Ouvrir le menu principal

Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent

fondation française
Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent
Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, 5 avenue Marceau, Paris 16e.jpg
Informations générales
Ouverture
Surface
200 m2
Site web
Collections
Collections
Collection Yves Saint Laurent
Nombre d'objets
5 000 vêtements, 15 000 objets, etc.
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
5 avenue Marceau (entrée du public: 3 rue Léonce-Reynaud) dans le 16e arrondissement
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

La Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent constitue le prolongement de l'histoire de la maison Yves Saint Laurent, dont l'activité haute couture a pris fin le 31 octobre 2002.

Sommaire

PréambuleModifier

Yves Saint Laurent et Pierre Bergé ouvrent leur maison de haute couture 30 bis, rue Spontini en 1962. Ils y resteront douze années durant lesquelles Yves Saint Laurent inventera le vestiaire de la femme moderne. Ils s'installent au 5, de l'avenue Marceau en 1974, dans un hôtel particulier Second empire. C'est ici qu'Yves Saint Laurent affirmera son style, jusqu'en 2002, année où il met fin à sa carrière.

La FondationModifier

La Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent est l'aboutissement de quarante années de création. Elle retrace la mode créée par Yves Saint Laurent, une mode qui révèle les ressorts de la société. En se servant des codes masculins, il apporta aux femmes l'assurance, l'audace et le pouvoir, tout en préservant leur féminité. Ces vêtements font partie de l'histoire du XXe siècle. Ils ont accompagné l'émancipation des femmes dans tous les domaines, privés, sociaux, politiques.

La Fondation transforme ces souvenirs en projets. Après d'importants travaux de réhabilitation où les ateliers vont disparaitre[1], la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent ouvre ses portes en 2004 avec l'exposition Yves Saint Laurent, dialogue avec l'Art.

Elle a été reconnue d'utilité publique par un décret du [2]. Initialement nommée Fondation Yves Saint Laurent - Pierre Bergé, elle prend son nom actuel en 2005[3].

Son vice-président est le paysagiste américain Madison Cox jusqu'au décès de Pierre Bergé en 2017, date à laquelle il devient président[4].

En 2017, après la mort de Pierre Bergé, l'hôtel particulier de l'avenue Marceau est transformé en musée d'État. Par ailleurs, tous les étages deviennent désormais des espaces muséaux. La décoration d'un étage a été réalisée par Jacques Grange. La conservatrice est Aurélie Samuel[5].

Les missionsModifier

La Fondation s'est fixé trois missions :

  • la conservation des 5 000 vêtements de haute couture, des 15 000 accessoires et des 50 000 dessins et objets divers qui témoignent de la création d'Yves Saint Laurent durant quarante ans ;
  • l'organisation d'expositions de mode, peinture, photos, arts décoratifs, etc. ;
  • le soutien d'actions culturelles et éducatives.

Édification de muséesModifier

Article détaillé : Musée Yves Saint Laurent de Paris.

Deux musées sont édifiés pour exposer, en collection permanente, le fond de la fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent, l’un à Marrakech et l’autre à Paris avenue Marceau, au siège historique de la maison de couture[6]. L’ouverture des deux musées est en octobre 2017[6],[7],[8]. .

ExpositionsModifier

  • 10 mars - 31 octobre 2004 : "Yves Saint Laurent, Dialogue avec l'art". La Fondation ouvre ses portes avec une exposition consacrée aux hommages d’Yves Saint Laurent à l’Art. Quarante-deux modèles, présentés en regard d’œuvres de sa collection, racontent ce fascinant dialogue qu’a entretenu le couturier avec les peintres qu'il admire.
  • 24 novembre 2004 - 24 juillet 2005 : "Robert Wilson, Les Fables de La Fontaine". Après sa mise en scène des Fables de La Fontaine à la Comédie-Française, Robert Wilson illustre, avec cette exposition de dessins, toute la modernité et la profondeur de l’œuvre du poète français.
  • 5 octobre 2005 - 23 avril 2006 : "Yves Saint Laurent, Smoking Forever". En 1966, Yves Saint Laurent crée le premier smoking. Décliné sous toutes les formes jusqu’en 2002, il devient le symbole de l’émancipation de la femme. L'exposition raconte cette longue histoire, dans un espace transformé en un jeu d'échec géant, synonyme de stratégie et de lutte pour le pouvoir.
  • 18 mai - 28 juillet 2006 : "André Ostier, Photographies". Pour fêter le centenaire du photographe André Ostier (1906-1994), chroniqueur avisé de son temps, la Fondation présente une sélection de ses plus belles photographies, qui rendent hommage au monde de la création et à la vie parisienne.
  • 4 octobre 2006 - 15 avril 2007 : "Yves Saint Laurent, Voyages extraordinaires". Yves Saint Laurent parcourut les chemins de l’imaginaire. Voyageur immobile, il sut apprivoiser les cultures et capter avec génie l’essentiel. Cette exposition est une invitation au voyage à travers une cinquantaine de modèles inspirés par la Chine, le Japon, la Russie, l’Afrique, l’Espagne et le Maroc.
  • 16 mai - 29 juillet 2007 : "Yves Saint Laurent, Nan Kemper, Une Américaine à Paris". Nan Kempner incarne l’élégance américaine la plus parfaite. Sa garde-robe se composait de plus de 1000 vêtements, dont 376 pièces signées Yves Saint Laurent. L’exposition présentée à la Fondation fait suite à celle organisée en 2006 par le Metropolitan Museum of Art de New York : Nan Kempner: American Chic.
  • 4 octobre 2007 - 27 janvier 2008 : "Yves Saint Laurent, Théâtre, Cinéma, Music-Hall, Ballet". Cette exposition aborde une facette moins connue de l'œuvre d'Yves Saint Laurent, en présentant au public les créations que le couturier a réalisées pour des mises en scène et des interprètes mythiques. Ces monuments de la scène revivent à travers 17 robes, des extraits de films, des photographies et des croquis originaux.
  • 14 mars - 31 août 2008 : "Une passion marocaine, Caftans, broderies, bijoux". L’exposition, qui présente 36 caftans marocains datant du XVIIIe siècle à nos jours, emmène le visiteur à la rencontre de la culture marocaine. Elle révèle l’importance et la richesse de ce patrimoine qui eut tant d’influence sur le travail d’Yves Saint Laurent.
  • 2 octobre 2008 - 1er février 2009 : "David Seidner, Photographies". Prématurément disparu du SIDA, le photographe David Seidner, qui assura de nombreuses campagnes photographiques de la maison, laisse une œuvre aux registres multiples, encore largement méconnue. La Fondation présente son travail le plus personnel alliant le souci formel le plus extrême à la sensualité la plus raffinée.
  • 18 mars - 23 août 2009 : "Le costume populaire russe". Portés à l’occasion de fêtes saisonnières ou de mariages, les costumes russes des XIXe et XXe siècles représentent merveilleusement bien la tradition populaire, renforcée par des jeux subtils de superposition et de nuances de couleurs.
  • 2 octobre 2009 - 3 janvier 2010 : "Jean-Michel Frank, Un décorateur dans le Paris des années 1930". Le décorateur Jean-Michel Frank (1895-1941) est une figure mythique des arts décoratifs. Autour de ses meubles et objets, cette exposition, la première jamais organisée en France, recrée les atmosphères si particulières de ce créateur intransigeant.
  • 10 février - 9 mai 2010 : "Les Derniers Maharajas". Cette exposition présente une soixantaine de costumes des cours princières indiennes de la fin du Raj, période où l’apparat est devenu le langage officiel des cours. Privés par la couronne britannique du socle de leur pouvoir, les derniers Maharajas cultivent le faste et rivalisent sur la grandeur de leur image.
  • 23 juin - 19 septembre 2010 : "Vanité. Mort, que me veux-tu ?". À travers plus de soixante-dix œuvres (peintures, sculptures, photographies, vidéos), cette exposition explore le thème de la Vanité du XVIIe siècle à nos jours. Figures de saints et allégories antiques d’artistes des pays latins sont mises en regard d’œuvres contemporaines et d’une série de memento mori issue de la collection de Pierre Bergé.
  • 20 octobre 2010 - 30 janvier 2011 : "David Hockney : Fleurs fraîches". L'exposition regroupe plus de 200 œuvres récentes réalisées par le peintre britannique David Hockney sur iPhone et iPad. La présentation des œuvres sur ces supports respecte le concept original d'images lumineuses et colorées voulu par l'artiste.
  • 5 mars - 17 juillet 2011 : "SAINT LAURENT rive gauche". Plus de soixante-dix modèles sont présentés dans une scénographie qui reprend le décor de la boutique SAINT LAURENT rive gauche inaugurée rue de Tournon en septembre 1966. En ouvrant la première boutique de prêt-à-porter dont les collections étaient dessinées par un grand couturier, Yves Saint Laurent et Pierre Bergé accomplissaient un acte révolutionnaire.
  • 14 octobre 2011 - 29 janvier 2012 : "Gisèle Freund. L’Œil frontière, Paris 1933-1940". Une centaine de tirages et de nombreux documents d’archives illustrent les années parisiennes de la photographe Gisèle Freund (1908-2000) qui fuit l’Allemagne en 1933. Elle réalise alors une série de portraits d’écrivains (Cocteau, Gide, Mallarmé, Joyce, Woolf…) en noir et blanc et en couleur.
  • 7 mars - 15 juillet 2012 : "Kabuki, Costumes du théâtre japonais". La Fondation organise la première exposition parisienne entièrement dédiée aux costumes du théâtre japonais Kabuki. Ces derniers sont accompagnés d’accessoires, estampes, photographies et films documentaires, présentant cet art théâtral né au Japon au XVIIe siècle.
  • 11 octobre 2012 - 27 janvier 2013 : "Du côté de chez Jacques-Émile Blanche. Un salon à la Belle Époque". Portraitiste incontournable de la fin du XIXe siècle, Jacques-Émile Blanche a fréquenté les figures artistiques et mondaines les plus emblématiques de son temps. L’exposition se concentre sur sa période faste d’avant 1918 en réunissant plus de soixante-dix œuvres dans un décor Belle Époque.
  • 14 mars - 21 juillet 2013 : "Art sacré du Tibet. Collection Alain Bordier". La Fondation présente les chefs-d’œuvre de la collection Alain Bordier (musée du Tibet à Gruyères en Suisse) et offre ainsi au public parisien un panorama difficilement égalable de l’art sacré tibétain et de ses sources indiennes et népalaises à travers 127 pièces du VIe au XIXe siècle.
  • 10 octobre 2013 - 26 janvier 2014 : "Hiroshi Sugimoto, Accelerated Buddha". L’exposition présente les productions du photographe en regard de chefs-d'œuvre antiques issus de sa collection personnelle. Pour l'événement, Hiroshi Sugimoto a notamment réalisé une œuvre vidéo des mille statues du Sanjûsangendô. Par un procédé d'accélération, le spectateur voit les mille bouddhas se multiplier jusqu'à un million en cinq minutes.
  • 21 mars - 20 juillet 2014 : "Femmes berbères du Maroc". Cette exposition illustre la richesse du patrimoine amazigh, et met à l’honneur les femmes berbères à qui il doit en grande partie sa survivance. À travers de somptueux objets conservés pour la plupart au musée berbère du jardin Majorelle à Marrakech, l’exposition explore la place centrale des femmes dans la culture berbère.
  • 18 septembre 2014 - 11 janvier 2015 : "Hedi Slimane, Sonic". Cette exposition dresse l’inventaire de 15 années d’archives musicales d’Hedi Slimane. Les portraits en studio, ceux de Lou Reed, Keith Richards, Amy Winehouse, Brian Wilson, côtoient ceux plus récents des scènes alternatives londonienne ou californienne.
  • 19 mars - 19 juillet 2015 : "Yves Saint Laurent 1971, la collection du scandale"[9]. Le 29 janvier 1971, Yves Saint Laurent présente la collection dite « Quarante », inspirée par la mode de cette décennie marquée par la guerre. Violemment critiquée par la presse, la collection donne toute son ampleur au courant rétro, déjà amorcé les saisons précédentes, qui envahira rapidement la rue.
  • 15 octobre 2015 - 14 février 2016 : "Jacques Doucet - Yves Saint Laurent, Vivre pour l'art". À partir d’une sélection de chefs-d’œuvre ayant appartenu à Jacques Doucet (1853-1929) et / ou Yves Saint Laurent (1936-2008), l’exposition imagine un espace voué au culte de la création, en hommage à ces deux grands couturiers et collectionneurs du XXe siècle, qui ont incarné le « goût » dans chacune de leur époque.

Notes et référencesModifier

  1. Paquita Paquin, Cédric Saint-André Perrin, « YSL de A à Z », Critique, sur libération.fr, Libération, (consulté le 2 juin 2013) : « Pour transformer la maison en musée de couture, les travaux auront pris un an. Tout est chamboulé. »
  2. Décret du 5 décembre 2002 portant reconnaissance d'une fondation comme établissement d'utilité publique, JORF no 289 du 12 décembre 2002, p. 20481, texte no 3, NOR INTA0200278D, sur Légifrance.
  3. Arrêté du 22 mars 2005 portant approbation des modifications apportées aux statuts et au titre d'un établissement d'utilité publique, JORF no 98 du 27 avril 2005, p. 7320, texte no 1, NOR INTA0500254A, sur Légifrance.
  4. Laurence Benaïm, « Sur la route de Madison Cox », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », 8-9 septembre 2018, p. 38.
  5. Sophie de Santis, « Musée Yves Saint Laurent. Dans le saint des saints », Le Figaroscope, semaine du 4 au 10 octobre 2017, page 6.
  6. a et b Caroline Rousseau, « Yves Saint Laurent, deux musées pour un couturier », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. « Le premier musée Yves Saint Laurent inauguré à Paris », Le Point,‎ (lire en ligne)
  8. « Le musée Yves Saint Laurent Marrakech inauguré ce week-end », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  9. « Yves Saint Laurent 1971, les photos de l'expo à la Fondation YSL », sur www.sortiraparis.com (consulté le 3 janvier 2017)

Voir aussiModifier