Ouvrir le menu principal

Fandango (cheval)

étalon trotteur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fandango (homonymie).

Fandango
Race Trotteur français
Père Loudéac
Mère Tombelaine
Père de mère Javari
Sexe M
Naissance 1949
Pays de naissance Drapeau de la France France
Mort 1975
Éleveur Alphonse Martineau
Jockey Michel-Marcel Gougeon
Record 1'20"7 (monté)
Gains en courses 33 516 000 F (716 907,24 €2012)
Principales victoires Prix de Cornulier
Prix de Vincennes
Critérium des 3 ans
Prix du Président de la République
Prix de Normandie
Prix des Centaures
Prix des Élites

Fandango était un cheval de course de race trotteur français, né le 20 avril 1949 et mort en avril 1975, spécialiste du trot monté. Il remporta les principales épreuves de sa génération dans cette spécialité et remporta également à l'attelé le Critérium des 3 ans. Il fut également un étalon aux produits remarquables, tant sur les hippodromes qu'au haras.

Carrière de courseModifier

Ce cheval, portant le nom d'une danse rythmée de castagnettes, s'en montra sur les hippodromes (celui de Vincennes en particulier) incontestablement digne. Confié à l'âge de 2 ans à Michel-Marcel Gougeon, ce petit mais beau trotteur (il remporta quelques concours de modèles) enchaina rapidement les succès. Après des débuts modestes mais victorieux à l'attelé, on l'oriente vers les courses montées, où il affirme sa supériorité sur sa génération dès le début de l'année de ses 3 ans (1952), remportant successivement les prix Édouard Marcillac, d'Essai, Hémine et le Saint-Léger des Trotteurs. Il réalise en fin d'année le doublé Critérium des 3 ans (attelé)-Prix de Vincennes (monté), devenu rare (dans les années un peu plus récentes, il n'a été réalisé que par Une de Mai, Vaccares II et Kesaco Phedo).

On le consacre alors définitivement au trot monté, y remportant 38 victoires consécutives, alignant alors notamment les deux années suivantes, les prix du Président de la République, de Normandie, deux Prix des Élites (qu'il avait déjà remporté en 1952), deux Prix des Centaures et ses deux couronnes mondiales dans la spécialité que représente le Prix de Cornulier.

En début d'année 1955, contre l'avis des frères Gougeon, son propriétaire décide de le présenter convalescent pour son 3e Cornulier. Il n'y termine que 5e lors de ce qui constituera sa dernière course.

Au harasModifier

Sa carrière d'étalon sera encore plus prestigieuse que sa carrière de compétiteur. On considère Fandango, au même titre que Kerjacques ou Carioca II, comme un chef de race du trotteur français d'aujourd'hui, l'un des étalons les plus importants du XXe siècle.

Il a pour descendants et continuateurs de nombreux champions tels Quérido II (son fils), Guéridia, Lutin d'Isigny, Podosis, Poroto, Queila Gédé, Ténor de Baune, Tout Bon, Ultra Ducal, Uno Atout, Ursulo de Crouay, Verdict Gédé, Abo Volo, Dryade des Bois, First de Retz, Jag de Bellouet, Jardy, Kesaco Phedo, Lazio du Bourg, Offshore Dream, Oyonnax, Ready Cash, Timoko

Il meurt en avril 1975 au haras du Bois[1].

OriginesModifier

Origines de Fandango
Père
Loudéac (1933)
Boléro (1923) Koenigsberg (1910) Beaumanoir
Byzance
Odette (1914) Bémécourt
Jonvencelle
Bonne Fortune (1923) Jongleur (1909) Bémécourt
Belle Poule
Querelleuse (1916) Germinal
Kaoline
Mère
Tombelaine (1941)
Javari (1931) Quo Vadis (1916) Enoch
Junon
Reluisante (1917) Impétueux II
Kerrie
Verveine (1921) Jongleur (1909) Bémécourt
Belle Poule
Rosa (1917) Gagny
Avalanche
  • Carrière de course : Pierre Joly, Trotteurs de légende, Rennes, Éditions Ouest-France, (ISBN 978-2-7373-2270-9), p. 68-69

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Pierre Reynaldo, Le Trotteur français, Panazol, Éditions Lavauzelle, (ISBN 978-2-7025-1638-6), p. 147