Folies Bergère

théâtre dans le 9e arrondissement de Paris
(Redirigé depuis Folies bergères)
Folies Bergère
Description de cette image, également commentée ci-après
La façade des Folies Bergère en 2011.
Surnom Les Folies
Type Cabaret music-hall
Lieu 9e arrondissement de Paris
Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 52′ 27″ nord, 2° 20′ 42″ est
Architecte Jean Plumeret
Inauguration
Capacité 1 720 places
Direction Frédéric Jérôme
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1990)[1].
Site web www.foliesbergere.com

Carte

Le théâtre des Folies Bergère est une salle de spectacles parisienne inaugurée le . Il est situé dans le 9e arrondissement de Paris.

Panneau Histoire de Paris
« Les Folies Bergère ».

Historique modifier

 
Le Gaulois, [2].
 
Le Gaulois, [3].

En 1860, un grand magasin de literie[Lequel ?] est ouvert sur un ancien terrain qui appartenait à l'hôpital des Quinze-Vingts. Le , ce magasin ouvre une salle de spectacle sous le nom de « Folies Bergère[4] ». Le nom choisi fait référence aux folies, maisons de divertissement au XVIIIe siècle puis salles de spectacle, et au nom de la rue Bergère située non loin de la rue Richer. Cela explique l'absence de « s » à Bergère et permet d'avoir un nom comportant 13 lettres par superstition[5].

En 1912 a lieu la première apparition sur scène d'une femme totalement dénudée[6].

Le directeur, Paul Derval, note l'importance des plumes dans les costumes des danseuses : « Les plumes, c'est une responsabilité de poids qu'il ne faut pas prendre à la légère »[6].

En 1936, pour mener la revue En Super Folies, Derval fait revenir Joséphine Baker de New York, et demande à Michel Gyarmathy, un jeune hongrois tout fraîchement débarqué de son Balassagyarmat natal, d'en dessiner l'affiche[réf. souhaitée].

En , Antonia Derval transmet ses pouvoirs à Hélène Martini, « l'impératrice de la nuit », qui, vingt-cinq ans auparavant, avait été « mannequin nu » aux Folies Bergère, après avoir été déportée en camp de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale[6].

En , le théâtre des Folies Bergère est racheté par Lagardère.

En 2012, Hélène Martini met en vente 6 000 costumes créés au music-hall entre 1974 et 2002[6].

En 2013, Lagardère SCA devient l'unique détenteur des Folies Bergère. La salle est désormais dirigée par Frédéric Jérôme, qui est également le directeur du Casino de Paris depuis 1989.

Le y est organisée une soirée en hommage à l'« esprit Charlie » et aux dessinateurs tués lors de l'attentat contre Charlie Hebdo en 2015[7].

En 2020, Lagardère met en vente les Folies Bergère ainsi que l'ensemble de ses activités spectacles, comprenant aussi le Casino de Paris et le Bataclan.

Architecture modifier

Le théâtre d'origine, ouvert en 1869, a été conçu comme une maison d'opéra par l'architecte Plumeret, dans le style éclectique qui caractérise la fin du Second Empire[réf. souhaitée].

 
La façade, rénovée et dorée en 2012.

Le bâtiment a été totalement rénové en 1926. La salle fut agrandie et agrémentée d'une magnifique façade Art Déco, due à Maurice Pico. La composition centrale de cette façade représente la danseuse russe Lila Nikolska (1904-1955), vêtue ici en tout et pour tout d'un chapeau-cloche, accessoire féminin indispensable de l'entre-deux-guerres. Le bas-relief, recouvert à l'origine de feuille de cuivre, a été doré lors de sa rénovation en 2012[8].

Revues (chronologie) modifier

1922 - Folies sur Folies

1930 - De la folie pure

1935 - La folie d'amour

1955 - Ah! Quelle folie

1975 - J'aime à la Folie

Situation et accès modifier

La salle est située 32 rue Richer dans le 9e arrondissement. Le bâtiment est inscrit au titre des monuments historiques depuis le [1].

Elle présente des comédies musicales, des spectacles de théâtre musical et des concerts de musiques actuelles.

Filmographie modifier

Personnalités liées modifier


Notes et références modifier

  1. a et b « Théâtre des Folies Bergère », notice no PA00089006, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Bruits de coulisses, Le Gaulois, 17 décembre 1868, page 3, 6e colonne.
  3. Bruits de coulisses, Le Gaulois, 3 août 1869, page 2, 6e colonne.
  4. Inauguration des Folies Bergère, Le Figaro, 3 mai 1869, page 3, 1re colonne.
  5. Notice historique sur le site neufhistoire.fr.
  6. a b c et d Pauline Simons, « Un truc en plumes », Le Figaro Magazine, semaine du 8 juin 2012, page 110.
  7. Pierre Lepelletier, « Aux Folies Bergère, une journée pour tenter de retrouver "l'esprit Charlie" », lefigaro.fr, 6 janvier 2018.
  8. « Le théâtre des Folies-Bergère », sur Architecture Art Déco (consulté le )
  9. « Carmen Tórtola Valencia. Danse .Biographie et œuvres sur Spain is Culture. », sur www.spainisculture.com

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :