Elisabeth Bik

microbiologiste néerlandaise
Elisabeth Bik
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Elisabeth Margaretha BikVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Microbiologiste, consultant en intégrité scientifique, blogueuse, biologiste moléculaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
UBiome (en) ( - ), école de médecine de l'université Stanford (en) ( - ), Sint Antonius hôpital (d) ( - ), Institut national de la santé et de l'environnement, Pays Bas ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Blog officiel
Distinctions
Enregistrement vocal

Elisabeth Margaretha Harbers-Bik, née en , est une microbiologiste néerlandaise spécialisée en intégrité scientifique. Bik est connue pour son travail de détection de la manipulation frauduleuse d'images dans les publications scientifiques et pour avoir identifié plus de 400 faux articles de recherche publiés en Chine par une usine à articles. Elle est la fondatrice de Microbiome Digest, un blog avec des mises à jour quotidiennes sur la recherche sur le microbiome, et du blog Science Integrity Digest.

BiographieModifier

ÉducationModifier

Elisabeth Bik est née aux Pays-Bas. Elle étudie la biologie à l’université d'Utrecht, où elle obtient son doctorat pour ses recherches sur le développement de vaccins contre de nouvelles souches de Vibrio cholerae impliquées dans des épidémies de choléra en Inde et Bangladesh[1].

Carrière dans le secteur publicModifier

Après l’obtention de son doctorat, elle travaille pour l'Institut national de la santé publique et de l'environnement à Bilthoven et l’hôpital Saint-Anonius à Nieuwegein. Elle y a organisé le développement de nouvelles techniques moléculaires pour l’identification d’agents infectieux[2].

Carrière académiqueModifier

En 2001, elle s'installe en Californie pour rejoindre l’équipe de David Relman (en) à l'école de médecine de l’université Stanford où elle travaillera pendant une quinzaine d'années[3], notamment sur les microbiomes humains.

En 2014, elle crée le blog Microbiome Digest, où elle rédige des comptes-rendus et commentaires des dernières publications scientifiques en microbiologie. Le blog connaît rapidement un succès, et Bik sollicite l’aide de collègues sur Twitter pour en gérer le contenu[4].

En 2015, elle devient membre du jury Mo Bio Microbiome Awards qui deviendra le Qiagen Microbiom award avec le rachat de Mo Bio Laboratories par Qiagen. Elle quitte ses fonctions en 2018 (cette année, la dotation du prix Qiagen fut de 100 000 $[5]).

Carrière dans le secteur privéModifier

En 2016, Elisabeth Bik quitte l’université de Stanford et travaille comme directrice scientifique et éditoriale[6] chez uBiome (en), une compagnie spécialisée dans le séquençage du microbiome humain[1]. Elle quitte la start-up en 2018, quelques mois avant que l'entreprise soit poursuivie pour des problèmes touchant à des surfacturations et des ventes forcées[7],[8], pour lesquels elle n'est pas mise en cause[1].

Après son départ d'uBiome, Elisabeth Bik rejoint pendant quelques mois une autre société du secteur des biotechnologies, avant de cesser ses activités rémunérées en 2019 et se consacrer entièrement à ses recherches sur les fraudes photographiques et à l’analyse de l’intégrité de papiers scientifiques[1],[9].

Intégrité scientifiqueModifier

Influence médiatiqueModifier

Elle est la fondatrice du blog Science Integrity Digest, dans lequel elle rapporte des cas d'atteinte à l'intégrité de certaines publications scientifiques[4],[10],[11],[12].

Elle est une contributrice active des plateformes Retraction Watch et PubPeer, où elle rapporte les publications présentant des images et données falsifiées, dupliquées ou discutables[13],[14],[15].

Active sur Twitter où elle est suivie par plus de 100 000 personnes, elle publie régulièrement des images scientifiques potentiellement problématiques. Ses efforts ont permis de mettre en lumière plusieurs cas de grave négligence scientifique[1].

En 2018, elle est invitée dans le podcast scientifique Everything Hertz pour discuter de ses efforts pour assurer l’intégrité des publications scientifiques[16].

Bik n'est pas rémunérée pour la plupart de ses travaux ; elle est ponctuellement consultante et reçoit des sommes modestes par le biais d'un crowdfunding Patreon[9]. Seules ses enquêtes personnelles sont publiées en ligne, ses travaux rémunérés ne font pas l'objet de publication[17].

Travaux académiques sur les méconduites scientifiquesModifier

Elle commence à s'intéresser aux questions d'éthique scientifique en 2013, lorsqu'elle découvre qu'une de ses publications a été plagiée. Approfondissant le sujet, elle découvre alors avec surprise « un grand nombre de plagiats » dans la littérature scientifique[17]. Elle consacre alors son temps libre à traquer les manquements éthiques dans les publications scientifiques, et développe une expertise dans la recherche d'images trafiquées dans les études.

En 2016 et 2018, Elisabeth Bik publie deux études sur les duplications d'images problématiques[18],[19].

En 2016 avec Arturo Casadevall (en) et Ferric Fang (en), elle publie dans mBio (en) un article montrant l’importance des manipulations d'images pour les cas observés d'inconduites scientifiques en recherche biomédicale[18],[20],[21]. Les auteurs ont examiné plus de 20 000 publications scientifiques publiées dans 40 journaux scientifiques de 1995 à 2014[15] et rapportent que 3,8 % des papiers étudiés présentent une ou plusieurs images manipulées[22]. Commentant son article dans une interview, elle déplore le manque de rigueur des reviewers (réviseurs) ainsi que le manque de réponses des auteurs à ses interrogations[23],[24]. Elle pointe par exemple un journal scientifique spécialisé en oncologie, Oncotarget (en) dans lequel elle identifie 14 % d'articles ayant des images problématiques[25].

En 2018, elle analyse 960 publications scientifiques dans le journal Molecular and Cellular Biology[19] et montre que 6,1 % des publications contiennent des images dupliquées. Parmi ces publications problématiques, seulement 10 % d'entre elles ont été rétractées.

Les causes de ces problèmes d'intégrité scientifique sont explorées dans une publication de 2019 dont elle est co-auteure[26]. Cette étude suggère que « la culture académique, le contrôle par les pairs, les incitations financières à publier, et les politiques nationales en matière d'inconduite scientifique »[trad 1] sont des facteurs qui influencent l’intégrité scientifique. Contrairement aux idées généralement admises, cette étude semble indiquer que les auteurs féminins sont tout aussi susceptibles d'inconduites scientifiques que les auteurs masculins.

En 2019, Elisabeth Bik annonce sur Twitter qu’elle compte consacrer une année à plein temps à ses recherches sur les négligences scientifiques[27]. Elle estime qu'elle a passé environ 5 000 heures à examiner des articles scientifiques au cours des cinq précédentes années. Au cours de ce processus, elle estime avoir identifié près de 2 000 articles comportant des images problématiques[28].

Découverte de l'usine à articles Tadpole Paper MillModifier

En , la revue Science annonce qu'Elisabeth Bik a révélé[29] l'existence d'une usine à fausses publications scientifiques chinoise ayant réutilisé les mêmes images dans 400 articles différents publiés surtout en 2018-2020[30],[31]. Elle nomme cette usine à publication tadpole (têtard en anglais) en raison de la ressemblance des bandes de Western blot avec les têtards. Bik estime que le nombre de ces articles frauduleux pourrait se compter par milliers. Elle critique le peu de contrôle de la qualité éditoriale des revues appartenant à des grands groupes[32].

Analyses critiques des travaux de Didier RaoultModifier

Selon Elisabeth Bik, plusieurs articles[33] publiés par Didier Raoult et ses équipes à partir de 2001 présentent des problèmes de méthodologie et de falsification ou manipulation des données[34],[35],[36].

En , commentant la publication des résultats d'un essai clinique de Didier Raoult sur l'effet de l'hydroxychloroquine contre la Covid-19 dans l’International Journal of Antimicrobial Agents (en), elle pointe un conflit d'intérêts (le rédacteur en chef de ce journal Jean-Marc Rolain[37] est à la fois le coauteur de l'article et son subordonné à l'Institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille) (IHU) et critique fortement la méthodologie de l'étude[38]. La société savante propriétaire du journal dans lequel les résultats ont été publiés, l'International Society of Antimicrobial Chemotherapy, admet que la publication n'est pas au niveau attendu par la société[39], mais réfute l'idée d'un conflit d'intérêt : pour elle, le processus d'évaluation par les pairs avant publication a été respecté, car Jean-Marc Rolain, étant un des coauteurs de l'article, n'a pas participé à l'évaluation. La société savante et son groupe éditorial Elsevier demandent en une relecture additionnelle par les pairs pour déterminer si les préoccupations concernant l'article sont fondées[40],[41]. Le journal publie en ce rapport dont les conclusions sont incendiaires[42],[43] mais décide de ne pas rétracter l'article dont il estime qu'il doit rester disponible pour qu'un « un débat scientifique public solide sur les conclusions du document, de manière ouverte et transparente » puisse avoir lieu[42].

En , Elizabeth Bik publie 60 signalements de problèmes concernant des articles signés par Didier Raoult[44],[45],[46]. Elle signale ainsi de possibles oublis de déclaration de conflits d'intérêts (10 articles), des anomalies avec la présentation des résultats (20 articles), et des questions d'éthique de travaux portant sur des « recherches impliquant la personne humaine » (dans la moitié des cas)[46]. En réponse, Didier Raoult explique être « traqué » par cette « fille », qu'il qualifie de « cinglée » devant le Sénat français le [44]. Un autre professeur de l'IHU, Eric Chabrière, publie des données personnelles de la chercheuse hollandaise sur les réseaux sociaux[47],[21],[48]. Raoult et Chabrière portent plainte le contre elle pour « harcèlement, tentative de chantage et d’extorsion »[49]. Ils appuient l'accusation de tentative de chantage sur un tweet d'Elisabeth Bik suggérant à l'IHU de la soutenir par un site de financement participatif, dont, selon Le Monde, ils n'ont pas compris l’ironie, soulignée d'un smiley. Elisabeth Bik estime que la plainte a pour objet de l'intimider[46]. Bik explique qu'elle ne veut pas être menacée : « Si j'avais enfreint la loi, j'arrêterais » dit-elle, « mais ce n'est pas le cas »[50].

Le , l’association citoyenne Citizen4Science dénonce dans un communiqué de presse le harcèlement subi par les porteurs de l’intégrité scientifique dont Elisabeth Bik de la part des chercheurs de l’IHU Marseille[51],[52],[pertinence contestée] et lance une pétition sur le site change.org[47],[53],[51],[54].

Le , une lettre ouverte co-écrite par 11 chercheurs[55] et signée par des dizaines de sociétés savantes et des milliers de scientifiques en juin 2021[56],[57] prend à son tour la défense de la chercheuse qu'ils estiment être victime de harcèlement[50],[58]. Le CNRS[59], son comité d'éthique[60], l'ENS, et le sénateur Bernard Jomier[61],[54] condamnent cette stratégie d'intimidation[62]. Le , Libération confirme le dépôt d'une plainte contre Elisabeth Bik auprès du procureur de la République de Marseille en date du pour « harcèlement moral aggravé », « tentative de chantage », « tentative d’extorsion ». Elle confie au journal ne pas avoir été contactée par la justice à ce jour[63].

Début également, Elisabeth Bik analyse une nouvelle étude portant sur 10 000 patients traités par hydroxychloroquine prépubliée par Didier Raoult en dénonçant des problèmes méthodologiques variés[64],[65].

