Churchill (Manitoba)

ville au Manitoba

Churchill (inuktitut : Kuugjuaq) est une ville du Manitoba, située au bord de la baie d'Hudson à l'embouchure de la rivière Churchill. Surnommée la « capitale mondiale de l'ours polaire », son économie est basée sur le tourisme et le commerce maritime.

Churchill
Churchill (Manitoba)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Manitoba
Statut municipal Ville
Code postal R0B
Démographie
Population 899 hab. (2016)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 58° 46′ 09″ nord, 94° 10′ 09″ ouest
Superficie 5 396 ha = 53,96 km2
Divers
Indicatif 204
Code géographique 4623056
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Manitoba
Voir sur la carte administrative du Manitoba
City locator 14.svg
Churchill
Géolocalisation sur la carte : Manitoba
Voir sur la carte topographique du Manitoba
City locator 14.svg
Churchill
Liens
Site web www.churchill.ca

GéographieModifier

LocalisationModifier

Installée à l'embouchure de la rivière Churchill, la ville se situe dans un écotone, à la jonction entre la taïga ou forêt boréale au sud, la toundra au nord-ouest et la baie d'Hudson au nord. Le sol est formé de pergélisol et d'affleurements du bouclier canadien. L'épinette noire est la variété d'arbre dominante, mais sous une faible densité. Les visiteurs peuvent y pratiquer la pêche sportive, des expéditions en canoë, en véhicule tout terrain, en hélicoptère ou en avion ultra-léger.

On peut y observer des aurores boréales quand les conditions sont favorables et qu'une forte activité solaire se combine avec des nuits noires.

FauneModifier

 
Statue d'un ours polaire à Churchill.

La ville est surnommée « capitale mondiale de l'ours polaire » en raison de la grande quantité d'ours polaires qui s'y aventurent à l'automne[1]. Ces derniers constituent un des piliers de l'industrie touristique de la région. Les habitants de la ville ont même pour habitude de laisser les voitures déverrouillées, au cas où des piétons rencontreraient des ours polaires[2].

Il est assez commun pour les habitants de Churchill de laisser leurs portes de voitures ou de maisons ouvertes pour offrir une échappatoire aux piétons qui se feraient potentiellement attaquer par des ours polaires. Cette ville possède même une prison officielle pour Ours Polaires, ou ceux-ci restent jusqu'à être relâchés dans la nature, loin des humains.

Une autre attraction est l'observation des bélugas qui remontent la rivière en juin et juillet.

On peut aussi observer quelque 270 espèces d'oiseaux dans un rayon de 40 km autour de la ville, notamment le harfang des neiges, le cygne siffleur et le faucon gerfaut[3].

Le Parc national Wapusk est situé à 45 km au sud de la ville.

TransportModifier

 
Véhicule tout terrain dans la toundra

Transport maritimeModifier

Le port de Churchill est le principal port canadien en eau profonde sur les rives de l'océan glacial Arctique. Il possède quatre quais et peut accueillir des navires de type Panamax[4].

Il appartient depuis 1997 à la compagnie ferroviaire américaine OmniTRAX[5] (Chemin de fer de la Baie d'Hudson). Son activité a décliné avec le démantèlement, en 2012, de la Commission canadienne du blé, qui en était le principal usager depuis 76 ans. Des subventions gouvernementales pour le transport du grain par ce port ont toutefois permis d'enrayer le déclin[6]. Le port cherche aussi à diversifier ses exportations[6] et ses importations. Les producteurs de pétrole de l'Alberta envisagent de s'en servir comme terminal maritime pour leur pétrole, qui y sera acheminé par train pour atteindre les marchés internationaux. Un premier chargement devrait quitter Churchill pour Rotterdam en [7]. De même des études ont été débutées sur la possibilité de recevoir des navires porte-conteneurs en provenance d’Asie pendant la saison chaude (juin-octobre), pour l’importation de produits manufacturés.

Avec le réchauffement climatique, le passage du Nord-Ouest reste ouvert plus longtemps, augmentant la rentabilité du port. En 2010, il était ouvert à la navigation du au [8]. C'est le seul port arctique connecté au réseau de chemin de fer d'Amérique du nord via la ligne d'OmniTRAX. En 2007, le gouvernement fédéral a investi 8 000 000 $ dans sa modernisation[9].

Le port est desservi par deux compagnies maritimes nationales. La Northern Transportation Company[10] fait la liaison avec Tuktoyaktuk, à l'embouchure du fleuve Mackenzie et Ikaluktutiak au Nunavut. Les huit navires de la Nunavut Sealink and Supply[11] desservent 40 communautés établies au centre et à l'est de l'Arctique.

Transport ferroviaireModifier

Le chemin de fer de la Baie d'Hudson relie la ville à Le Pas, au sud du Manitoba, sur une distance de 1 300 km. Il appartient également à la compagnie américaine OmniTrax, qui possède une vingtaine de lignes en Amérique du Nord. Cette ligne sert au transport de grains, de minerais et de pétrole jusqu'au port de Churchill. Un train de voyageurs Via Rail fait également la liaison avec Winnipeg.

Transport aérienModifier

L'aéroport de Churchill (nom de code : YYQ) dessert notamment une clientèle intéressée par l'écotourisme.

ClimatModifier

Churchill bénéficie d'un climat subarctique. Bien que située à une latitude comparable à celle de villes européennes telles que Stockholm et Aberdeen, le climat y est bien plus froid. La température moyenne annuelle y est inférieure d'environ 14 °C. Les eaux froides de la baie d'Hudson qui bordent la ville en sont la principale cause. La température record la plus froide, −45,4 °C, a été enregistrée le et la température record la plus chaude, +36,9 °C, le . Les chutes de neige sont abondantes et la moyenne annuelle de neige est de 191 cm.

Relevé météorologique de Churchill (1981-2010) - altitude : 29,3 m - 58° 44′ 21″ N, 94° 03′ 59″ O
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −30,1 −28,8 −23,9 −14,4 −5 2 7,3 7,7 3,2 −3,9 −16,4 −25,9 −10,7
Température moyenne (°C) −26 −24,5 −18,9 −9,8 −1 7 12,7 12,3 6,4 −1,2 −12,7 −21,9 −6,5
Température maximale moyenne (°C) −21,9 −20,2 −13,9 −5,1 2,9 12 18 16,8 9,5 1,6 −9 −17,8 −2,3
Record de froid (°C)
date du record
−45,6
1942
−45,4
1979
−43,9
1955
−33,3
1950
−25,2
1983
−9,4
1945
−2,2
1972
−2,2
1976
−11,7
1972
−24,5
1997
−36,1
1961
−43,9
1934
−45,6
5/2/1942
Record de chaleur (°C)
date du record
1,7
1981
1,8
2005
9
2004
28,2
1980
28,9
2003
32,2
1984
34,1
2021
36,9
1991
29,2
2003
21,7
2015
7,2
1947
3
1988
36,9
11/8/1991
Ensoleillement (h) 79,7 117,7 177,8 198,2 197 243 281,7 225,9 112 58,1 55,3 53,1 1 799,5
Précipitations (mm) 18,7 16,6 18,1 23,6 30 44,2 59,8 69,4 69,9 48,4 35,5 18,4 452,5
dont neige (cm) 21,7 19,3 20,4 24,9 15,5 3,3 0 0 4,2 29,8 39,2 22,9 201,2
Nombre de jours avec précipitations 11,9 10,2 11 8,9 10,2 12 13,9 15,4 15,9 15,7 15,5 11,9 152,6
Nombre de jours avec neige 11,9 10,3 11,1 8,3 6,7 1,5 0 0,06 2,6 11,6 15,6 12,3 92,1
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
−21,9
−30,1
18,7
 
 
 
−20,2
−28,8
16,6
 
 
 
−13,9
−23,9
18,1
 
 
 
−5,1
−14,4
23,6
 
 
 
2,9
−5
30
 
 
 
12
2
44,2
 
 
 
18
7,3
59,8
 
 
 
16,8
7,7
69,4
 
 
 
9,5
3,2
69,9
 
 
 
1,6
−3,9
48,4
 
 
 
−9
−16,4
35,5
 
 
 
−17,8
−25,9
18,4
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

DémographieModifier

Évolution démographique
1981 1986 1996 2001
1 3041 2171 089963
2006 2011 2016 -
923813899-
(Sources : [17],[18])

HistoireModifier

 
Fort Prince-de-Galles, à l'ouest de la rivière Churchill

La région fut occupée par différentes populations de chasseurs nomades. Les proto-inuit arrivèrent dans la région il y a environ 1 000 ans en provenance de l'ouest. Les Dénés s'installèrent dans la région il y a 500 ans en provenance du nord. Les Tchipewyans et les Cris étaient les principaux occupants de la région au moment de l'arrivée des premiers Européens.

Les Européens parvinrent pour la première fois dans la région en 1619. Une expédition danoise dirigée par Jens Munk hiverna cette année-là dans les lieux de ce qui deviendra plus tard la ville de Churchill.

La première implantation humaine permanente est un fort en bois construit à l'embouchure de la rivière Churchill en 1717 et servant d'établissement pour le commerce de la fourrure à la Compagnie de la Baie d'Hudson. La ville doit son nom à John Churchill, 1er Duc de Marlborough, ancêtre de Winston Churchill et qui fut gouverneur de la Compagnie à la fin des années 1600.

Le fort en bois fut remplacé par un grand fort en pierre en 1741. Le fort fut pris par les Français sans que le moindre coup de feu ne soit tiré et rasé en 1782, lors de l'expédition de la baie d'Hudson menée par La Pérouse. Un nouveau fort fut construit à proximité.

Le déclin du commerce de la fourrure entraîna le déclin de Churchill. Il faudra attendre l'essor de l'agriculture dans les grandes plaines de l'ouest canadien et le choix de Churchill à la fin de la première guerre mondiale comme lieu d'implantation d'un grand port sur les rives de la baie d'Hudson relié à la ville de Winnipeg par le chemin de fer pour que la localité connaisse une nouvelle période de prospérité. Le chemin de fer n'atteindra la ville qu'en 1927. Une fois la liaison ferroviaire achevée il faudra encore attendre de longues années avant que l'activité portuaire ne prenne véritablement son essor.

C'est à Churchill que furent « relocalisés » de force, en , des membres de la première nation dénés sayisis de Duck Lake, début d'une tragédie sociale et sanitaire qui faillit entraîner la disparition de leur groupe[19] — et pour laquelle le gouvernement canadien a fini par faire des excuses officielles en [20].

Au printemps 2017, la ligne de chemin de fer qui dessert la ville est détériorée à la suite d'importantes inondations et la circulation est interrompue pour une durée indéterminée. La fermeture de la ligne entraîne une crise locale par la forte augmentation des coûts des marchandises[21]. La voie est rétablie le 2 décembre 2018

Base militaireModifier

En 1942, la United States Air Force installa une base nommée Fort Churchill à 8 km à l'est de la ville. Après la Seconde Guerre mondiale, cette base fut opérée conjointement par le Canada et les États-Unis. Elle a été fermée dans les années 1960.

Des recherches ont aussi été menées sur l'ionosphère par le Conseil national de recherche à partir d'. En 1950, Churchill est intégré au réseau HMC NRS Churchill, rebaptisé HMCS CHURCHILL en 1956 et CFS Churchill en 1966, en tant que maillon du Système radio supplémentaire (SUPRAD) des Forces canadiennes. Les installations ont été fermées en 1968.

Un programme conjoint a été mené avec les États-Unis, le Churchill Rocket Research Range, de 1956 à 1984, qui consistait à lancer des fusées pour étudier l'atmosphère. Situé à 23 km à l'est de la ville, le site abrite depuis 1976 le Churchill Northern Studies Centre[22], qui étudie l'écosystème subarctique, les aurores boréales et les ours polaires, en plus d'offrir un soutien logistique aux chercheurs travaillant sur ces questions.

En 1950, le gouvernement britannique envisagea d'installer un centre d'essai nucléaire près de Churchill, mais a finalement choisi l'Australie.

PersonnalitésModifier

Churchill dans la littérature et la fictionModifier

  • La ville joue un rôle central dans Churchill, Manitoba d'Anthony Poiraudeau (éd. Inculte Dernière Marge, 2017).
  • L'homme qui aimait les ours, avec Dennis Compayre |animaux & nature

105 min, 2020 réalisé par Alexis Barbier-Bouvet produit par Films à Cinq, Capa Presse, Merit Motion Pictures (Merit Jensen Carr, Sally Ashcroft-Blake, Patrice Lorton)

Notes et référencesModifier

  1. (en-CA) Toronto SUN et Life, « Churchill offers best glimpse of polar bears | Toronto Sun », (consulté le )
  2. (en)Outside Online - THE POLAR BEAR CAPITAL OF THE WORLD
  3. (en) (en) Gary Kramer, « Species profile: Watching and studying Peregrine Falcons at Rankin Inlet, Nunavut, Canada, Manitoba, Canada », Worl Birder's Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. (en) Gouvernement du Manitoba, Transportation: Seaport at Churchill, Manitoba
  5. (en) Histoire du port de Churchill
  6. a et b (en) Western Investor, octobre 2012, Port in a storm. Churchill scrambles to attract global and domestic shippers as Wheat Board monopoly ends
  7. (en) The Globe and Mail, 16 août 2013, Oil’s new Arctic passage to Europe
  8. (en) http://www.omnitrax.com/media-center/news/10-11-03/final-ship-of-season-departs-churchill.aspx
  9. (en) CBC, 5 octobre 2007, Churchill port, rail line to see $68M in improvements
  10. Transportation Company
  11. Sealink and Supply
  12. « Données des stations pour le calcul des normales climatiques au Canada de 1981 à 2010 », Environment Canada (consulté le )
  13. « Rapport de données quotidiennes pour janvier 1942 », Environment Canada (consulté le )
  14. « Rapport de données quotidiennes pour décembre 1934 », Environment Canada (consulté le )
  15. « Rapport de données quotidiennes pour octobre 2015 », Environment Canada (consulté le )
  16. « Rapport de données quotidiennes pour juillet 2021 », Environment Canada (consulté le )
  17. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2006 - Churchill » (consulté le )
  18. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - Cartwright » (consulté le )
  19. Frédéric B. Laugrand, Jarich G. Oosten et Üstün Bilgen-Reinart, « La "relocalisation" des dénés sayisis des ahiarmiuts dans les années 1950 », Recherches amérindiennes au Québec,‎ (ISSN 0318-4137, lire en ligne)
  20. (en) « Ottawa apologizes to Manitoba First Nation for 'tragic and fatal' forced move », CBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. (en-US) Catherine Porter, « Canadian Town, Isolated After Losing Rail Link, ‘Feels Held Hostage’ », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  22. Churchill Northern Studies Centre

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier