Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ELF.

L'Earth Liberation Front (ELF) (en français « Front de libération de la Terre », aussi appelé en anglais Elves[1]) est le nom collectif d’individus autonomes ou de cellules dormantes qui, selon le service de presse d’ELF, utilise « le sabotage économique et la guérilla pour faire cesser l’exploitation et la destruction de l’environnement. »

ELF a été créé en 1992[2] à Brighton, au Royaume-Uni, et en 1994 il s’était déjà répandu au reste de l’Europe. C’est maintenant un mouvement international, dont les actions sont signalées dans 17 pays[3],[4],[5], et qui est largement considéré comme le petit frère du Front de libération des animaux (Animal Liberation Front, ou ALF), en raison des relations et de la coopération entre ces deux mouvements[6]. En employant le même modèle de résistance sans chef que l'ALF, ainsi que des principes similaires[2], les sympathisants affirment qu’ELF est un groupe de défense écologique qui recherche la suppression du souci de la rentabilité, responsable de la destruction environnementale, en causant des dommages financiers aux entreprises par le biais d’actions directes[7].

L’ELF a été classé comme menace terroriste interne la plus élevée aux États-Unis par le FBI en mars 2001[8],[9], et est classifié « éco-terroriste »[10]. Les principes d’ELF exigent que les individus ou les groupes qui agissent en son nom « prennent toutes les précautions nécessaires afin de ne blesser aucun animal – humain et non-humain »[11]. À propos de l’absence de décès lors d’attaques menées par ELF, le directeur adjoint délégué du FBI responsable du contre-terrorisme a affirmé : « Je pense que nous avons de la chance. Une fois que ces incendies sont allumés, ils peuvent rapidement devenir incontrôlables. »[12] En 2005, le grand public américain a découvert le nom du mouvement le jour où l’émission 60 Minutes en a parlé[13].

Sommaire

Structure et objectifsModifier

Les opérations de sabotage mises en œuvre par ELF sont menées contre des établissements et des entreprises impliqués dans l’exploitation forestière, le génie génétique, la culture d’OGM, la déforestation, la vente de 4x4 et de SUV, l’étalement urbain, les lotissements en milieu rural, la production et la distribution d’énergie, et un large éventail d’autres activités. ELF les accuse toutes d’exploiter la planète Terre, son environnement et ses habitants[14],[15].

Le Front n’a pas d’autorité formelle, de hiérarchie, d’adhérents ou de porte-parole officiel. En règle générale, les individus travaillent en petits groupes, appelés cellules, et s’autofinancent[14],[15].

Les techniques utilisées impliquent la destruction de biens, soit en utilisant des outils pour les endommager, soit en allumant un incendie volontaire pour les détruire. Le choix des activistes se porte sur des biens qui sont d’après eux utilisés pour blesser les animaux, les gens ou pour nuire à l’environnement. Ces actions sont parfois appelées « sabotage écologique » et ce type d’action varie grandement selon qu’elles sont accomplies aux États-Unis ou au Royaume-Uni.

Jeffrey « Free » Luers, qui a purgé une peine de dix ans de prison pour avoir lancé une bombe incendiaire sur plusieurs SUV dans une concession, peine qui était de vingt-deux ans et dix mois[16] avant d’être commuée, explique la raison de l’existence d’ELF et pourquoi le mouvement continue d’adhérer aux principes publiés au moment de sa création[17] : « L’objectif d’ELF est de faire cesser des pratiques qui sont incroyablement nuisibles à l’environnement et favoriser la durabilité de l’environnement. Si ELF et des groupes similaires ont été créés, c’est qu’il y a une raison. Ils ont reçu le soutien de nombreuses personnes ordinaires grâce à l’efficacité de leurs choix tactiques. Plus important encore, si ELF a pu recevoir un tel soutien, c’est parce que dans un monde enclin à la violence, ELF a su rester fidèle à sa ligne de conduite : ne jamais mettre une vie en danger. »

Les activistes d’ELF ont diverses raisons de se livrer à des actions directes. En décembre 2000 un communiqué envoyé à la presse pour revendiquer la responsabilité d’un incendie volontaire contre l’étalement urbain explique la raison pour laquelle la cellule avait mené cette action. Comme à leur habitude, ELF a maintenu que l’incendie de la maison était une action non-violente, dans la mesure où la maison avait été fouillée pour vérifier qu’il n’y avait aucun être vivant, une question qui fait débat au sein du mouvement écologiste[18].

« Il existe plus de six milliards de personnes sur cette planète, dont près d’un tiers est soit en train de mourir de faim, soit vit dans la pauvreté. Construire des maisons pour les riches ne devrait même pas faire partie des priorités. Les forêts, les fermes et les marécages sont remplacés par des océans de maisons, des pelouses vertes imprégnées de produits chimiques, des revêtements bitumeux et des animaux écrasés. Les terres agricoles sont achetées par les promoteurs immobiliers car ils ne peuvent pas faire concurrence à une grosse société, dont les aliments sont bon marché, génétiquement modifiés et saturés de pesticides. Le temps est venu de décider de ce qui est le plus important : la planète et la santé de sa population, ou les profits de ceux qui la détruisent. »

 
« Stop à l’étalement urbain » est peint à la bombe sur une maison en signe de protestation

Toute action directe qui vise à faire cesser la destruction de l’environnement, et qui adhère pleinement aux principes de non-violence, peut être considérée comme une action d’ELF. Le sabotage économique et la destruction de biens sont les principaux aspects des principes publiés[1],[14],[19]:

  • Infliger le maximum de dommages financiers à ceux qui profitent de la destruction et de l’exploitation de l’environnement (biophysique) ;
  • Révéler au public les atrocités commises contre la planète et toutes les espèces qui la peuplent, et l’éduquer ;
  • Prendre toutes les précautions nécessaires afin de ne blesser aucun animal – humain et non-humain.

Parmi les attaques les plus courantes et les plus notables, certaines d’entre elles se font contre la construction de maisons de plusieurs millions de dollars, qui sont des cibles fréquentes de la campagne d’ELF. En 2001, dans un communiqué adressé à l’attaché de presse d’ELF de l’Amérique du Nord, qui sera par la suite publié dans The Environmental Magazine, le groupe déclare[20]:

« L’étalement urbain a indubitablement affecté près de 90 % de l’habitat de Long Island, soit en le faisant disparaître physiquement sous un revêtement de sol, soit en le polluant avec des matériaux fabriqués par l’homme, ce qui le rend indésirable ou non viable pour la plupart des espèces. »

Service de presseModifier

Le service de presse nord-américain d’ELF (North American Earth Liberation Front Press Office ; NAELFPO ou ELFPO) a été relancé en octobre 2008, lorsqu’il a commencé à recevoir de nouveaux communiqués anonymes de la part d’activistes pour qu’il les distribue à la presse et au public. L’idée était de débattre des motivations, des idéologies et de l’histoire qui ont inspiré ces actions.

Craig Rosebraugh a servi de porte-parole officieux pour le service de presse d’ELF en Amérique du Nord de 1997 à début septembre 2001[21]. On a émis des doutes sur l’absence de liens de Rosebraugh, ou de tout autre porte-parole officieux, avec les cellules impliquées[22], bien que le service de presse affirme ne pas connaître l’identité des membres d’ELF.

Réseaux de soutienModifier

Des réseaux de soutien aux prisonniers, tels que Spirit of Freedom (ELPSN), un site Internet qui répertorie tous les prisonniers qui militent pour la libération de la planète, ainsi que d’autres prisonniers d’opinion d’origines diverses, soutiennent les membres d’ELF emprisonnés. Il existe ou a existé des réseaux de soutien ELF en Belgique, en Italie, en Amérique du Nord et en Pologne, qui coordonnent leur soutien aux prisonniers, ainsi que des sites internet dédiés à certains prisonniers, tels que Rod Coronado, Jeff « Free » Luers, Daniel McGowan, Briana Waters et Tre Arrow[23] Les réseaux distribuent les textes écrits par les prisonniers à leurs partisans et à d’autres groupes de soutien. Parfois, ils récoltent des fonds pour ceux qui ont besoin d’une aide financière pour leur procès[24].

PhilosophieModifier

Les défenseurs de la planète sont un groupe d’individus qui ont des idéologies et reprennent des théories variées. Ce groupe inclut les végans, les antispécistes, les écologistes libertaires, les partisans de l’écologie profonde, et les écoféministes[25].

Les membres d’ELF soutiennent que des actions directes illégales sont nécessaires pour aider le mouvement pour la défense de la planète et une partie de l’environnementalisme radical. ELF affirme que leurs méthodes s’apparenterait ainsi à la manière dont ALF avait fait connaître le mouvement pour le droit des animaux. De même que les défenseurs des animaux « aident » lors de campagnes légales, les défenseurs de la planète ont également l’intention d’aider les organisations environnementales légales, notamment Earth First!, par des actes de sabotage écologique[26].

Les originesModifier

Royaume-UniModifier

 
Symbole d’Earth First! : une clé anglaise et un marteau de pierre.

Earth Liberation Front a été créé en 1992 à Brighton, en Angleterre, par des membres du mouvement écologiste Earth First! (EF !) au cours de la toute première réunion nationale. À l’époque, EF ! était devenu très populaire et ses membres, ne souhaitant pas voir leur popularité décliner, ne voulaient pas s’associer à des actions qui enfreignaient ouvertement la loi. Aucun accord universel n’avait été trouvé ; mais au sein du mouvement, on acceptait néanmoins qu’en Angleterre, EF ! continue de militer et d’axer ses efforts vers la désobéissance civile et les manifestations de masse[2]. Si des personnes souhaitaient participer à des actions de sabotage écologique, le nouveau nom « Earth Liberation Front » serait utilisé. Son nom et ses principes tirent leurs origines d’Animal Liberation Front (ALF), mouvement pour la libération des animaux qui ont recours aux actions directes pour libérer des animaux ou pour saboter des entreprises qui les exploitent. On avait compris que la simplicité des principes était un facteur primordial pour que le plus de personnes possibles s’engagent pour cette nouvelle cause. L’objectif visé était qu’ELF devienne rapidement aussi célèbre qu’ALF[27].

Earth NightModifier

La toute première action d’ELF n’est pas connue, ou alors elle n’est pas documentée. Mais l’une des premières actions les plus notables s’est passée le 1er avril 1992 : les activistes avaient organisé Earth Night, une des premières soirées consacrées à des actes de sabotage écologique. Les activistes prirent pour cible Fisons, une entreprise de tourbe accusée de détruire les tourbières, entraînant pour 50 000 à 70 000 £ de dégâts. Pompes, camions et autres équipements appartenant à l’entreprise furent détruits à la suite de la campagne légale des Amis de la Terre (Friends of the Earth), qui avaient passé deux ans à plaider pour le boycott de l’entreprise. Le magazine Green Anarchist a rendu public le communiqué d’ELF, qui contenait leurs revendications[28]:

« Toutes nos tourbières doivent être intégralement préservées, dans l’intérêt des plantes, des animaux et de notre patrimoine national. Faire don avec cynisme de petites parcelles ne servira à rien. Le niveau de la surface libre de la nappe chutera et les tourbières s’assècheront et disparaitront, sauf si on les préserve entièrement. Fisons doit laisser cette zone tranquille – maintenant ! »

Le journal d’EF !Modifier

Dans le numéro de septembre-octobre 1993 de Earth First! Journal, un article anonyme annonce la création d’ELF en Angleterre. Cet article affirmait qu’ELF était un mouvement d’éco-saboteurs qui opéraient indépendamment et qui s’étaient séparés du mouvement EF ! britannique, qui se concentrait sur des actions directes publiques. L’auteur notait également que contrairement à ALF, qui cherchait à faire parler du mouvement, « les cellules d’ELF, pour des raisons de sécurité, travaillent sans en informer la presse et ne revendiquent pas leurs actions. »

Développement d’ELF dans le mondeModifier

EuropeModifier

En 1994, on retrouve ELF dans toute l’Europe et des actions sont menées aux Pays-Bas, en Allemagne, en Russie, en Scandinavie, en Italie, en Irlande, en Pologne, en Espagne, en France, en Finlande et en Nouvelle-Zélande. Le nom commence à être utilisé à travers le monde[3],[5]. Le Front est largement considéré comme le petit frère d’Animal Liberation Front, en raison de leurs relations et de la coopération entre ces deux mouvements[6]. On estime que les cellules se sont rapidement créées dans de nouveaux pays en raison du rayonnement mondial d’Earth First! et des connexions entre ces deux groupes[29]. La branche britannique d’ELF était également en contact avec des activistes attachés aux mêmes principes et leur donnait des informations sur ELF et leurs tactiques ; des missionnaires s’occupaient spécialement de la France, de l’Espagne, de l’Allemagne et des Pays-Bas.

En deux ans, McDonald's est vandalisé en Allemagne et en Pologne, des voitures sont cassées à Amsterdam Airport Schiphol, l’aéroport international d’Amsterdam, et des tours de chasse sont détruites aux Pays-Bas et en Allemagne, initiatives probablement inspirées par des actions similaires menées par ALF contre la chasse[30].

Amérique du NordModifier

Earth Liberation Army (ELA) au CanadaModifier

C’est en 1995 qu’on apprend pour la première fois qu’une action de défense de la planète a été menée en Amérique du Nord. Cette action a été mise en œuvre au Canada par un groupe qui se présentait sous le nom d’Earth Liberation Army (ELA)[31]. À l’époque, les branches européennes d’ELF les considèrent comme des « cousins transatlantiques. » Le 19 juin 1995, ELA incendie un musée qui exposait des animaux sauvages et endommage un pavillon de chasse en Colombie-Britannique[32].

États-UnisModifier

En 1996, lors du Jour de Christophe Colomb (Columbus Day, célébré le 12 octobre), des activistes peignent au pistolet « 504 ans de génocide » et « ELF » sur les murs d’un bureau des relations extérieures et sur un McDonalds dans l’Oregon. Ces actions marquent le début des activités d’ELF aux États-Unis. Les serrures du même restaurant sont bloquées avec de la colle et ses murs sont à nouveau bombés, mais cette fois en soutien aux McLibel Two britanniques, deux activistes qui avaient distribué des tracts anti-McDonalds. Le jour suivant, on apprend que deux autres McDonalds, encore une fois dans l’Oregon, ont vu leurs serrures bloquées avec de la colle par des activistes d’ELF[32],[33]. La seule autre action signalée au cours de l’année s’est passée le jour de Noël: une ferme d’élevage d’animaux à fourrure est attaquée dans le Michigan et 150 visons sont relâchés dans la nature par les membres d’ELF de la région des Grands Lac[34].

MexiqueModifier

À la fin du mois de novembre 2008, un groupe qui se fait appeler eco-anarquista por el ataque directo (cellule d’anarchistes écologistes d’actions directes) revendiquent la responsabilité d’un certain nombre d’actions récentes, notamment : une demi-douzaine de cocktails Molotov lancés sur un rail de métro de Mexico, un sabotage incendiaire contre Telmex et un cocktail Molotov lancé contre un GAB de la banque Banamex. Ces attaques ont été menées « comme forme de « protestation » contre la construction d’une nouvelle ligne de train (ligne 12) à Mexico et dans l’État de Mexico ; à cause de sa construction, de nombreux arbres ont dû être abattus, des familles entières ont été expulsées et des terrains expropriés, avec comme conséquence le déboisement de larges hectares d’espaces verts. » [35]

Peu de temps après cette phase initiale d’actions, Frente de Liberación de la Tierra (Earth Liberation Front) revendique un certain nombre d’actions, notamment le sabotage d’un engin de chantier le 30 décembre 2008[36], un incendie volontaire à l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM - Universidad Nacional Autónoma de México)[37] et le 22 mars 2009, l’incendie volontaire d’engins de chantier à Guadalajara, dans l’État de Jalisco[38].

Principales attaques : 1998-2009Modifier

1998/1999 : ELF suscite l’attention de la nation à la suite d’une série d’actions qui leur valent l’étiquette d’éco-terroristes[10]. Ils deviennent alors la menace terroriste interne la plus élevée des États-Unis[8]. Ceci fait suite à l’incendie d’une station de ski à Vail, dans le Colorado, le 19 octobre, occasionnant des dommages estimés à 12 millions de dollars[39]. ELF s’explique dans un communiqué de presse[40] : « Vail, Inc. est déjà la plus grande station de ski en Amérique du Nord et veut se développer davantage. Les 19 kilomètres de routes et les 3,58 km² de zones de coupe à blanc vont ruiner le meilleur et dernier habitat du lynx de l’État. Faire passer le profit avant la faune du Colorado ne sera pas toléré. »

Ces actions incluent également le sabotage de lignes électriques, l’incendie volontaire d’une concession de SUV et l’incendie du siège d’une exploitation forestière, entraînant pour 1 million de dommages. ELF écrit au journal local : « Que cela serve de leçon à toutes les multinationales avides de profit qui ne respectent pas leurs écosystèmes. » La plupart des actions sont menées dans l’Oregon. Les prévenus seront par la suite mis en examen à la suite de l’« Operation Backfire » du FBI, qui inclut 17 actes de destruction de biens[41].

ELF met ensuite feu à l’Université de l’État du Michigan, le jour de la St Sylvestre, à l’aide d’une bombe à essence, entraînant des dommages d’1,1 million de dollars. Cette action avait été déterminée par leur programme de génie génétique axé sur les OGM. Le jour suivant, du matériel d’exploitation forestière commerciale est incendié et « ELF » et « Que le diable vous exploite ! » sont peints sur un camion au pistolet. En mars 2008, quatre activistes sont mis en examen pour ces deux incendies volontaires[42].

2000 : Le 27 novembre, dans le Colorado, ELF réduit en cendres Legend Ridge, une des premières demeures luxueuses d’un nouveau lotissement et envoie un message au Boulder Weekly : « Viva la revolution ! » Les dommages sont estimés à 500 000 dollars[43].

2001 : En mars, trente SUV sont incendiés; ils appartiennent à la concession de Joe Romania, dans l’Oregon et les dommages sont estimés à 1 million de dollars. Par cette action, ELF revendique son soutien à Jeff "Free" Luers, qui avait attaqué la même concession et est en prison pour ces faits à ce moment[44]. Il sera par la suite condamné à vingt-deux ans de prison – qui seront ensuite commuées à dix ans.

Le 21 mai, un incendie détruit les laboratoires, bureaux et archives du Centre d’horticulture urbaine (Center for Urban Horticulture) de l’Université de Washington, entraînant des dommages estimés à 7 millions de dollars[45]. L’incendie détruit vingt ans de recherche et de collections de plantes et de fonds de livres. ELF revendique cette action et soutient que l’université pratique des manipulations génétiques sur les peupliers[46]. Mais leurs informations étaient erronées : aucune manipulation génétique n’était pratiquée dans cette université. À la suite de cette attaque, une porte-parole du FBI à Portland, dans l'Oregon, déclare : « Je ne pense pas qu’on puisse douter qu’ELF passe à la vitesse supérieure »[47].

Tôt le matin du 21 novembre, Ian Wallace, un membre d’ELF place des dispositifs incendiaires devant deux bâtiments du campus de l’Université technologique du Michigan à Houghton, dans le Michigan. Les dispositifs ne fonctionnent pas et le 21 mars 2009, Wallace est condamné à trois ans de prison par le juge Judge Robert Holmes Bell[48], qui observe que Wallace « n’avait l’intention de blesser personne, (mais) que cet acte était un délit sérieux. »[49] « J’ai été rongé par la honte de ce que j’ai fait » a avoué Wallace après sa condamnation. « Le fait que personne n’ait été blessé est une bénédiction[50].

2003 : Le 1er août, une copropriété de 206 appartements est détruite à San Diego. Une banderole est laissée sur les lieux, on peut y lire : « Si vous le construisez, on le brûlera ». Elle est signée « Les Elfes sont en colère. »[51] Les flammes avaient atteint 61 mètres et plus de cent pompiers avaient été réquisitionnés pour tenter d’éteindre l’incendie. Les dommages se montent à 50 millions de dollars[52]. Cette action est la plus destructrice du mouvement, financièrement parlant. Un groupe local de préservation de la nature a qualifié cette action d’inutile, soulignant que « vous pouvez détruire quelque chose, mais il sera simplement reconstruit. »[51] Exactement trois semaines plus tard, 125 SUV et Hummer sont incendiés et « J’aime la pollution » est peint au pistolet sur les lieux[53] ; les dommages se montent à 3,5 millions de dollars. Un mois plus tard, des maisons en construction à San Diego sont à nouveau prises pour cibles, causant cette fois environ 450 000 dollars de dommages[54].

2006 : Dans un rapport du FBI, on pouvait lire qu’il y avait eu plus de 1 200 « incidents criminels »[29] en janvier 2006. Une maison de 890 m², d’une valeur de 3 millions de dollars et sur le point d’être terminée, est réduite en cendres à Washington. L’Herald Net raconte qu’un drap de lit était drapé autour du portail d’entrée et qu’un message de menace y était peint au pistolet[55].

2008 : L’un des derniers incendies est signalé le matin du 3 mars : des dispositifs explosifs mettent feu à quatre maisons d’une valeur de plusieurs millions de dollars situées dans le Seattle Street of Dreams de 2007, une présentation promotionnelle annuelle de maisons de luxe, dans le quartier d’Echo Lake, dans l’État de Washington[56]. Après la découverte du sigle « ELF » peint en rouge au pistolet, les autorités présentent cette action comme du « terrorisme interne » ; le groupe se moquait des affirmations prétendant que les maisons étaient écologiques : « Écolo ? Mon œil ! résidences de luxe dans lotissement rural = pas écolo. ELF[57] ». « Le plus malheureux, c’est que de nombreux citoyens vont s’identifier à ELF en raison de leur objectif, qui est l’environnement[58]. », a affirmé un professeur de criminologie.

2009 : Le 23 mars, ELF revendique l’incendie d’une pelleteuse à Guadalajara, dans l’État de Jalisco, au Mexique. Dans un de leurs nombreux communiqués anonymes récents, ELF a expliqué à Bite Back : « Nous n’avons peut être pas fait s’effondrer le système avec ces actions, mais tout commence par ce type d’action[59]. »

Le 4 septembre, ELF revendique l’utilisation d’une pelleteuse volée pour renverser deux pylônes radio appartenant à la station KRKO près de Seattle (Washington). Selon eux, les ondes radioélectriques sont dangereuses[60].

Un Texan est arrêté après la découverte par des ouvriers en bâtiment d’une machine de construction, sur laquelle on avait écrit au pistolet : « UN AUTRE TRACTEUR DÉMANTELÉ PAR ELF[61] ».

Autres mouvementsModifier

ELA et les Environmental RangersModifier

La première fois qu’un autre nom qu’ELF a été signalé pour un acte important de sabotage écologique se passe en octobre 1998, quand Earth Liberation Army (ELA) revendique l’incendie de plusieurs bâtiments et de quatre télésièges de la station de Vail, pour un dommage total de 12 millions de dollars[62].

Deux ans plus tard, dans l’Oregon, trois SUV sont complètement détruits par des bidons d’essence qui avaient été placés sous les véhicules. ELA appelle alors d’autres à « [c]ontinuer la lutte pour que le souci de la rentabilité ne soit plus responsable de la destruction de l’environnement (biophysique). » Jeff Luers est plus tard déclaré coupable d’incendie criminel, dans le cadre de « Operation Backfire », de même que d’autres accusés, membres d’ALF et d’ELF[63]. D’autres groupes causent des dégâts similaires à ceux d’ELF. En 2001, des rapports signalent que les attaques « éco-terroristes », connues sous le nom de « sabotage écologique », ont augmenté. Les groupes inclus sont ELF, ELA, et les « Environmental Rangers », qui utilisent les mêmes tactiques[64]. Les activistes ont utilisé d’autres noms, parmi lesquels : « The Moles » (les Taupes), « The Grey Wolves » (les Loups gris), « Westcountry Wildlife Cell » (Cellule de la faune de l’ouest), « Eco-Animal Defense Unit » (Unité de défense écologique des animaux) et « Radical Brigades for Ecological Defence » (Brigades radicales pour la défense de l’environnement)[15].

Environmental Life ForceModifier

 
Logo d'Elf

Environmental Life Force est le premier groupe radical à faire usage d’explosifs et de bombes incendiaires pour promouvoir des causes favorables à l’environnement. Ce groupe est aussi connu sous le nom d’Original ELF. Il a été fondé par John Hanna, seul membre du groupe à avoir été arrêté et déclaré coupable de l’utilisation d’explosifs sur un immeuble fédéral[10]. Bien que ce groupe pratiquait le sabotage écologique et adhérait à une philosophie similaire à celle d’ELF, qui fut créé quinze ans plus tard, il n’existait pas de lien officiel entre ces deux groupes et il est possible que les fondateurs d’ELF ne connaissaient pas l’existence d’Environmental Life Force[10]. Malgré tout, grâce à leur correspondance, on a pu découvrir que Dave Foreman, fondateur d’Earth First!, était en communication avec Hanna au milieu des années 1980, et par conséquent avant la création d’Earth Liberation Front en 1992, après que Foreman ait coupé les liens avec Earth First ! en 1990[65].

Réponse de la police et condamnationsModifier

Premières arrestations d’activistes d’ELFModifier

En 1994, les autorités et la police néerlandaises soutiennent que les activistes britanniques d’ELF voyagent à l’étranger pour perpétrer des sabotages, faits réfutés par l’organisation. Plus tard au cours de cette année, le premier activiste d’ELF est arrêté, puis inculpé. Connu sous le nom de Paul S., il est arrêté et accusé d’avoir mis en œuvre aux Pays-Bas une campagne de vandalisme de 18 mois contre des sites de construction routière. Le gouvernement néerlandais tente de le déclarer fou, en raison de son incapacité à fournir une raison politique à ses actions, autre que son souci pour l’environnement. Mais leur tentative n’aboutira pas et le prisonnier sera condamné à trois ans pour dommages matériels[3].

Descentes de police en Grande-BretagneModifier

En raison de la popularité grandissante du mouvement environnemental, et de celle du mouvement de libération des animaux qui mène environ cinq actions par jour, la police fait une série de descentes chez des activistes qui défendent l’environnement et le droit des animaux. Au total, la police fait une rafle dans 55 maisons dont les habitants sont suspectés d’être des activistes d’ALF et d’ELF, y compris une personne en Italie. La police n’est pas capable d’inculper une seule personne pour des activités illégales, jusqu’au 16 janvier 1996, quand six hommes sont inculpés pour une campagne d’ALF/ELF de cinq ans. Ils sont tous condamnés un an plus tard à trois ans de prison pour complot visant à inciter des actions directes au nom de la libération des animaux et de la planète[3].

Operation BackfireModifier

 
Daniel G. McGowan est accusé pour deux chefs d’accusation d’incendie et de conspiration dans le cadre de l’Opération Backfire du FBI. Il plaide coupable pour éviter la prison à perpétuité, sans témoigner contre ses coaccusés, alors que certains d’entre eux l’avaient fait.

Le terme « Green Scare » (« peur verte »), qui fait référence aux « Red Scares », périodes au cours desquelles on craignait une infiltration communiste dans la société américaine, est un terme popularisé par les activistes environnementaux pour faire référence aux actions légales du gouvernement américain contre le mouvement environnementaliste radical.

Il est d’abord apparu en 2002 à la suite des audiences du Congrès le 12 février, intitulées « La menace éco-terroriste », qui étaient consacrées à certains groupes, notamment Earth Liberation Front (ELF) et Animal Liberation Front (ALF)[9] Fin 2005 et début 2006, à l’occasion d’Operation Backfire, des grands jurys américains condamnent 18 activistes sous plusieurs chefs d’accusation, liés à de « violents actes au nom de causes environnementales et pour les droits des animaux. » [66] Selon le FBI, nombre de ces actes sont menés pour le compte d’ELF[39] et cette opération est considérée comme l’une des arrestations d’activistes environnementaux les plus importantes de l’histoire des États-Unis[67].

L’opération a entraîné l’arrestation de Chelsea Dawn Gerlach, William C. Rodgers et Daniel McGowan[68].

En 2008, le FBI augmente la récompense pour la capture de quatre suspects, qui passe alors à 50 000 dollars. Les quatre suspects, deux Américains et deux Canadiens, sont soupçonnés d’avoir fui les États-Unis par le Mexique et de s’être probablement réfugiés en Syrie, en Russie, en Chine ou en Inde. L’annonce de l’intensification de cette chasse à l’homme se fait le jour de l’anniversaire des dix ans des incidents de Vail[69].

Coopération avec ALFModifier

PhilosophieModifier

Articles connexes : Biocentrisme et Écologie profonde.

« Si une action concerne la libération d’animaux et prend également en considération la question environnementale, on utilise alors le nom d’ « Animal & Earth Liberation Front » ou de « Earth & Animal Liberation Front ». On utilise aussi ces termes si une action menée par ELF inclut d’une manière ou d’une autre la libération d’animaux, comme par exemple les actions destinées à protéger les forêts[2],[6]. Les deux noms sont également utilisés par les activistes radicaux qui mènent des actions directes visant à libérer des animaux et à défendre la planète par le biais de la destruction de biens. Tout ceci ce fait en accord avec les principes d’ELF/ALF[34],[70]. »

  • Les environnementalistes radicaux estiment qu’ELF est la branche environnementale d’Animal Liberation Front, agissant de fait comme un Eco-ALF[26]. Des noms tels que « Westcountry Wildlife Cell » (« Cellule de la faune de l’ouest »), et plus tard « ALF : Eco-Animal Defense Unit », attestent de ce lien[34]...
  • ELF est également considéré comme le petit frère d’ALF[6], formé seize ans plus tard, en raison des similarités entre les noms eux-mêmes et entre leurs principes[2].
  • Bien que les mouvements n’aient formé une alliance qu’en 1996-1997, des activistes tels que Rod Coronado étaient actifs au sein des deux mouvements avant même que leurs noms ne soient utilisés ensemble[71].

Noel Molland, un ancien activiste d’ELF, a écrit dans Igniting a Revolution de Steven Best[2] : « Les fondateurs d’ELF souhaitaient que des environnementalistes radicaux agissent sur le même principe et qu’ils aient un nom similaire, espérant ainsi que les gens comprendraient immédiatement la manière de fonctionner d’ELF et leurs objectifs. »

HistoireModifier

Au milieu des années 1990, la Western Wildlife Unit (Unité pour protection de la faune de l’ouest), une branche d’ELF en Grande Bretagne, est responsable de différentes actions directes pour la défense des animaux. Parmi les actions de sabotage, on trouvait le cloutage des arbres à hauteur de coupe ainsi que des attaques contre des pêcheurs à la ligne, le tout au nom des animaux de la forêt. Cependant, ce n’est que bien plus tard, aux États-Unis, qu’une revendication collective fut formulée.

Molland écrit également que la première action coordonnée entre ALF et ELF a été connue le 14 mars 1997, lorsque « Animal Liberation Front - Eco-Animal Defense Unit » ont revendiqué avoir clouté 47 arbres dans une zone de coupe à blanc dans l’Oregon. Cette action s’est passée quelques mois seulement après l’attaque de la ferme d’élevage d’animaux à fourrure par les membres d’ELF de la région des Grands Lacs, ce qui souligne le fait que les actions directes en faveur des droits des animaux et de l’écologie se recouvrent[34]. L’intention des groupes était d’affirmer que l’attaque de la ferme était un effort collectif des membres d’ALF et d’ELF.

Cinq jours plus tard, la « Bay Area Cell of the Earth and Animal Liberation Front » (cellule d’ELF et d’ALF de la Bay Area) revendique l’incendie de l’université de Californie, un laboratoire de recherche zootechnique, encore en construction à ce moment-là[44]. Plus tard cette année-là, le 29 novembre, ALF et ELF revendiquent une autre action collective : la libération de 500 chevaux sauvages et l’incendie du Bureau of Land Management (organisme du ministère de l’intérieur américain chargé de la gestion des terres publiques) à Burns, pour protester contre le BLM qui avait l’intention de regrouper les chevaux sauvages pour les transformer en viande de cheval[34],[72].

Cependant, cette revendication contredit le Southern Poverty Law Center, qui affirme que la première fois où les deux mouvements ont coopéré était six mois auparavant, le 27 octobre 1996, quand ALF et ELF furent tous les deux responsables de l’incendie d’un camion des services des forêts à Détroit, dans l’Oregon. Puis, trois jours plus tard, les deux groupes revendiquent l’incendie volontaire du poste de garde forestier d’Oakridge, occasionnant des dommages estimés à 5,3 millions de dollars.

On annonça par la suite qu’une semaine avant l’attaque de la ferme d’élevage d’animaux à fourrure, le 11 mars 1997, quatre camions avaient été incendiés à la coopérative agricole des éleveurs d’animaux à fourrure. Les dommages se montent à 1 million de dollars et l’action était une fois de plus revendiquée par ALF et ELF[44].

Alors qu’ELF commençait à s’établir par le biais de ses propres actions, le centre de recherche sur la faune sauvage des services des forêts américains près d’Olympia, dans l’État de Washington, est incendié le 21 juin 1998. On retrouve « Eco-Defense » (défense écologique) et « Earth Liberation » peints au pistolet sur les engins de chantier, qui avaient déjà subis des dommages considérables le 2 février dans le New Jersey. Ces deux actions sont conjointement revendiquées par ALF et ELF, et on estime qu’elles ont causé pour 1,9 million de dollars de dommages, une des actions les plus coûteuses jusqu’à maintenant. Le 3 juillet, la même revendication est exprimée lorsque 310 animaux sont libérés d’une ferme d’élevage d’animaux à fourrure, impliquée dans la recherche expérimentale, à Madison dans le Wisconsin[72],[73].

ActionsModifier

 
Un incendie allumé par Oxford Arson Squad, une cellule d’ELF, entraînant pour £500 000 de dommages aux abris à bateaux de Landbridges, dans l’Oxfordshire, le 4 juillet 2005.

Historique des actions d’Animal Liberation Front (2000-2004 et 2005-présent) :

Des actions revendiquées conjointement par les deux mouvements apparaissent à travers le monde, presqu’autant que celles revendiquées par ELF, entraînant plus d’activistes d’ALF et d’autres mouvements de devenir impliqués, croyant au slogan populaire d’Earth First ! « No Compromise in Defence of Mother Earth » (pas de compromis dans la défense de la Terre mère)[73], utilisé et popularisé dans les années 1980[74].

Malgré tout, par rapport à ALF, peu de communiqués ont été envoyés aux médias ou au service de presse d’ELF ces dernières années. Ceci est dû en grande partie au style d’ELF, qui ont beaucoup moins tendance à revendiquer leurs actions, ou à laisser un message pour expliquer à leurs cibles la raison pour laquelle ils ont été attaqués[30].

Bien que des actions combinées d’ALF et d’ELF se sont poursuivies [75], une des plus récentes séries d’incendies conjointement revendiqués[76], et qui ont fait grand bruit, date de novembre 2002, lorsque des activistes ont envoyé un communiqué à Bite Back ainsi qu’au service de presse d’ELF, revendiquant leur responsabilité dans l’incendie de la ferme d’élevage d’animaux à fourrure Mindek Brothers[77]. Dans un communiqué de presse, les groupes ont expliqué les raisons de cette action [78],[79]:

« En travaillant ensemble, les cellules d’ALF et d’ELF ont détruit cette installation en raison de son rôle dans la torture et le meurtre systématiques de milliers de créatures innocentes chaque année – des animaux qui possèdent les mêmes caractères émotionnels et physiologiques complexes que nos chers animaux de compagnie, mais à qui pourtant ont refuse toute considération raisonnable et qui sont réduits à une misérable « existence » dans de minuscules cages en fer, à peine suffisamment larges pour se retourner. »

Dans la culture populaireModifier

  • Le musicien de folk David Rovics interprète une chanson dédiée à ELF, intitulée Song for the Earth Liberation Front[80]
  • Dans État d’urgence, le roman de Michael Crichton publié en 2004, un groupe imaginaire qui s’inspire d’Earth Liberation Front, mais appelé « Environmental Liberation Front », tient le rôle du méchant.
  • Dans La ligne de partage, roman de Nicholas Evans, un des personnages principaux est impliqué dans des activités d’ELF
  • En 2011, sortie de If a Tree Falls: A Story of the Earth Liberation Front, un film documentaire nommé à l'Oscar du meilleur film documentaire ;
  • En 2005, ELF a été le sujet d’un reportage dans 60 Minutes sur CBS, intitulé Burning Rage, dans lequel Ed Bradley explique que les extrémistes sont aujourd’hui considérés comme la menace terroriste interne la plus élevée[81], ainsi qu’un autre sur CNN[82]
  • En 2009, ELF est le sujet d’un documentaire intitulé Green With A Vengeance[83]
  • En 2005, ELF est le sujet du documentaire Testify ! - Défense écologique et politique de la violence
  • Apparaît dans un épisode de la saison 2 de Numb3rs, « L’empreinte du feu »

CritiquesModifier

Le FBI a classé ELF comme « éco-terroriste »[10]. Scott McInnis, député puis président du sous-comité de la Chambre des représentants sur les forêts et la santé des forêts, a assigné Craig Rosebraugh (en) à comparaître, en vue d’enquêter sur les activités d’ELF. En entendant le témoignage de Rosebraugh, McInnis suggère que c’est par « chance » que personne n’a été tué par une attaque d’ELF (ou d’ALF)[84].

Malgré l’absence d’une autorité formelle au sein du mouvement, le FBI affirme que l’activiste Rod Coronado est « un leader national » d’ELF aux États-Unis, tandis que Coronado se décrit comme un « porte-parole officieux d’ELF »[85].

« La tendance la plus inquiétante, aussi bien pour les forces de l’ordre que pour le secteur privé, est que ces mouvements soient de plus en plus prêts à recourir à des dispositifs incendiaires et explosifs »[12] observe Carson Carrol, directeur adjoint délégué d’ATF, en référence à ELF et à ALF. En 2005, le FBI a annoncé qu’ELF était la menace terroriste interne la plus élevée des États-Unis, responsable de plus de 1 200 « incidents de nature criminelle », dont les dommages matériels s’élèvent à des dizaines de millions de dollars[29]. Le département de la Sécurité intérieure des États-Unis confirme qu’ALF et ELF sont les menaces les plus dangereuses pour la nation[12].

On a également affirmé que les actions d’ELF portaient atteinte à l’environnement. Un porte-parole de la station de ski de Vail, qu’ELF avait incendiée en 1998 pour protester contre une extension planifiée, a expliqué que « plus de bois a été utilisé pour reconstruire la station que ce qu’on avait coupé pour l’extension [originale] »[84]. En 2001, ELF attaque le centre d’horticulture urbaine de l’université de Washington, avec pour objectif l’interruption de la recherche axée sur les manipulations génétiques. Cependant, le centre de recherche étudiait l’hybridation des peupliers et l’incendie provoque la destruction d’un grand nombre de plantes en voie de disparition[86].

ELF est également apparu à la 23e place du livre de Bernard Goldberg 100 People Who Are Screwing Up America (« Les 100 personnes qui bousillent l’Amérique »), sous le titre « The Unknown American Terrorist » (« Le terroriste américain inconnu »). Ils ont été placés sur la liste et critiqués pour les dommages matériels qu’ils occasionnent et leurs agissements similaires à ceux d’un groupe terroriste au nom de la sauvegarde de l’environnement[87].

BibliographieModifier

  • (en) Steven Best et Anthony J. Nocella, Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, AK Press, 2006 (ISBN 1-904859-56-9)
  • (en) Leslie Pickering, Earth Liberation Front: 1997-2002, Arissa Media Group, 2006 (ISBN 0-974288-40-3)
  • (en) Craig Rosebraugh, Burning Rage of a Dying Planet: Speaking for the Earth Liberation Front, Lantern Books, 2004 (ISBN 1-59056-064-7)

DocumentaireModifier

  • Philippe Borrel, Les insurgés de la Terre, Arte France, 2010, 54 min, voir en ligne.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Best, Steven et Best & Nocella. Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, Lantern Books, 2006, p. 50
  2. a, b, c, d, e et f Best, Steven et Best & Nocella. Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, Lantern Books, 2006, p. 49
  3. a, b, c et d Best, Steven et Best & Nocella. Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, Lantern Books, 2006, p. 19, 52 et 53
  4. (en) Diary of Earth Liberation Actions 2006-2008, Earth Liberation Front Press Office, 2006-2008
  5. a et b Les actions d’ELF ont été signalées dans les pays suivants : Allemagne, Australie, Canada, Colombie, Espagne, États-Unis, Finlande, France, Irlande, Italie, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Russie, Scandinavie et Suède
  6. a, b, c et d (en) Updates from the Frontlines: ALF and ELF, San Diego Indymedia, 10 janvier, 2003
  7. Article:405, Arkangel
  8. a et b Earth Liberation Front is now FBI's No. 1: Mainstream media finally pick up on the concern of ecoterrorism, Property Rights Foundation of America, Inc, mars 2001
  9. a et b (en) Congressional Testimony: "The Threat of Eco-Terrorism", FBI, 12 février 2002
  10. a, b, c, d et e (en) Original ELF
  11. What is the Earth Liberation Front?, (en) Satya, mars 2004
  12. a, b et c (en) FBI, ATF address domestic terrorism, CNN, 19 mai 2005
  13. (en) Burning Rage: Reports On Extremists Now Deemed Biggest Domestic Terror Threat, CBS, 10 novembre 2005
  14. a, b et c Profile: Earth Liberation Front, MIPT Terrorism Knowledge Base Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « W14 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  15. a, b et c Best, Steven et Best & Nocella. Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, Lantern Books, 2006, p. 54 Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « W15 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  16. (en) The Battle of Bear Creek: New Threat in Americas Backyard, The Independent, 5 mars 2008
  17. Luers, Jeff Extreme Actions, Free Free Now, 27 mars 2002
  18. Best, Steven et Best & Nocella. Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, Lantern Books, 2006, p. 410
  19. Collectif. Earth First! National Meeting, Brighton, 1992
  20. (en) Burning Down The Houses, The Environmental Magazine, mai 2001
  21. (en) Craig Subpoenaed to Federal Grand Jury in Eugene; ELF Investigation Continues, Portland Indymedia, 15 février 2006
  22. Earth to ELF: Come In, Please, LA Weekly, 22 décembre 2005
  23. Les sites Internet de soutien aux prisonniers incluent :
  24. (en) About: Spirit of Freedom, Earth Liberation Prisoners Support Network
  25. Manes, Christopher, 1990. Green Rage: Radical Environmentalism and the Unmaking of Civilization, Boston: Little, Brown and Co
  26. a et b Best, Steven et Best & Nocella. Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, Lantern Books, 2006, pp. 50 et 51
  27. (en) FIRE, Greenfield
  28. Best, Steven et Best & Nocella. Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, Lantern Books, 2006, p. 51 et 52
  29. a, b et c Best, Steven et Best & Nocella. Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, Lantern Books, 2006, p. 47
  30. a et b Best, Steven et Best & Nocella. Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, Lantern Books, 2006, p. 52
  31. Globe and Mail, Toronto, 12 juillet 1995
  32. a et b Best, Steven et Best & Nocella. Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, Lantern Books, 2006, p. 55
  33. (en) Diary of Actions of the Earth Liberation Front 1996-2001, article rediffusé par Portland Indymedia
  34. a, b, c, d et e Best, Steven et Best & Nocella. Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, Lantern Books, 2006, p. 56
  35. (en) http://www.directaction.info/news_nov29_08.htm
  36. (en) http://www.directaction.info/news_dec30_08.htm
  37. (en) http://www.anarchistnews.org/?q=node/6383
  38. (en) http://news.infoshop.org/article.php?story=20090326173613991
  39. a et b (en) Eco-Terror Incictments: 'Operation Backfire' Nets 11, FBI, 20 janvier 2006
  40. The reactionary implications of "eco-terrorism", World Socialist Web Site, 30 octobre 1998
  41. Defendents plead guilty in Operation Backfire case, FBI, 9 novembre 2006
  42. 4 linked to radical group indicted in MSU arson, Detroit Free Press, 11 mars 2008
  43. (en) ELF, Center for the Defense of Free Enterprise
  44. a, b et c (en) Eco-Violence: The Record, Southern Poverty Law Center
  45. (en) Fire damages UW's Center for Urban Horticulture - Seattle Times, 21 mai 2001
  46. (en) ELF members gained nothing by the UW arson, and so much was lost, Crosscut.com, 30 mai 2008
  47. (en) Earth Liberation Front, stepping up arson campaign - Associated Press, 2 juin 2001
  48. http://www.google.com/hostednews/ap/article/ALeqM5iytjBWLjA8GW5b802hk1LB8DEANwD972AMB01
  49. (en) http://www.mininggazette.com/page/content.detail/id/504429.html?nav=5006
  50. http://www.leadertelegram.com/story-news.asp?id=BLBBRTDK031
  51. a et b (en) Militant group suspected of torching condo project, Sign On San Diego, 2 août 2003
  52. (en) EcoTerrorism - Freedom's Zone, 10 janvier 2008
  53. (en) Eco protesters and US anti-terror law - The Guardian, 2 mars 2005
  54. (en) Unfinished homes destroyed; banners point to militant environmental group ELF - Sign on San Diego, 20 septembre 2003
  55. (en) ELF arson in Washington - Bombs and Shields, 19 janvier 2006
  56. (en) Luxury Homes Burn in Apparent Eco-Attack - Associated Press, 3 mars 2008
  57. "Street of Dreams" homes torched; eco-terrorists suspected, Seattle pi, 3 mars 2008
  58. (en) Arson a hallmark of the Earth Liberation Front - Herald Net, 4 mars 2008
  59. (en) Bite Back, 23 mars 2009
  60. (en) "Activists topple towers, claim dangers of AM radio waves". CNN. 04/09/2009. http://www.cnn.com/2009/CRIME/09/04/washington.towers.terrorism/index.html
  61. (en) http://www.foxnews.com/story/0,2933,559201,00.html
  62. (en) waste & abuse - controversy over a temporary dirt road built by Vail Resortsand its effect on wetlands, BNet, 27 septembre 1999
  63. (en) Resentencing date set for Jeff Luers, Freedom4um, 29 décembre 2007
  64. (en) The eco-terrorist anthrax connection, ESR, 21 octobre 2001
  65. (en) ELF Archives, Original ELF
  66. (en) Operation Backfire Press Conference, FBI, 20 janvier 2006
  67. (en) Extremist Environmentalists Indicted
  68. "Prison sentences symbolize decline of radical environmentalist movement". International Herald Tribune (en) http://www.iht.com/articles/ap/2007/07/23/america/NA-FEA-GEN-US-Radical-Environmentalists.php Récupéré le 27/04/2008
  69. http://www.foxnews.com/video2/video08.html?maven_referralObject=3208649&maven_referralPlaylistId=&sRevUrl=http://www.foxnews.com/us/
  70. (en) Archives, Food Safety, 13 juin 2001
  71. (en) Total Liberation in Erie - Toni Bartone, Thomas Merton Center
  72. a et b (en) Earth Liberation Front Timeline (Where did the website go?), Portland Indymedia, 1992-2001
  73. a et b Best, Steven et Best & Nocella. Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, Lantern Books, 2006, p. 57
  74. (en) "No Compromise in Defence of Mother Earth", Earth First!
  75. (en) Bite Back Archives, Voir ELF
  76. (en) Bite Back Archives, Voir 2002-2003 pour ALF/ELF
  77. (en) English introduces bill condemning eco-terrorism, The Herald, 2 avril 2003
  78. (en) ALF/ELF Burn Down Mink Farm, Bite Back, 2 décembre 2002.
  79. Best, Steven et Best & Nocella. Igniting a Revolution: Voices in Defense of the Earth, Lantern Books, 2006, p. 414
  80. David Rovics, Lyrics, AOL
  81. (en) http://www.cbsnews.com/stories/2005/11/10/60minutes/main1036067.shtml
  82. (en) CNN EXCLUSIVE The Earth Liberation Front - YouTube [vidéo]
  83. (en) http://www.tuppashare.com/journeyman/store?p=3523
  84. a et b Stop Eco-Violence, Stop Eco-Violence, 12 février 2002
  85. (en) Paul Watson: Assault on the foundations of freedom, New Zealand Herald, 27 février 2006
  86. Irreplaceable books ruined in arson blaze at UW, Museum Security, 30 mai 2001
  87. (en) 100 People Who Are Screwing Up America? And Why?, Philosophistry, 8 août 2005

AnnexesModifier