Ouvrir le menu principal

Compagnie du chemin de fer de Paris à Saint-Germain

compagnie ferroviaire française

Chemin de fer
de Paris à Saint-Germain
Création 4 novembre 1835
Disparition 16 juin 1855
Successeur Compagnie des chemins de fer de l'Ouest

Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau de France Paris (France)

La Compagnie du chemin de fer de Paris à Saint-Germain est une société anonyme française née de la volonté des frères Pereire et de James de Rothschild de créer une ligne de chemin de fer à l'Ouest de Paris.

Sommaire

Création : chronologieModifier

La CompagnieModifier

Organigramme de la CompagnieModifier

Conseil d'administrationModifier

Les membres fondateurs sont : le baron James de Rothschild représentant MM. de Rothschild frères, banquiers à Paris ; Adolphe d'Eichthal, représentant MM. Louis d'Eichthal et fils, banquiers à Paris ; Sanson Davillier, représentant MM. Jean-Charles Davillier et compagnie, manufacturiers à Paris et Auguste Thurneyssen, représentant MM. Thurneyssen et compagnie, banquiers à Paris. Le premier président est M. Adolphe d'Eichthal[2].

DirecteurModifier

Monsieur Émile Pereire, reçoit pour cette fonction un traitement de douze mille francs par an.

Les ingénieursModifier

Les ingénieurs chargés des travaux et des machines, sont :

Des jeunes ingénieurs comme Auguste Perdonnet[3] vont intégrer cette équipe.

Réalisations de la compagnieModifier

Chronologie des réalisationsModifier

  • 24 août 1837, inauguration du chemin de fer de Paris à Saint-Germain-en-Laye.
  • 26 août 1837, ouverture de la section Paris (Gare Saint-Lazare) - Le Pecq de la ligne de Paris Saint-Lazare à Saint-Germain.

Projets qui échouentModifier

Matériel ferroviaireModifier

En 1838, une commande de six locomotives est passée aux Établissements Schneider Frères et Cie. Elles sont conformes au modèle Patentee de George Stephenson[4].

Disparition de la CompagnieModifier

Objets commémoratifsModifier

La numismatique ferroviaire évoque la Compagnie du chemin de fer de Paris à Saint-Germain au moyen de deux médailles :

  • 1835 : jeton de présence au conseil d’administration de la compagnie[6] ;
  • 1853 : hommage à Émile Pereire[7].

Notes et référencesModifier

  1. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlemens et avis du Conseil d'État, Tome 35e. Année 1835. Lire en ligne
  2. Rang-Ri Park-Barjot, p.94
  3. Site annales X, Jean Albert Vincent Auguste Perdonnet (1801-1867). Lire en ligne (consulté le 16 juillet 2010).
  4. Voir, photo de La Gironde, lien externe écomusée Creusot-Montceau
  5. Bulletin des lois de l'Empire français, XIe série. Partie supplémentaire. Tome 5e, 1er semestre 1855. Lire en ligne
  6. Description de la médaille sur Numisrail
  7. Description de la médaille sur Numisrail

BibliographieModifier

  : source utilisée pour la rédaction de cet article

  • Dominique Barjot, Jacques Dureuil, Jean-Louis Bordes, 150 ans de génie civil: une histoire de centraliens, Collectif, Presses Paris Sorbonne, 2008, (ISBN 9782840505693) (Google Livres).
  • Claude Berton, Alexandre Ossadzow, Christiane Filloles, Fulgence Bienvenüe et la construction du métropolitain de Paris, 2e édition, Presses des Ponts, 2007, (ISBN 2859784225) (Google Livres) 
  • François Boulet, II. L'arrivée du chemin de fer et les débats municipaux (1837-1848), in Leçon d'histoire de France: Saint-Germain-en-Laye : des antiquités nationales à une ville internationale, DISLAB, 2006. pp. 154 à 161, (ISBN 9782952009188). (Google Livres)
  • Compagnie du Chemin de Fer de Paris à Saint-Germain, Chemin de fer de Paris à Saint-Germain, Impr. de Grégoire, 1835, (Google Livres) 
  • Rang-Ri Park-Barjot, La Société de construction des Batignolles : Des origines à la Première Guerre mondiale (1846-1914), Presses Paris Sorbonne, 2005, (ISBN 2840503891). (Google Livres) 
  • Stéphanie Sauget, Où construire des gares de chemins de fer à Paris ?, in revue Histoire Urbaine n°22, p.97 à 114, Société Française d'Histoire Urbaine, Paris, 2008, (ISBN 9782914350228). (Cairn) 
  • Suzanne Vergeade. Un aspect du voyage en chemin de fer : le voyage d'agrément sur le réseau de l'Ouest des années 1830 aux années 1880, in revue Histoire, économie et société, 1990, n° 9-1, pp. 113-134. ( Persée) 
  • La Vie du Rail, Les Origines: De Saint-Etienne - Andrézieux à Paris - Saint-Germain : Les Saint-Simoniens, supporters et promoteurs des chemins de fer & De Paris à Saint-Germain : un chemin de fer école, in revue la Vie du Rail, n°1841, 1982. (Rail.com) 
  • Auguste Moyaux, Les chemins de fer autrefois et aujourd'hui et leurs médailles commémoratives. Notice historique suivie d'un atlas descriptif des médailles de tous les pays, Bruxelles, Charles Dupriez (1905 [1], 1910 et 1925).

Voir aussiModifier