Ouvrir le menu principal

Football aux Jeux olympiques de 1912

Football aux Jeux olympiques de 1912
Description de l'image Football pictogram.svg. Description de l'image Olympic rings.svg.
Généralités
Sport Football
Édition 2e
Lieu(x) Drapeau : Suède Stockholm
Participants 11 équipes
Épreuves 1

Palmarès
Vainqueur Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne (3)
Finaliste Drapeau : Danemark Danemark
Troisième Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Empire allemand Gottfried Fuchs (10 buts)

Navigation

Le tournoi de football des Jeux olympiques de 1912 à Stockholm s'est déroulé du 29 juin au 5 juillet 1912. C'est la quatrième fois que le football est au calendrier olympique, mais seulement la deuxième édition officielle après celle de 1908. Bien que le nombre de participants par rapport à la première compétition ait plus que doublé, les trois mêmes équipes sont médaillées et dans le même ordre que quatre ans auparavant. Tout comme la Football Association avait géré la compétition olympique de football 1908 à Londres, la fédération suédoise organise l'événement en 1912.

La France et la Belgique déclarent forfait peu avant le début du tournoi, qui se déroule donc entre onze nations, toutes européennes, le Royaume-Uni remportant la médaille d'or (le CIO compte deux médailles d'or, une pour la Grande-Bretagne et une pour l'Irlande). Le Danemark et les Pays-Bas complètent le podium.

La Finlande entre dans les Jeux olympiques de façon controversée. Rattachée à l'Empire russe, l'équipe finlandaise parade lors de la cérémonie d'ouverture sans drapeau, dans le but de se distancer de son homologue russe[1].

Le meilleur buteur du tournoi principal est le Britannique Harold Walden avec neuf buts. Dans un match du tournoi de consolation, l'Allemagne gagne 16-0 contre la Russie. Ce résultat est toujours la plus grande victoire de l'équipe nationale allemande et il voit Gottfried Fuchs égaler le record de dix buts en un match de Sophus Nielsen, seulement dépassé en 2001 par l'Australien Archie Thompson.

Les matchs se déroulent dans trois stades différents. Des onze matchs du tournoi principal, deux sont joués à l'Idrottsplats de Traneberg dans la banlieue de Stockholm, cinq matchs, dont celui pour la médaille de bronze, au Råsunda Idrottsplats de Solna près de la capitale, et quatre matchs, dont la finale, ont lieu au stade olympique de Stockholm.


Épreuve Or : Argent : Bronze :
Football masculin Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne Drapeau : Danemark Danemark Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas

StadesModifier

Comté de Stockholm
Stade olympique de Stockholm Tranebergs Idrottsplats Råsunda Idrottsplats
Capacité : 33 000 Capacité : 2 000 Capacité : 8 000
     

Équipes participantesModifier

Le tournoi enregistre une participation record, avec onze équipes, toutes d'Europe. La France et la Belgique se retirent de l'événement peu avant le tirage au sort. L'entrée de l'équipe de Bohême est refusée, car uniquement les dix-huit équipes alors affiliées à la FIFA et reconnues par le CIO sont autorisées à prendre part à la compétition. Pour cette raison, seule une équipe de Grande-Bretagne peut représenter les quatre associations de football que sont l'Angleterre, l'Écosse, le pays de Galles et l'Irlande. Finalement, une seule équipe insulaire est envoyée en Suède, l'équipe nationale amateur anglaise.

Alors que la Suisse et le Luxembourg se retirent initialement du tournoi, la Belgique et la France annoncent dans un premier temps leur participation. La fédération belge renonce finalement, parce qu'elle n'est pas en mesure de constituer une équipe digne de ce nom. Quant à la France, elle ne décline l'invitation qu'après le tirage au sort de la phase finale, officiellement en raison du forfait de ses deux défenseurs Alfred Gindrat et Paul Romano. En réalité, Gindrat avait refusé en début d'année à jouer pour la France, tant qu'il n'aurait pas de prime de match, et avait été immédiatement suspendu par le Comité français interfédéral. Un autre athlète olympique potentiel, Marcel Triboulet, s'est vu notifier peu de temps avant le tournoi une peine d'emprisonnement de huit jours parce qu'il avait participé en tant que soldat à un match international[2].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Déroulement de la phase finaleModifier

Tableau récapitulatifModifier

  Huitièmes de finale   Quarts de finale   Demi-finales   Finale
                             
      - Stockholm     - Stockholm     - Stockholm
 
    Grande-Bretagne
 
   
    Grande-Bretagne 7
 
      Hongrie 0  
    Hongrie
  - Traneberg
   
    Grande-Bretagne 4
  - Traneberg
      Finlande 0  
    Italie 2
  - Stockholm
    Finlande 3  
    Finlande 2
 
      Russie 1  
    Russie
  - Solna
   
    Grande-Bretagne 4
 
      Danemark 2
    Danemark
   
   
    Danemark 7
 
      Norvège 0  
    Norvège
  - Solna
   
    Danemark 4
  - Stockholm
      Pays-Bas 1  
    Pays-Bas 4
   
    Suède 3   Troisième place
    Pays-Bas 3
  - Solna - Solna
      Autriche 1  
    Autriche 5   Pays-Bas 9
   
    Allemagne 1     Finlande 0
 

Premier tourModifier

 
Le Finlandais Eino Soinio (en club).

Le tirage au sort du premier tour, réalisé dans le bureau de la fédération suédoise le 18 juin, voit quatre des douze équipes inscrites exemptées, le Danemark, la Russie, la Hongrie et le Royaume-Uni. La Norvège, qui hérite de la France, est également dispensée de premier tour à la suite du forfait français et atteint directement les quarts de finale. Ce tour préliminaire est vivement critiqué, car quatre des meilleures équipes doivent jouer les unes contre les autres tandis que les plus faibles sont exemptées, tout comme il est difficile aux habitants de la Venise du nord de comprendre pourquoi la Suède est opposée aux Pays-Bas[3].

Dès le match d'ouverture de la compétition, la Finlande frappe un grand coup en disposant, après une prolongation jouée en infériorité numérique et sous une chaleur accablante[1], des favoris italiens. Le principal artisan du succès finlandais est le demi-centre de tout juste 17 ans Eino Soinio, qui remet les deux équipes à égalité peu avant la mi-temps. L'équipe finlandaise tient ensuite le résultat malgré la sortie sur blessure de Wickström, et, bien que les Italiens soient techniquement supérieurs, parvient à inscrire le but de la victoire en contre-attaque. Le rapport officiel de la cinquième Olympiade cite la fatigue liée au voyage comme principale raison de la défaite italienne.

Dans une réédition du match pour la troisième place du tournoi olympique précédent, les Pays-Bas affrontent les hôtes suédois et s'imposent à nouveau après un match à rebondissements. Devant plus de 14 000 spectateurs, les Suédois ouvrent le score mais s'effondrent en encaissant deux buts autour de la mi-temps. Ils parviennent à égaliser à trois buts partout, avant de tirer un penalty détourné par le gardien néerlandais Just Göbel dans les dernières minutes du temps réglementaire. Peu de temps après le début de la prolongation, Jan Vos inscrit son deuxième but du match et offre la qualification aux Pays-Bas.

Enfin, l'Allemagne s'incline face à l'Autriche après avoir longtemps mené au score. Peu de temps après le début de la deuxième mi-temps, le gardien allemand Albert Weber est sérieusement blessé, mais, du fait de l'interdiction des remplacements en cours de match, il reste sur le terrain. L'équipe autrichienne profite de cette faiblesse et inverse le cours du match en quelques minutes. Finalement, Weber est contraint de quitter la pelouse et cède sa place dans le but à l'attaquant Willi Worpitzky. Les Allemands terminent la rencontre à dix et encaissent cinq buts en une demi-heure.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

29 juin 1912 Finlande   3 – 2
a. p.
  Italie Idrottsplats (Traneberg)
11 h 00
Öhman   2e
E. Soinio   40e
Wiberg   105e
(2 - 2) Bontadini   10e
Sardi   25e
Spectateurs : 600
Arbitrage :   Hugo Meisl
Syrjäläinen - Holopainen, Löfgren - Lund, E. Soinio, K. Soinio - Wickström  [4], Wiberg, Nyyssönen, Öhman, Niska Équipes Campelli - Binaschi, De Vecchi - De Marchi (   46e  Morelli), Milano, Leone - Zuffi, Bontadini, Berardo, Sardi, Mariani
29 juin 1912 Autriche   5 – 1   Allemagne Råsunda Idrottsplats (Solna)
15 h 00
Studnicka   58e
Neubauer   62e
Merz   75e,   81e
Cimera   89e
(0 - 1) Jäger   35e Spectateurs : 2 000
Arbitrage :   Herbert James Willing
Noll - Graubart, Kurpiel - Brandstätter, Braunsteiner, Cimera - Hussak, Müller, Studnicka, Merz, Neubauer Équipes Weber   60e[5] - Röpnack, Hollstein - Krogmann, Breunig, Bosch - Wegele, Jäger, Worpitzky, Kipp, Hirsch
29 juin 1912 Pays-Bas   4 – 3
a. p.
  Suède Stade olympique (Stockholm)
19 h 00
Bouvy   28e,   52e
Vos   43e,   91e
(2 - 1) Swensson   3e,   80e
E. Börjesson   62e (pén.)
Spectateurs : 14 000
Arbitrage :   George Wagstaffe Simmons
Göbel - Wijnveldt, Feith - De Wolf, De Korver, Lotsy - Van Breda Kolff, De Groot, Ten Cate, Vos, Bouvy Équipes J. Börjesson - Levin, Bergström - Wicksell, Sandberg, Gustafsson - Myhrberg, Swensson, E. Börjesson, Ekroth, Ansén

