Ouvrir le menu principal

Tuktoyaktuk

municipalité du Canada

Tuktoyaktuk
Tuktoyaktuk
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Territoire Drapeau des Territoires du Nord-Ouest Territoires du Nord-Ouest
Constitution
Démographie
Population 954 hab. (2012)
Coordonnées 69° 26′ 34″ nord, 133° 01′ 52″ ouest
Divers
Fuseau horaire Heure des Rocheuses
Code géographique [1]
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Tuktoyaktuk

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte topographique du Canada
City locator 14.svg
Tuktoyaktuk
Liens
Site web www.tuk.ca

Tuktoyaktuk ou Tuktoyuktuk, anciennement Port Brabant, est un hameau Inuvialuit situé au nord des Territoires du Nord-Ouest au Canada. « Tuk » se situe au nord du cercle arctique au bord de l'océan Arctique.

GéographieModifier

Tuktoyaktuk se situe dans la région d'Inuvik, région administrative des Territoires du Nord-Ouest au Canada. Le village se trouve sur la baie de Kugmallit, à proximité du delta du fleuve Mackenzie. Dès que celui-ci est suffisamment gelé, « Tuk », comme l'appellent ses habitants, est accessible depuis Inuvik par la route de glace qui s'étend sur 150 km, et ce jusqu'au début du dégel vers fin avril. Passé cette date, plus aucune voiture ne peut s'y rendre, obligeant le village à vivre dans une quasi autarcie. Pour cette raison, de nombreux habitants de Tuktoyaktuk pratiquent encore la chasse, la pêche et le piégeage.

Tuktoyaktuk fait partie du sentier Transcanadien.

L'autoroute Inuvik-Tuktoyaktuk (ang. Inuvik-Tuktoyaktuk Highway) qui relie Tuktoyaktuk à Inuvik, la capitale de la région d'Inuvik, a été ouverte en novembre 2017[1],[2]. Il sèagit de la prolongation de la dumpster qui est une route de terre de plus de 700km depuis Dawson city dans le yukon

ToponymieModifier

Tuktoyaktuk (prononcé /tʌktəˈjæktʌk/), aussi orthographié Tuktuyaaqtuuqt, signifie en inuvialuktun, la langue parlée le long de la côte des Territoires du Nord-Ouest (Canada) « qui ressemble à un caribou ».

HistoireModifier

XXe siècleModifier

Mission catholiqueModifier

En 1946, Robert Le Meur, un père oblat originaire de Saint Jean du Doigt (Bretagne), s'installe en Arctique, tout d'abord dans la mission de Paulatuk puis quelques années plus tard à Tuktoyaktuk où il vivra jusqu'à son décès en 1985. Avec l'aide du chef du village, Mangulaluk, il entreprend la construction d'une église. Les éléments de construction sont amenés par mer à bord du Our Lady of Lourdes depuis l'Île Herschel[3].

Concert Molson de 1995Modifier

Le , à des fins publicitaires, la brasserie Molson a convié quelques groupes de rock populaires à donner un concert à Tuktoyaktuk. Pendant quelques mois avant le concert, des stations de radio au travers de l'Amérique du Nord ont fait de la publicité pour le concert Molson en offrant des places. Le réalisateur canadien Albert Nerenberg a fait un documentaire sur ce concert, intitulé Invasion of the Beer People.

PopulationModifier

Évolution démographique du village de Tuktoyaktuk depuis 1996
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
971964981982977999984963960
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 -
940907902906907899920954-

Équipements et servicesModifier

Tuktoyaktuk est desservie par un aéroport portant le nom d'aéroport de Tuktoyaktuk-James Gruben. Il doit son nom à James Gruben, homme d'affaires et pilote de brousse originaire de Tuktoyaktuk, tué dans un accident de la circulation le sur la route d'Inuvik[4].

TélévisionModifier

Cette ville est connue pour être en partie le « terrain de jeu » du docu-réalité de la saison 2 du Convoi de l'Extrême.

Parcs et lieux de préservationModifier

Le site canadien des Pingos, site naturel d'importance nationale, y est situé[5].

RéférencesModifier

  1. La Nouvelle République du Centre-Ouest
  2. « Au Canada, aller à Tuktoyaktuk par la route, le rêve réalisé », sur www.msn.com (consulté le 20 novembre 2017)
  3. (en) « The Roman Catholic Mission in Tuktoyaktuk », ISSUU.
  4. (en) « Prominent businessman killed in crash », CBC News Canada, 17 avril 2001.
  5. Gouvernement du Canada Agence Parcs Canada, « Le site canadien des pingos », sur www.pc.gc.ca, (consulté le 12 mars 2019)

Liens externesModifier