Ouvrir le menu principal

HistoireModifier

Ernest Goüin, jeune ingénieur issu de l'École polytechnique, vient de passer six ans à la direction des ateliers de construction de la Compagnie du Chemin de fer de Paris à Saint-Germain, lorsqu'il crée le [1] sa première entreprise sous la forme d'une société en commandite par actions.

Son projet de construction de locomotives à vapeur dans des ateliers qu'il fait construire sur un terrain de 14 000 m2 lui appartenant aux Batignolles, est encouragé par James de Rothschild. Le duc de Noailles, pair de France, le duc de Galliera, le baron Lupin, Edouard Rodrigues-Henriques, les banquiers Rothschild, Hottinguer, d'Eichthal, Thurneyssen, Delessert[Lequel ?] et les industriels Fould et Talabot donnent leur confiance et leur appui financier à Ernest Goüin[1]. L'objectif est de construire des locomotives pour la Compagnie des chemins de fer du Nord créée un an plus tôt.

La société va se diversifier vers les machines textiles, les constructions métalliques et les lignes de chemins de fer. Elle fit également l'acquisition d'un important chantier naval à Nantes (Île de la Prairie au Duc), pour la construction de navires en fer et en bois, principalement pour la marine de guerre.

En 1847, Ernest Goüin créé une Société de secours mutuels à l'intention de ses employés.

La société Ernest Goüin & Cie réalisa en 1852 le pont d'Asnières-sur-Seine, premier pont métallique de France (et premier de cette importance en Europe), dont la portée atteint 160 m ; puis en 1856, le premier ouvrage en treillis de profilés et l'un des premiers usages des caissons à air comprimé avec le pont sur le Scorff à Lorient.

En 1871, Ernest Goüin la fait évoluer en société anonyme sous le nom de Société de construction des Batignolles.

Quelques réalisationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Site des archives nationales, Société de construction des Batignolles (89AQ) : Historique lire en ligne (consulté le 13 octobre 2010).

BibliographieModifier

  • Anne Burnel, La Société de construction des Batignolles de 1914-1939 : histoire d'un déclin, Librairie Droz, 1995, (ISBN 2600000941), (extraits en ligne).
  • Alain Jacquet, Les Goüin, une famille tourangelle de renom, Mémoires de la Société archéologique de Touraine, volume LXXII, , 90 p. (ISBN 978-2-36536-048-7) ;
  • Rang-Ri Park-Barjot, La Société de construction des Batignolles: Des origines à la Première Guerre mondiale (1846-1914), Presses Paris Sorbonne, 2005, (ISBN 2840503891), (extraits en ligne)
  • D'Ernest Goüin à Spie Batignolles
  • Jean Monville, Xavier Bezançon, Naître et renaître, une histoire de SPIE, 2004 et 2011
  • Pierre Saïd-Mohamed, Histoire d'une entreprise : la Société de Construction des Batignolles de 1940-1968, 1991
  • Ernest-Georges Goüin, L'Histoire d'un Siècle, 1846-1946, 1946
  • Lucien Maillard, Ernest Goüin et Cie, la naissance d'un quartier
  • Dominique Barjot, Un grand entrepreneur du XIXe siècle : Ernest Goüin, 1815-1885, Revue d'histoire des chemins de fer, automne 1991-printemps 1992 ; N° 5-6, p. 65-89
  • Dominique Barjot, Des locomotives aux travaux publics : les débuts de la maison Goüin (1846-1869), Bulletin du Centre d'histoire de la France contemporaine, 1991 ; N° 12, p. 47-65

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier