Hélène Martini

directrice de théâtre française

Hélène Martini, née de Creyssac le en Pologne et morte le à Paris[1], est une directrice de théâtres, cabarets et salles de spectacle française.

Hélène Martini
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Hélène de Creyssac
Nationalité
Activités

BiographieModifier

Elle naît Hélène de Creyssac[2] d'un père français, propriétaire terrien en Pologne, et d'une mère russe[3].

Avec sa prétendue sœur Alice de Creyssac (en fait sa petite amie), elle arrive en France en 1945, après que sa famille a été décimée par la Seconde Guerre mondiale et après avoir failli être tuée par un officier soviétique à Koenigsberg[4]. Elle fait des petits boulots en province puis devient à Paris mannequin nu aux Folies Bergère. Elle gagne à la loterie près de trois millions de francs[1].

Elle rencontre Nachat Martini, dit « Le Libanais », riche avocat d'origine syrienne[5]. Ils se marient en 1955 et achètent des cabarets à Pigalle : les Folies-Pigalle, le Sphinx, le Narcisse.

Son époux meurt de façon suspecte, en 1960, d'une crise cardiaque[1]. Hélène est son unique héritière malgré une action de justice intentée par les deux frères du défunt[6].

Elle continue dans le milieu et acquiert quatre théâtres parisiens (Bouffes-Parisiens, Mogador, Comédie de Paris, Folies Bergère), ainsi que des cabarets-clubs (Le Raspoutine, rue de Bassano, ou encore Le Shéhérazade). Au fil des années, elle se sépare de ses biens, jusqu'à vendre les Folies Bergère en 2011[1].

Elle était propriétaire du château de Servon[1].

Elle délaisse le quartier de Pigalle, qui a selon elle trop changé. En 2013, elle déclare ainsi : « Le vrai Pigalle n'existe plus »[4], ou « aujourd’hui, Pigalle, c’est triste, c’est zéro[7]. »

Dans son livre New Moon, café de nuit joyeux (2017)[8], consacré à un de ses cabarets, David Dufresne révèle qu'Hélène Martini fraya avec l'extrême droite, notamment avec un des chefs de l'OAS.

Le New Moon[9], annexe du Narcisse rue Pigalle, célèbre boîte de concerts de rock des années 1980 et 1990 lui est extorqué par les Marseillais et a été détruit.

Hélène Martini meurt, le à Paris, à l'âge de 92 ans[1]. Une cérémonie religieuse a lieu en la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky de Paris. Elle est enterrée au cimetière parisien de Thiais aux côtés de son mari[4].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f LeMonde.fr avec AFP, « Mort d'Hélène Martini, "impératrice" des nuits parisiennes » sur Le Monde, 8 août 2017
  2. AFP, « Folies Bergère: Hélène Martini tourne la page sans nostalgie » sur maville.com, 25 mai 2012.
  3. « Elle régnait sur 17 cabarets » sur La Parisienne, 8 juin 2012.
  4. a b et c « Hélène Martini, "l'impératrice de la nuit", dit définitivement adieu à Pigalle », sur la-croix.com, .
  5. Réfugié en France en 1947, « c’est un juriste et homme d’affaires syrien, menacé dans son pays pour espionnage en faveur de la France », sur lejdd.fr.
  6. Voir sur persee.fr.
  7. Voir sur lejdd.fr.
  8. « New Moon, David Dufresne, Documents - Seuil », sur www.seuil.com (consulté le 4 mars 2019)
  9. Voir sur telerama.fr.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

RadioModifier

Lien externeModifier