Ouvrir le menu principal
Frédéric de Galles
Description de cette image, également commentée ci-après
SAR le prince de Galles (1735) par Jacopo Amigoni.

Titre

Prince héritier du Royaume-Uni


(23 ans, 9 mois et 9 jours)

Prédécesseur George de Galles
Successeur George de Galles
Biographie
Titulature Prince de Galles
Duc de Rothesay
Duc d'Édimbourg
Duc de Cornouailles
Comte de Chester
Dynastie Maison de Hanovre
Distinctions Chevalier de l'Ordre de la Jarretière
Autres fonctions Membre de la Royal Society
Nom de naissance Frederick Louis
Naissance
Décès (à 44 ans)
Sépulture Abbaye de Westminster
Père George II de Grande-Bretagne
Mère Caroline de Brandebourg-Ansbach
Conjoint Augusta de Saxe-Gotha-Altenbourg (de 1736 à 1751)
Enfants Augusta de Hanovre
George III Red crown.png
Édouard-Auguste de Grande-Bretagne
Élisabeth de Grande-Bretagne
William Henry de Grande-Bretagne
Henri de Cumberland et Strathearn
Louise de Grande-Bretagne
Frédéric de Grande-Bretagne
Caroline Mathilde de Hanovre
Résidence Maison de Leicester (Londres)
Religion Anglicanisme

Description de cette image, également commentée ci-après

Frédéric, prince de Galles (Frederick Louis) (), prince de Galles et duc d'Édimbourg et de Cornouailles, fut un membre de la famille royale britannique et héritier présomptif à la couronne de Grande-Bretagne.

BiographieModifier

Il est le premier enfant et le fils aîné du roi George II de Grande-Bretagne et de la margravine Caroline de Brandebourg-Ansbach. Sa mésentente avec son père était célèbre au point qu'un esclandre se produisit en public le jour de son mariage. L'année suivante, le prince de Galles et son épouse furent chassés du palais royal. Autour d'eux se réunirent les opposants à la politique royale.

Il fut initié à la franc-maçonnerie par Jean Théophile Désaguliers dans palais de Kew, et devint en 1737 le premier membre de la famille royale élu grand-maître de la franc-maçonnerie anglaise, inaugurant ainsi la tradition plaçant celle-ci sous la protection de la famille royale britannique[1].

Frédéric est à la fois un mécène et un collectionneur d'art, exclusif et parfois extravagant. En 1737, son trésorier, John Hedges (1688-1737), communique au Parlement une note où il met en lumière que le prince a dépassé de six fois la somme qui lui est accordée dans le cadre de sa liste somptuaire, soit 65 000 £ (l'équivalent de 1,65 million de livres françaises). Son jeu secret, mené à coups d'intrigues, était de s'opposer à son père George II en termes de choix artistiques : ainsi, il détesta copieusement Georg Friedrich Haendel. Certains de ses protégés en furent parfois victime, comme Joseph Goupy[2].

MariageModifier

ArmoiriesModifier

  Blasonnement :
Écartelé, au 1, parti en I de gueules aux trois léopards d'or, armés et lampassés d'azur (d'Angleterre) ; au II d'or, au lion de gueules, armé et lampassé d'azur, dans un double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du second (d'Écosse) ; au 2, d'azur aux trois fleurs de lis d'or (de France moderne) ; au 3, d'azur, à la harpe d'or, cordée d'argent et (d'Irlande) ; au 4, tiercé en pairle renversé, I, de gueules, deux léopards d'or (de Brunswick) ; II, d'or, semé de cœurs de gueules, au lion d'azur, armé et lampassé du deuxième, brochant surtout ; III, de gueules, au cheval cabré d'argent, harnaché d'or (de Westphalie) ; le tout, brisé d'un lambel d'argent à trois pendants, chargé en cœur d'une croix de gueules.
Commentaires : Comme prince de Grande-Bretagne et d'Irlande (de 1717 à 1729).
  Blasonnement :
Écartelé, en I parti: en 1 de gueules aux trois léopards d'or, armés et lampassés d'azur (d'Angleterre) ; en 2 d'or, au lion de gueules, armé et lampassé d'azur, dans un double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du second (d'Écosse) ; en II d'azur aux trois fleurs de lis d'or (de France moderne) ; en III d'azur, à la harpe d'or, cordée d'argent (d'Irlande) ; et IV tiercé en pairle renversé, 1, de gueules, à deux léopards d'or (de Brunswick) ; 2, d'or, semé de cœurs de gueules, au lion d'azur, armé et lampassé du deuxième brochant (de Lunebourg) ; 3, de gueules, au cheval cabré d'argent, harnaché d'or (de Westphalie) ; sur-le-tout du IV, de gueules plain ; le tout, brisé d'un lambel d'argent à trois pendants.
Commentaires : Utilisée comme Prince de Galles (de 1729 à 1751).
  Blasonnement :
Écartelé, aux I et IV d'or, à la fasce échiquetée d'argent et d'azur de trois tires (des Stuart) ; et en II et IV d'argent à la voile carguée de sable, à trois pennons de gueules (de Carrick) ; sur-le-tout d'or, au lion de gueules dans un double trêcheur fleuronné et contre-fleuronné du même, armé et lampassé d'azur (d'Écosse) ; au lambel à trois pendants aussi d'azur.
Commentaires : Utilisée comme Duc de Rothesay en Écosse (de 1727 à 1751).
  Blasonnement :
De sable à quinze besants d'or.
Commentaires : Utilisée comme duc de Cornouailles (de 1727 à 1751).

AscendanceModifier

TitulatureModifier

  • Son altesse sérénissime le prince Frédéric de Hanovre (17071714)
  • Son altesse royale le prince Frédéric (17141726)
  • Son altesse royale le duc d'Édimbourg (17261727)
  • Son altesse royale le duc de Cornouailles et d'Édimbourg (1727)
  • Son altesse royale le prince de Galles (17271751)

Notes et référencesModifier

  1. Cécile Révauger, Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Le Livre de Poche, (ISBN 978-2-253-13032-1)
    article « Modern(e)s »
  2. (en) C. Reginald Grundy, The Volume of The Horace Walpole Society, vol. IX, Oxford, Oxford University Press, , 188 p. (lire en ligne), p. 76-87.

Articles connexesModifier