Ouvrir le menu principal

Gare de Saint-Omer (Pas-de-Calais)

gare française
Ne doit pas être confondu avec Gare de Saint-Omer-en-Chaussée.

Saint-Omer (Pas-de-Calais)
Image illustrative de l’article Gare de Saint-Omer (Pas-de-Calais)
Le bâtiment voyageurs, en .
Localisation
Pays France
Commune Saint-Omer
Adresse Place du 8-Mai-1945
62500 Saint-Omer
Coordonnées géographiques 50° 45′ 14″ nord, 2° 16′ 01″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
CAPSO (BV)
Exploitant SNCF
Services TER Hauts-de-France
Fret
Caractéristiques
Ligne(s) Lille aux Fontinettes
Saint-Omer à Hesdigneul
Voies 3 (+ voies de service)
Quais 2
Altitude 8 m
Historique
Mise en service
Architecte Ligny, Aumont et Vainet
Protection  Inscrit MH (1984)
Correspondances
Autobus voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Saint-Omer (Pas-de-Calais)

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Saint-Omer (Pas-de-Calais)

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

(Voir situation sur carte : Pas-de-Calais)
Saint-Omer (Pas-de-Calais)

La gare de Saint-Omer (Pas-de-Calais) est une gare ferroviaire française des lignes de Lille aux Fontinettes et de Saint-Omer à Hesdigneul, située à proximité du centre-ville de Saint-Omer, sous-préfecture du département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France.

Elle est mise en service en 1848 par la Compagnie des chemins de fer du Nord. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains TER Hauts-de-France.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 8 mètres d'altitude, la gare de Saint-Omer (Pas-de-Calais) est située au point kilométrique (PK) 66,352[1] de la ligne de Lille aux Fontinettes, entre les gares de Renescure et de Watten - Éperlecques. Gare de bifurcation, elle est l'origine de la ligne de Saint-Omer à Hesdigneul, partiellement déclassée et utilisée pour le fret sur les sections subsistantes.

HistoireModifier

La gare de Saint-Omer est mise en service le [2] par la Compagnie des chemins de fer du Nord, lorsqu'elle ouvre la section de Lille à Saint-Pierre-lès-Calais de sa ligne de Lille à Calais.

En 1880, divers travaux sont effectués : établissement d'une prise d'eau et d'une fosse à piquer le feu ; remplacement d'un pont tournant ; remplacement de deux plaques tournantes de 3,40 m par des plaques d'un diamètre de 4,20 m ; établissement d'un « chauffoir » ; installation d'une sonnerie électrique à l'aiguille de dédoublement de la voie unique vers Boulogne ; établissement de sonneries d'annonce sur la ligne de Berguette à Saint-Omer[3].

 
Façade du bâtiment voyageurs inauguré en 1904.

Devenue vétuste et manquant d'espaces, elle est remplacée en 1902[4] par un nouveau bâtiment voyageurs, construit par les architectes Clément Ligny, Aumont et Vainet, pour la Compagnie des chemins de fer du Nord. Elle est inaugurée par le ministre Gaston Doumergue, le [5]. Ce bâtiment, qui paraît disproportionné par rapport à l'importance de la ville, semble ressembler au château de Cheverny et dispose de cheminées monumentales[6].

Endommagée par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, la partie centrale est remise en état en 1948.

La gare fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques, depuis le [7].

En , l'aller-retour quotidien avec Paris en TGV, qui existait depuis 1993, est supprimé. En effet, le conventionnement de cette liaison déficitaire n'a pas été renouvelé après sa dernière échéance, puisque le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, la communauté d'agglomération de Saint-Omer et la chambre de commerce et d'industrie n'ont pas souhaité continuer à payer 80 000 euros par an, car seule une vingtaine de voyageurs quotidiens (en moyenne) montent dans ce train à Saint-Omer[8].

Le bâtiment voyageurs est fermé depuis le par mesure de sécurité, du fait d'un risque d'effondrement du plafond et de ses verrières[9] ; en effet, la proximité du marais audomarois rend le sol instable pour un édifice qui est lourd en raison de son caractère massif[6]. Le service de ventes de billet est réinstallé dans un préfabriqué à proximité. En , ledit bâtiment est racheté par la communauté d'agglomération, pour être entièrement réhabilité (réintroduction d'un guichet de la SNCF, création de quelques commerces et d'un espace de coworking, aménagement d'une crèche) et ainsi être rouvert au public à la fin de l'année 2019[10],[11]. Les travaux commencent en , par la démolition des espaces intérieurs tels que les anciens guichets, opération qui va être accompagnée d'un désamiantage[12].

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

Gare SNCF, elle dispose d'un guichet ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport. C'est une gare « Accès Plus », ayant des aménagements, des équipements et des services pour les personnes à la mobilité réduite[13].

Un souterrain permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre[13].

DesserteModifier

Saint-Omer (Pas-de-Calais) est desservie par des trains TER Hauts-de-France qui effectuent des missions entre les gares : de Lille-Flandres, ou Béthune, ou Hazebrouck, et de Calais-Ville[13].

IntermodalitéModifier

Un parc pour les vélos et un parking sont aménagés à ses abords. La gare est desservie par des autobus[13] (réseau urbain Mouvéo).

Service des marchandisesModifier

Saint-Omer (Pas-de-Calais) est ouverte au service du fret[14].

Notes et référencesModifier

  1. Livre : Nouvelle géographie ferroviaire de la France, par Gérard Blier, tome 2, planche no 22.
  2. Article du 19 avril 2009 ; lire (consulté le 18 janvier 2012).
  3. Gallica.bnf.fr : « Gare de Saint-Omer », dans Rapports et délibérations - Pas-de-Calais, Conseil général, 1880/08, p. 229 ; lire l'intégral (consulté le 4 octobre 2013).
  4. La gare SNCF de Saint-Omer, sur le « site évolutif construit avec les élèves de l'école Paul-Bert de Saint-Omer dans le cadre de classes PAC et APAC », avec pour partenaires : les ateliers du patrimoine ville Saint-Omer, la DRAC et l'Inspection Académique du Pas-de-Calais.
  5. Cent ans de vie dans la région, Tome 1 : 1900-1914, éditions La Voix du Nord, 1998, page 47.
  6. a et b [vidéo] + Escapade : étonnante Gare de St-Omer ! sur Dailymotion (consulté le ).
  7. Notice no PA00108409, base Mérimée, ministère français de la Culture (consultée le ).
  8. « La ligne TGV à Saint-Omer, déficitaire, vit ses derniers mois », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 27 janvier 2017) ; ce document est une archive.
  9. « Saint-Omer : les habitudes modifiées en gare depuis la fermeture du bâtiment », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 24 janvier 2017) ; ce document est une archive.
  10. Valéry Duhaut, « Saint-Omer : la gare, désormais propriété de l’agglo, rouvrira fin 2019 », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 24 janvier 2017).
  11. Agathe Villemagne, « Future gare : Gérald Darmanin, vice-président à la Région, sur les rails », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 24 janvier 2017).
  12. Valéry Duhaut, « Derniers clichés de l’intérieur de la gare avant la démolition », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 24 janvier 2017).
  13. a b c et d Site SNCF TER Hauts-de-France, Gare de Saint-Omer (consulté le ).
  14. Archive du site de Fret SNCF : la gare de Saint-Omer (consultée le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Calais-Ville Watten - Éperlecques TER Hauts-de-France Hazebrouck Hazebrouck
ou Lille-Flandres
Calais-Ville Watten - Éperlecques TER Hauts-de-France Terminus
ou Renescure
Terminus
ou Hazebrouck
ou Béthune
ou Lille-Flandres
Terminus Terminus TER Hauts-de-France Hazebrouck Lille-Flandres