Ouvrir le menu principal

Lambel

meuble héraldique

En héraldique, un lambel est un meuble formé d'un filet horizontal assorti de pendants rectangulaires ou trapézoïdaux, généralement placé en chef. Il est souvent employé comme brisure.

Lambel

ÉtymologieModifier

Apparu en 1165, le mot « lambel » est en moyen français une forme de « lambeau ». du francique *labba, chiffon[1].

Il désigne à l'origine le travail de découpage du tissu pour y pratiquer des indentations. On retrouve typiquement ce genre d'ouvrage sur les bords de certains vêtements médiévaux comme les cornettes des chaperons ou les manches des houppelandes.

Il servait également dans les arts décoratifs, voir le motif dit lambrequin, employé surtout dans le style Louis XIV.

AspectModifier

Un lambel est constitué d'une traverse horizontale, souvent nommée fil et orné de pendants rappelant les indentations pratiquées dans les textiles. Les pendants sont le plus fréquemment au nombre de trois. Lorsque ce n'est pas le cas, on a de coutume de le signaler dans le blasonnement.

La forme du lambel a évolué dans le temps. Jusqu'à l'époque moderne, la traverse couvre toute la largeur du champ et les pendants sont rectangulaires et il a souvent gardé cette forme primitive dans l'héraldique britannique.

À partir du XVe siècle, ces derniers ont tendance à s'évaser en bas et deviennent trapézoïdaux. Dans le cours du XVIe siècle, enfin, la traverse a tendance à ne plus toucher les bords de l'écu. De nos jours, les formes médiévales du lambel (avec la traverse couvrant toute la largeur du champ) sont à nouveau à l'honneur.

UsageModifier

Le lambel est généralement placé en chef.

Dans certaines traditions, comme en Hollande, on le place néanmoins au centre de l'écu à l'époque moderne. Dans l'héraldique française, une des exceptions est le blason des sires des Beaujeu où le lambel est également placé au milieu de l'écu.

Les érudits du XVIIe siècle ont d'ailleurs pris l'habitude de souligner cette particularité en le disant brochant sur le tout.

Il servait de brisure pour les armes des fils aînés du vivant de leur père, ayant seuls le droit à porter les armes pleines de la famille à titre personnel[2]. À la mort du père, le fils aîné prenant seul possession de l'héritage comprenant les armoiries, le lambel passait sur le blason du fils cadet.

Par la suite, les familles issues de cadets prirent l'habitude de porter le lambel sur leur blason, ce qui en fit la brisure la plus utilisée en France.

ExemplesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Source: Le Grand Robert, 2017.
  2. C'est probablement pour cette raison que le blason de Beaujeu fait exception. Le blason est porté pour la première fois par Guichard IV de Beaujeu et ce blason est une brisure de celui des comtes de Flandre, la famille de son épouse. C'est probablement pour marquer que la brisure n'est pas une brisure de cadet que le lambel est placé au centre et non au chef de l'écu.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier