François Zocchetto

homme politique français

François Zocchetto
Illustration.
François Zocchetto en 2015.
Fonctions
Maire de Laval

(6 ans, 2 mois et 29 jours)
Prédécesseur Jean-Christophe Boyer
Successeur Florian Bercault
Président du groupe Union centriste du Sénat

(6 ans, 7 mois et 21 jours)
Élection
Prédécesseur Nicolas About
Successeur Hervé Marseille
Sénateur

(15 ans, 11 mois et 29 jours)
Élection 23 septembre 2001
Réélection 25 septembre 2011
Circonscription Mayenne
Groupe politique UC
Vice-président du conseil
régional des Pays-de-la-Loire

(6 ans et 12 jours)
Élection 15 mars 1995
Président François Fillon
Biographie
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Laval (Mayenne)
Nationalité Française
Parti politique AC, UDI
Diplômé de ESCP Europe
IEP de Paris
Profession Avocat

François Zocchetto, né le à Laval, est un homme politique français. Sénateur de la Mayenne de 2001 à 2017, il préside le groupe Union centriste au Sénat à partir de 2011. Il est également maire de Laval de 2014 à 2020.

BiographieModifier

ÉtudesModifier

Ancien élève des lycées Ambroise Paré à Laval puis Stanislas à Paris, François Zocchetto est diplômé de l'ESCP Europe et de l'Institut d'études politiques de Paris.

Carrière professionnelleModifier

Rapporteur près la Cour suprême du Sénégal à Dakar de 1983 à 1984, puis expert-comptable mémorisation au cabinet Jean Arthuis & associés à Paris en 1985, il devient avocat associé gérant de la société d'avocats Zocchetto, Richefou & associés à partir de 1987. Il est membre du conseil de l'ordre des avocats de 1990 à 1996 et membre associé de la Chambre de commerce et d'industrie de la Mayenne depuis 1987.

Parcours politiqueModifier

 
François Zocchetto le soir de son élection, le 30 mars 2014

François Zocchetto est conseiller municipal de Laval de 1989 à 1995 puis adjoint au maire, François d'Aubert, de 1995 à 2001, année où il démissionne en raison de la législation sur le non-cumul de mandats, ayant été élu sénateur de la Mayenne. Il est aussi premier vice-président de la communauté d'agglomération de Laval, chargé des finances, à partir de 1995. Il devient en 1998 vice-président du conseil régional des Pays-de-la-Loire.

Le 23 septembre 2001, il est élu sénateur pour un mandat qui commence le 1er octobre suivant. Il préside le groupe Union centriste de 2011 à 2017. Il est aussi membre de la commission des lois et président du groupe d'amitié France-Italie. En 2011, il est réélu au Sénat.

Après avoir soutenu François Bayrou au premier tour de la présidentielle de 2012, il apporte son soutien à Nicolas Sarkozy pour le second[1].

Conseiller municipal d'opposition à Laval de 2008 à 2014, il est candidat comme tête de la liste d'union de la droite « Ensemble réveillons Laval » aux élections municipales des 23 et 30 mars 2014. Il se place en tête au premier tour avec 46,4 % des voix et remporte le second avec 51,57 % en battant le maire socialiste sortant Jean-Christophe Boyer. Le 4 avril suivant, il est élu maire par le nouveau conseil municipal et, le 25 avril, président de Laval Agglomération.

Le 30 septembre 2014, il est désigné par l'UDI comme candidat centriste à la présidence du Sénat[2]. Il recueille 45 suffrages à l'issue du premier tour de scrutin, avant de se prononcer en faveur de la candidature de Gérard Larcher pour la présidence de la Chambre haute.

Le 25 février 2015, François Zochetto effectue une visite en Syrie avec trois autres parlementaires français. Il y rencontre le président Bachar el-Assad. Ces quatre parlementaires se sont rendus en Syrie « en mission personnelle » sans l'aval du gouvernement français. Cette visite est la première d'élus français depuis la rupture des relations diplomatiques décidée par plusieurs gouvernements européens en mai 2012[3].

Il est opposé à la suppression de l'obligation de publicité légale dans les journaux d'annonces légales[4].

Il soutient François Fillon pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[5].

Le 1er juillet 2017, en raison de la loi sur le non-cumul des mandats, il annonce qu'il ne se représente pas comme sénateur afin de rester maire de Laval[6].

Le 12 novembre 2019, Mediapart publie le témoignage d'une ancienne collaboratrice de Jean-Vincent Placé qui accuse François Zocchetto de propos sexistes et d'attouchements lors d'une danse imposée par Jean-Vincent Placé à l'ambassade de France à Rome durant la nuit du 14 au 15 juillet 2016[7],[8]. François Zocchetto nie dans un premier temps sa présence à l'ambassade au moment des faits[9]. Il reconnaît ensuite avoir dansé un slow avec l’accusatrice et s'excuse d'un « manque de retenue » imposé en partie par « une demande pressante » de Jean-Vincent Placé[7].

À l’approche des élections municipales de 2020, François Zocchetto évoque une manœuvre du Parti socialiste qui aurait pour but de le déstabiliser politiquement[10]. Le 2 décembre 2019, il annonce qu'il ne se représentera pas pour un nouveau mandat de maire, afin « que la campagne puisse se dérouler sereinement »[11].

OuvrageModifier

  • 2017 : Les fils de Postua ou le ciment de l'avenir

Notes et référencesModifier

  1. « Les sénateurs centristes pour Sarkozy », Le Figaro, 23 avril 2012.
  2. Laure Equy, « « Au Sénat, il n'y a pas que des dorures et des papis misogynes », liberation.fr, 30 septembre 2014.
  3. « "Syrie: quatre parlementaires français rencontrent Bachar al-Assad" », sur BFM.TV, (consulté le 24 janvier 2018)
  4. « Suppression de l'obligation de publicité légale dans les journaux d'annonces légales », senat.fr, 10 décembre 2015.
  5. « François Zocchetto rejoint l’équipe de campagne de François Fillon », ouest-france.fr, 15 décembre 2016.
  6. Recueilli par Jérôme Bezannier, « François Zocchetto : « Je choisis Laval » », sur Ouest-France.fr, (consulté le 4 décembre 2019)
  7. a et b « Violences faites aux femmes : le maire de Laval François Zocchetto au centre d'un témoignage accablant », sur France 3 Pays de la Loire (consulté le 30 novembre 2019)
  8. Lénaïg Bredoux, « Après #MeToo et avant les municipales, les partis sont tentés par le statu quo », sur Mediapart (consulté le 30 novembre 2019)
  9. Jean-François VALLEE, « Laval. La soirée romaine du maire François Zocchetto », sur Ouest-France.fr, (consulté le 30 novembre 2019)
  10. Nouvel Obs, « « C’est répugnant » : une ex-collaboratrice de Placé témoigne après avoir été contrainte de danser avec le maire de Laval »
  11. « Laval, municipales 2020 : attaqué, François Zocchetto renonce à briguer un second mandat », sur France 3 Pays de la Loire (consulté le 2 décembre 2019)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier