Carmen Tórtola Valencia

Danseuse et chorégraphe espagnole
Carmen Tórtola Valencia
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
BarceloneVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Carmen Tórtola ValenciaVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnoms
La Maja de Myrurgia, La Belle ValenciaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Carmen Tórtola Valencia, née à Séville le et morte le à Barcelone, est une danseuse et chorégraphe espagnole.

BiographieModifier

De père catalan, Florenç Tórtola i Ferrer, et de mère andalouse, Georgina Valencia Valenzuela[1], elle emménage à l'âge de trois ans avec sa famille à Londres, puis dans l'État d'Oaxaca, au Mexique, où son père et sa mère décèdent, respectivement en 1891 et en 1894[2].

Carrière professionnelleModifier

 
Caricaturée par le peintre mexicain Xavier Guerrero en 1918.

Spécialiste des danses orientales[3], elle s'intéresse aux danses africaines, arabes et indiennes[4], qu'elle réinterprète à sa façon[5].

Son succès est considérable dans toute l'Europe, notamment en 1908 au Gaiety Theatre de Londres et aux Folies Bergère de Paris, où elle connue comme La Belle Valencia auprès du public français[6].

Elle est également actrice[7]. En 1915, elle travaille avec Raquel Meller à Barcelone, ainsi qu'à New York au Century Theatre[8].

 
En Une de la revue espagnole Nuevo Mundo en 1912.
 
Portrait, par Gil, B.À

Appelée par les médias du continent La plus belle femme d'Europe, son indépendance est ressentie, dans son pays, comme une menace pour les valeurs traditionnelles de la société espagnole de l'époque d'avant la Seconde République[9].

Elle continue sa carrière librement, considérée comme une pionnière des droits des femmes dans les arts dans le monde d'alors[6], comme les danseuses Isadora Duncan et Loïe Fuller, dont elle fait la connaissance à Paris[10], ou encore comme la comédienne Sarah Bernhardt et l'écrivaine Virginia Woolf[11].

Elle est bouddhiste et végétarienne[12].

Surnommée dans les pays hispanophones La Maja de Myrurgia, elle effectue de 1921 à 1930 une grande tournée triomphale en Amérique latine[13].

En 1931, elle se déclare républicaine catalane et participe aux manifestations pour les droits des femmes à Barcelone, avec sa compagne, Ángeles Magret Vilá[14].

Elle décède sous la dictature franquiste, le 15 mars 1955, dans sa maison du quartier barcelonais de Sarrià[15], dans les bras d'Ángeles[16], la femme de sa vie[17].

PostéritéModifier

RéférencesModifier

(ca) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en catalan intitulé « Carmen Tórtola Valencia » (voir la liste des auteurs).
  1. « Carmen Tórtola Valencia - Biografía »
  2. « Carmen Tórtola Valencia | Real Academia de la Historia », sur dbe.rah.es (consulté le )
  3. « Carmen Tórtola Valencia. Danse .Biographie et œuvres sur Spain is Culture. », sur www.spainisculture.com
  4. (es) « La leyenda de la bailarina Tórtola Valencia renace en una biografía », sur abc, (consulté le )
  5. Tortola Valencia, María Pilar Queralt del Hierro, page 109
  6. a et b « Carmen Tórtola Valencia (1882 - 1955) », sur www.cornermag.net
  7. « Carmen TÓRTOLA VALENCIA », sur notreCinema.com
  8. (en) « The spanish Carmen Tórtola »
  9. (es) « Tórtola Valencia, la bailarina más bella y ‘lasciva’ de Europa », sur La Vanguardia,
  10. Carmencanada /grain De Musc, « Grain de musc: Carmen Tortola Valencia, Myrurgia's Maja », sur Grain de musc
  11. (es) « Carmen Tórtola Valencia (Sevilla, España, 1882 - Barcelona, España, 1955) », sur Ateneu Cultural Ciutat de Manises,
  12. (es) Mujeres Andaluzas que hacen la Revolución, « Carmen Tórtola Valencia, la coreógrafa que desafió su tiempo », sur La Poderío,
  13. (es) « Nace Carmen Tórtola, "la maja de Myrurgia" », sur ElNacional.cat,
  14. « CORNER », sur www.cornermag.net (consulté le )
  15. (es) « La controvertida Carmen Tórtola – Barcelonarutas »
  16. « Carta de Ángeles Magret-Vilá y Tórtola [Valencia] a Melchor Fernández Almagro en la que le agradecen su autógrafo y le felicitan por su artículo sobre el libro de Zuloaga - Archivo », sur archivo.rae.es
  17. (es) Amparo says, « Desconocidas & Fascinantes: Tórtola Valencia, la bailarina de los pies sabios por Paz Montalbán », sur InOutradio, la radio lésbica,
  18. (ca) « Un passeig de dones al Cementiri del Poblenou », sur Sàpiens

Liens externesModifier