Cyril Collard

acteur, réalisateur, écrivain et musicien français

Cyril Collard est un acteur, scénariste, réalisateur, écrivain et musicien français, né le à Paris 16e et mort le à Versailles.

Cyril Collard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 35 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Autres informations
Distinctions
Films notables

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Cyril Collard naît dans le 16e arrondissement de Paris de Claude Collard, ingénieur connu pour son engagement dans le milieu du judo, et de Janine Choquier, ex-mannequin[1]. Il grandit à Versailles.

En , à seize ans, il obtient son baccalauréat, avec mention bien, et s'inscrit en maths sup au lycée Hoche de Versailles[2]. En 1977, à l'issue de sa deuxième année de maths spé, il est admis par le concours Centrale-Supélec comme élève-ingénieur à l'Institut industriel du Nord (École centrale de Lille), et suit des cours de filmologie à l'université Lille-III[3]. Parallèlement, son travail d'écriture s'intensifie et il donne des textes à une revue d'élèves-ingénieurs baptisée Fourre-tout[4].

En 1979, il décide d'abandonner ses études d'ingénieur. Il voyage, notamment à Porto Rico où il vit des premières expériences sexuelles avec des hommes. Il revient dans la région parisienne où il rencontre Claude Davy, attaché de presse parisien, qui devient son mentor[5],[6].

Il participe à la création du groupe de rock CYR avec Sylvain Rondy et René-Marc Bini.

CarrièreModifier

Il devient assistant réalisateur pour Maurice Pialat pour Loulou et À nos amours. Il joue un petit rôle dans Police. Dès 1982 il réalise ses propres courts métrages, des clips et un épisode de série télévision[6].

En 1987, il publie un premier roman, Condamné Amour alors qu'il vient tout juste d'apprendre sa séropositivité. Suit la publication d'un deuxième roman autobiographique, Les Nuits Fauves en 1989[6].

En 1988, il réalise un court métrage avec le chorégraphe Angelin Preljocaj, Les Raboteurs[7], inspiré du tableau de Gustave Caillebotte.

À la fin des années 1980, il crée, pour Antenne 2, la série télévisée Le Lyonnais, diffusée à partir de 1990, dont il dirige l'un des épisodes.

Le , invité sur le plateau de Stars à la barre, il révèle sa séropositivité[8].

Cyril Collard est projeté sur le devant de l'actualité avec son film Les Nuits fauves en 1992, tiré de son roman du même nom, dans lequel il explique au grand jour la menace du sida[9],[6]. Le , lors de la 18e cérémonie des César, le film est couronné de quatre César, dont celui du meilleur film et du meilleur premier film. C'est le premier film à cumuler ces deux prix aux César[10].

Vie privéeModifier

Cyril Collard était bisexuel ; il fut l'amant de l'actrice Corine Blue[11].

MortModifier

Cyril Collard meurt le matin du vendredi des suites du sida à l'âge de 35 ans[12]. Il est incinéré au crématorium du Père-Lachaise le 10 mars 1993 en présence d'un millier de personnes[13]. À sa demande, ses cendres sont dispersées au cap Espichel, au sud de Lisbonne, où il avait tourné les dernières scènes des Nuits fauves[14].

PostéritéModifier

Affaire Cyril CollardModifier

Un an après sa mort, une polémique éclate dans les médias sur ses pratiques sexuelles à risques, qui auraient pu contaminer de multiples partenaires[15]. L'affaire est lancée le à partir d'une « indiscrétion » de Françoise Giroud livrée dans une transcription de son journal intime qui rapporte qu'Erica, la petite-fille de l'écrivain Suzanne Prou, est morte du sida qu'elle aurait contracté après une brève liaison, en 1984, avec Cyril Collard[16],[17],[18]. Les tests de dépistage du sida n'apparaissent en France toutefois qu'en 1986 (l'autorisation du test de dépistage Abott intervient en juin 1985[19]), et Cyril Collard n'apprend sa séropositivité qu'en 1987[6].

Michel Onfray déclare le 27 juillet 2021 sur Europe 1 : « Souvenez-vous de Cyril Collard qui avait le SIDA et qui estimait qu'il avait bien le droit de coucher avec des gens sans préservatif »[20].

Fondation Cyril CollardModifier

En 1995, la fondation Cyril Collard[21] est créée par ses parents. Cette fondation est sous l'égide de la Fondation de France.

La fondation a pour but d'apporter un soutien matériel et moral, via l'aide à la réinsertion ou à la formation professionnelle, à des personnes atteintes par le VIH/sida[21].

HommagesModifier

Les longs métrages suivants lui sont dédiés :

En 2018, Christophe Honoré en fait l'un des personnages de sa pièce-hommage Les Idoles.

FilmographieModifier

En tant que réalisateurModifier

En tant que scénaristeModifier

En tant que producteurModifier

En tant qu’acteurModifier

PublicationsModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Gilles Médioni, Cyril Collard, Flammarion, , p. 22.
  2. Gilles Médioni, op. cit., p. 16.
  3. « Des jours blancs avant Les Nuits fauves : Cyril Collard sur le campus de l’Université de Lille (1977-1979) », sur Insula, (consulté le ).
  4. Fourre-tout (notice BnF no FRBNF34367206).
  5. Gilles Médioni, op. cit., p. 47.
  6. a b c d et e « "Les Nuits fauves", le film étendard d’une génération », sur rts.ch, (consulté le ).
  7. Les Raboteurs, musée d'Orsay, production de Virginie Herbin.
  8. Jean-Philippe Guerand, Martine Moriconi, Cyril Collard. La passion, J'ai Lu, , p. 159.
  9. Institut national de l’audiovisuel, « Cyril Collard sur le SIDA », sur Ina.fr (consulté le ).
  10. « Savage Nights (1992) », sur IMDb.com (consulté le ).
  11. « Corine Blue, 42 ans, “coach” d'acteurs. Fut l'amante de Cyril Collard, mort du sida, et l'accoucheuse des Nuits fauves. La fauvette », sur Libération, (consulté le ).
  12. Voir sur ina.fr.
  13. Voir sur ina.fr.
  14. « La Fondation Cyril Collard perpétue le combat de l'auteur des Nuits fauves », sur Le Monde, (consulté le ).
  15. Bruno Peuchamiel, « Polémique glauque sur la vie privée de Cyril Collard », sur L’Humanité, (consulté le ).
  16. « Affaire Cyril Collard », sur Ina (consulté le ).
  17. Françoise Giroud, Journal d'une parisienne, Seuil, .
  18. Michèle Leloup, « Collard peut-il reposer en paix ? », sur L’Express, (consulté le ).
  19. Olivier Maurel, Une histoire de la lutte contre le Sida, (ISBN 978-2-38094-174-6 et 2-38094-174-2, OCLC 1251763052, lire en ligne).
  20. « Michel Onfray sur le pass sanitaire : "Il fallait plutôt défendre la vaccination pour tout le monde" » (consulté le )
  21. a et b « Fondation Cyril Collard - Accueil/ actualité », sur Fondation Cyril Collard (consulté le ).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier