Ouvrir le menu principal

Maubeuge
Image illustrative de l’article Gare de Maubeuge
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Maubeuge
Adresse Place de la Gare
59600 Maubeuge
Coordonnées géographiques 50° 16′ 21″ nord, 3° 58′ 00″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Hauts-de-France
IC
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Creil à Jeumont
Maubeuge à Fourmies
Voies 6 (+ voies de service)
Quais 3
Altitude 134 m
Historique
Mise en service

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Maubeuge

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Maubeuge

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Maubeuge

La gare de Maubeuge est une gare ferroviaire française de la ligne de Creil à Jeumont, située au sud-ouest du centre-ville de Maubeuge, à proximité de la commune de Louvroil, dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Elle est mise en service en 1855, par la Compagnie des chemins de fer du Nord. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains TER Hauts-de-France et par une navette ferroviaire de la SNCB.

Sommaire

Situation ferroviaireModifier

 
Quais et voies.

Établie à 134 mètres d'altitude, la gare de Maubeuge est située au point kilométrique (PK) 228,418[1] de la ligne de Creil à Jeumont, entre les gares de Louvroil et des Bons-Pères. Gare de bifurcation, elle est l'origine de la ligne de Maubeuge à Fourmies (en grande partie déclassée).

HistoireModifier

La station de Maubeuge est mise en service le [2] par la Compagnie des chemins de fer du Nord, lorsqu'elle ouvre la section de Hautmont à Erquelinnes. Du fait des impératifs des militaires, Maubeuge étant une place forte où il ne doit y avoir aucun obstacle pouvant diminuer la sécurité des fortifications, les premiers bâtiments ne sont que provisoires[3].

Elle devient une gare de bifurcation avec l'ouverture, en 1862[4], du chemin de fer industriel créé par Pierre François Dumont[5], un entrepreneur qui a installé le premier haut fourneau de Ferrière-la-Grande en 1829[6]. Cette même année, le service des ponts et chaussées et les militaires négocient le remplacement des installations provisoires par une nouvelle gare[7]. L'important bâtiment, construit en bois et briques (pour être facilement démontable), est mis en service en 1863[3]. Un buffet est édifié en 1864[8].

Le tableau du classement par produit des gares du département du Nord pour l'année 1862, réalisé par Eugène de Fourcy (ingénieur en chef du contrôle), place la station de Maubeuge au 14e rang, et au 25e pour l'ensemble du réseau du Nord, avec un total de 484 207,86 F[9]. Dans le détail, cela représente : 15 275,83 F pour un total de 67 925 voyageurs transportés, la recette marchandises étant de 15 275,83 F (grande vitesse) et de 347 292,62 F (petite vitesse)[9].

Plusieurs projets, pour une ligne de Maubeuge à Fourmies, vont se succéder et repousser d'autant la création de ce chemin de fer, qui est finalement mis en service le [4] ; il propose alors un total de huit trains par jour (allers et retours)[4]. Deux autres réalisations vont participer à l'augmentation de la fréquentation de la gare (puisqu'elles la desservent), bien qu'elles ne soient pas directement liées au réseau national des chemins de fer : la ligne secondaire à voie métrique, de Maubeuge à Villers-Sire-Nicole (longue de 13 km), est mise en service en 1896[10] ; l'ouverture, le [11], de la première ligne des tramways électriques de Maubeuge.

La ligne secondaire de Maubeuge à Villers-Sire-Nicole, ainsi que le réseau des tramways électriques, ferment définitivement en 1951. Le service voyageurs de la ligne de Maubeuge à Fourmies est quant à lui supprimé en 1969[4], par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) ; la fin du service marchandises, sur cette même ligne, intervient en 1976[4].

En 1994, le train Paris-Nord – Creil – Compiègne – Maubeuge – Jeumont – Namur est supprimé, pour laisser la place au TGV entre Paris et Liège, passant par Mons et Charleroi ; ce dernier ne dessert pas Maubeuge, car il emprunte la LGV Nord pour atteindre la Belgique. Néanmoins, une navette ferroviaire, assurée par un InterCity (IC) de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB), est créée en  ; elle permet, moyennant une correspondance en gare de Maubeuge, de se rendre de Namur à Paris-Nord.

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs (avec guichets), ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport. C'est une gare « Accès Plus » disposant d'aménagements, d'équipements et services pour les personnes à la mobilité réduite. Le hall de la gare abrite, entre autres, un buffet / bar et une boutique de presse[12].

Un souterrain permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre.

DesserteModifier

 
Un TER en gare.

Maubeuge est desservie par des trains TER Hauts-de-France, dont la liaison Paris-Nord – Maubeuge, et par ceux effectuant des missions entre les gares : de Lille-Flandres et de Jeumont via Valenciennes ; d'Aulnoye-Aymeries, ou de Busigny, et de Jeumont[12].

À cela s'ajoute une navette IC de la SNCB, vers Charleroi-Sud et Namur ; elle est en correspondance avec les trains de Paris[12].

IntermodalitéModifier

Un parc pour les vélos et un parking sont aménagés à ses abords[12].

Service des marchandisesModifier

La gare de Maubeuge est ouverte au service du fret[13].

Notes et référencesModifier

  1. Fascicule "Gares et lignes du Nord" édité par le COPEF en 1985.
  2. François Palau, Maguy Palau, Le rail en France : 1852-1857, Palau, 1998, p. 119 extrait (consulté le 1er janvier 2012).
  3. a et b lavoixdunord.fr, « La gare de Maubeuge : le camembert est trentenaire », article du dimanche 4 mai 2008, lire (consulté le 1er janvier 2012).
  4. a b c d et e Site Avesnois Inconnu, Petite histoire de la voie ferrée Maubeuge-Fourmies lire (consulté le 1er janvier 2012).
  5. Site La Voix du Nord, D'Haumont à Cousolre : Voulue par un industriel, la gare abrite aujourd'hui le relais éco-vélo lire (consulté le 1er janvier 2012).
  6. site assemblee-nationale.fr Pierre, François Dumont (1789-1864) lire (consulté le 1er décembre 2012).
  7. Site gallica.bnf.fr, Rapports et délibérations - Nord, Conseil général, 1862 (R), p. 150 intégral (consulté le 1er janvier 2012).
  8. Site gallica.bnf.fr « Chemin de fer du Nord, rapport de l'ingénieur en chef du contrôle : Gares et stations », dans Rapports et délibérations - Nord, Conseil général, 1864, p. 147 intégral (consulté le 16 janvier 2012).
  9. a et b Site gallica.bnf.fr « 7 Exploitation commerciale », dans Rapports et délibérations - Nord, Conseil général, 1863, p. 176 intégral (consulté le 27 janvier 2012).
  10. Site Facs, « Compagnie du Chemin de fer de Maubeuge à Villers-Sire-Nicole (MV) 13 km », dans Les chemins de fer secondaires de France : 59 - département du Nord lire (consulté le 1er janvier 2012).
  11. Site amtuir.org Maubeuge : Service par tramways du 16 mars 1902 à 1951 lire (consulté le 1er décembre 2012).
  12. a b c et d Site SNCF TER Hauts-de-France, Gare de Maubeuge (consulté le ).
  13. Site Fret SNCF : la gare de Maubeuge.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Terminus Terminus IC Charleroi-Sud Namur
Paris-Nord Aulnoye-Aymeries TER Hauts-de-France Terminus Terminus
Busigny Hautmont
ou Aulnoye-Aymeries
TER Hauts-de-France Terminus
ou Jeumont
Terminus
ou Jeumont
Lille-Flandres Hautmont
ou Aulnoye-Aymeries
TER Hauts-de-France Terminus
ou Les Bons-Pères
ou Recquignies
ou Jeumont
Terminus
ou Jeumont
Aulnoye-Aymeries Hautmont TER Hauts-de-France Terminus
ou Jeumont
Terminus
ou Jeumont
Aulnoye-Aymeries Louvroil TER Hauts-de-France Les Bons-Pères
ou Recquignies
ou Jeumont
Jeumont