Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

École centrale de Lille

école d’ingénieurs française

L’École centrale de Lille (Centrale Lille, EC-Lille) est l'une des cinq plus anciennes écoles d'ingénieurs de France dont les anciens élèves sont cofondateurs de la fédération des associations et sociétés françaises d'ingénieurs diplômés, parmi les 210 écoles d'ingénieurs françaises habilitées à délivrer un diplôme d'ingénieur.

École Centrale de Lille
Logo de l'école
Logo de l'école
Nom original 1854-1871: École des arts industriels et des mines
1872-1991: Institut industriel du Nord
Informations
Fondation 1854 - 1872
Type École d'ingénieurs
Établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel
Localisation
Coordonnées 50° 36′ 22″ nord, 3° 08′ 14″ est
Ville Lille
Pays Drapeau de la France France
Campus Cité scientifique Villeneuve-d'Ascq
Direction
Directeur Emmanuel Duflos[1].
Chiffres clés
Étudiants 1500
Niveau Master ; Doctorat
Divers
Affiliation Groupe Centrale
Université Lille Nord de France
TIME, IMCC, CGE, CDEFI, ASTech, Eurasanté, i-Trans Railenium, MEDEE, PICOM, TEAM2, UP-TEX
Site web www.ec-lille.fr

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
École Centrale de Lille

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École Centrale de Lille

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
École Centrale de Lille

Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille

(Voir situation sur carte : Métropole européenne de Lille)
École Centrale de Lille

Établie en 1872 sous la dénomination institut industriel du Nord (IDN), héritière de l'école des arts industriels et des mines de Lille fondée en 1854, c'est une école généraliste couvrant l'ensemble du spectre des sciences pour l'ingénieur. Elle est membre du groupe Centrale.

L’École centrale de Lille est située sur le campus de l’université des sciences et technologies de Lille, à Villeneuve-d’Ascq et est membre fondateur de l'Université Lille-Nord-de-France.

L’école assure les formations suivantes :

  • diplôme d'ingénieur Centrale Lille (master) ;
  • masters recherches francophones et masters anglophones  ;
  • doctorat dans six spécialités des sciences pour l'ingénieur ;
  • diplômes d'ingénieur spécialiste, mastères spécialisés (MS) ;
  • doubles-diplômes ingénieur et masters scientifiques, architecture, gestion, finance, entrepreneuriat.

En incluant toutes les formations ainsi que les doctorants, l’École centrale de Lille compte en 2017 plus de 1 500 étudiants.

Ce site est desservi par la station de métro Quatre Cantons - Stade Pierre-Mauroy :

Sommaire

Histoire et traditionsModifier

L’École centrale de Lille est plus que cent-cinquantenaire, avec une étape fondatrice en 1854 et une réforme de l'enseignement en 1872[2]. L’origine de l'École centrale de Lille remonte à 1854 avec la fondation, sous le patronage de Frédéric Kuhlmann et de Louis Pasteur et l'autorisation de l'empereur Napoléon III, de l'École des arts industriels et des mines, rue du Lombard dans le centre de Lille à proximité de la gare. Elle devint École impériale des arts industriels et des mines en 1862. L'essor de l'école et de la formation des ingénieurs subit une impulsion déterminante par la création de l’Institut industriel du Nord (IDN) dans les mêmes locaux en 1872.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

C'est en 1875 que furent inaugurés des nouveaux bâtiments IDN construits spécifiquement pour répondre aux besoins d'expansion de l'école au 17 rue Jeanne-d'Arc à Lille dans le voisinage de la faculté des sciences et qui furent utilisés jusqu'en 1968. L'école et ses laboratoires de recherches s'installent en 1968 dans des locaux modernes[3] avenue Paul-Langevin dans le campus de l'université des sciences et technologies de Lille (Cité scientifique). L'école rejoint le concours Centrale-Supélec en 1972. Elle participe à la formation du groupe des Écoles centrales en 1990[4]. Elle s'insère dans le réseau TIME (Top Industrial Managers for Europe) et est membre de multiples pôles de compétitivité français.

L’École centrale de Lille est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel. Outre le cursus historique de formation d'ingénieurs polyvalents[N 1] (programme centralien) au sein de son Institut industriel (IDN), l'offre de formation de l'école s'étend à des cursus d'ingénieurs spécialistes[N 1] via la création de l'Institut de génie informatique et industriel (IG2I) en 1992 et de l'Institut technologique européen d'entrepreneuriat et de management (ITEEM) en 2003.

La formation principale des élèves-ingénieurs s'effectue en trois années, comprenant un socle de formation scientifique technique et managériale et des options d'approfondissement. Par tradition (et d'après la section de Génie des origines de l'École), les première, deuxième et troisième années du programme centralien de l'école s'appellent respectivement G1, G2 et G3. Au XIXe siècle, le tronc commun de formation généraliste[N 2] et les options d'approfondissement sont initialement centrées sur la mécanique et les machines à vapeur, la métallurgie, l'industrie textile, la chimie et les distilleries, l'électricité ; la pluridisciplinarité s’accroît progressivement avec l'essor technologique du XXe siècle pour couvrir les génie civil, génie mécanique, génie des procédés, électronique industrielle, automatique, informatique de gestion, informatique industrielle, aménagement du territoire, transport-logistique, production industrielle, génie informatique, ondes micro-électronique et télécommunications, et s'étendre aux thématiques et filières dominantes du XXIe siècle.

Depuis 1929, le programme des études des élèves-ingénieurs de première année est adapté pour obtenir des certificats de licence ès-sciences en double diplôme[5]. Depuis 1964, l’École délivre de multiples diplômes d'études approfondies (DEA), accessibles aux élèves-ingénieurs de troisième année, co-habilités avec l'université de Lille et soutenus par des laboratoires de recherche communs et qui sont devenus en 2002 les masters recherche (M1-M2) de l'École centrale de Lille. L’École délivre aussi le diplôme de doctorat (DR) de l'École centrale de Lille dans six spécialités des sciences de l'ingénieur.

Depuis 1854, la notoriété des ingénieurs formés à l'École concernait notamment la conception de locomotives et la construction de machines à vapeur de force motrice pour l'industrie manufacturière, sous l'impulsion d'Alcippe Mahistre et d'Albert Olry poursuivie par Cyrille Grimpret dont les successeurs assurent l'enseignement en machines thermiques et turbomachines. L'École a aussi été pionnière en créant un laboratoire d'électrotechnique dès 1892, dirigé par Bernard Brunhes et Charles Camichel et « aura été la première en France (...) à décerner le diplôme d'ingénieur électricien »[6] dès 1893, d'où dérivent l'enseignement en conception de moteurs électriques et d’alternateurs, la modélisation de leur commande robuste et l'exploitation de réseaux de production et distribution électriques. Y est également établi par Clément Codron et Albert Petot le premier laboratoire d'essais mécaniques de France en 1894[7], d'où sont issus des ingénieurs pionniers de l'aéronautique et de l'automobile au début du XXe siècle. Des recherches en mécanique des milieux continus y ont été initiées dès 1872 avec Joseph Boussinesq, poursuivies par Joseph Kampé de Fériet et André Martinot Lagarde en mécanique des fluides et aérodynamique après 1930, avec des installations de laboratoire et soufflerie de couche limite, ainsi qu'en mécanique des solides avec applications à la tribologie et aux propriétés physiques de matériaux pour la sidérurgie, les structures métalliques et le génie civil. Dès le milieu du XIXe siècle, les ingénieurs issus de l'École sont reconnus pour leur savoir-faire dans le domaine des procédés de distillerie agro-alimentaire, de dépollution et production d'eau potable, puis des procédés de biomasse, carbochimie et raffinage pétrolier, la lixiviation de sédiments pollués et leur valorisation notamment dans l'ingénierie des travaux publics. L'installation d'une presse d'expérimentations géotechniques de grandes dimensions contribue à renouveler l'enseignement et la recherche en génie civil en 1970. L'enseignement du génie des procédés, de la physique-chimie industrielle et de la métallurgie y est continûment développé depuis le XIXe siècle par les successeurs de Frédéric Kuhlmann et Louis Pasteur, notamment Camille Matignon et Paul Pascal ; une installation pilote semi-industrielle de génie des procédés et catalyse est installée en 1977 ; un atelier de microscopie électronique est en place en 1989 pour l'étude d'alliages et matériaux nouveaux. La radio-électricité et la propagation des ondes sont enseignées par René Paillot dès 1923 et évoluent en cours d'acoustique et hyperfréquences, télécommunication et réseaux dans le dernier tiers du XXe siècle. Successeurs de la conception de machines textiles étudiées à l'École depuis 1854, des cours de programmation mécanographique par cartes perforées et les applications des automatismes hydrauliques apparaissent dans la première moitié du XXe siècle. L'électronique y est enseignée à partir de 1956. Les cours d'automatique, dans ses spécialités d'identification et de commande des systèmes dynamiques et de traitement analogique et numérique du signal, se développent dès 1957 et sont généralisés en option de mathématique appliquée et informatique en 1963 : Lille en est un site pionnier en France, ce qui soutient l'enseignement précoce du génie logiciel à l'École au travers notamment des langages informatiques Fortran, Algol en 1963, puis Ada en 1985 et Java dès 1994. L'enseignement et la recherche se développent particulièrement dans les domaines de la commande numérique de grands systèmes, la régulation de processus continus en temps réel et l'informatique de systèmes embarqués. L'École a été précurseur dans l'enseignement et la recherche en méthodes formelles de modélisation de systèmes dynamiques par réseaux de Petri et des transferts énergétiques par Bond graph assistée par ordinateur. La productique, la robotique et les systèmes de supervision d'acquisition et de contrôle de données y sont développés à partir de 1981 avec un atelier flexible expérimental de production manufacturière automatisée et les recherches en modélisation à preuve formelle de systèmes de contrôle-commande à événements discrets, les systèmes informatiques d'aide à la décision et d'ordonnancements prédictifs. L'ingénierie logistique et celle des systèmes de transport terrestre durable sont en essor dès 1972, notamment dans le domaine des transports automatiques ferroviaires et de la mobilité urbaine, complétant les cours d'architecture et de constructions civiles établis en 1860 et l'option d'aménagement urbain créée en 1969. L'École restructure son enseignement en mécatronique en 1980, tandis que l'enseignement en physique des matériaux, dans leurs applications électromagnétiques, hyperfréquences et d'imagerie acoustique, tire partie des progrès vers 1986 des capteurs micro-électroniques et de propriétés magnétoélectriques de matériaux nouveaux. L'évolution de la micro-électronique vers les micro-systèmes, nano-systèmes électromécaniques et la micro-fluidique y date de 1992, assurant la transition vers le XXIe siècle où l'École s'investit dans l'innovation numérique foisonnant d'applications dans tous les secteurs d'activité économique. Le cursus de l'École centrale de Lille s'adapte ainsi aux mutations des modes de croissance, de mobilité et de services numériques, de conversion d'énergie et de production durables, formant des ingénieurs pour un monde où les activités de création collaborative en réseau et les libertés individuelles s'expriment sans servitude intrusive, minimisant les externalités négatives sur l'écosystème sous contrainte de ressources énergétiques et de matières premières.

FormationsModifier

 
Façade de l'École centrale de Lille
 
Tour de l'École centrale de Lille
 
Vue sur les bâtiments A et E
 
Vue sur les bâtiments B et E
 
Cour de l'École Centrale
 
Laboratoires du bâtiment C
 
Bâtiment D et halle de sport Grémeaux
 
Centrale Lille
Digital innovation fablab
 
Centrale Lille Rez - Résidence des élèves-ingénieurs
 
Centrale Lille - Rez
 
Entrée du campus de Centrale Lille
 
Accès au campus de Centrale Lille vu de la station de métro

Formation d'ingénieurs polyvalentsModifier

L'école délivre le diplôme d'« Ingénieur diplômé de l'École centrale de Lille ». Ce diplôme d'ingénieur généraliste polyvalent est au grade 300[8] du Système européen de transfert et d'accumulation de crédits (ECTS).

L'École centrale de Lille forme des ingénieurs de haut niveau scientifique et technique au cours d'un cursus généraliste[N 2] intensif d'au moins trois ans[9], auquel peuvent être associés des masters doubles diplômes et des options d'approfondissement, éventuellement poursuivis par une thèse de doctorat. La polyvalence de la formation suivie s'exprime dans tous les domaines techno-scientifiques et dans tous les secteurs d'activité économique en constante évolution foisonnante, y compris dans leurs intrications financières, sociales et environnementales.

RecrutementModifier

Le recrutement des élèves-ingénieurs se fait principalement sur concours après les classes préparatoires aux grandes écoles (crédits > 120 ECTS). La voie d’accès principale est le concours Centrale-Supélec, à l'issue des filières de classes préparatoires MP, PC, PSI, PT, TSI, ATS, mais une petite partie des étudiants est recrutée après des licences scientifiques (crédits 180 ECTS)[10] ou dans le cadre d'un programme de mobilité internationale tel que TIME (Top Industrial Managers for Europe).

L'admission à la formation d'ingénieur de l'École centrale de Lille s'effectue selon les modalités suivantes :

Programme centralienModifier

La formation centralienne permet à chaque élève-ingénieur d'acquérir des bases méthodologiques et des connaissances dans de multiples disciplines scientifiques et techniques, appuyées sur une pratique pluridisciplinaire dans un large éventail de domaines d'applications professionnelles ; elle intègre des compétences transversales en gestion-finance, sciences humaines et communications interculturelles, développant une approche globale de la complexité des projets.

Le programme centralien (crédits 180 ECTS) comporte deux ans de tronc commun, assurant un socle de formation scientifique technique et managériale, associé à des enseignements électifs[14], suivi d'au moins un an d'approfondissement caractérisé par le choix d'un génie disciplinaire et d'une filière professionnalisante[15] :

  • Filières métiers : conception de produits et systèmes innovants ; aménagement-construction-environnement ; gestion de la chaîne logistique ; commerce électronique / e-business / e-santé ; gestion-audit-conseil ; entrepreneuriat ; recherche
  • Génies (tronc commun et options d'approfondissement):
    • Stratégie et Management des Organisations : Administration des entreprises, sociologie économique, modélisation d’entreprise, conduite du changement, gestion et pilotage de projet, gestion des connaissances, ingénierie des systèmes, recueil et analyse de données, personnalisation de masse, modélisation de systèmes complexes, innovation et entreprenariat.
    • Mécanique avancée : Ingénierie mécanique, mécatronique ; Énergétique et machines ; Mécanique des fluides, aérodynamique et turbulences, turbomachines ; ingénierie de véhicules et infrastructures de transport ; applications automobiles, ferroviaires, aéronautiques, énergétiques, bio-mécanique ; maquettisme numérique 3D ; Mécanique des structures et des matériaux, science des matériaux et mémoire de forme, nano-matériaux et techno-textiles.
    • Génie civil : Bâtiment et travaux publics, organisation de la construction, géotechnique, sols et structures, matériaux et ouvrages, sobriété énergétique de l'habitat, gestion de l’eau et des effluents, génie urbain, aménagement du territoire et de la mobilité, habitat intelligent et ville durable.
    • Matière-Énergie-Vivant : Gestion du cycle de vie de produits et systèmes de l'écoconception au recyclage ; Génie des procédés chimiques et agro-alimentaires ; Génie environnemental ; catalyse, biotechnologies, bio-raffinerie, valorisation de la biomasse et carburants, éco-matériaux, procédés industriels et leurs interactions avec l'environnement, traitements des pollutions.
    • Ondes, Nano-électronique et Télécommunications : Physique, matériaux actifs et intelligents, nanosciences, micro-électronique, micro-systèmes et nanotechnologies, micro-fluidique, acoustique, imagerie ondulatoire ultrasonore et électromagnétique, imagerie médicale, thérapie ultrasonore et contrôle non destructif, radiocommunications et systèmes hyperfréquences, systèmes de télécommunications, radiofréquences, photonique et optoélectronique.
    • Énergie électrique et développement durable : Électronique, électrotechnique, automatique, contrôle et conception de systèmes électriques et électroniques, systèmes de conversion d'énergie, distribution et stockage d'énergie, transports terrestres, véhicules électriques, chaînes de traction, systèmes hybrides, gestion d'énergie embarquée, commande et optimisation de réseaux électriques, intégration des énergies renouvelables dans les réseaux électriques, amélioration de l'efficacité énergétique
    • Décision et analyse de données : Traitement du signal et de l'information, mégadonnées et techniques analytiques de masse, ingénierie de la décision, sûreté de fonctionnement, finance et risque, compression du contenu multimédia, apprentissage automatique, modélisation et commande robuste de systèmes complexes, systèmes non linéaires et incertains, logiciel embarqué, automates et méthodes formelles, conception de systèmes automatisés, capteurs et actionneurs, réseaux de terrain, réseaux de capteurs et internet des objets, systèmes embarqués, machines autonomes et robotique.
    • Génie des systèmes de production : Conception et conduite des systèmes de production, co-design et industrialisation, usine numérique et productique, hyperviseurs industriels et systèmes d'acquisition et de contrôle de données, méthodes-qualité et maintenance en production manufacturière automatisée, maintenance prédictive, gestion de production ; systèmes et chaînes logistiques et déploiement dans l'industrie, la grande distribution et les transports; ingénierie hospitalière et logistique pour la santé.
    • Génie des systèmes d'information : Génie logiciel, architecture des systèmes d'information en réseau, sécurité et résilience des réseaux, cybersécurité, communication et multimédia, technologies collaboratives, informatique de gestion d'entreprise, univers marchands e-commerce et services mobiles.

Après le tronc commun couvrant l'ensemble des génies disciplinaires, l'approfondissement s'effectue généralement en une année à l'École, éventuellement associé à une spécialité de master (M2, grade 300 ECTS), mais peut aussi s'incarner en deux ans d'échanges internationaux double-diplômants (grade 360 ECTS). La variété des combinaisons possibles (91 sans compter les possibilités à l'international) est caractéristique de la formation généraliste proposée, associant un socle de formation homogène et un parcours personnalisé.

Masters à finalité rechercheModifier

Les masters peuvent être suivis par les élèves-ingénieurs centraliens, en double diplôme associé à la filière recherche et aux génies disciplinaires de l'École. Ils constituent aussi des spécialités (M2) suivies par des étudiants de masters scientifiques (M1+M2) de l'université Lille Nord de France.

Les masters peuvent être le prélude d'une formation par la recherche menant à une thèse de doctorat dans le domaine des sciences pour l'ingénieur.

Masters rechercheModifier

Après un tronc commun de formation, l'École centrale de Lille propose plusieurs spécialités et parcours de master recherche (M2 : crédits 60 ECTS - 1 an) dans le domaine des sciences pour l'ingénieur [16] sur une durée d'un an, associés à ses laboratoires de recherche :

Outre les masters recherche (M2) associés aux laboratoires de recherche de Centrale Lille, d'autres masters scientifiques de l'Université Lille Nord de France sont intégrables à la filère recherche de troisième année centralienne, notamment :

Masters anglophonesModifier

L'École centrale de Lille propose plusieurs masters anglophones (M1+M2 : crédits 120 ECTS - 2 ans) :

Doctorat en sciences pour l'ingénieurModifier

  • Doctorat de l'École centrale de Lille dans six spécialités[21](3 ans), associé à des bourses d'excellence Eiffel[22].

L'École centrale de Lille est membre fondateur de l'École doctorale des sciences pour l'ingénieur (ED-072 SPI) Lille Nord de France[23], comprenant 920 doctorants et 250 thèses soutenues annuellement[24]. Elle est aussi membre de l'École doctorale des sciences pour l'ingénieur (ED-287 SPI) pour le génie des systèmes industriels[25].

L'École centrale de Lille est habilitée par l'État à délivrer en propre le doctorat dans plusieurs spécialités des sciences pour l'ingénieur: doctorat en mécanique ; doctorat en génie civil ; doctorat en génie électrique ; doctorat en automatique, génie informatique, traitement du signal et image ; doctorat en micro et nanotechnologies, acoustique et télécommunications ; doctorat en génie des systèmes industriels.

Formation d'ingénieurs spécialistesModifier

Outre le cursus généraliste d'ingénieur polyvalent (programme Centralien), l'école assure la formation d'«ingénieur diplômé de l'École centrale de Lille » dans deux spécialités requérant une double compétence en génie industriel. Ces diplômes spécialisés sont au grade 300 du Système européen de transfert et d'accumulation de crédits (ECTS) et sont associés à un cursus de cinq ans d'études.

RecrutementModifier

L'accès aux formations d'ingénieurs spécialistes s'effectue par voie de concours post-bac ou sur dossier pour admission sur titre.

Spécialité génie informatique et industrielModifier

L'École centrale de Lille a fondé en 1992, à Lens, l’Institut de génie informatique et industriel (IG2I), qui forme des ingénieurs experts en technologies de l’information et de la communication pour applications industrielles (diplôme de spécialité en génie informatique et industriel) et constitue une formation longue alternative aux master en génie informatique, systèmes, machines autonomes et réseaux de terrain et master en modélisation et management des organisations proposés par Centrale Lille.

Spécialité entrepreneuriat et managementModifier

L'École centrale de Lille a ouvert en 2003 un département dénommé Institut technologique européen d'entrepreneuriat et de management (ITEEM) fondé en partenariat avec SKEMA Business School : il forme des ingénieurs managers entrepreneurs (diplôme de spécialité en génie industriel et entrepreneurial) et constitue une formation longue alternative à l'année de Mastère Spécialisé en création d'entreprise et entrepreneuriat[26] et au master en modélisation et management des organisations proposés par Centrale Lille.

Mastères spécialisésModifier

  • Mastères (MS) spécialisés (crédits 75 ECTS - 1 an)

La formation de Mastère spécialisé s'adresse à des ingénieurs diplômés et à des professionnels titulaires d'un Master ou équivalent, souhaitant se spécialiser pendant une année dans l'un des domaines proposés.

L'École centrale de Lille propose les formations de Mastère spécialisé suivantes[27] sur une durée d'un an :

  • mastère spécialisé productique et informatique avancée, supervision et système d'acquisition et de contrôle de données (SCADA) ;
  • mastère spécialisé technologies des systèmes hybrides de production d'électricité et de chaleur et des systèmes de traction hybride thermique électrique ;
  • mastère spécialisé systèmes de transports ferroviaires et guidés ;
  • mastère spécialisé en création d'entreprise et entrepreneuriat.

Formation professionnelle continueModifier

  • Filières de spécialisation métier en formation continue

Cinq des filières professionnalisantes de l’École centrale de Lille sont accessibles au titre de la formation continue[28] à des auditeurs ingénieurs diplômés ou professionnels titulaires d’un diplôme de niveau Bac+4 ou Bac+5. À raison d'une journée par semaine de septembre à avril, elles correspondent à au moins 160 h de formation dans l'une des spécialités suivantes : gestion — audit — conseil ; entrepreneuriat ; aménagement, construction, environnement ; conception de produits et systèmes innovants ; gestion de la chaîne logistique.

  • Certificats de compétence en formation continue

Les certificats de l'École centrale de Lille sont accessibles en formation professionnelle continue[29], dans un but de perfectionnement ou d'actualisation de compétences techniques. Outre une pratique en entreprise, un certificat est associé au minimum à 400 h de cours pendant un semestre dans l'un des génies suivants : Mécanique avancée ; Génie civil ; Matière, Énergie et Vivant ; Administration des entreprises, services et systèmes socio-économiques ; Transport et logistique. Les certificats de l’École Centrale de Lille sont ouverts aux ingénieurs diplômés ou professionnels titulaires d’un diplôme de niveau Bac+4 ou Bac+5.

  • Formation à distance

L'École assure aussi une formation en ligne ouverte à tous, via notamment un MOOC Gestion de Projet[30], le premier cours en ligne certifiant en France[31],[32].

Innovation pédagogique et numériqueModifier

À Centrale Lille, l'innovation pédagogique se traduit par une approche par projets, avec des jeux d'entreprise, de développement de l'esprit d'initiative et de créativité, des outils d'apprentissage numériques, l'accès permanent à un atelier de prototypage rapide et à un environnement de recherches exploratoires.

Est utilisé un environnement numérique de travail sous la forme d'une plateforme d'apprentissage, d'interactions avec les enseignants-chercheurs et de gestion des activités des élèves-ingénieurs, masters et doctorants. S'y ajoutent des cours et des évaluations en ligne, accessibles à distance, permettant une individualisation de la gestion du temps d'étude et du tutorat, ainsi que la révision des cours et l'approfondissement thématique.

Un accent particulier est mis sur l'innovation, l'initiative et l'entrepreneuriat. La pédagogie par projet insérée dans tous les cursus conduit une équipe d'élèves-ingénieurs à collaborer, négocier, définir et réaliser un projet innovant pour un partenaire (entreprise, ONG, association, service public, laboratoire de recherche…)[33]. Le défi annuel Imagine&Make stimule la créativité. De plus, lors de sa dernière année d'étude, l'élève-ingénieur qui n'est pas impliqué dans un master recherche réalise un projet de fin d'étude qui lui tient à cœur : l'IMPACT (Initiative, Mission, Projet, Action) lui permet d'aborder un sujet proposé par une entreprise, et de le traiter de manière autonome ou collaborative[34]. Les travaux pratiques et expérimentations s'effectuent directement au sein des bâtiments des laboratoires de recherche de l'École, donnant accès direct à des équipements d'excellence.

Une initiation aux enjeux économiques, multi-culturels et de direction d'entreprise est inculquée selon la technique du jeu d'entreprise. En outre, trois opportunités de stages (découverte de l'entreprise, mission technique, responsabilité ingénieur) sont l'occasion d'obtenir une première expérience professionnelle dans plusieurs entreprises, en France ou à l'étranger. Alternativement, une année professionnalisante en entreprise, généralement à l'international, est aussi possible comme année de césure notamment entre la deuxième et la troisième année d'études. La dernière année d'étude peut être effectuée en alternance en entreprise avec un contrat d'approfondissement.

Le cursus de formation permet une acculturation aux enjeux de recherche fondamentale et de sciences appliquées au meilleur niveau mondial. L'élève-ingénieur de Centrale Lille peut aussi partir un semestre dans un laboratoire de recherche à l'étranger à la fin de la deuxième année ou en relation avec sa thèse de master en troisième année, ou effectuer un double diplôme dans une des universités partenaires de l'école (2 ans d'études à Lille puis 2 ans dans l'université partenaire dans le schéma TIME).

Coopérations académiques et doubles-diplômesModifier

L’école centrale de Lille a tissé un réseau de coopérations académiques et de recherches, régionales et transnationales.

L'École centrale de Lille coordonne ses activités de recherche avec l'Université de Lille et a des synergies administratives et de recherche avec l'École nationale supérieure de chimie de Lille et l'École nationale supérieure des arts et industries textiles. Elle a des alliances avec EDHEC Business School et SKEMA Business School. Elle est membre fondateur de la communauté d'universités et établissements Lille-Nord-de-France.

L'École centrale de Lille coopère sur les plans académique et recherche au sein du Groupe Centrale avec l'École centrale de Lyon, l'École centrale de Marseille, l'École centrale de Nantes, l'École centrale de Paris, l'École centrale de Pékin. Initiée en 1985 avec l'École centrale de Paris, la mobilité des élèves-ingénieurs entre Écoles centrales permet en particulier d'accéder à leurs spécialités durant l'année d'approfondissement (2+1 an).

L'École centrale de Lille a passé des accords de doubles diplômes avec des écoles et instituts technologiques partenaires dans le monde et en France dès le XIXe siècle, facilitant l'individualisation des parcours de formation des élèves-ingénieurs. Cela concerne notamment :

DébouchésModifier

Une fois diplômés, 85 % des ingénieurs de l’École Centrale de Lille trouvent leur premier emploi en CDI en moins de deux mois.

De par le caractère généraliste de sa formation, les domaines d’activités dans lesquels les diplômés sont embauchés sont très variés (26 domaines référencés). Les principaux domaines sont les suivants : métiers du conseil, de l’énergie, du bâtiment et de l’industrie automobile, aéronautique, navale et ferroviaire.

Le salaire moyen des diplômés de l'année 2013[Quand ?] est de plus de 41 000 € et 24,5%[Quand ?] des diplômés ont été embauchés à l’étranger[35].

Mobilité internationaleModifier

Une formation internationale francophone et anglophone, germanique, hispanique, lusophone, italienne, russophone, arabophone, chinoise et japonaise est mise en œuvre[36] par Centrale Lille avec ses partenaires internationaux.

L'École est ouverte sur l'international depuis le XIXe siècle avec des élèves-ingénieurs provenant de tous les continents. L'École centrale de Lille accueille 30 % d'élèves en mobilité internationale chaque année, notamment dans le cadre du programme TIME (Top Industrial Managers for Europe), ou pour suivre un master recherche et un doctorat dans un laboratoire de l'École. Plus de 15 pays sont représentés sur le campus Centrale Lille[37]. Actuellement ces élèves viennent des meilleures universités chinoises (Tsinghua, Jiaotong notamment) et brésiliennes (Universidade de São Paulo), mais aussi d'un grand nombre d'autres pays (Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Russie, Corée du Sud, Japon...). D'autres étudiants participent au programme IMCC-USA. En outre, des étudiants notamment issus de pays de la Francophonie intègrent l'École centrale de Lille via le Concours Centrale-Supélec ou pour une mobilité de doctorat en cotutelle internationale.

En parallèle de l'accueil d'étudiants internationaux, « un nombre équivalent de jeunes centraliens de Lille part effectuer une partie de leurs études à l'étranger. »[37]. Plus du quart des élèves-ingénieurs effectue leur troisième année d'étude à l'international (2+1 ans), par exemple dans une des universités suivantes : Technische Universität München (Allemagne), Brunel University Uxbridge London (Grande-Bretagne), Cranfield University (Grande-Bretagne), Manchester University (Grande-Bretagne), Universidad Politécnica de Madrid (Espagne), Universidad de Zaragoza (Espagne), École polytechnique de Turin (Italie), Institut royal de technologie de Stockholm (Suède), University of Texas at Austin (États-Unis). En outre, des élèves-ingénieurs peuvent acquérir une expérience professionnelle internationale au travers d'une année de césure entre la deuxième et la troisième année d'étude. Par ailleurs, des élèves-ingénieurs participent à partir de la troisième année au programme TIME, permettant d'effectuer deux années d'échanges dans une université partenaire après deux ans passés à Centrale Lille (2+2 ans) et obtenir un double-diplôme de master.

Ce qui fait que par le biais de promotions incluant 30 % d'élèves étrangers[N 3], de stages professionnels ou d'année de césure à l'international en entreprise, de dernière année d'étude dans une université étrangère et de filières double diplôme internationales impliquant 25 % des élèves français[38], tout élève-ingénieur doit avoir une expérience significative[N 4] à l'international pour être diplômé : tous les Centraliens de Lille ont l'opportunité d'une acculturation et d'une maîtrise des réalités mondiales.

L'École centrale de Lille est aussi participante à des mobilités internationales dans le cadre des programmes Erasmus+ et Erasmus Mundus External Cooperation Window pour des élèves-ingénieurs, étudiants en masters, doctorats et post-doctorats et des enseignants-chercheurs.

Pôle de recherche & innovationModifier

 
Écoulements tournants et turbulents, effets non linéaires - Modèlisation par approximation de Boussinesq (d'après Joseph Boussinesq professeur à l'École centrale de Lille)
 
Transport terrestre durable à pilotage automatique : Véhicule automatique léger (VAL) autonome, dont la piste d'essai est à proximité de l'École centrale de Lille.
 
Traction électrique : modélisation et commande en électronique de puissance
 
Micro-nanoélectronique : expérimentation dans une des salles blanches de l'IEMN
 
Technologies pour la santé et le médicament: prothèses, biocapteurs, micro-valves, microactionneurs pour la médecine personnalisée
 
Génie environnemental : procédé de catalyse et bio-raffinerie
 
Matériaux innovants : Thallium métallique tel que découvert isolé et identifié par Claude Auguste Lamy, professeur à l'École centrale de Lille

L'École centrale de Lille est active dans l'École doctorale des sciences pour l'Ingénieur[39] de l'université Lille Nord de France. Elle est habilitée à délivrer le Doctorat dans 6 spécialités[21] ; elle héberge et contribue à l'activité de nombreux laboratoires, dont 4 sont des Unités Mixtes de Recherche (UMR) CNRS qui ont obtenu le label d'excellence Carnot[40].

Thèmes de recherche: mécanique des fluides, écoulements tournants et turbulents, hydrodynamique et aérodynamique automobile, ferroviaire et aéronautique, turbo-machines, mécanique des solides et des sols, milieux poreux, lixiviation de sédiments, contrôle et durabilité des ouvrages en béton, calculs de structures, mécanique de la rupture et matériaux, fiabilité mécanique, micro-mécanismes de déformation, d'endommagement et de fatigue, assemblage, fonderie, emboutissage, couplages thermo-hydromécaniques et chimiques, tribologie des systèmes de freinage contact-surfaces, réduction des bruits de freinage et de roulement[41]

Thèmes de recherche : ingénierie des systèmes informatiques et réseaux, réseaux de capteurs sans fil, e-commerce et mobilité, informatique ubiquitaire, modélisation Bond Graph et réseau de Petri, mathématique et ingénierie de la décision, systèmes non linéaires et à retards, commande et estimations non asymptotiques, automatique continue et systèmes à événements discrets, sûreté de fonctionnement des systèmes dynamiques, vision artificielle et processeurs d'images, plateforme train de véhicules légers, robotique mobile et véhicules autonomes[43]

Thèmes de recherche : électronique de puissance, convertisseurs et stockage d'énergie, électronique pour pile à combustible et éolienne, modélisation et commande, optimisation en électronique de puissance, conception et modélisation d’actionneurs électriques, de moteurs et d’alternateurs, modélisation énergétique et gestion d'énergie des véhicules hybrides et électriques, commande de systèmes de traction électrique et gestion de l’énergie électrique embarquée, modélisation de réseaux électriques et énergie décarbonée, modélisation électromagnétique, gestion de l'énergie électrique, outils et méthodes numériques,

Thèmes de recherche : microélectronique, nanoélectronique et optoélectronique, photonique, matériaux et nanostructures, métamatériaux, structures à bande interdite électromagnétique, physique des nanostructures et des composants quantiques, microtechnologies et microsystèmes, microfluidique, circuits et systèmes de télécommunications, acoustique[47]

Thème de recherche: nanosystèmes magnéto-électromécaniques, stockages mémoires ultra basse consommation, nanocapteurs et nanoactionneurs magnétostrictifs et magnétoélectriques, systèmes de détection et imagerie ultrasonores, acoustique non linéaire des solides, retournement temporel - conjugaison de phase magnéto-acoustique, étude des propriétés acoustiques de matériaux magnétiques ; développement d’applications en imagerie médicale, contrôle non destructif et prospection géophysique ; actionneurs magnéto-statiques pour micro-valves de contrôle d'écoulements aéroliques, micro-systèmes magnéto-mécaniques de contrôle actif de décollement et de couche limite[48]

Thèmes de recherche : génie des procédés, catalyse hétérogène, chimie du solide, synthèse organo-métallique et catalyse, traitement par voie catalytique de la pollution, échangeurs de chaleur, production et stockage d'hydrogène, capture-séquestration du CO2, procédé Fischer-Tropsch de synthèse d'hydrocarbures, réactions de valorisation des alcanes légers et des composés issus de la biomasse, bio-raffinerie, électronique organique et plastiques végétaux, éco-matériaux et matériaux bio-sourcés issus de ressources renouvelables

Thèmes de recherche : fusion induction, élaboration et caractérisation de métaux sous vide, coulée sous vide d'aciers inoxydables, nouveaux alliages pour utilisation extrême (haute température – froid – corrosion), matériaux à matrice composite, réactivité des solides avec les métaux liquides, galvanisation, séparation et désassemblage métallurgique, recyclage et valorisation des métaux

Thèmes de recherche : atelier flexible de production manufacturière automatisée, ordonnancement des processus de l'usine numérique, commande numérique, téléopération et commande haptique, ingénierie hospitalière et logistique pour la santé[53], environnement chirurgical numérique[54], gestes assistés et dispositifs médicaux.

Thèmes de recherche : recherche interdisciplinaire en prothèses, biocapteurs, médicaments et biomatériaux, micro-actionneurs, micro-valves, dispositifs au voisinage du corps humain pour le diagnostic et les traitements microfluidiques de la médecine personnalisée, bio-ingénierie, simulateurs biomécaniques d'organes, traitements d'imagerie médicale et micro-thérapie ultrasonore.

Thèmes de recherche sur les transports terrestres : ingénierie pour la conception intégrée des véhicules et d’infrastructures intelligentes[55], systèmes de transports innovants, ferroviaires et guidés, sécurité et intermodalité des transports de passagers et de fret[61], exploitation et régulation des systèmes de transports urbains.

Thèmes de recherche en logistique : soutien logistique intégré des grands systèmes, gestion de la chaîne logistique, logistique pour l'industrie du commerce (grande distribution et e-commerce), optimisation des systèmes logistiques.

Thèmes de recherche: génie industriel, méthodes pour l’ingénierie des systèmes et des projets, modélisation des organisations et des systèmes complexes, management des organisations, ingénierie de la connaissance, sociologie de l'innovation et de l'entrepreneuriat, économie et sciences de l'entreprise.

La recherche à Centrale Lille est associée au Collège doctoral européen de l'université Lille Nord de France[62],[63].

Elle bénéficie de synergies avec les laboratoires de recherche dans le voisinage de l'École centrale de Lille :

L'École centrale de Lille possède une structure de recherches industrielles appliquées, d'innovation et d'incubation d'entreprises. Elle est associée à la SATT Lille Nord de France Valo (Société accélératrice du transfert technologique) et bénéficie de la dynamique entrepreneuriale du Nord de la France[64].

Vie étudianteModifier

 
Organisation de Centrale Lille Associations

Une majeure partie de la vie étudiante centralienne, parmi les plus animées de France, est sous la responsabilité de Centrale Lille Associations[65] qui fédère les bureaux élus (Bureau des Élèves (BDE)[66], le Bureau des Arts (BDA)[67] et le Bureau des Sports (BDS)[68] et le Bureau de l'Iteem (BDI)).

Vie sportive et culturelleModifier

Parmi les entités gérées par le CA Élèves au sein de Centrale Lille Associations, on retrouve la Foy's Team (l'équipe qui organise la vie du Foyer de la Résidence), Les Mots Dits[69] (la troupe de théâtre et de comédie musicale), le Rézoléo [70] (la commission informatique des élèves-ingénieurs), Engine Hearing (club mix de l'École), le Plug'In (concerts Rock), le Club Musique (concerts classique), le CLAP et la Flash Com Photo (pour filmer et immortaliser les évènements), StartNup (association promouvant l'entrepreneuriat) le Club TIME (pour l'intégration des étudiants étrangers), le Club Littérature (organisation de cafés philo), le CLOS [71] (club d’œnologie) et d'autres entités telles que les clubs sportifs.

Parmi les associations indépendantes, notons la Fanfare Ze Big Bandhoulle [72], Centrale Lille Projets - Junior-Entreprise certifiée ISO 9001:2015[73], qui a par ailleurs été sacrée Meilleure Junior Ingénieur de France en 2015, StartNup, association visant à promouvoir l'entrepreneuriat à l'école[74], Centrale Lille Prestige (association organisant le Gala), Cheer Up ! Centrale Lille qui rend visite à des jeunes atteints de cancer.

Le F'ti est le journal des élèves-ingénieurs, successeur des journaux imprimés et publiés par les élèves-ingénieurs depuis 1894[N 5],[75].

De nombreux sports sont représentés à Centrale Lille. Voici la liste[76] des sports présents en 2015 : badminton, aviron, basket, boxe, escrime, escalade, football, fitness, futsal, football américain, handball, judo, hip-hop, natation, musculation, cheerleading, ping-pong, rock, rugby, course à pied, tennis, squash, volley, voile. D'autre part, les équipes sportives de l'École Centrale de Lille participent, en plus des championnats universitaires, à plusieurs tournois notables au cours de l'année. On peut notamment citer le tournoi intercentrales. L'École Centrale de Lille organise également le Tournoi des 5 Ballons et le Tournoi des 4 Raquettes.

ÉvénementsModifier

  • le WEI (Week End d'Intégration): organisé par le BDE (Bureau des Élèves), le BDS (Bureau des Sports) et le BDA (Bureau des Arts) de l'école en début d'année scolaire
  • Le Gala [77], organisé chaque année par l'association Centrale Lille Prestige
  • Le Forum Rencontre [78], où Centrale Lille accueille une centaine d'entreprises (Engie, EDF, L'Oréal, Decathlon, Sopra, Ernst & Young, etc.)
  • Les Montgolfiades Centrale Lille [79], meeting aérostatique avec l'envol d'une vingtaine de montgolfières
  • Lille aux Échecs [80], compétition publique de jeux de société et simultanée d'échecs avec un grand maître international
  • La Course Contre le Cancer, organisée chaque année par l'association Cheer Up ! Centrale Lille
  • Paon d'Art [81], festival de théâtre étudiant créé en 2011 présentant chaque année des représentations de théâtre de troupes amateurs étudiantes.
  • Les campagnes BDX : chaque année les élèves choisissent leur Bureau des Arts, leur Bureau des Élèves et leur Bureau des Sports au terme d'une campagne électorale (réduite à une semaine par liste depuis l'année scolaire 2011/2012).
  • La remise des diplômes aux élèves quittant l'école: chaque année un diplôme est remis formellement à chaque élève ayant terminé avec succès son cursus au sein de l'École Centrale de Lille.

Les lieux clés de la vie étudianteModifier

  • La résidence Vinci

Avec 6 bâtiments et près de 600 logements, la résidence Léonard de Vinci (la Rez) située, elle aussi, sur la Cité scientifique accueille la quasi-totalité des étudiants de l'École. En effet, sa proximité avec l'École et les services qu'elle procure, font que les premières années viennent s'y installer, et qu'ils y restent généralement jusqu'à la fin de leur scolarité. Pourtant, son excentricité par rapport au centre de Lille accessible par métro en 15 minutes, fait que, généralement en dernières années d'étude, certains élèves-ingénieurs, masters et thésards préfèrent expérimenter la vie urbaine, seuls ou en colocation. La résidence possède sa propre chaîne de télévision le CLAP, qui diffuse régulièrement des émissions et reportages inédits. La résidence possède une salle de musculation réservée aux étudiants, ainsi qu'un terrain de football en synthétique[82].

  • Le Foy'

Cœur de la Rez, le Foyer (Foy') est le lieu où se déroulent la plupart des évènements de la Rez. Et les jours moins chargés, la Foy's Team se charge de tenir des créneaux d'ouverture de celui-ci pour que les étudiants puissent venir se détendre autour d'une partie de billard, un baby foot ou des jeux de société. Trois tireuses à bière fixes sont disponibles, et une portative également.

  • Le Couloir des Assoces

Situé à l'École, il est bordé d'un côté par la Cafet' et de l'autre par les locaux des associations étudiantes (certaines assoces ont un local à la Rez et non à l'École). C'est le lieu le plus vivant de l'École, où tout le monde se retrouve aux pauses et où sont affichés tous les évènements à venir.

Association des Centraliens de LilleModifier

L'association des Centraliens de Lille rassemble et représente la quinzaine de milliers d'élèves-ingénieurs, ingénieurs diplômés et docteurs de l'École centrale de Lille, formés aux XIXe siècle, XXe siècle et XXIe siècle[N 6].

Elle a été fondée comme association des anciens élèves[83] en 1877[84]. Son premier président est Alfred Goblet (promotion 1864). Dans ses statuts publiés le , « sont admis à faire partie de la Société les anciens élèves de l'Institut ou de l'ancienne École des arts industriels et des mines »[85], c'est-à-dire tous les anciens élèves de l'École depuis 1854[86] ((notice BnF no FRBNF32695987)). Ses statuts ont été adaptés parallèlement à l'évolution des formations et titres d'ingénieurs et docteurs délivrés par l'École. L'association a 82 membres fondateurs en 1877 ; elle atteint 346 membres cotisants en 1889, 651 membres cotisants en 1899 ; le millier de membres cotisants est dépassé en 1910, trois mille en 1977. L'association est reconnue d'utilité publique par décret du .

Elle est l'une des sept associations d'ingénieurs fondatrices de la Fédération des associations et sociétés françaises d'ingénieurs diplômés (FASFI) en 1929[87], devenue aujourd'hui l'association Ingénieurs et scientifiques de France (IESF).

Depuis 1878, elle édite une revue périodique : d'abord appelée 'Annales de l'Association amicale des anciens élèves de l'Institut du Nord"[88],[89] jusqu'en 1898, puis 'Bulletin de l'association amicale des anciens élèves de l'Institut du Nord'"[90] entre 1899 et 1900, 'Bulletin de l'Association des ingénieurs de l'Institut industriel du Nord de la France'[91] de janvier 1900 à mars 1940 et de mai 1945 à décembre 1965[92],[93] , 'Revue de l'association des ingénieurs IDN'[94],[95] à partir de janvier 1966, 'L'Ingénieur I.D.N.'[96] de 1977 à 1991, elle est ensuite renommée 'L'Ingénieur, revue des Centraliens de Lille - IDN'[97]. La revue des Centraliens de Lille est aujourd'hui le magazine bimestriel 'L'Ingénieur'[98], qui compte plus de 1700 abonnés dans sa version imprimée diffusée par voie postale, ainsi que de nombreux lecteurs dans sa version informatique[99] téléchargeable.

Personnalités liées à l'écoleModifier

Anciens élèvesModifier

La quinzaine de milliers d'entrepreneurs et acteurs industriels référencés dans l'annuaire de l'Association des Centraliens de Lille comprend de nombreuses personnalités notables dont les profils et parcours professionnels sont diversifiés.

ProfesseursModifier

Certains enseignants-chercheurs ont eu un rôle marquant dans le développement de l'École aux XIXe et XXe siècles.

Voir aussiModifier

Référentiel documentaireModifier

Notices d'autorité  : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat

Bibliographie historiqueModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b « L'Ecole centrale de Lille a pour missions principales : la formation initiale d'ingénieurs polyvalents et d'ingénieurs spécialistes recrutés par voie de concours ou sur dossier, la formation continue des ingénieurs et cadres, la réalisation de travaux de recherche, d'études et d'essais, la coopération avec des organismes publics ou privés, français ou étrangers. » Décret no 93-1144 du 29 septembre 1993 relatif à l'Ecole centrale de Lille
  2. a et b Les Centraliens de Lille sont des ingénieurs de formation généraliste, héritiers de la notion d'honnête homme inventée au XVIIe siècle et qui suppose une représentation unifiée des savoirs pluridisciplinaires applicables dans les multiples secteurs d'activités. Cette approche s'illustre dans l'affirmation de Blaise Pascal selon laquelle « il est bien plus beau de savoir quelque chose de tout que de savoir tout d'une chose. Cette universalité est la plus belle ». Grâce à leur formation généraliste applicable dans tous les domaines de l'ingénierie, des sciences et des technologies de l’information, les Centraliens de Lille sont les acteurs polyvalents qui s'adaptent facilement au foisonnement techno-scientifique pour gérer les projets complexes qui correspondent aux besoins d'innovation et au développement pérenne des entreprises.
  3. La proportion totale d'élèves étrangers présents à l'École centrale de Lille est en fait bien supérieure à 30 % si l'on inclut les élèves francophones qui intègrent l'École via le concours Centrale-Supélec et dont le cursus est assimilé à celui des élèves français. Par contraste, les élèves issus d'échanges avec des université étrangères (TIME, IMCC) bénéficient d'un soutien linguistique pour apprendre le français en formation accélérée. En outre, de nombreux doctorants et chercheurs invités issus de coopérations de recherches internationales sont présents dans les laboratoires de l'École centrale de Lille.
  4. La médiane d'expérience internationale des Centraliens de Lille est de sept mois, avec un maximum de deux ans à l'étranger.
  5. Le F'ti est le journal des élèves-ingénieurs, successeur des journaux des élèves publiés depuis 1894 sous différentes dénominations, notamment L'Élève-ingénieur, journal hebdomadaire des élèves de l'Institut industriel du Nord de la France (IDN) entre 1894 et 1900 et le Fourre tout IDN, journal de 1970 à 1995.
  6. Environ seize mille anciens élèves de l'École entre 1854 et 2017, à savoir plus de 1109 anciens élèves membres de l'association avant 1894 ; 14 110 ingénieurs diplômés par l'École entre 1872 et 2012 ; plus de mille diplômés entre 2012 et 2017 - Références : Annuaire des anciens élèves de 1894 et annuaire en ligne des Centraliens de Lille en 2012.

RéférencesModifier

  1. « Nomination du Pr Emmanuel Duflos, nouveau directeur de l’École Centrale de Lille », sur ec-lille.fr, .
  2. « Histoire et prospective des Centraliens de Lille », L'Ingénieur, revue de l'association des Centraliens de Lille, no 270,‎ (ISSN 0399-8304)
  3. « Plan 3D de l'École centrale de Lille aujourd'hui », sur 3dwarehouse.sketchup.com, située avenue Paul-Langevin, Cité scientifique sur le campus de l'université Lille I, à 50 m de la station de métro Quatre Cantons - Stade Pierre-Mauroy
  4. « École Centrale de Lille - L'histoire de l'École », sur ec-lille.fr
  5. Henri Godfroid, Groupe de Paris de l'association des ingénieurs de l'Institut industriel du Nord - , banquet des 75 ans de l'École, présidé par Paul Doumer, t. mai 1928, Paris, Société d'encouragement pour l'industrie nationale, (lire en ligne), p. 438-440
  6. Georges Paulet, Annuaire de l'enseignement commercial et industriel, Paris, Berger Lavrault, (notice BnF no FRBNF31068151, présentation en ligne)
  7. Bruno Belhoste et Konstantinos Chatzis, « L'enseignement de la mécanique appliquée en France au début du XXe siècle », dans Claudine Fontanon, Histoire de la mécanique appliquée. Enseignement, recherche et pratiques mécaniciennes en France après 1880 : actes d'une journée d'études, Conservatoire national d'arts et métiers, Paris, 1994, Société française d'histoire des sciences et des techniques ; Fontenay-aux-Roses ENS Editions, coll. « Cahiers d'histoire et de philosophie des sciences » (no 46), , 214 p. (ISBN 9782902126507, notice BnF no FRBNF37167199, lire en ligne), p. 36
  8. (en) « EUR-ACE ingénieur généraliste Ecole centrale de Lille », sur eurace.enaee.eu.
  9. [vidéo] Présentation de l'École centrale de Lille sur YouTube.
  10. a et b « CASTing - Concours d'admission sur titre ingénieur, titulaires licence L3 ou master M1 », sur casting.centralelille.fr.
  11. « Top Industrial Managers for Europe : : site web TIME », sur time-association.org ; Partenariats Top Industrial Managers for Europe. En particulier les partenariats doubles-diplômes de l'Euro-région Lille-Flandres-Belgique ; Faculté polytechnique de Mons - double diplôme master ingénieur civil - architecte « Double diplôme Master Ingénieur civil - architecte », sur fpms.ac.be ; Université libre de Bruxelles « Université Libre de Bruxelles », sur ulb.ac.be - « ULB → Centrale Lille », sur ulb.ac.be -« Centrale Lille → ULB », sur ulb.ac.be ;
  12. « Top Industrial Managers for Europe : TIME Overseas », sur ec-lille.fr
  13. « L'EDHEC et l'École Centrale de Lille créent un double diplôme. », sur edhec-grande-ecole.com
  14. « La formation d'ingénieur Centrale Lille - les deux premières années », sur ec-lille.fr
  15. « La formation d'ingénieur Centrale Lille - la troisième année », sur ec-lille.fr
  16. « Masters recherche Centrale Lille », sur ec-lille.fr
  17. (en) « International Master Robotics & Transport (MRT) », sur www.master-mrt.eu.
  18. « international Master on turbulence », sur imp-turbulence.ec-lille.fr
  19. Uriel Frisch, « Séance solennelle de l’Académie des sciences Réception des nouveaux Membres sous la coupole de l'Institut de France Deux siècles et demi de mécanique des fluides et de turbulence », Institut de France, Académie des sciences,‎ (lire en ligne) « Pour d'innombrables applications pratiques, par exemple la réduction de la traînée visqueuse et partant de la consommation de carburant des automobiles et des avions, la modélisation semi empirique de la turbulence reste indispensable. Boussinesq en est le pionnier dès 1877 en proposant une formule pour la viscosité turbulente, un concept qui se rattache aux travaux modernes sur l'homogénéisation et les descriptions multi échelle. »
  20. (en) « International Master in Bio Medical Engineering, BME Master program ».
  21. a et b « Spécialités de doctorat Centrale Lille », sur ec-lille.fr
  22. « Bourses d'excellence Eiffel », sur egide.asso.fr
  23. « École doctorale numéro 72 : sciences pour l'ingénieur (SPI) Lille Nord de France: laboratoires [[Laboratoire d'automatique, génie informatique et signal|LAGIS]], [[Laboratoire de mécanique de Lille|LML]], [[Laboratoire d'électrotechnique et d'électronique de puissance de Lille|L2EP]], [[Institut d'électronique de microélectronique et de nanotechnologie|IEMN]] », sur appliweb.dgri.education.fr
  24. École centrale de Lille: Graduate School of Engineering - « École doctorale des sciences pour l'ingénieur (ED-072) Lille Nord de France », sur edspi.univ-lille1.fr
  25. « École doctorale numéro 287 : sciences pour l'ingénieur (SPI) ; Établissements co-accrédités : École centrale de Paris (support) et École centrale de Lille - laboratoire [[Laboratoire de modélisation et de management des organisations|LM2O]] », sur appliweb.dgri.education.fr
  26. « Mastère Spécialisé en création d'entreprise et entrepreneuriat », sur ec-lille.fr/fr/diplomes/mastere-specialise.html
  27. « Mastères (MS) spécialisés Centrale Lille », sur ec-lille.fr
  28. Formation professionnelle continue à l'École centrale de Lille - Filières de spécialisation
  29. Formation professionnelle continue à l'École centrale de Lille - Les Certificats de l'École Centrale de Lille
  30. MOOC Gestion de projet
  31. A Centrale Lille, un Mooc certifiant en gestion de projet
  32. ABC de la gestion de projet : premier cours MOOC avec certificat en France (Ecole Centrale de Lille)
  33. Questions de pédagogie dans l'enseignement supérieur : nouveaux contextes, nouvelles compétences : Troisième Colloque organisé à Lille, du 1er au par l'École centrale de Lille, Villeneuve-d'Ascq, Centrale Lille, , 430 p. (notice BnF no FRBNF40003372)
  34. http://centrale.ec-lille.fr/img/impact%20sept%2012(3).pdf
  35. « Centrale Lille : admission, cursus, débouchés », sur centrale.ec-lille.fr.
  36. Hélène Catsiapis, Langues et vidéo : l'enseignement des langues vivantes assisté par vidéo, Villeneuve-d'Ascq, GERFIDN, , 154 p. (ISBN 978-2-9502908-2-3, notice BnF no FRBNF35479830)
  37. a et b « Mobilité internationale Centrale Lille », sur ec-lille.fr
  38. « 25 % des Centraliens de Lille sont double-diplômés. », sur ec-lille.fr
  39. « École doctorale Sciences pour l'Ingénieur », sur edspi.univ-lille1.fr
  40. Laboratoires de recherche Centrale Lille
  41. Brevet FR 2908167 Dispositif pour retarder le décollement d'une couche limite ; Michel Stanislas, Jean-Marc Foucaut, Dimitrios Kostas ; CNRS 2006-11-03 Brevet FR 2685481 Procédé de polissage d'éprouvettes, machines pourvues de moyens mettant en œuvre ce procédé et éprouvettes ainsi polies ;Rémy Chieragatti ; Gérard Degallaix ; École centrale de Lille 1991-12-23 Xiao-Ting Chen, Catherine A. Davy, Jian-Fu Shao et Frédéric Skoczylas, « Experimental and micro-mechanical analysis of the mechanical and transport properties of mortar containing heat-induced micro-cracks », Cement and Concrete Composites, Elsevier, vol. 32 (9),‎ , p. 678-685 (lire en ligne).
  42. « INRIA Lille - Institut national de recherche en informatique et en automatique », sur inria.fr
  43. Denis Efimov, Wilfrid Perruquetti et Jean-Pierre Richard, « Development Of Homogeneity Concept For Time-Delay Systems », SIAM Journal on Control and Optimization, Society for Industrial and Applied Mathematics,‎ (lire en ligne).
  44. « Génie électrique Futurelec Lille », sur univ-lille1.fr
  45. « pôle de recherche technologique MEDEE (Maîtrise énergétique des entraînements électriques) », sur l2ep.univ-lille1.fr
  46. « IEMN : Institut d'électronique de microélectronique et de nanotechnologie », sur instituts-carnot.eu
  47. Brevet FR 2958754 Capteur à fil chaud de taille submillimétrique et procédé de réalisation associé ; Philippe Jacques Pernod, Leticia Gimeno Monge ; Abdelkrim Talbi ; Alain Merlen, Romain Victor Jean Viard, Vincent Mortet, Ali Soltani, Vladimir Preobrazhensky ; École centrale de Lille CNRS - 2010-04-12
  48. Brevet FR 2961632 Mémoire magnétoélectrique - Nicolas Tiercelin, Yannick Dusch ; Philippe Jacques Pernod ; Vladimir Preobrazhensky - École centrale de Lille CNRS - 2010-06-18
  49. « Unité de Catalyse et de Chimie du Solide (Lille) », sur uccs.univ-lille1.fr
  50. « REALCAT : Plateforme intégREe AppLiquée au criblage haut débit de CATalyseurs pour les bioraffineries », sur media.enseignementsup-recherche.gouv.fr (consulté le 11 juillet 2013)
  51. « L'École Centrale de Lille accélère sa recherche avec un équipement unique - equipex Realcat », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 11 juillet 2013) Brevet FR 3004713 Procédé de production de nitriles mettant en œuvre un catalyseur à base d'antimoine et de fer ; Sébastien Paul, Benjamin Katryniok, Franck Dumeignil, Carsten Liebig, Wolfgang Holderich, Cyrille Guillon ; École centrale de Lille CNRS - 2013-04-17
  52. « Équipe de recherche Centrale Lille en sciences des matériaux et procédés pour fonderie, plateforme technique d'élaboration des métaux » (UMR CNRS 8107) », sur ec-lille.fr Brevet FR 2667613 Procédé d'extraction du zinc dans la fonte liquide, moyens en vue de la mise en œuvre du procédé et produits ainsi obtenus ; Jean Claude Tissier, Pierre Perrot, Jean Yves Dauphin ; Institut industriel du Nord 1990-10-09
  53. Recherche interdisciplinaire en logistique pour la santé: Laboratoire LAGIS et Institut lillois d'ingénierie de la santé (ILIS) - Faculté d'ingénierie et management de la santé« Université Lille 2 - Faculté d'ingénierie et management de la santé », sur ilis.univ-lille2.fr
  54. « A Lille, la recherche s'expose sur 200 m² sur le plateau INRIA – EuraTechnologies », sur les4elements.typepad.fr
  55. a et b « Équipe de recherche Centrale Lille en Logistique, transports innovants et ferroviaires », sur ec-lille.fr
  56. « Centre d'essais ferroviaire du Nord-Pas-de-Calais », sur c-e-f.fr
  57. « INRETS Lille : Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité », sur inrets.fr
  58. « Railenium : Institut européen de recherche technologique pour l’infrastructure ferroviaire », sur rff.fr
  59. « Pôle de compétitivité i-Trans », sur i-trans.org
  60. « GRRT - Groupement régional pour la recherche dans les transports », sur grrt.fr
  61. « CISIT cluster - International Campus on Safety and Intermodality in Transportation, Campus International sur la Sécurité et l'Intermodalité des Transports », sur cisit.org
  62. « Collège doctoral européen », sur cde.univ-lille1.fr
  63. « Serveur de thèses », sur tel.archives-ouvertes.fr
  64. Troisième révolution industrielle en Nord-Pas-de-Calais
  65. Site de Centrale Lille Associations http://ca-eleves.ec-lille.fr
  66. « Shake Lille Up », sur bde.ec-lille.fr/bde
  67. « Run'Art », sur runarteclille.wordpress.com
  68. « BDS centrale Lille Sportiates », sur bds.ec-lille.fr
  69. « Les Mots Dits », sur motsdits.ec-lille.fr
  70. « Site du Rézoléo », sur rezoleo.ec-lille.fr ; « Rézoléo sur Léopedia », sur leopedia.ec-lille.fr
  71. « Centrale Lille Œnologie et Spiritueux », sur clos.ec-lille.fr
  72. « Fanfare », sur fanfare.ec-lille.fr
  73. « Centrale Lille Projets », sur centralelilleprojets.fr
  74. « StartNup », sur startnup.com
  75. (L'Élève-ingénieur. Journal hebdomadaire des élèves de l'Institut industriel du Nord de la France (IDN), Lille, Institut industriel du Nord de la France, 1894-1900 (notice BnF no FRBNF32766138, lire en ligne) ; Fourre tout, Lille, Institut industriel du Nord, 1970-1995 (ISSN 0248-4668, notice BnF no FRBNF34367206)
  76. « EC Lille BDE », sur bds.ec-lille.fr (consulté le 2 février 2015)
  77. Site officiel de Centrale Lille Prestige : http://www.gala-ec-lille.com/
  78. « Forum Rencontre », sur forum-rencontre.fr
  79. « Les Montgolfiades Centrale Lille », sur montgolfiades.ec-lille.fr
  80. « Lille aux Échecs », sur lae.ec-lille.fr
  81. « Paon d'Art », sur paondart.ec-lille.fr
  82. « Résidence Léonard de Vinci - Centrale Lille », sur centrale.ec-lille.fr (consulté le 2 février 2015)
  83. « Association des Centraliens de Lille », sur centraliens-lille.org ; les ingénieurs des promotions entre 1860 et 2002 sont identifiés dans les annuaires disponibles pour recherches à la Bibliothèque nationale de France, cote 4-J0-13860 (notice BnF no FRBNF32695987) et cote 8-JO-32182 (notice BnF no FRBNF37013405) i.e. (ISSN 1147-8047, 1147-8055 et 1147-8039) (ISSN 1267-7116, 1287-809X et 1296-2562)
  84. René Louppe, Manifestation du centenaire de l'association des ingénieurs IDN, 21-22 octobre 1977 : L'ingénieur IDN, Lille, Paris,
  85. Annuaire de l'Association des anciens élèves de l'Institut industriel du Nord, édition de 1892 (notice BnF no FRBNF32695987)
  86. Léon Lemire, Association des ingénieurs de l'Institut industriel du Nord. Trentième anniversaire de la fondation de l'Association. Fêtes commémoratives, 1876-1906., Lille, impr. de Le Bigot frères, , 39 p. (notice BnF no FRBNF30787231)
  87. Source : Revue L'ingénieur IDN - Nécrologie de Henri Godfroid (1905), vice-président de la FASFI
  88. Annales de l'Association amicale des anciens élèves de l'Institut du Nord 1878-1898 (notice BnF no FRBNF32703915)
  89. Association des ingénieurs de l'Institut industriel du nord de la France. Travaux des membres de l'Association 1899-1900 (notice BnF no FRBNF32705169)
  90. Association des ingénieurs de l'Institut industriel du nord de la France. Procès-verbaux des séances du Comité d'administration 1899-1900 (notice BnF no FRBNF32705168)
  91. Bulletin de l'Association des ingénieurs de l'Institut industriel du Nord de la France 1900-1940 et 1945-1965 (notice BnF no FRBNF34478547)
  92. Revue de l'association des ingénieurs IDN 1966-1976 (notice BnF no FRBNF32705166)
  93. Association des ingénieurs de l'Institut industriel du nord de la France. Bulletin administratif 1900-1940 et 1945-1951 (notice BnF no FRBNF32705165)
  94. Bulletin de l'Association des ingénieurs de l'Institut industriel du Nord de la France 1951-1966 (notice BnF no FRBNF34478547)
  95. Revue de l'Association des ingénieurs IDN, no 226, nov.-déc.1970-1971 (notice BnF no FRBNF34507751)
  96. L'Ingénieur I.D.N. 1977-1991 (notice BnF no FRBNF34382407)
  97. « L'Ingénieur, revue des Centraliens de Lille - IDN », Association des Centraliens de Lille - (notice BnF no FRBNF34382407),
  98. L'Ingénieur, Lille, Association des centraliens de Lille (ISSN 2552-2450, 0399-8304 et 0044-944X, OCLC 473923128, notice BnF no FRBNF45204864)
  99. « L'ingénieur, la revue de l'association des Centraliens de Lille », Association des Centraliens de Lille (notice BnF no FRBNF45204864) ( (ISSN 2552-2450)