Prix et distinctionsModifier

  • En 2016, elle reçoit le Microbiome Pioneer Award, prix réservé aux scientifiques en pointe dans le domaine du microbiome, pour sa contribution à la science en éditant et publiant le blog Microbiome Digest[66],[67].
  • En 2019, elle reçoit une citation spéciale du prix John-Maddox pour « l'extraordinaire contribution apportée au cours de l'année écoulée par Elisabeth Bik du Science Integrity Digest, qui a découvert qu'environ deux tiers des images dupliquées dans les articles biomédicaux semblent l'avoir été intentionnellement »[trad 2],[12].
  • En 2021, elle reçoit le prix Peter Wildy (en) de la Société Britannique de Microbiologie (en), un prix « décerné à celles et ceux qui apportent une contribution significative dans le domaine de la microbiologie »[68].
  • En 2021, elle reçoit le prix John-Maddox (3 000 £) pour son enquête sur les données, et la découverte d'images dupliquées ou modifiées susceptibles de signaler une fraude et d'autres problèmes[69],[70],[71], et pour avoir « défendu la science avec courage et intégrité face à une grande hostilité »[17].
  • En 2021 elle reçoit le Ockham Award for Skeptical Activism[72].

RéférencesModifier

TraductionsModifier

  1. (en) « academic culture, peer control, cash-based publication incentives and national misconduct policies »
  2. (en) « The extraordinary contribution made over the past year by Elisabeth Bik of Science Integrity Digest, finding about two-thirds of duplicated images in biomedical papers appear to have been duplicated on purpose »

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e (en) « Eye for Manipulation: A Profile of Elisabeth Bik », sur The Scientist Magazine (consulté le ).
  2. (en) « PeerJ - Profile - Elisabeth Bik » (consulté le ).
  3. « Elisabeth Bik, la scientifique qui a identifié 11 études « problématiques » du Pr Raoult », sur L'Express, (consulté le ).
  4. a et b (en) « I have found about 2,000 problematic papers, says Dr. Elisabeth Bik », sur Editage Insights, (consulté le ).
  5. (en) « QIAGEN announces winners of 2018 Microbiome Awards competition », sur corporate.qiagen.com (consulté le ).
  6. « L’interview d’Elisabeth Bik – Fondatrice du blog Microbiome Digest », sur gallinee.com.
  7. (en) Christina Farr, « Insiders describe aggressive growth tactics at uBiome, the health start-up raided by the FBI last week », sur CNBC, (consulté le ).
  8. « Ubiome, l’entreprise qui a arnaqué tout le monde avec des tests… d’excréments », sur ladn.eu, .
  9. a et b (en) Helen Shen, « Meet this super-spotter of duplicated images in science papers », Nature, vol. 581, no 7807,‎ , p. 132–136 (DOI 10.1038/d41586-020-01363-z, lire en ligne, consulté le ).
  10. (en) « Science Integrity Digest » (consulté le ).
  11. (en) « The Last Word On Nothing | The Fraud Finder: A conversation with Elisabeth Bik » (consulté le ).
  12. a et b (en) « Maddox Prize 2019 – Sense about Science », sur senseaboutscience.org (en) (consulté le ) : « they wanted to draw attention to the extraordinary contribution made over the past year by Elisabeth Bik of Science Integrity Digest, finding about two-thirds of duplicated images in biomedical papers appear to have been duplicated on purpose ».
  13. (en-US) Ivan Oransky, « Meet Elisabeth Bik, who finds problematic images in scientific papers for free », sur Retraction Watch, (consulté le ).
  14. (en) « PubPeer - Search publications and join the conversation » (consulté le ).
  15. a et b (en) R. Prasad, « Manipulation within a photo should always result in a retraction: Elisabeth Bik », The Hindu,‎ (ISSN 0971-751X, lire en ligne, consulté le ).
  16. (en) Dan Quintana, « 74: Seeing double (with Elisabeth Bik) » [audio], sur Everything Hertz (consulté le ).
  17. a b et c Clémentine Laurens, « Elisabeth Bik, gendarme de l'éthique scientifique », Ouest-France, no 23577,‎ , der (ISSN 0999-2138, lire en ligne, consulté le ).
  18. a et b (en) Elisabeth M. Bik, Arturo Casadevall et Ferric C. Fang, « The Prevalence of Inappropriate Image Duplication in Biomedical Research Publications », mBio, vol. 7, no 3,‎ , e00809–16, /mbio/7/3/e00809–16.atom (ISSN 2150-7511, PMID 27273827, PMCID PMC4941872, DOI 10.1128/mBio.00809-16, lire en ligne, consulté le ).
  19. a et b (en) Elisabeth M. Bik, Ferric C. Fang, Amy L. Kullas et Roger J. Davis, « Analysis and Correction of Inappropriate Image Duplication: the Molecular and Cellular Biology Experience », Molecular and Cellular Biology, vol. 38, no 20,‎ , e00309–18, /mcb/38/20/e00309–18.atom (ISSN 0270-7306 et 1098-5549, PMID 30037982, PMCID PMC6168979, DOI 10.1128/MCB.00309-18, lire en ligne, consulté le ).
  20. Michel Dubois et Catherine Guaspare, « « Is someone out to get me? » : la biologie moléculaire à l’épreuve du Post-Publication Peer Review », Zilsel, vol. N°6, no 2,‎ , p. 164 (ISSN 2551-8313 et 2553-6133, DOI 10.3917/zil.006.0164, lire en ligne, consulté le ).
  21. a et b (en) « Microbiologist Elisabeth Bik queried Covid research – that’s when the abuse and trolling began », sur the Guardian, (consulté le ).
  22. (en) Alison Abbott, « The science institutions hiring integrity inspectors to vet their papers », Nature, vol. 575,‎ , p. 430–433 (DOI 10.1038/d41586-019-03529-w, lire en ligne, consulté le ).
  23. David Larousserie, « Dans les labos, des petits arrangements avec la science », sur Le Monde.fr, (consulté le ).
  24. David Larousserie, « Dans les labos, des petits arrangements avec la science », sur Le Temps.ch, (consulté le ).
  25. « La revue prédatrice Oncotarget, adulée par certains oncologues, a le plus fort taux de duplications d'images (14 % des articles) », sur Rédaction Médicale et Scientifique, .
  26. (en) Daniele Fanelli, Rodrigo Costas, Ferric C. Fang et Arturo Casadevall, « Testing Hypotheses on Risk Factors for Scientific Misconduct via Matched-Control Analysis of Papers Containing Problematic Image Duplications », Science and Engineering Ethics (en), vol. 25, no 3,‎ , p. 771–789 (ISSN 1471-5546, PMID 29460082, PMCID PMC6591179, DOI 10.1007/s11948-018-0023-7, lire en ligne, consulté le ).
  27. (en) Tom Bartlett, « Hunting for Fraud Full Time », sur chronicle.com (en), .
  28. (en) « Eye for Manipulation: A Profile of Elisabeth Bik », sur The Scientist Magazine (consulté le ).
  29. (en) Elisabeth #StayingAtHome #StayingAlive Bik, « I am ringing the alarm. We have now found >400 papers that all share a very similar title layout, graph layout, and (most importantly) the same Western blot layout. This is a massive #PaperMill of (what we assume) fabricated data », sur @MicrobiomDigest, (consulté le ).
  30. (en) Dalmeet Singh Chawla, « A single ‘paper mill’ appears to have churned out 400 papers, sleuths find », sur Science | AAAS sciencemag.org, (DOI 10.1126/science.abb4930, consulté le ).
  31. (en-US) Mohana Basu, « Researchers flag over 400 'dubious papers' published in China in last 3 years », sur ThePrint (en), (consulté le ).
  32. (en) Elisabeth Bik, « The Tadpole Paper Mill », sur Science Integrity Digest, (consulté le ).
  33. (en) Leonid Schneider, « Chloroquine genius Didier Raoult to save the world from COVID-19 », For Better Science,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. (en) Elisabeth Bik, « Thoughts on the Gautret et al. paper about Hydroxychloroquine and Azithromycin treatment of COVID-19 infections », Science Integrity Digest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Mathilde Goupil, « Coronavirus : qui est Didier Raoult, la "star mondiale" de la microbiologie qui assure avoir trouvé le remède contre le Covid-19 ? », sur Franceinfo, (consulté le ).
  36. « Didier Raoult, l’infectiologue marseillais derrière la folie planétaire autour de l’hydroxychloroquine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Nomination du Pr Jean-Marc Rolain, au titre d’Editeur en chef de la revue International Journal of Antimicrobial Agents / Actualités », sur paca.inserm.fr (consulté le ).
  38. Marcus Dupont-Besnard, « Chloroquine : les graves erreurs scientifiques de la méthode Raoult », sur Numerama, .
  39. (en-US) admin, « Publisher Now Says Study Touting Hydroxychloroquine as COVID-19 Cure Doesn’t Meet Its ‘Standard’ », sur News Parliament, (consulté le ) : « The ISAC Board believes the article does not meet the Society’s expected standard, especially relating to the lack of better explanations of the inclusion criteria and the triage of patients to ensure patient safety ».
  40. (en) International Society of Antimicrobial Chemotherapy et Elsevier, « Joint ISAC and Elsevier statement on Gautret et al. paper [PMID 32205204] », sur www.isac.world (consulté le ).
  41. Pauline Moullot, « Dans quelles revues ont été publiées les études de Didier Raoult ? », sur Libération.fr, (consulté le ).
  42. a et b (en) Frits R. Rosendaal, « Review of: “Hydroxychloroquine and azithromycin as a treatment of COVID-19: results of an open-label non-randomized clinical trial Gautret et al. 2010, DOI:10.1016/j.ijantimicag.2020.105949 », International Journal of Antimicrobial Agents (en), vol. 56, no 1,‎ , p. 106063 (PMID 32674928, PMCID PMC7357515, DOI 10.1016/j.ijantimicag.2020.106063, lire en ligne, consulté le ).
  43. « Il s'agit d'un manuscrit non informatif présentant des lacunes méthodologiques flagrantes. Les résultats ne justifient pas les conclusions de grande portée sur l'efficacité de l'hydroxychloroquine dans le Covid-19 et, de l'avis de cet examinateur, ne justifient aucune conclusion. »
  44. a et b « Portrait d'Elisabeth Bik, chasseuse de fraudes des publications de Didier Raoult », sur Heidi.news, (consulté le ).
  45. « Pro et anti-Raoult s'écharpent sur une vieille étude du professeur marseillais pointée du doigt par une spécialiste de l'intégrité scientifique », sur lindependant.fr, (consulté le ).
  46. a b et c « Bras de fer judiciaire entre Didier Raoult et une spécialiste de l'intégrité scientifique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. a et b (en) « World expert in scientific misconduct faces legal action for challenging integrity of hydroxychloroquine study », sur the Guardian, (consulté le ).
  48. « Sur les réseaux sociaux, les méthodes radicales des pro-Raoult », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. (pt-BR) « A cientista 'detetive' que acendeu alerta sobre hidroxicloroquina », BBC News Brasil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. a et b (en) Holly Else, « Scientific image sleuth faces legal action for criticizing research papers », Nature, vol. 594, no 7861,‎ , p. 17–18 (DOI 10.1038/d41586-021-01430-z, lire en ligne, consulté le ).
  51. a et b « Quand harcèlement et procédure bâillon veulent clore le débat », sur JIM.fr, (consulté le ).
  52. « COMMUNIQUÉ DE PRESSE no 5 : Harcèlement des porteurs de la parole scientifique », sur Citizen4Science, (consulté le ).
  53. « Pourquoi Didier Raoult porte-t-il plainte contre une chercheuse, soutenue par plus de 1 000 scientifiques ? », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  54. a et b Véronique Radier, « Elisabeth Bik, la microbiologiste renommée accusée de harcèlement par Didier Raoult », sur L'Obs,
  55. (en) Lonni Besançon, Alexander Samuel, Thibault Sana et Mathieu Edouard Rebeaud, « Open Letter: Scientists stand up to protect academic whistleblowers and post-publication peer review. », Open Science Framework,‎ (DOI 10.31219/osf.io/2awsv, lire en ligne, consulté le ).
  56. (en) Cathleen O'Grady, « Image sleuth faces legal threats », Science, Association américaine pour l'avancement des sciences, vol. 372, no 6546,‎ , p. 1021-1022 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, OCLC 1644869, DOI 10.1126/SCIENCE.372.6546.1021) 
  57. (en) Lonni Besançon, Alexander Samuel, Thibault Sana, Mathieu Rebeaud, Anthony Guihur, Marc Robinson-Rechavi, Nicolas Le Berre, Matthieu Mulot, Gideon Meyerowitz-Katz, Maisonneuve et Brian A Nosek, Supplementary materials of "Open letter: Scientists stand up to protect academic whistleblowers and post-publication peer review", (DOI 10.17605/OSF.IO/ZKX5H, lire en ligne).
  58. (en) Cathleen O’GradyMay, « Scientists rally around misconduct consultant facing legal threat after challenging COVID-19 drug researcher », sur Science, (consulté le ).
  59. Bureau de presse du CNRS, « Les prétoires ne sont pas des laboratoires | CNRS », sur cnrs.fr (consulté le ).
  60. « Communiqué du COMETS sur la plainte déposée par les Professeurs Didier Raoult et Éric Chabrière à l’encontre d’Elisabeth Bik et de Boris Barbour », sur COMETS, (consulté le ).
  61. « Site du sénat », sur senat.fr (consulté le ).
  62. Olivier Monod, « Les instances scientifiques à la rescousse de leurs chercheurs face à l’offensive judiciaire de Raoult », sur Libération (consulté le ).
  63. Florian Gouthière, « Pourquoi Didier Raoult a-t-il porté plainte contre Elisabeth Bik, enquêtrice sur les erreurs et fraudes scientifiques ? », sur Libération (consulté le ).
  64. Nicholas De Rosa, « Hydroxychloroquine et COVID-19 : la nouvelle étude de Didier Raoult critiquée », sur Radio-Canada.ca (consulté le ).
  65. La Tronche en Biais, « Science, Covid et Fraude - Entretien avec Elisabeth BIK », sur YouTube, (consulté le )
  66. (en) « Stanford Microbiome Pioneer Elisabeth Bik Becomes New Science Editor at uBiome », sur PRWeb, (consulté le ).
  67. (en) eliesbik, « Award », sur Microbiome Digest – Bik's Picks, (consulté le ) : « She was awarded Stanford’s prestigious “Microbiome Pioneer” award for her ongoing contributions to science in editing and publishing Microbiome Digest. »
  68. Microbiology Society, « Peter Wildy Prize 2021 Q&A – Dr Elisabeth Bik », sur microbiologysociety.org (consulté le ).
  69. (en) « News at a glance: Tackling U.S. plastic waste, targeting Omicron with an antibody, and new AI institute », Science,‎ (lire en ligne, consulté le )
  70. (en) « Research detective wins standing up for science prize », sur Times Higher Education (THE), (consulté le )
  71. (en) « Misinformation fuelled by ‘tsunami’ of poor research, says science prize winner », sur the Guardian, (consulté le )
  72. (en-GB) « Dr Elisabeth Bik wins Skeptical Activism Ockham award », sur The Skeptic, (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier