Driss Guiga

homme politique tunisien

Driss Guiga (arabe : إدريس قيقة), né le 21 octobre 1924 à Testour, est un homme politique tunisien.

Driss Guiga
Illustration.
Driss Guiga dans les années 1970.
Fonctions
Ministre tunisien de l'Intérieur

(3 ans, 10 mois et 6 jours)
Président Habib Bourguiba
Premier ministre Hédi Nouira
Mohamed Mzali
Gouvernement Nouira
Mzali
Prédécesseur Othman Kechrid
Successeur Mohamed Mzali
Ministre tunisien de l'Éducation nationale

(3 ans, 2 mois et 14 jours)
Président Habib Bourguiba
Premier ministre Hédi Nouira
Gouvernement Nouira
Prédécesseur Hamed Zghal
Successeur Hédi Zeghal
Ministre tunisien de la Santé

(3 ans, 6 mois et 9 jours)
Président Habib Bourguiba
Premier ministre Bahi Ladgham
Hédi Nouira
Gouvernement Bourguiba II
Ladgham
Nouira
Prédécesseur Hédi Khefacha
Successeur Mohamed Mzali
Secrétaire d'État tunisien aux Affaires sociales

(1 mois et 30 jours)
Président Habib Bourguiba
Gouvernement Bourguiba II
Prédécesseur Mondher Ben Ammar
Successeur Sadok Ben Jemâa
Biographie
Date de naissance (97 ans)
Lieu de naissance Testour, Tunisie
Nationalité tunisienne
Parti politique Néo-Destour puis Parti socialiste destourien
Diplômé de Université d'Alger (droit et histoire)
Université de Paris (droit privé)

BiographieModifier

Formation et débutsModifier

Né d'un père instituteur à Testour[1], il entre comme élève au Collège Sadiki à Tunis puis intègre le mouvement national tunisien à l'âge de quatorze ans[1] ; il raconte ainsi cet épisode : « Le 8 avril 1938, les autorités coloniales ont arrêté Ali Belhaouane, notre professeur, qui était responsable de la jeunesse du Néo-Destour, parti nationaliste fondé quatre ans plus tôt. Il s'ensuivit une grève générale, et le collège resta fermé pendant deux mois »[1]. Guiga devient par la suite membre d'une cellule clandestine du parti, fait la connaissance de Habib Bourguiba et devient rapidement « bourguibiste »[1].

De 1944 à 1947, il poursuit des études de droit et d'histoire à l'université d'Alger où il fait la connaissance de sa future femme, Chacha, une peintre[1]. Il s'inscrit ensuite à la faculté de droit de Paris où il obtient un diplôme de droit privé en 1949[1]. De retour à Tunis, il intègre le cabinet d'avocats de son oncle Bahri Guiga et devient également journaliste à Mission, journal créé par Hédi Nouira[1]. Il est arrêté en 1952 et passe sept mois en prison[1].

Homme politiqueModifier

Après l'indépendance de la Tunisie en 1956, Guiga est successivement nommé secrétaire général de l'Assemblée nationale, directeur de l'administration régionale puis directeur général de la sécurité au ministère de l'Intérieur jusqu'à la découverte du complot contre le président Bourguiba, en 1962, que ses services n'ont pas vu venir[1]. Il dirige par la suite l'Office national du tourisme tunisien pendant sept ans avant de se voir nommer ministre de la Santé en 1969[1], succédant ainsi à Hédi Khefacha. Le 17 mars 1973, il devient ministre de l'Éducation nationale[1]. Le 31 mai 1976, il est nommé ambassadeur à Bonn, poste qui, selon Ridha Kéfi, correspond en fait à une sanction du Premier ministre Nouira pour son activisme en faveur de la décentralisation universitaire[1]. Lors du départ de ce dernier, en 1980, il revient au gouvernement le 1er mars comme ministre de l'Intérieur[1], en remplacement d'Othman Kechrid[2].

Lors des « émeutes du pain », entre le 27 décembre 1983 et le 6 janvier 1984, il appelle à la démission du gouvernement[1]. Traduit devant la Haute Cour pour « haute trahison », il est condamné par contumace à dix ans de prison[1], ses biens sont saisis et mis sous séquestre judiciaire le 16 juin[3]. Mohamed Mzali lui succède d'ailleurs au poste de ministre de l'Intérieur le 7 janvier. Guiga s'exile alors à Londres et y travaille comme conseiller de l'homme d'affaires saoudien Chamseddine el-Fassi, président d'une fondation pour la promotion du soufisme[1].

Le 8 novembre 1987, au lendemain de la prise de pouvoir de Zine el-Abidine Ben Ali, il rejoint l'aéroport international de Tunis-Carthage[1]. Il passe alors treize jours à la prison civile de Tunis[1]. Condamné le 13 décembre à cinq ans de prison avec sursis, il est donc relâché[1].

RetraiteModifier

Vivant à Hammamet[1], il passe beaucoup de temps à la lecture, racontant même qu'il lit « souvent deux livres à la fois : un en arabe et un en français »[1] ; il a notamment lu l'essai Nous n'avons jamais lu le Coran de Youssef Seddik[1]. Son fils, Kaïs est un homme d'affaires[4].

DistinctionsModifier

  • Commandeur (1968)[5] puis grand cordon (1971)[6] de l'Ordre tunisien de l'Indépendance.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v Ridha Kéfi, « Driss Guiga », sur jeuneafrique.com, (consulté le )
  2. « Tunisie » [PDF], sur aan.mmsh.univ-aix.fr (consulté le )
  3. « Avis », Journal officiel de la République tunisienne, no 39,‎ , p. 1425 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF])
  4. « Projet « Marina Cap 3000 » à Bizerte : les travaux se poursuivent, les ventes sur plan aussi... »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur tourismag.com,
  5. « Décrets et arrêtés », Journal officiel de la République tunisienne, no 26,‎ , p. 686 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF], consulté le )
  6. « Décrets et arrêtés », Journal officiel de la République tunisienne, no 38,‎ , p. 1176 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF], consulté le )