Ouvrir le menu principal
La pêche est une drupe typique.
La framboise est une polydrupe, fruit multiple composé de plusieurs drupéoles.

En botanique, une drupe (du latin drūpa oliva, olive mûre, lui-même tiré du grec δρύπτα, olive trop mûre) est un fruit indéhiscent, charnu à noyau, comme la cerise, l'abricot ou l'olive. Il est issu d'un pistil à carpelle unique, du type « infère » non adhérent. Dans le cas de fleurs à plusieurs carpelles libres, on obtient un fruit composé ou polydrupe, telle la mûre de la ronce.

Il est en général indéhiscent (bien que la déhiscence ne soit pas nécessaire dans le cas d'un fruit charnu dont la chair se décompose rapidement, libérant le noyau).

La polydrupe est un fruit multiple composé de plusieurs drupéoles (ronce, framboisier).

Les drupes fournissent de nombreux fruits comestibles.

Structure d'une drupeModifier

 
Structure schématique d'une drupe typique, la pêche, montrant à la fois le fruit et la graine.
 
La noix est une drupe dont le péricarpe n'est pas comestible.

La drupe est caractérisée par un péricarpe composé d'une partie charnue (le mésocarpe appelé sarcocarpe, recouvert par l'épicarpe membraneux) succulent ou fibreux (par exemple le mésocarpe de la noix de coco) et d'une partie sclérifiée donc dure (l'endocarpe appelé sclérocarpe formant le noyau)[1].

La première constitue la chair. Elle est souvent comestible, mais pas toujours : dans le cas des Juglandacées (comme la noix), le péricarpe appelé « brou » est inconsommable.

La seconde, dérivant de l'endocarpe (l'épiderme interne du carpelle) qui devient « osseux », scléreux ou cartilagineux, forme la paroi du noyau contenant la graine.

Dans certains cas, la partie comestible est la graine (noix, amande).

Quand l'endocarpe reste charnu, on obtient une baie (la datte est une baie malgré sa ressemblance avec l'olive).

Selon la structure de l'ovaire originel, on distingue des drupes monospermes issues d'un carpelle uniovulé (cas le plus général) et des drupes polyspermes (la « cerise » du caféier est une drupe disperme, contenant deux noyaux)[1].

Drupes composées ou drupéolesModifier

Certains fruits, formés de multiples petites drupes, ou « drupéoles » agglomérées, sont des polydrupes. C'est le cas des framboises et des mûres. Dans le cas des fruits du genre Rubus (framboises, mûres de ronce), le fruit est issu d'une fleur unique dont le pistil est formé de multiples carpelles libres. Les mûres de mûrier, très ressemblantes aux mûres de ronces sont, par contre, issues d'inflorescences compactes en chatons, chaque drupéole étant issue d'une fleur différente.

 
« Cerises » de café.

ComestibilitéModifier

Certaines drupes sont comestibles à maturité. Lorsqu'elles ne sot pas mûres, leur saveur acide et astringente les rend impropres à la consommation mais, conservés dans la saumure, par lacto-fermentation qui réduite l'acidité, ils sont consommables comme les olives ou les kimchis[2].

Exemples de drupesModifier

Exemples de drupéolesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Romaric Forêt, Dico de Bio, De Boeck Superieur, , p. 384.
  2. François Couplan, Eva Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, Delachaux et Niestlé, , p. 113

Voir aussiModifier