Principauté de Birkenfeld

La principauté de Birkenfeld (en allemand : Fürstentum Birkenfeld) était une partie du duché puis grand-duché d'Oldenbourg (en allemand : Großherzogtum Oldenburg) située dans le bassin de la Nahe (en allemand : Nahegebiet) sur la rive gauche du Rhin.

CréationModifier

L'acte final du Congrès de Vienne du attribua l'ancien département français de la Sarre au royaume de Prusse, mais son article 49 réserva dans celui-ci « un district comprenant une population de soixante-neuf mille âmes » dont il devait être disposé comme suit : le duc de Saxe-Cobourg et le duc d'Oldenbourg devaient obtenir « chacun un territoire comprenant vingt mille habitants » ; le duc de Mecklembourg-Strelitz et le landgrave de Hesse-Hombourg, « chacun un territoire comprenant dix mille habitants » ; et le comte de Pappenheim, « un territoire comprenant neuf mille habitants », placé sous la souveraineté du royaume de Prusse.

Le , le duc donna à ces possessions le nom de principauté de Birkenfeld.

TerritoireModifier

Ainsi délimitée, la principauté de Birkenfeld recouvrait les territoires suivants :

  • la moitié des anciens territoires badois, à savoir : l'ensemble de l'ancien bailliage de Birkenfeld (en allemand : Amtsgericht Birkenfeld) et la partie méridionale de l'ancien bailliage d'Oberstein (en allemand : Amtsgerichte Oberstein);
  • environ un quart de l'ancien Palatinat de Deux-Ponts (en allemand : Pfalz-Zweibrücken), à savoir : l'ensemble des mairies d'Achtelsbach et de Nohfelden ainsi que de petites parties des mairies de Birkenfeld et de Neunkirchen ;
  • environ un dixième de l'ancien comté de Limburg-Styrum, à savoir : la majeure partie de la mairie d'Oberstein ;
  • environ un vingtième du comté de Salm-Kyrburg, à savoir : une partie de la mairie de Fischbach ;
  • environ un vingtième de la principauté de Öttingen-Wallerstein, à savoir : la commune d'Eiweiler dans la mairie de Neunkirchen ;
  • environ un vingtième de l'ancien électorat de Trèves (en allemand : Kurfürstentum Trier ou ), à savoir : le domaine d'Imsbach ainsi que des parties des mairies de Herrstein et de Neunkichen.

SubdivisionsModifier

La Principauté de Birkenfeld était divisée en trois bailliages :

  • Le bailliage de Birkenfeld (en allemand : Amt Birkenfeld) ;
  • Le bailliage de Nohfelden (en allemand : Amt Nohfelden) ;
  • Le bailliage d'Oberstein (en allemand : Amt Oberstein).

Chaque bailliage était subdivisé en mairies (en allemand : Bürgermeisterei) comprenant plusieurs communes.

Bailliage de BirkenfeldModifier

Le bailliage de Birkenfeld (en allemand : Amt Birkenfeld) comprenait les maries et communes suivantes :

Bürgermeisterei Birkenfeld

Bürgermeisterei Leisel

Bürgermeisterei Niederbrombach

Bailliage de NohfeldenModifier

Le bailliage de Nohfelden (en allemand : Amt Nohfelden) comprenait les mairies et communes suivantes :

Bürgermeisterei Achtelsbach

Bürgermeisterei Neunkirchen

Bürgermeisterei Nohfelden

Bailliage d'ObersteinModifier

Le bailliage d'Oberstein (en allemand : Amt Oberstein) comprenait les mairies et communes suivantes :

Bürgermeisterei Fischbach

Bürgermeisterei Herrstein

Bürgermeisterei Oberstein

SuppressionModifier

Après la Grande Guerre, la Principauté de Birkenfeld devint frontalière avec le Territoire du Bassin de la Sarre créé par la section IV du traité de Versailles du .

L'article 2 de la loi sur le Grand-Hambourg du (en allemand : Gesetz über Groß-Hamburg und andere Gebietsbereinigungen, vom 26. Januar 1937), incorpora, à compter du , le pays de Birkenfeld au Land de Prusse[1].

Le règlement d'application du (en allemand : Erste Durchführungsverordnung zum Gesetz über Groß-Hamburg und andere Gebietsbereinigungen, vom 15. Februar 1937) lui incorpora le cercle de Saint-Wendel-Baumholder (en allemand : Landkreis St. Wendel-Baumholder (Rest)) et le rattacha au district de Coblence (en allemand : Regierungsbezirk Koblenz).

Après la Seconde Guerre mondiale, le cercle de Birkenfeld fit partie de la zone d'occupation française en Allemagne.

Sa partie méridionale fut incorporée à la Sarre.

Sa partie septentrionale fait aujourd'hui partie du Land de Rhénanie-Palatinat.

RéférencesModifier

  1. Article 2, paragraphe 8 : « Le pays de Birkenfeld (en allemand : oldenburgische Landesteil Birkenfeld) est transféré à la Prusse (Land Preußen) et forme un cercle rural (Landkreis) de la province de Rhénanie (Rheinprovinz) ».