Quarts de finaleModifier

 
Les Britanniques, balle au pied, écrasent une pâle formation hongroise.

Au Råsunda, une équipe de Hongrie pourtant expérimentée rend les armes devant l'armada amateur anglaise, l'avant-centre d'Arsenal Harold Walden réalisant un sextuplé, tandis que le gardien de but Ronald Brebner met le Hongrois Schlosser en échec. Bien que les Britanniques finissent les dernières minutes à dix joueurs, ils creusent rapidement l'écart et concluent ainsi une victoire sereine par sept buts à zéro.

Sur le même terrain et sur le même score, les vice-champions olympiques danois ne laissent aucune chance à la Norvège, qu'ils affrontent pour la première fois de leur histoire. Dirigée par le demi-centre Nils Middelboe, l'équipe danoise est bien supérieure à tous égards et s'impose aisément.

Les Pays-Bas prennent rapidement la mesure de l'Autriche et après seulement une demi-heure, les Bataves mènent de trois buts. La réduction de l'écart par Alois Müller avant la mi-temps reste le dernier but de la rencontre, malgré quelques possibilités pour l'équipe autrichienne en seconde période.

Quant à la Russie, elle perd pour ses débuts internationaux par deux buts à un contre les « dissidents » finlandais[1]. Les deux équipes montrent un jeu assez faible, le demi gauche finlandais Jarl Öhman forçant la décision en solitaire en fin de match.

30 juin 1912 Finlande   2 – 1   Russie Idrottsplats (Traneberg)
10 h 00
Wiberg   30e
Öhman   80e
(1 - 0) Butusov   72e Spectateurs : 300
Arbitrage :   Per Sjöblom
Syrjäläinen - Holopainen, Löfgren - Lund, Soinio, Lietola - Wickström, Wiberg, Nyyssönen, Öhman, Niska Équipes Favorsky - Sokolov, Markov - Akimov, Khromov, Kynin - Smirnov, A. Filippov, Butusov, Zhitarev, S. Filippov
30 juin 1912 Grande-Bretagne   7 – 0   Hongrie Råsunda Idrottsplats (Solna)
13 h 30
Walden   21e,   23e,   49e,   53e,   55e,   85e
Woodward   45e
(3 - 0) Spectateurs : 8 000
Arbitrage :   Christiaan Jacobus Groothoff
Brebner - Burn, Knight - Littlewort, Hanney  [6], Dines - Berry, Woodward, Walden, Hoare, Sharpe Équipes Domonkos - Rumbold, Payer - Bíró, Károly, Vágó - Sebestyén, Bodnár, Pataki, Schlosser, Borbás
30 juin 1912 Danemark   7 – 0   Norvège Råsunda Idrottsplats (Solna)
16 h 30
Olsen   4e,   70e,   88e
Wolfhagen   25e
Middelboe   37e
S. Nielsen   60e,   85e
(3 - 0) Spectateurs : 700
Arbitrage :   Ruben Gelbord
Hansen - Buchwald, Hansen - Lykke, Middelboe, Berth - Petersen, S. Nielsen, Olsen, Christoffersen, Wolfhagen Équipes Pedersen - Skou, Baastad - Johansen, Herlofson, Andersen - Reinholdt, Krefting, Endrerud, R. Maartmann, E. Maartmann
30 juin 1912 Pays-Bas   3 – 1   Autriche Råsunda Idrottsplats (Solna)
19 h 00
Bouvy   8e
Ten Cate   12e
Vos   30e
(3 - 1) Müller   41e Spectateurs : 7 000
Arbitrage :   David Philip
Göbel - Wijnveldt, Bouman - Fortgens, Boutmy, Lotsy - Van Breda Kolff, De Groot, Ten Cate, Vos, Bouvy Équipes Noll - Graubart, Kurpiel - Brandstätter, Braunsteiner, Cimera - Hussak, Müller, Studnicka, Merz, Neubauer

Demi-finalesModifier

 
La défense finlandaise tente de repousser une offensive britannique.

Avec son succès sur une solide équipe des Pays-Bas, le Danemark renforce sa stature de nation majeure du football européen. Les Danois entament le match sur un rythme élevé et prennent le dessus sur l'équipe néerlandaise, privée de l'un de ses cadres, Bok de Korver. À la mi-temps, les Scandinaves mènent déjà par trois buts à zéro. Peu de temps après la pause, l'intérieur droit danois Poul Nielsen subit une grave blessure au genou et les Danois gèrent la fin de match à dix joueurs pour s'imposer par quatre buts à un.

Comme prévu, l'équipe britannique parvient en finale après un succès sur la Finlande. Les Finlandais, qui en sont à leur troisième match en seulement quatre jours, marquent contre leur camp dès les premières minutes de jeu. Les favoris britanniques se permettent de laisser Arthur Berry au repos, voulant éviter d'autres blessures après avoir perdu Ted Hanney en quart de finale[1]. Malgré leur meilleure performance du tournoi, les Finlandais ne mettent jamais en danger le triomphe britannique et sont battus par quatre buts à zéro.

2 juillet 1912 Grande-Bretagne   4 – 0   Finlande Stade olympique (Stockholm)
15 h 00
Holopainen   2e (csc)
Walden   7e,   77e
Woodward   82e
(2 - 0) Spectateurs : 4 000
Arbitrage :   Ruben Gelbord
Brebner - Burn, Knight - Littlewort, Stamper, Dines - Wright, Woodward, Walden, Hoare, Sharpe Équipes Syrjäläinen - Holopainen, Löfgren - Lund, Soinio, Lietola - Wickström, Wiberg, Nyyssönen, Öhman, Niska
2 juillet 1912 Danemark   4 – 1   Pays-Bas Stade olympique (Stockholm)
19 h 00
Jørgensen   7e
Olsen   14e,   87e
P. Nielsen   37e
(3 - 0) H. Hansen   85e (csc) Spectateurs : 6 000
Arbitrage :   Ede Herczog
Hansen - Buchwald, H. Hansen - Jørgensen, Middelboe, Berth - O. Nielsen, P. Nielsen   60e[7], Olsen, S. Nielsen, Wolfhagen Équipes Göbel - Wijnveldt, Bouman - Fortgens, Boutmy, Lotsy - Van Breda Kolff, De Groot, Ten Cate, Vos, Bouvy

Match pour la troisième placeModifier

Le match pour le podium est à sens unique. Les Finlandais, à court de forme[1], font un seul changement en attaque, tandis que les Néerlandais apparaissent plus affutés, marquant neuf buts dont cinq par Jan Vos. Ils reçoivent logiquement leurs médailles de bronze et la fédération suédoise offre aux Finlandais des médailles d'argent portant leur logo, un prix également attribué aux vainqueurs hongrois du tournoi de consolation.

4 juillet 1912 Pays-Bas   9 – 0   Finlande Råsunda Idrottsplats (Solna)
15 h 00
Van der Sluis   24e,   57e
De Groot   28e,   86e
Vos   29e,   43e,   46e,   74e,   78e
(4 - 0) Spectateurs : 1 000
Arbitrage :   Per Sjöblom
Göbel - Wijnveldt, Feith - De Wolf, Boutmy, Lotsy - Van Breda Kolff, De Groot, Van der Sluis, Vos, Bouvy Équipes Syrjäläinen - Holopainen, Löfgren - Lund, Soinio, Lietola - Tanner, Wiberg, Nyyssönen, Öhman, Niska

FinaleModifier

 
Le capitaine danois Nils Middelboe (maillot foncé) dribble deux adversaires britanniques.

La finale est la même affiche que l'édition précédente. Devant 25 000 spectateurs, l'équipe britannique prend le jeu à son compte et mène rapidement de deux buts, signés Arthur Berry et Gordon Hoare. Peu de temps après la demi-heure de jeu et la réduction de l'écart par Anthon Olsen, l'avocat danois Charles Buchwald se blesse. Diminués, les Danois concèdent deux buts supplémentaires avant la pause. Avec cette nouvelle victoire olympique, les Britanniques maintiennent leur hégémonie sur le football continental.

4 juillet 1912 Grande-Bretagne   4 – 2   Danemark Stade olympique (Stockholm)
19 h 00
Walden   10e
Hoare   22e,   41e
Berry   43e
(4 - 1) Olsen   27e,   81e Spectateurs : 25 000
Arbitrage :   Christiaan Jacobus Groothoff
Brebner - Burn, Knight - Littlewort, McWhirter, Dines - Berry, Woodward, Walden, Hoare, Sharpe Équipes Hansen - Buchwald   30e[8], H. Hansen - Jørgensen, Middelboe, Berth - O. Nielsen, Thufason, Olsen, S. Nielsen, Wolfhagen

MédaillésModifier

Tournoi de consolationModifier

1er juillet 1912 Autriche   1 – 0   Norvège Idrottsplats (Traneberg)
11 h 00
Grundwald   2e (1 - 0) Spectateurs : 200
Arbitrage :   Per Sjöblom
Kaltenbrunner - Graubart, Braunsteiner - Brandstätter, Weber, Cimera - Blaha, Müller, Grundwald, Merz, Neubauer Équipes Pedersen - Skou, Baastad - Johansen, Herlofson, Jensen - Reinholdt, Krefting, Endrerud, R. Maartmann, E. Maartmann
1er juillet 1912 Allemagne   16 – 0   Russie Råsunda Idrottsplats (Solna)
17 h 00
Fuchs   2e,   9e,   21e,   28e,   34e,   46e,   51e,   55e,   65e,   69e
Förderer   6e,   27e,   53e,   66e
Burger   30e
Oberle   58e
(8 - 0) Spectateurs : 2 000
Arbitrage :   Christiaan Jacobus Groothoff
Werner - Reese, Hempel - Burger, Glaser, Ugi - Uhle, Förderer, Fuchs, Oberle, Thiel Équipes Favorsky - Sokolov, Rimsha - Uversky, Khromov, Yakovlev - Smirnov, Nikitin, Butusov, Zhitarev, S. Filippov
1er juillet 1912 Italie   1 – 0   Suède Råsunda Idrottsplats (Solna)
19 h 00
Bontadini   15e (1 - 0) Spectateurs : 2 500
Arbitrage :   Herbert James Willing
Campelli - Binaschi, De Vecchi - Valle, Milano, Leone - Barbesino, Bontadini, Berardo, Sardi, Mariani Équipes J. Börjesson - Törnqvist, Bergström - Wicksell, Frykman, Gustafsson - Myhrberg, Swensson, E. Börjesson, Dahlström, Ansén

Demi-finales de consolationModifier

3 juillet 1912 Hongrie   3 – 1   Allemagne Råsunda Idrottsplats (Solna)
15 h 00
Schlosser   3e,   39e,   82e (2 - 0) Förderer   56e Spectateurs : 2 000
Arbitrage :   Christiaan Jacobus Groothoff
Domonkos - Rumbold, Payer - Szury, Blum, Vágó - Sebestyén, Bodnár, Fekete, Schlosser, Borbás Équipes Werner - Röpnack, Hollstein - Krogmann, Bosch, Ugi - Wegele, Förderer, Fuchs, Oberle, Hirsch
3 juillet 1912 Autriche   5 – 1   Italie Stade olympique (Stockholm)
19 h 00
Müller   30e
Grundwald   40e,   89e
Hussak   49e
Studnicka   65e
(2 - 0) Berardo   81e Spectateurs : 3 500
Arbitrage :   Herbert James Willing
Kaltenbrunner - Graubart, Braunsteiner - Brandstätter, Weber, Cimera - Hussak, Müller, Studnicka, Grundwald, Neubauer Équipes Campelli - Binaschi, De Vecchi - Valle, Milano, Leone - Zuffi, Bontadini, Berardo, Barbesino, Mariani

Finale (match pour la cinquième place)Modifier

5 juillet 1912 Hongrie   3 – 0   Autriche Råsunda Idrottsplats (Solna)
19 h 00
Schlosser   32e
Pataki   60e
Bodnár   76e
(1 - 0) Spectateurs : 5 000
Arbitrage :   Herbert James Willing
Domonkos - Rumbold, Payer - Bíró, Blum, Vágó - Sebestyén, Bodnár, Pataki, Schlosser, Borbás Équipes Kaltenbrunner - Graubart, Braunsteiner - Brandstätter, Kurpiel, Cimera - Hussak, Müller, Grundwald, Merz, Neubauer

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e (en) The 1912 Finnish Olympic football team
  2. « Marcel Triboulet, la prison pour une sélection », sur www.parlonsfoot.com, (consulté le 5 août 2017)
  3. 1912 Stockholm, IFFHS
  4. Wickström sort en seconde mi-temps après avoir été blessé dans une collision.
  5. Worpitzky supplée Weber, blessé, au poste de gardien de but.
  6. Hanney sort, blessé, en seconde mi-temps.
  7. Poul Nielsen sort, blessé au genou.
  8. Buchwald sort, blessé à la main.

Liens externesModifier