Expérimentation animale

image illustrant la biologie image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la biologie et la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

L 'expérimentation animale consiste à utiliser des animaux comme substitut ou « modèle », pour mieux comprendre la physiologie d'un organisme et ses réponses à divers facteurs (alimentation, environnement, agents pathogènes) ou substances (pour en tester, vérifier ou évaluer l'innocuité ou la toxicité), et tout particulièrement pour tenter de prévoir ce qui se passe chez l'Homme.

Expérimentation animale au XVIIIe siècle ; avec exposition d'un oiseau au vide d'air, produit par une pompe à air, par Joseph Wright of Derby, 1768. (Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Pour des raisons de taille, d'accumulation de connaissances, de standardisation, de prix et de temps, la très grande majorité des expérimentations animales se font sur des rongeurs. La souris commune étant de mieux en mieux connue au point de vue génétique, son usage augmente plus que celui des autres espèces, mais il existe d'autres animaux vertébrés ou invertébrés utilisés comme organismes modèles.

L'expérimentation animale est une pratique controversée[1], certaines personnes pensant qu'on fait ainsi souffrir des animaux, sans apporter aucun bénéfice ni pour eux, ni pour les humains. 85% des Français sont favorables à l’interdiction de l’expérimentation animale si des méthodes substitutives existent, selon un sondage IPSOS de 2003[2]. 51% désapprouvent toute expérimentation sur les chiens et les singes, même si cela peut aider à résoudre des problèmes de santé pour les humains, selon l'Eurobaromètre 2010[3].

Cependant, plusieurs institutions scientifiques et autorités affirment la nécessité d'avoir recours à cette méthodologie pour garantir le progrès scientifique et médical[4]. Selon un rapport de la Commission européenne[5], 11,5 millions d'animaux ont été utilisés en 2011 par les 27 états membres, dont 80% de lapins et de rongeurs.

La directive européenne[6] sur la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques a été révisée et mise à jour en 2010 sous le code Directive 2010/63/UE. Elle affirme le principe des 3R qui demande que l'utilisation d'animaux soit remplacée, réduite et améliorée autant que possible. Elle impose un examen critique des projets d'étude sous l'angle bénéfice pour la recherche et contrainte pour les animaux et la publication de résumés non-techniques. Elle impose des conditions d'hébergement minimales. Le développement des méthodes alternatives est encouragé de différentes façons. Tous les états membres ont transposé cette directive dans leur réglementation.

Sommaire

HistoireModifier

Il y a environ 2 500 ans que, d'après Hippocrate : « les maladies ont une cause naturelle et non surnaturelle, que l'on peut étudier et comprendre ». Galien (131-201), en Grèce, s'est beaucoup inspiré d'Hippocrate mais aussi d'Aristote. Il commence à avoir recours aux animaux pour ses premières démonstrations en physiologie et en anatomie, par exemple pour démontrer que les artères contiennent du sang et non de l'air, contrairement aux croyances du moment. Quelques siècles plus tard, des animaux tels que les crapauds, les grenouilles, poules et vers plats seront utilisés comme modèles. Au XVIIe, la philosophie cartésienne se refusait à croire une quelconque souffrance possible chez les animaux.

À la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, deux écoles s'opposent : celle qui privilégie les études en laboratoire comme Georges Cuvier (1769-1832) et celle défendant l'observation de ces animaux dans leur milieu naturel comme Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844). Jean Henri Fabre se désespère, en 1879 dans ses « Souvenirs entomologiques » en écrivant : « Vous éventrez la bête et moi je l'étudie vivant, vous travaillez dans un laboratoire de torture et de dissection, j'observe sous le ciel bleu, vous scrutez la mort, j'observe la vie ». Charles Darwin, dans son ouvrage On the Origin of Species publié en 1859, insiste sur la continuité entre l'homme et l'animal et sur la nécessité d'études comparatives.

Edward L. Thorndike (1874-1949), est considéré comme l'un des précurseurs de l'expérimentation animale contrôlée. Claude Bernard quant à lui, a développé les principes fondamentaux de la physiologie qui reposent sur des « vivisections zoologiques », mais en utilisant des anesthésiants[7].

Au début du XXe siècle les premiers modèles d'études privilégiés émergent : les rats, les souris, les mouches commencent à coloniser majoritairement les laboratoires. Des vers tels que les nématodes seront aussi utilisés.

Mais l’expérimentation animale reste un sujet de controverse. L’opposition à l’usage des animaux dans les domaines scientifiques, pharmaceutique et cosmétique, s’accompagne d’une évolution des rapports homme/animal. L’animal n’est plus vu comme un simple « objet utilitaire »[8] . Son rôle se redéfinit au sein des sociétés occidentales, au point que certaines personnes parlent d’une « humanisation »[9] de l’animal. On a parlé à ce sujet des retrouvailles de l'humanité et de l'animalité.

En France, la question du bien-être animal est au cœur des débats sur l’expérimentation des animaux. En 1999, est promulguée une loi relative à la protection animale et l'article L.214[10] du Code rural reconnait l’animal comme un « être sensible » que l’on doit respecter. L’article l.515-14 , voté en 2015, change le statut de l’animal dans le code civil et considère les animaux comme des « êtres vivants doués de sensibilité ».

Les conditions qui règlementent l’usage d’animaux à des fins expérimentales sont de plus en plus strictes et traduisent un changement de comportement des individus à l’égard des animaux. Catherine Bousquet, journaliste et écrivain scientifique, dans un ouvrage titré Bêtes de science[11], conclut à ce propos par une question lourde et forte ; « Sans elles, que saurions nous de nous-même ? ».

La réglementation qui encadre l'utilisation d'animaux à des fins scientifiques a été mise à jour le 7 février 2013, transposant ainsi la directive européenne 2010/63/UE[12]. La charte nationale de l’expérimentation animale définit les principes éthiques de l’utilisation des animaux à des fins scientifiques.

En complément de cette directive, de manière autonome, des scientifiques (suisses et allemands principalement) ont rédigé et lancé en novembre 2011 la «Déclaration de Bâle[13]» (Basel Declaration), rapidement signée par près de 900 chercheurs ou laboratoires dont 500 hors de Suisse et d'Allemagne. Ils souhaitent qu'elle soit le pendant pour l'animal de la déclaration d'Helsinki de 1964 (et plusieurs fois révisée depuis) rappelant des principes éthiques et donnant des recommandations aux médecins et autres participants à la recherche médicale sur l'Être humain ou des études contenant des données à caractère personnel ou des échantillons biologiques non-anonymes.

Utilisations et objectifsModifier

En France, les animaux sont principalement utilisés dans les domaines suivants : recherche fondamentale (27%), recherche médicale humaine ou vétérinaire (19%), mise au point et contrôle des médicaments et des produits de santé humains ou vétérinaires (52%). Un très petit nombre d'animaux sont aussi utilisés pour l'enseignement professionnel, la protection de l'environnement ou la conservation des espèces[14]. Les animaux sont aussi utilisés pour l’étude de maladies animales.

Tous les animaux utilisés en recherche française proviennent d'élevages, et à plus de 97 % d'élevages situés en Europe.

1,77 millions d'animaux ont été utilisés en 2014. Plus de 58% étaient des rongeurs, 30% étaient des poissons, 5% des lapins, 5% des oiseaux, moins de 1% des animaux de ferme, moins de 0,3% des carnivores ou des singes. Aucun chimpanzé n'est utilisé en recherche en France ou en Europe[réf. nécessaire].

Les domaines d'utilisation des animaux en recherche pour l'Union européenne en 2011 sont donnés ci-après [15] :    

Objectif des expérimentations %
Études de biologie fondamentale 46,1
Recherche et développement en médecine humaine, vétérinaire et dentisterie 18,8
Production et contrôle en médecine humaine, vétérinaire et dentisterie 13,9
Essais toxicologiques et autres tests de sécurité 8,8
Autres 9,2
Enseignement et formation 1,6
Diagnostic 1,6
Maladies étudiées %
Autres maladies humaines 45,9
Troubles mentaux 20,2
Cancer 16,8
Maladies animale 9,2
Maladies cardio-vasculaires 7,9

L'expérimentation animale permet de comprendre le fonctionnement de l'organisme, des organes et des cellules. Beaucoup d'études ne pourraient être menées ni chez l'Homme (car trop dangereuses) ni sur des cellules isolées (car faisant intervenir plusieurs organes en interaction, par exemple par des hormones). Ainsi, l'expérimentation animale fut à l'origine de la découverte des hormones par Claude Bernard et de la mise en évidence de l'insuline par Frederick Banting et John Macleod qui leur valut le Prix Nobel de médecine en 1923. Une partie des découvertes ayant valu à leur auteur un prix Nobel de médecine et de physiologie ont été obtenues à partir d'expérimentations animales[16].

Cependant, les adversaires des essais pharmaceutiques dénoncent "la valeur informative limitée"[17]de ces essais du fait que l'animal ne soit pas identique à l'homme. Certains médicaments ont abouti à des décès de personnes humaines alors même qu'elles avaient passé les phases de tests sur les animaux avec succès. C'est notamment le cas de l'affaire dite de "l'essai thérapeutique de Rennes", qui a causé un décès et l'hospitalisation de cinq personnes suite à des effets secondaires graves[18].

Le choix du modèle animalModifier

Pour pouvoir réaliser une expérimentation, il est nécessaire d'utiliser un modèle qui soit prédictif pour l'objectif de l'étude (biologie, santé ou maladie humaine ou animale, atteinte de l'environnement). Les modèles animaux n'échappent pas à cette contrainte.

Beaucoup de traitements démontrés comme efficaces chez l'animal ne fonctionnent pas chez l'homme, et le rat, la souris ou le lapin peuvent répondre très différemment à un même équivalent-toxique. Chaque espèce possède en effet des caractéristiques physiologiques propres. Par exemple, le chimpanzé ne développe pas le sida[19] et les tumeurs ne se développent pas toutes de la même manière chez l'homme et chez l'animal. Il en est d'ailleurs de même au sein d'une même espèce : tous les humains ne réagissent pas de la même façon au virus de la grippe ou au cancer.

Pour ces raisons ils est essentiel que le choix d'un modèle biologique qu'il soit animal ou cellulaire soit réfléchi, et que les limites des conclusions qu'on pourra en tirer soient connues dès avant même d'initier le projet[20].

Par ailleurs le choix d'un animal de laboratoire et de la souche au sein d'une espèce n'est pas neutre. Il existe aujourd'hui de nombreuses lignées particulières (transgéniques ou non), dont certaines par exemple n'ont pas d'immunité, pas de poils, ou développent plus facilement ou moins facilement des cancers, etc. Le choix d'une de ces souches parmi toutes celles sélectionnées et produites pour les laboratoires peut introduire certains biais ; Les études toxicologiques sont en grande partie financées par les fabricants et/ou basées sur des données fournies par les fabricants qui ont fait travailler leur laboratoire ou des laboratoires externes avec des lignées animales pouvant par exemple être très peu sensibles au cancer[21] ou aux perturbateurs endocriniens. Divers acteurs et les détracteurs d'une étude « longue durée » (deux ans)[22] ayant conclu à un risque pour l'exposition à un OGM et/ou au désherbant total Roundup ont ainsi en 2012 reproché à son auteur (Gilles-Éric Séralini) d'avoir utilisé la souche Sprague-Dawley de rats de laboratoire, connue pour développer plus spontanément que d'autre des tumeurs cancéreuses, ce à quoi G.E. Sérallini a répondu que « cette souche de rats est utilisée dans presque tous les tests, et c’est en particulier la souche qui a servi pour homologuer tous les OGM »[23].

Ainsi, les auteurs d'une étude[24] de l'université du Missouri-Columbia ont découvert en 2005 que les lignées de rats de laboratoire utilisés par les industriels pour les évaluations toxicologique du Bisphénol A (BPA) étaient au moins 25 000 fois moins sensibles aux perturbations hormonales que la moyenne[21] et plus récemment[25], des différences encore plus importantes (avec des animaux jusqu'à 100 000 fois moins sensibles que d'autres) ont été observées dans d'autres cas, ce qui prend une importance majeure dans le cas des perturbateurs endocriniens susceptibles d'agir à de très faibles doses.

SouffranceModifier

Les animaux utilisés pour l'expérimentation sont des êtres sensibles, capables de ressentir la douleur[26]. C'est pourquoi, ils vivent dans des conditions très contrôlées et soumises aux normes européennes[27]. Ainsi, ils proviennent d'établissements d'expérimentation ou de fournisseurs déclarés (l'utilisation d'animaux « domestiques capturés » est strictement prohibée)[28]. De plus, l'expérimentation doit avoir lieu dans un établissement agréé et ne peut être conduite que par une personne titulaire d'une autorisation nominative d'expérimenter sur les animaux. Enfin, la loi oblige les expérimentateurs à réduire toutes formes de souffrance ou d'angoisse (le recours aux analgésiques, par exemple, est très courant)[29]. Les animaux de laboratoires doivent être et sont traités avec soin et respect (dans le cas contraire, le personnel de recherche s'expose à des sanctions pénales)[30]. Par souci de réduire au mieux la souffrance des animaux de laboratoire, en 1959 a été édicté la règle des 3 R[31].

Certaines associations de protection des animaux affirment que ces lois ne sont pas appliquées, s'appuyant sur divers exemples dénoncés par leurs enquêteurs infiltrés dans des laboratoires/centres d'élevages qui ne sont cependant jamais cités, pour éviter toute poursuite[32]. Les associations de protection des animaux jouent un rôle important dans les discussions sur l'expérimentation animale et ont permis d'établir une législation plus respectueuse envers les animaux.

Quelques exemples de souffrances causées par des tests en laboratoire :

  • Pour tester l'efficacité d'une crème solaire, on rase la peau de l'animal et on le recouvre de crème, puis on le place ensuite sous une lampe solaire jusqu'à ce que sa peau brûle.
  • Pour vérifier les dangers d'un émulsifiant pour la peau, les chercheurs versent une solution au compte-goutte dans les yeux de lapins jusqu'à ce que des lésions soient observées.
  • Afin de tester une dose mortelle d'ingestion d'un produit, les chercheurs vont en administrer de petites quantités à un groupe d'animaux jusqu'à ce que certains d'entre eux meurent pour ensuite en faire l'autopsie[33].

Au delà des expériences en elles-mêmes, les conditions de détention des animaux peuvent être mises en cause : absence de lumière du jour ou encore cages exiguës ne permettant pas d'exprimer certains comportements naturels. Par exemple, des individus appartenant à des espèces qui vivent en groupes sociaux, placés dans une cage individuelle, peuvent développer une forme de stress [34]. Les souffrances peuvent donc être physiques mais aussi mentales.

Le devenir des animaux utilisés pour les tests est variable. L'adoption ne concerne qu'une minorité d'entre-eux. Dans la plupart des cas, ils sont "sacrifiés" (terme scientifique), c'est-à-dire euthanasiés. Le rapport aux animaux de laboratoire pose question : simples outils de travail pour les chercheurs ? Matériel jetable ? C'est pourquoi des méthodes alternatives émergent.

Réduction du nombre d'animaux utilisés et méthodes alternativesModifier

Les laboratoires de recherche ont l’obligation d’appliquer la règle des trois « R » : réduire, raffiner, remplacer[35],[36].

  • Réduire : pour tous nouveaux projets, l’équipe de recherche doit fournir un protocole détaillé des expériences ainsi qu’une estimation du nombre minimum d’animaux qui seront indispensables à l’obtention de résultats statistiquement exploitables, ce nombre devant être le plus petit possible.
  • Raffiner : choisir un modèle apte à reproduire, le plus fidèlement possible, la pathologie étudiée. Limiter l’angoisse, l’inconfort et la douleur associés aux procédures expérimentales. Les protocoles doivent être étudiés afin de minimiser la souffrance animale avant, pendant et après l’expérience[37]. Aucun résultat fiable ne peut émaner d’animaux en conditions de stress.
  • Remplacer : utiliser des méthodes de recherche alternatives à chaque fois que cela est possible.

Pour développer l’amélioration de la qualité de vie de l’homme et de l’animal, il existe différentes méthodes dites « alternatives », permettant de réduire le nombre d’animaux utilisés à des fins scientifiques. De nombreuses hypothèses de recherches peuvent ainsi être testées in vitro (cellules en culture) ou ex vivo (organes ou tissus isolés). Ces méthodes permettent, d’étudier les mécanismes associés à certaines pathologies ou encore de tester l’effet de potentiels traitements. L’utilisation de modèles informatiques de prédiction (méthodes in silico) peut aussi apporter de précieuses informations. Dans certains cas, l’expérimentation in vitro a même complètement remplacé l'expérimentation animale (par exemple, produits cosmétiques dans l'Union européenne)[38],[39].

L'industrie pharmaceutique suisse publie un rapport (son 5e en 2015) pour le bien être animal[40]. Son bilan met en avant les différentes méthodes alternatives pour réduire le nombre d'animaux au strict nécessaire et en limitant les contraintes auxquelles ils sont soumis.

Des méthodes alternatives sont proposées telles que le projet d’Interpharma sur la mise en évidence et l’étude de toxicités rénales dans des modèles cellulaires, concentrés sur la réplication de l’architecture du tubule rénal. Des effets toxiques pourraient ainsi être identifiés à un stade précoce du développement des médicaments.

Le partenariat public-privé dans le domaine des sciences de la vie vise à développer "l'Innovative Medicines Initiative (IMI)[41], qui soutient des projets de recherches. Le projet eTox a pour but de développer des stratégies méthodologiques innovantes et de nouveaux logiciels afin d'améliorer les prédictions de toxicité des candidats-médicaments. Les études sur l’animal ne seront conduites que pour des substances optimisées, réduisant le nombre d’animaux nécessaires pour les essais pré-cliniques. Le projet StemBANCC vise à générer et à caractériser 1 500 lignées de cellules souches pluripotentes humaines induites. Ces cellules iPS serviront à élaborer in vitro des modèles de maladies humaines (maladies d’Alzheimer et de Parkinson, neuropathie, diabète, migraine, troubles bipolaires, etc.) afin d’accélérer le développement de médicaments. Ainsi, il est possible de générer des cellules hépatiques, cardiaques, nerveuses et rénales pour effectuer des tests toxicologiques.

Un nouveau modèle canin voit le jour pour le prélèvement non invasif de bile servant à l’identification des métabolites. Utilisant un dispositif pour le prélèvement de substances des voies gastro-intestinales supérieures chez l’homme, ce modèle a permis de remplacer la laparotomie pratiquée chez le chien par un processus non invasif, indolore et sans convalescence. L'examen non invasif est un examen médical ne nécessitant aucune effraction de la peau autre que pour prélever du sang ou pour injecter un produit.

Des modèles de peau humaine sont utilisés pour la recherche sur les vaccins : les équivalents cutanés humains et les explants peuvent  remplacer les modèles animaux.

Pour réduire le nombre d’animaux d’expérience et les essaies multiples, le tout avec des résultats plus précis, des processus d’imagerie in vivo et ex vivo sont utilisés.  Ces méthodes permettent de mesurer la croissance tumorale à l’aide de substances luminescentes et de l’imagerie en 3D : grâce à l’histologie en fluorescence en trois dimensions, il devient possible de décrire en détail l’effet de nouvelles substances actives sur l’approvisionnement des vaisseaux sanguins tumoraux.

La méthode in vitro utilisant des embryons de poisson zèbre pour tester l’effet des substances sur le développement est une solution alternative qui reste à valider. Elle remplit pour la première fois tous les critères essentiels pour le test de toxicité développementale. Plus perfectionné que ceux sur les tissus hépatiques de rat, ce test permet de couvrir l’ensemble du développement embryonnaire, de l’œuf fécondé à l’embryon développé. Ainsi, il tient compte de la toxicité potentielle de produits de la dégradation sans avoir besoin de recourir à des tissus de mammifères.

Les controversesModifier

Le débat sur la condition et le bien-être des animaux étant grandissant, il existe de nombreuses controverses quant aux expérimentations animales.

Actions collectivesModifier

Depuis le XIXe siècle, les controverses portant sur l’expérimentation animale se font de plus en plus nombreuses dans le monde, notamment en Europe. Ainsi, c’est la Royal Society For The Prevention Of Cruelty To Animals qui, en 1824, est la première association caritative de défense animale voyant le jour en Grande-Bretagne. Approuvée par la Reine Victoria en 1840, d’où la mention « Royal », l’association se veut agir contre la maltraitance animale, notamment dans le cadre de l’expérimentation, en agissant avec ses membres pour sauver un animal, identifier les personnes maltraitantes, et jusqu’à changer la loi lorsque c’est possible.

En France, plus récemment, le collectif Stop aux animaux dans les labos d'expérimentation (SALE), créé en 2008, organise dans plusieurs grandes villes des actions visant à informer sur les pratiques en laboratoire, et à dénoncer une certaine « propagande officielle »[42], en prenant appui notamment sur la Directive 2010/63/UE du parlement européen et du conseil du 22 septembre 2010 relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques, qui "affirme la nécessité du recours à l'expérimentation animale pour le progrès médical et définit les conditions dans lesquelles elle peut être pratiquée dans l’Union européenne[43]". Pour SALE, cette directive est jugée comme inutile, renforçant le mal-être des animaux en laboratoire.

PolitiqueModifier

En France, les propositions de loi sur la progression des méthodes de l’expérimentation animale sont, dans la majeure partie des cas, dues aux eurodéputés, et souvent rejetées. L'association L214, qui œuvre pour le bien-être animal, est à l'origine du site Politique-animaux.fr qui recense chaque prise de position pour, en faveur, et contre les animaux en politique. Sur l'expérimentation animale, il est apparent que les controverses et les propositions effectuées pour la diminuer proviennent des partis politiques écologistes. Par exemple, Laurence Abeille, membre d'Europe-Écologie-Les-Verts, se prononce régulièrement contre l'expérimentation animale, pour un contrôle accentué des expérimentations animales en milieu scolaire[44] ou pour leur interdiction concernant les cosmétiques[45]. Younous Omarjee, eurodéputé de l'Union d'Outre-Mer, a fait adopter en commission un projet de développement des alternatives à l’expérimentation animale pour la recherche médicale : "Trois projets (...) ont été adoptés hier par la Commission environnement du Parlement européen (...) Le deuxième projet pilote adopté ce matin vise à financer le développement de méthodes alternatives à l’expérimentation animale pour la recherche bio médicale. Ces méthodes alternatives, encore aujourd’hui à l’état embryonnaire ou peu connues, pourraient permettre d’éradiquer un jour les tests sur animaux et mettre fin aux souffrances souvent inutiles infligées aux animaux. Si ce projet était adopté, près d’un million d’euros seraient dédiés au développement de ces méthodes alternatives."[46]

L'expérimentation des produits cosmétiques sur les animaux en Europe et dans le mondeModifier

La résistance à l'expérimentation animale a surgi au moment où l'homme a commencé à utiliser les animaux pour des expériences. En 1871, au Royaume-Uni, une législation destinée à règlementer l'utilisation des animaux à des fins scientifiques trouve son origine dans la loi intitulée Cruelty to Animals Act. En 1980, le conseil de l'Europe et l'Union européenne introduisent des dispositions relatives à l'expérimentation animale[47].

L'évolution de la relation entre les humains et les animaux a remis en question l'expérimentation animale. Or, à la différence des produits chimiques ou des composés médicaux, les produits biologiques exigent des tests à plusieurs reprises avant d'être mis sur le marché, d'où les tests systémiques sur les animaux. De ce fait, la recherche a recours à des animaux lorsqu'il est nécessaire de découvrir les réactions du corps[48].

Cependant, l'union Européenne prévoit un grand budget au développement et à la validation des méthodes alternatives pour les industries cosmétiques. Les organisations de protection des animaux ont également constaté que même dans les pays dépourvus de dispositions et conditions favorables à la protection des animaux, on remarque une résistance sur les tests des animaux à des produits cosmétiques. Il est également scientifiquement prouvé que: "les tests sur les animaux à des fins de sécurité sont extrêmement problématiques dans la mesure où les résultats sont d'une qualité et une validité contestable pour les humains"[49]

En EuropeModifier

Depuis plusieurs années, les autorités européennes ont intensifié leur action contre l'utilisation de l'expérimentation animale dans l'industrie cosmétique. La Commission européenne en a une définition :

« les produits cosmétiques sont des substances ou des mélanges de substances, destinés à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain ou avec les dents et les muqueuses buccales, en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d’en modifier l’aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles »[50].

Prise en 2013, la décision d’interdire, sur l’ensemble du territoire européen, tous les cosmétiques ayant fait l’objet de tests sur les animaux marque l’aboutissement d’un très long processus amorcé en 1993 avec la mise en œuvre d’une directive concernant la protection des animaux au moment de leur abattage ou de leur mise à mort. La première directive « cosmétique » introduite en 1976 a, au fur et à mesure de ses modifications successives, établi un cadre réglementaire dans le but d’éliminer progressivement l’expérimentation animale. C’est le Royaume-Uni qui a été le précurseur de la législation sur l’expérimentation animale dans le monde par la loi de 1997 qui interdit l’expérimentation animale dans le secteur de la cosmétique[51].

Cette législation met en exergue la volonté de l’Union Européenne de sensibiliser ses citoyens et de leur offrir la possibilité de mieux consommer, de manière éthique, transparente et  dans le respect des droits des animaux[52].

C’est ainsi qu’en septembre 2014 est entrée en vigueur la loi sur l’interdiction de l’expérimentation des produits cosmétiques sur les animaux vendus en Europe[53]. Cette loi de 2014 n’est pas une nouveauté. En 2003, un amendement a mis en œuvre cette interdiction graduelle en prohibant à partir de 2004 l’expérimentation s’appliquant aux produits cosmétiques finis où les fabricants de cosmétiques ont l’interdiction de faire des tests sur les animaux en Europe. Puis, en 2009, ils décident de remplacer progressivement les tests sur les animaux par d’autres procédés. L’interdiction du 11 mars 2013 reflète la conviction du public que les cosmétiques « ne peuvent pas passer avant la vie et le bien-être »[53].

Cependant, certains fabricants de cosmétiques utilisent toujours des animaux pour tester leurs produits avant leur commercialisation. Selon une étude réalisée en 2016 par l’association de défense des animaux Peta, plus de 250 marques de cosmétiques, notamment Avon, Neutrogena, Guerlain, L’Occitane, MAC Cosmetics, Vidal Sassoon et Mary Kay, ont encore recours à ces pratiques[54]. Un pays comme la Suisse a interdit depuis 2008 l’expérimentation de produits et d’ingrédients cosmétiques sur les animaux mais cette loi est facilement contournable lorsque l’expérimentation est a visée médicale. De ce fait, il existe des activités illégales d’expérimentation animale sur produits cosmétiques délocalisées en Suisse[51].

Selon, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux, 27 000 animaux sont utilisés pour ces tests chaque année. Avant l’interdiction des tests, près de 9 000 animaux étaient utilisés par l’industrie cosmétique en Europe. Ils étaient plus de 1 510 en 2004 et 344 en 2009.

À savoir, qu’en 2011, 11,481,521 animaux ont été utilisés dans les laboratoires, soit 4,3% de moins qu’en 2009[55]. Enfin, malgré l’interdiction des tests expérimentaux sur les animaux de 2009, encore 90 ont été utilisés pour tester des cosmétiques, en 2011. Les lapins, les rats et les animaux à sang froid, autrement dit, les reptiles, et les poissons, sont les espèces les plus utilisées par les États membres de L’U-E. En 2011, les rongeurs représentent près de 80%, et des changements sont intervenus dans l’utilisation des espèces différentes, au fil des années. Malgré les restrictions et les interdictions quant à l’expérimentation animale, la part des animaux utilisés, reste élevée, même si parfois la part a connu une diminution par rapport aux années précédentes.

Comparaison des pourcentages des catégories d'espèces utilisés entre 1996 et 2011 :

Catégorie d'espèces 1996 1999 2002 2005 2008 2011
Rongeurs, lapins 81,3 86,9 78 77,5 82,2 80
Animaux à sang froid 12,9 6,6 15,4 15 9,6 12,4
Oiseaux 4,7 5 5,4 6,4 5,9

Le taux reste inchangé entre 1996 et 2011, car de nouveaux pays se sont rajoutés à l’Union européenne, et donc la proportion d’animaux utilisés devient plus grande. En 1996, on comptait 14 membres de l’Union européenne, et 27 membres en 2011. Bien que des pays aient rejoint l’UE, les taux sont en diminution, puisque pour 14 membres de l’Union européenne en 1996 on comptait 81,3 % de rongeurs et lapins utilisés, contre 80 % en 2011 avec 27 membres de l’UE. Pour les rongeurs et lapins, leur proportion change légèrement, tout en restant assez stable, aux alentours de 80 %. Concernant les animaux à sang froid, cela va de 9 % à 15,5 %, c’est seulement en 1999 que l’utilisation de ces animaux a réellement diminué, en passant à 6,6%. L’expérimentation sur les oiseaux en 1996 était dès lors inexistante, mais pour se contenir à un taux entre 4,7 % et 6,5 % entre 1999 et 2011.

Dans le mondeModifier

Bien plus loin que l’Europe, « l’ interdiction des tests sur les animaux progresse partout dans le monde »[56]. Les pays concernés sont principalement l’Inde, la Chine, L’Australie, le Brésil, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis et Israël.

Rares sont les pays qui ont voté des lois interdisant l’expérimentation animale. Mais cela ne reste que dans le cadre des produits cosmétiques. Il y a eu une évolution des votes des lois dans le monde mais les années 2013-2014 sont considérées comme les années charnières avec des percées impressionnantes dans le monde entier.

  • L’état d’Israël a interdit depuis 2007 les tests sur les animaux pour les produits cosmétiques et d’entretien, puis depuis 2010 l’interdit d’importer des produits cosmétiques ayant été testés sur les animaux.
  • Depuis la loi de 2013, l’Inde a interdit les tests sur les animaux pour cosmétiques et la commercialisation de ces produits finis ou d’ingrédients entrant dans la confection d’un produit.
  • La Chine supprime l’obligation de tester les cosmétiques sur les animaux pour la plus grande part de la production nationale.
  • L’état brésilien de Sao Paulo interdit l’expérimentation animale pour les cosmétiques. Un projet de délai est lancé au Brésil pour l’interdiction des tests au niveau nationale.
  • En Nouvelle-Zélande, un député propose l’interdiction des tests sur les animaux pour les cosmétiques dans le cadre de l’animal Welfare Act.
  • Le parti des verts Australiens lance le projet de loi « End Cruel Cosmetics ».
  • Aux États-Unis, 140 sociétés soulignent l’adoption d’un « Human Cosmectics Act » et un projet de loi est introduit par le représentant Jim Moran.

Notes et référencesModifier

  1. Georges Chapouthier, Au bon vouloir de l'homme, l'animal, Paris, Éditions Denoël, (ISBN 2207236579).
  2. « Les français et l'expérimentation animale : enquête Ipsos pour One Voice », sur politique-animaux.fr,‎ (consulté le 13 février 2017)
  3. « Eurobaromètre : rapport La Science et la technologie », sur politique-animaux.fr,‎ (consulté le 13 février 2017)
  4. (en) « Vivisection »
  5. « Animals used for scientific purposes - Environment - European Commission », sur ec.europa.eu (consulté le 15 juin 2016)
  6. « Legislation for the protection of animals used for scientific purposes - Environment - European Commission », sur ec.europa.eu (consulté le 15 juin 2016)
  7. Vivisection : Quand l'homme se fait monstre - Artezia
  8. GUICHET Jean-Luc, « L’animal familier aujourd’hui : la réduction du domestique à l’apprivoisement », La Divan familial, no 26,‎ , p. 13-16
  9. BOUISSAC Paul, « Perspective ethnographique : le statut symbolique de l’animal au cirque et au zoo », Ethnologie française,‎
  10. « Journal officiel »
  11. Catherine Bousquet, Bêtes de science, Seuil, 2003 (ISBN 978-2-0204-7478-8), 240 pages
  12. « Décret n° 2013-118 du 1er février 2013 relatif à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques »
  13. Déclaration de Bâle [PDF]
  14. « Utilisation des animaux à des fins scientifiques dans les établissements utilisateurs français – Enquête statistique 2014 », sur Gouvernement - Enseignement supérieur et recherche
  15. http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX:52013DC0859 modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant
  16. Recherche biomédicale et expérimentation animale - Les Dossiers du Net, 3 février 2004
  17. modèle {{Lien web}} : paramètre « url » manquant « Site internet Centre didactique en Biotech »
  18. « Essai thérapeutique à Rennes. Une mort cérébrale, cinq hospitalisés », sur ouest-france.fr,‎ (consulté le 13 février 2017)
  19. « Les singes sont insensibles au VIH qui ne se réplique pas, exception faite du chimpanzé, chez lequel l’agent infectieux se multiplie mais sans provoquer le moindre symptôme. »Le secret anti-sida des singes est mis à découvert - Rédaction Transversales, 15 juin 2004
  20. « http://www.future-science.com/doi/full/10.4155/fso.15.63%20et%20version%20fran%C3%A7aise%20http://www.recherche-animale.org/sites/default/files/les_modeles_animaux_sont_essentiels_a_la_recherche_biologique-xm.pdf », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (DOI 10.4155/fso.15.63%20et%20version%20française%20http://www.recherche-animale.org/sites/default/files/les_modeles_animaux_sont_essentiels_a_la_recherche_biologique-xm.pdf, lire en ligne)
  21. a et b Les tests sur les rats remis en cause après l'affaire Séralini - Judith Duportail, Le Figaro, 24 octobre 2012
  22. (en) Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize - Gilles-Éric Séralini et al., Food and Chemical Toxicology, novembre 2012
  23. OGM dangereux : Séralini, l’auteur de l’étude contestée, se défend - Rue89, 5 octobre 2012, et Exclusif : Séralini répond à ses détracteurs - Reporterre, 4 octobre 2012
  24. (en) Voir : Bisphenol A References - Endocrine Disruptors Group, Université du Missouri-Columbia, 2005
  25. (en) An Extensive New Literature Concerning Low-Dose Effects of Bisphenol A Shows the Need for a New Risk Assessment - Frederick S. vom Saal et Claude Hughes, Environmental Health Perspect. 13 avril 2005
  26. « Les animaux sont des êtres sensibles et pourvus de capacités cognitives et émotionnelles. Ils sont capables de souffrir. » — Charte pour une éthique de l'expérimentation animale, Guide pratique CNRS - novembre 2003, Article 2 : de la sensibilité et de la souffrance chez les animaux
  27. décret no 87-848
  28. décret no 2001-486
  29. convention STE 123 et décret no 2001-486
  30. directive no 86/609/CEE
  31. site internet de l'Inserm: [1]
  32. Les animaux familiers matières premières de laboratoire - One Voice
  33. « Test sur les animaux », sur site internet lebernard
  34. « Animaux de laboratoire - argumentaire », sur site internet respect animal
  35. (en) The Principles of Humane Experimental Technique - W.M.S. Russell et R.L. Burch, Johns Hopkins University
  36. La Fondation se présente - Fondation Recherches 3R
  37. « L'expérimentation animale est-elle nécessaire pour la mise au point de nouveaux médicaments ? | LEEM - Les entreprises du médicament », sur www.leem.org (consulté le 28 mars 2016)
  38. (en) Finding alternatives: an overview of the 3Rs and the use of animals in research - Vicky Robinson, School Science Review, décembre 2005 [PDF]
  39. (en) European Centre for the Validation of Alternative Methods (ECVAM) - Commission européenne
  40. (fr) « Expérimentation animale : l’industrie pharmaceutique suisse publie son 5e rapport sur le bien-être animal », sur Vetitude (consulté le 28 mars 2016)
  41. « Home | IMI - Innovative Medicines Initiative », sur www.imi.europa.eu (consulté le 28 mars 2016)
  42. (fr) « Stop aux Animaux dans les Labos - International Campaigns », sur International Campaigns (consulté le 29 mars 2016)
  43. « La réglementation », sur Recherche animale (consulté le 29 mars 2016)
  44. « Laurence Abeille demande des contrôles et des sanctions pour assurer le respect des restrictions à l'expérimentation animale dans l'enseignement supérieur | Politique & animaux », sur www.politique-animaux.fr (consulté le 29 mars 2016)
  45. « Laurence Abeille souhaite le respect de la directive interdisant l'importation et la vente de produits cosmétiques ayant été testés sur animaux | Politique & animaux », sur www.politique-animaux.fr (consulté le 29 mars 2016)
  46. « Trois projets pilotes de Younous Omarjee adoptés par la commission environnement à Bruxelles », sur Témoignages.RE - http://www.temoignages.re,‎ (consulté le 29 mars 2016)
  47. « interdiction tests animaux cosmétiques » (consulté le 28 mars 2016)
  48. « Pourquoi utiliser des animaux | ari.info », sur www.animalresearch.info (consulté le 28 mars 2016)
  49. « interdiction tests animaux cosmétiques »
  50. « L'expérimentation animale : une éthique européenne de la consommation », sur France Soir
  51. a et b « La législation sur l'expérimentation animale dans le monde », sur Site de source map
  52. « L'expérimentation animale : une éthique européenne de la consommation », sur Site de France Soir
  53. a et b « Les tests sur les animaux en Europe », sur Site du 20 minutes
  54. « Les cosmétiques vers la fin des tests sur les animaux », sur Site du Monde
  55. « EUR-Lex - 52013DC0859 - FR », sur eur-lex.europa.eu (consulté le 28 mars 2016)
  56. « L'interdiction des tests sur les animaux », sur Site Premium New

Voir aussiModifier

LégislationModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier