philosophie de la nature, Paris, L'Harmattan, , 260 p. (ISBN 9782747579209).
  • Jean-Hugues Barthélémy, Simondon, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Figures du savoir », , 240 p. (ISBN 9782251760780).
  • Jean-Hugues Barthélémy, Simondon ou l'encyclopédisme génétique, Paris, PUF, coll. « Science, histoire et société », , 176 p. (ISBN 9782130566779).
  • Alexandra Bidet et Marielle Macé, « S'individuer, s'émanciper, risquer un style (autour de Simondon) », Revue du MAUSS, no 38,‎ , p. 397-412 (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2019).
  • Vincent Bontems (dir.), Gilbert Simondon ou l'invention du futur : Colloque de Cerisy, Paris, Klincksieck, , 376 p. (ISBN 9782252040201).
  • Cahiers Simondon n°1, par Jean-Hugues Barthélémy (dir.), Paris, L'Harmattan, 2009, 152 p.
  • Cahiers Simondon n°2, par Jean-Hugues Barthélémy (dir.), Paris, L'Harmattan, 2010, 154 p.
  • Cahiers Simondon n°3, par Jean-Hugues Barthélémy (dir.), Paris, L'Harmattan, 2011, 158 p.
  • Cahiers Simondon n°4, par Jean-Hugues Barthélémy (dir.), Paris, L'Harmattan, 2012, 146 p.
  • Cahiers Simondon n°5, par Jean-Hugues Barthélémy (dir.), Paris, L'Harmattan, 2013, 145 p.
  • Cahiers Simondon n°6, par Jean-Hugues Barthélémy (dir.), Paris, L'Harmattan, 2015, 148 p.
  • Pascal Chabot, La philosophie de Simondon, Paris, Vrin, , 160 p. (ISBN 9782711616008).
  • Pascal Chabot (dir.), Simondon, Paris/Bruxelles, Vrin/Annales de l’institut de philosophie de l’université de Bruxelles, , 208 p. (ISBN 9782711615384).
  • Collège international de philosophie, Gilbert Simondon : Une pensée de l'individuation et de la technique, Paris, Albin Michel, , 288 p. (ISBN 9782226074690).
  • Muriel Combes, Simondon, une philosophie du transindividuel, Ouistreham, Éditions Dittmar, coll. « Études Simondoniennes », , 208 p. (ISBN 2916294414).
  • Muriel Combes, La vie inséparée : Vie et sujet au temps de la biopolitique, Ouistreham, Éditions Dittmar, coll. « Études Simondoniennes », , 334 p. (ISBN 9782916294315).
  • Didier Debaise, « Le langage de l'individuation », Multitudes, no 18,‎ , p. 101-106 (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2019).
  • Gilles Deleuze, « Gilbert Simondon, L’individu et sa genèse physico-biologique », dans L'Île déserte et autres textes (1953-1974), Paris, Minuit, (ISBN 9782707317612).
  • Nicolas Dittmar, Une autre subjectivité : Étude sur la philosophie de Gilbert Simondon, Ouistreham, Éditions Dittmar, coll. « Études Simondoniennes », , 102 p. (ISBN 2916294422).
  • Nicolas Dittmar, Phénoménologie et individuation : La vie du corps, Ouistreham, Éditions Dittmar, coll. « Études Simondoniennes », , 160 p. (ISBN 2916294465).
  • Coline Ferrarato, Philosophie du logiciel : Dialogue entre Simondon et un objet technique numérique, Budapest, Collège Eötvös József ELTE, , 210 p. (ISBN 9786155897061).
  • « Gilbert Simondon : technique, image, invention », Critique n°816, Paris, Minuit, 2015.
  • « Gilbert Simondon », Revue philosophique de la France et de l'étranger, t. 131, no 3, 2006.
  • Special Issue: « Gilbert Simondon », SubStance, 41 (129), University of Wisconsin Press, 2012.
  • Gilbert Hottois, Simondon et la philosophie de la culture technique, Louvain-la-Neuve, De Boeck Université, , 140 p. (ISBN 9782804116828).
  • Alain Jugnon, Nietzsche et Simondon : Le théâtre du vivant, Ouistreham, Éditions Dittmar, coll. « Études Simondoniennes », , 352 p. (ISBN 2916294-29-5).
  • Sacha Loeve, « Technique, travail et anthropologie chez Arendt et Simondon », Cahiers Simondon,‎ , p. 31-49 (lire en ligne, consulté le 29 juillet 2019).
  • Baptiste Morizot, Pour une théorie de la rencontre : Hasard et individuation chez Gilbert Simondon, Paris, Vrin, , 248 p. (ISBN 9782711626717).
  • Jacques Roux (dir.), Gilbert Simondon : Une pensée opérative, Saint-Étienne, Publications de l'Université de Saint-Étienne, , 330 p. (ISBN 9782862722405).
  • Nathalie Simondon, « Biographie », sur gilbert.simondon.fr (consulté le 19 juillet 2019).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier