Christian Ier de Birkenfeld-Bischweiler

prince allemand

Christian Ier de Birkenfeld-Bischweiler, comte palatin du Rhin, est né à Birkenfeld, le et mort à Neuenstein, le .

Biographie modifier

Il naquit le 3 septembre 1598 à Birkenfeld. Il est le troisième fils de Charles Ier, Comte de Sponheim et seigneur de Birkenfeld, et de Dorothée, Duchesse de Brunswick-Lunebourg. Cadet d'une branche cadette de la Maison de Bavière (Wittelsbach)-Palatinat, il reçoit Bischwiller. Il fit ses études à travers toute l'Europe: en Angleterre, en France, en Suisse et aux Pays-Bas. Il passa également une grande partie de sa jeunesse à Neuburg et à Leiningen[1].

Comme toute sa famille, Christian était un protestant convaincu. C'est ainsi que pendant la Guerre de Trente-Ans, il combattit sous les ordres du Duc Bernard de Saxe-Weimar et du comte Ernest Ier de Mansfeld. Il devint ensuite général dans l'armée du roi Gustave-Adolphe II de Suède. Il renonça à ses titres militaires en 1634[1].

À partir de 1621, malgré la guerre, il séjournait régulièrement au Château de Catharinenbourg, à Birlenbach, près de Cleebourg. En 1630, il prit pour épouse Madeleine-Catherine de Palatinat-Deux-Ponts, enfant unique de son cousin Jean II de Palatinat-Deux-Ponts et de sa première épouse Catherine de Rohan. Le mariage eut lieu à Zweibrücken. Par ce mariage, il reçut la seigneurie de Bischwiller-Hanhoffen. Il passa les trois premières années de son mariage à Strasbourg. En 1633, il s'installa au Château de Tiefenthal, à Bischwiller. La même année, il assiège puis prend la ville de Heidelberg et Phillipsbourg. Il assiège en revanche en vain la ville de Haguenau. Il eut neuf enfants, dont son successeur Christian II. Il remit entièrement Bischwiller sur pieds, car la ville avait été anéantie à la suite de la guerre. Après la mort de sa femme en 1648, il se remaria avec la comtesse Jeanne de Helfenstein. Celle-ci était elle-même veuve du landgrave de Leuchtenberg. Finalement, il mourut le 6 septembre 1654 au Château de Neuenstein. Ses funérailles eurent lieu à l'église protestante de Bischwiller et il fut inhumé dans la crypte de cette même église début 1655[2].

Références modifier

  1. a et b Antoine Fritsch, Bischwiller, Histoire d'une petite ville industrielle du Bas-Rhin, Bischwiller, Edité par l'auteur, , 151 p., p. 52
  2. Antoine Fritsch, Bischwiller, Histoire d'une petite ville industrielle du Bas-Rhin, Bischwiller, Edité par l'auteur, , 151 p., p. 52-54

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Bibliographie modifier

  • Michel Huberty et Alain Giraud, L'Allemagne dynastique : Wittelsbach, t. IV, Le Perreux-sur-Marne, Alain Giraud, , 545 p. (ISBN 978-2-901138-04-4).

Liens externes modifier