Ouvrir le menu principal

Ligne de Creil à Jeumont

ligne de chemin de fer française

Ligne de
Creil à Jeumont
⇒ Voir la carte de la ligne. ⇐
Carte de la ligne
⇒ Voir l'illustration ⇐
Vue générale de la gare de Saint-Quentin.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Creil, Compiègne, Chauny, Tergnier, Saint-Quentin, Busigny, Aulnoye-Aymeries, Maubeuge, Jeumont
Historique
Mise en service 1847 – 1855
Électrification 1961 – 1964
Concessionnaires Creil à Saint-Quentin (1845 – 1847)
Nord (1847 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 242 000
Longueur 187 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 25 kV – 50 Hz
Nombre de voies Double voie
Signalisation BAL
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER
Fret selon les sections
Schéma de la ligne

La ligne de Creil à Jeumont est une ligne de chemin de fer du Nord de la France, à double voie et longue de 187 kilomètres.

Ouverte à partir de 1847 par la Compagnie des chemins de fer du Nord, elle constitue une partie de la grande artère historique entre Paris et Bruxelles, entre Creil, sur la ligne de Paris à Lille dont elle constitue un embranchement, et Jeumont, près de la frontière franco-belge.

Constituée par étapes au départ de Creil, elle a tenu un rôle international majeur depuis son origine, aussi bien pour les trains de voyageurs, avec les mythiques TEE, que pour les marchandises. Le lancement de Thalys par la LGV Nord, en 1996, lui a fait perdre ses trains les plus nobles, lui laissant les « Corail » devenus « Intercités » puis TER, ainsi que les autres TER Hauts-de-France et toujours le fret.

Elle constitue la ligne no 242 000[1] du réseau ferré national.

Sommaire

HistoireModifier

Mises en serviceModifier

De Creil à CompiègneModifier

 
Carte du tracé de la ligne.
 
La gare de Creil en 1918.

En 1842, lorsqu'une ligne est envisagée pour relier Paris à la Belgique, deux tracés sont retenus : un via Amiens, et un par Saint-Quentin. Le premier est retenu, car permettant de rassembler en long tronc commun les liaisons vers la Belgique et l'Angleterre par Boulogne, et en raison du poids économique et démographique du Nord de la France et de la Belgique occidentale.

Toutefois, l'importance économique de Saint-Quentin, grand centre industriel de la vallée de la Somme, et l'idée de relier plus directement Paris au sud de la Belgique et à la vallée inférieure du Rhin laissent apparaître cet embranchement comme nécessaire. La ligne d'Erquelines à Charleroi, bientôt achevée du côté Belge, apporte un élément favorable à cette réalisation, qui permettra de relier Paris à Cologne en 517 km contre 610 via Valenciennes et Malines. Elle ouvre de nouveaux marchés à l'industrie de l'Aisne, dont les glaces de Saint-Gobain, les verreries de Folembray ainsi que les produits chimiques, les toiles, laines et châles, et rapproche les laminoirs français du Nord des hauts-fourneaux de Charleroi[2].

Considéré comme non-prioritaire en 1842, l'embranchement ne peut prétendre à une subvention. Toutefois, plusieurs compagnies proposent de le réaliser. L'adjudication échoit à celle qui propose le plus important rabais sur la durée de concession, originellement fixée à cinquante ans et un mois[3].

La loi du autorise l'adjudication du chemin de fer de Creil à Saint-Quentin[4]. Le 29 décembre suivant, une ordonnance royale approuve l'adjudication de la ligne à une société, formée de plusieurs administrateurs de la compagnie du Nord, la Compagnie du chemin de fer de Creil à Saint-Quentin[5].

La fusion de cette compagnie avec la compagnie du Nord, dont le capital social augmente de 150 à 180 millions de francs, accélère la mise en chantier de la ligne[3].

Le , l'assemblée générale des actionnaires de la compagnie accepte la cession de l'embranchement de Creil à Saint-Quentin, cession homologuée par l'ordonnance royale du . La concession est d'une durée de vingt-quatre ans et onze mois[2].

La réalisation de la ligne entre Creil et Compiègne dure seulement quatre mois, de juin à octobre 1847. Elle forme un embranchement de la ligne Paris - Lille à partir de la gare de Creil. La ligne ne nécessite pas d'importants ouvrages d'art, tout juste quelques ponts pour la traversée des routes. Néanmoins, les terrassements sont importants, avec un apport de sable et de cailloux pour asseoir solidement la plateforme sur les terrains inconsistants de la rive droite de l'Oise. Le tronçon est inauguré le  : un convoi parti de Paris à huit heures emmène les administrateurs, dont J. de Rothschild, Delebecque et les frères Pereire, ainsi que les ingénieurs chargés de la construction. Il arrive à Compiègne à onze heures, où il est accueilli par la municipalité, ainsi que les autorités militaires et religieuses. La locomotive est bénie par le curé avant le traditionnel banquet. Le train inaugural quitte la ville à quatre heures et rejoint Paris en deux heures quinze[3].

De Compiègne à TergnierModifier

La Révolution française de 1848 ralentit les travaux de la section entre Compiègne et Noyon, longue de 23 kilomètres : elle n'est achevée qu'au début de l'année 1849, quinze mois après la précédente. Elle suit également la vallée de l'Oise de façon plus ou moins proche, et connaît les mêmes difficultés de réalisation : les terrassements sont particulièrement importants en raison de l'inconsistance du terrain, de nature argileuse très fluide. Sur plusieurs kilomètres, la ligne est établie en tranchée dans le coteau dominant l'Oise, et les voies sont relevées d'un mètre afin de leur éviter tout recouvrement par la « roche coulante ». Les rails sont par ailleurs fixés sur des traverses jumelées pour accroître la solidité de leur assise. Deux stations sont prévues, à Thourotte et Ourscamp[6].

Un train de marchandises parcourt le tronçon dès le 29 janvier. La ligne est ouverte officiellement le , le lendemain de son inauguration par le président de la République lors d'une cérémonie fastueuse, où sont présents les ingénieurs de la ligne et des représentants du peuple dont Sainte-Beuve. Après l'accueil du convoi par les autorités municipales, religieuses et militaires, le discours du préfet de l'Oise précède le traditionnel banquet, aux écrevisses de Noyon. Il souligne l'importance du chemin de fer dans l'accélération des relations et pour l'économie locale : « Désormais Noyon et Compiègne sont devenus comme les quartiers distincts d'une même ville ; Paris n'est plus qu'à quelques heures et un seul jour va suffire aux transactions qui naguère exigeaient une moitié de la semaine et un surcroît de dépenses. »[6]

Le court tronçon de Noyon à Chauny, long de 17 kilomètres, est ouvert le , huit mois après le tronçon précédent et sans inauguration officielle, celle-ci étant prévue lors de l'ouverture de la totalité de la ligne[7].

De Tergnier à Saint-QuentinModifier

 
Un train Bruxelles-Midi - Paris-Nord tracté par une locomotive belge série 18 entre en gare de Compiègne en 1989, avant l'ouverture de la LGV Nord et la création du service Thalys.
 
La bifurcation de Nogent-sur-Oise à la sortie nord-est de la gare de Creil : à gauche, la ligne de Paris-Nord à Lille, à droite, l'origine de la ligne de Creil à Jeumont.

Ce tronçon, long de 22 kilomètres, est ouvert officiellement le , mais dès le 20 avril, des locomotives relient Creil à Saint-Quentin sur une seule des deux voies. L'inauguration a seulement lieu le , retardée par les travaux parlementaires. Célébrant l'achèvement de la ligne depuis Creil, celle-ci est particulièrement solennelle[8].

Le président de la République est accompagné par plus de quatre-cents invités, dont les responsables de la Compagnie du Nord. Le convoi inaugural quitte Paris à 10h et parvient à 13h45 à Saint-Quentin après un arrêt à Creil. Les festivités sont rendues joyeuses par l'enthousiasme de la foule, venue applaudir cette image du progrès, mais également le prince président Napoléon. Les voies et les locomotives sont bénies par l'évêque de Soissons, puis après la réception à l'Hôtel de Ville, magnifiquement décoré, une visite à l'abbaye de Fervaque permet aux invités d'admirer une exposition consacrée aux industries et à l'horticulture, avant le banquet et les traditionnels discours.

L'embranchement de 102 kilomètres achève le réseau de la Compagnie du Nord, ensemble de 705 kilomètres le plus important en France : en 1851, 228 locomotives y circuleront. Toutefois, l'administration des Travaux Publics envisage déjà un petit réseau centré sur Saint-Quentin : après la ligne vers Erquelines et celle vers Reims, une autre ligne est prévue vers Cambrai et Douai. Elle établirait une liaison rapide entre les ports de la Manche et de la mer du Nord d'une part, et les départements de l'Est d'autre part[8].

De Saint-Quentin à JeumontModifier

La ligne « de Saint-Quentin à Erquelinnes » est concédée à la Compagnie des chemins de fer du Nord par une convention signée le 18 février 1852 entre le ministre des Travaux publics et la compagnie. Cette convention est approuvée par un décret à la même date[9].

La ligneModifier

Vitesses limitesModifier

Vitesses limites de la ligne en 2012 pour les AGC et les trains V 160 en sens impair (certaines catégories de trains, comme les trains de marchandises, possèdent des limites plus faibles)[10] :

De À Limite
Creil - Voyageurs Bifurcation de Nogent 150
Bifurcation de Nogent Km 69,8 160
Km 69,8 Km 70,7 150
Km 70,7 Km 82,6 160
Km 82,6 Km 90,4 150
Km 90,4 Km 128,7 160
Km 128,7 Tergnier Voyageurs 140
Tergnier - Voyageurs Busigny - Voyageurs 160
Busigny - Voyageurs Pancarte km 188,3 160
Pancarte km 188,3 Pancarte km 192,3 140
Pancarte km 192,3 Pancarte km 222,2 160
Pancarte km 222,2 Bifurcation d'Hautmont (km 224,8) 140
Bifurcation d'Hautmont (km 224,8) Pancarte km 230,6 120
Pancarte km 230,6 Jeumont - BV 140
Jeumont - BV Jeumont - Frontière 120

Notes et référencesModifier

  1. Fascicule Gares et lignes du nord, édité par le COPEF (Cercle Ouest Parisien d'Études Ferroviaires) en 1985.
  2. a et b François et Maguy Palau, Le rail en France - Les 80 premières lignes 1820 - 1851, p. 155
  3. a b et c François et Maguy Palau, Le rail en France - Les 80 premières lignes 1820 - 1851, p. 156
  4. « N° 12096 - Loi relative au chemin de fer de Paris à la frontière de Belgique, avec embranchements de Lille sur Calais et Dunkerque, au chemin de fer de Creil à Saint-Quentin, et au chemin de fer de Fampoux à Hazebrouck : 15 juillet 1845 », Bulletin des lois du Royaume de France, Paris, Imprimerie Royale, série IX, vol. 31, no 1221,‎ , p. 116 - 176 (lire en ligne).
  5. « N° 12527 - Ordonnance royale qui approuve l'adjudication passée, le 20 décembre 1845, pour la concession du chemin de fer de Creil à Saint-Quentin : 29 décembre 1845 », Bulletin des lois du Royaume de France, Paris, Imprimerie Royale, série IX, vol. 31, no 1266,‎ , p. 1264 - 1265 (lire en ligne).
  6. a et b François et Maguy Palau, Le rail en France - Les 80 premières lignes 1820 - 1851, p. 171
  7. François et Maguy Palau, Le rail en France - Les 80 premières lignes 1820 - 1851, p. 185
  8. a et b François et Maguy Palau, Le rail en France - Les 80 premières lignes 1820 - 1851, p. 188
  9. « N° 3716 - Décret qui approuve la convention passée, le 18 février 1852, entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie du chemin de fer du Nord : 18 février 1852 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série X, vol. 9, no 496,‎ , p. 527 - 531 (lire en ligne).
  10. Renseignements techniques SNCF/RFF - RT 2300 Creil - Busigny et RT 2301 Busigny - Jeumont - Erquelinnes (SNCB)

BibliographieModifier

  • Jean Tricoire et Jean-Paul Geai, Les lignes de Paris à Lille, Bruxelles et Liège - Histoire et description de trois lignes emblématiques du Nord, Numéro spécial N°50 (2/2007) de la revue Le Train (ISSN 1267-5008)
  • François et Maguy Palau, Le rail en France - Les 80 premières lignes 1820 - 1851, 1995, 217 p. (ISBN 9782950942104)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier