Domaine de l'Abrègement

château et site archéologique à Bioussac (Charente)

Le domaine de l'Abrègement est situé dans la commune de Bioussac, en Charente.

Domaine de l'Abrègement
Image illustrative de l’article Domaine de l'Abrègement
Le château
Nom local L'Abrègement
Période ou style Néo-classique
Architecte Paul Abadie
Début construction XVIIIe siècle
Fin construction XIXe siècle
Propriétaire initial Guy de La Rochefoucauld
Propriétaire actuel famille d'Hémery
Protection Logo monument historique Inscrit MH (2014)[1]
Coordonnées 46° 01′ 42″ nord, 0° 16′ 48″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Angoumois
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Commune Bioussac
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Domaine de l'Abrègement
Géolocalisation sur la carte : Charente
(Voir situation sur carte : Charente)
Domaine de l'Abrègement

HistoriqueModifier

Situé à environ 400 mètres au sud-est du bourg de Bioussac, l'Abrègement est un ancien fief qui n'a été transmis jusqu'à aujourd'hui exclusivement que de père en fils ou en fille[3]. Son nom viendrait de ce que c'était un lieu d'hébergement sur une route de Saint-Jacques-de-Compostelle[4].

Il a d'abord appartenu au XIVe siècle aux La Rochefoucauld, puis aux Saint-Amand (seigneurs du Châtelard et de Saint-Front), et aux Desmier, seigneurs de Chenon.

En 1555, Jacquette Desmier se maria avec Perceval de Volvire ou Voluyre, guidon de la compagnie du marquis de Ruffec et de la famille de ce dernier. En 1579, leur fille Anne épousa Guillaume Massacré, descendant d'une famille originaire de Normandie qui s'était établie dans le Périgord. En 1750, le dernier Massacré eut une fille unique qui épousa Olivier-Mathurin d'Hémery, chevalier, seigneur de Cerné. Cette famille originaire d'Ile-de-France s'établit dans le Poitou à la fin du XVIIe siècle. François d'Hémery (1752-1828) compta parmi les personnages influents du département de la Charente né à la Révolution, comme la plupart de ses descendants par la suite dont certains ont été maires de Bioussac ou conseillers généraux[3].

Olivier-Mathurin d'Hémery a reconstruit le château médiéval de son beau-père en 1750 et 1751 en une demeure du XVIIIe siècle. Le nouveau château possède deux avant-corps cantonnés de tours. Il ressemble un peu au château de la Martinière, situé non loin de là à Rom dans le Poitou et construit par son frère César d'Hémery.

Au milieu du XIXe siècle, l'aile Est a été entièrement refaite, une galerie a été ajoutée en avant du corps central, et une maison accolée à l'ouest construite sur les plans de l'architecte Paul Abadie. Une chapelle de style néo-gothique a aussi été ajoutée.

Le château appartient aujourd'hui à son descendant, William Anseau d’Hémery, né en 1988, qui a rénové le parc. Celui-ci, qui s'est agrandi depuis un plan de 1819, comporte arbres et potager. Il a particulièrement souffert lors de la tempête Martin de 1999 qui a balayé le Sud-Ouest, mais des artistes comme Andy Goldsworthy, Antony Gormley, Christian Lapie et Joel Shapiro ont utilisé des souches pour créer des sculptures contemporaines[5].

ArchitectureModifier

Du château primitif ne sont conservées que des caves voûtées et quelques mures du corps principal.

Le château se compose d'un corps central de style classique et deux ailes latérales. Il comprend un décor de qualité, dont certaines cheminées en marbre du XVIIIe siècle, parquets et boiseries. La chapelle de style néo-gothique est carrelée et possède aussi de beaux vitraux[5].

Le domaine avec son château est inscrit monument historique le [1].

Le domaine est ouvert au public en été ou sur rendez-vous[6].

JardinsModifier

Les jardins et le potager ont été dessinés par le paysagiste Philippe Dubreuil en collaboration avec Elizabeth d’Hémery[Quand ?].

Le parc comprend un arboretum avec des arbres remarquables comme des cèdres et séquoias. Le jardin possède légumes et fleurs vivaces, ainsi qu'une tonnelle de gourdes. Un amphithéâtre de verdure complète le parc ainsi qu'un petit ruisseau. Le tout est agrémenté des sculpures modernes (voir ci-dessus)[6].

Le domaine est classé jardin remarquable depuis 2009[7]. Il figure parmi les quatre du département.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Domaine de l'Abrègement », notice no PA16000056, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. a et b Jean-Paul Gaillard 2005, p. 123-124
  4. Robert Dexant, Châteaux de Charente, Paris, Nouvelles Éditions latines, , 30 p., p. 3
  5. a et b « Dossier de protection, Domaine de l'Abrègement » [PDF], base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. a et b « Château de l'Abrègement », sur chateau-fort-manoir-chateau.eu, (consulté le )
  7. Liste des jardins portant le label « jardin remarquable », au 31 décembre 2009

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier