Ouvrir le menu principal

Chantiers aéro-maritimes de la Seine

entreprise de Saint-Ouen

Les Chantiers aéro-maritimes de la Seine (CAMS) sont une ancienne entreprise aéronautique française spécialisée dans la construction d'hydravions.

Sommaire

HistoriqueModifier

La CAMS est créée en 1920 à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), par Laurent-Dominique Santoni pour importer des hydravions italiens SIAI. Elle disposait alors également d'un établissement à Antibes (Alpes-Maritimes).

En 1924, elle s'établit à Sartrouville (Yvelines), site choisi pour son plan d'eau sur la Seine et la commodité de la liaison par tramway vers Paris[1]. Par la suite elle acheta un terrain à Berre et installa à Vitrolles, en bordure de l'étang de Berre, des ateliers de montage des prototypes.

Le premier modèle français fut le CAMS 30E qui fit son premier vol en janvier 1923. C'était un hydravion-école militaire.

À partir de 1926 l'entreprise, dirigée par l'ingénieur Maurice Hurel vivait essentiellement des ventes des hydravions militaires CAMS 37 (environ 360 exemplaires) et CAMS 55 (115 exemplaires). En difficultés financières à partir de 1930, lorsqu'elle est absorbée par la Société générale aéronautique (S.G.A.), elle cessa toute activité en 1932, alors que plusieurs projets étaient à l'étude, dont un hydravion de transport destiné à la traversée de l'océan Atlantique Nord. Les actifs des Chantiers aéro-maritimes de la Seine furent alors rachetés par Henry Potez, les hydravions produits à Sartrouville devenant connus sous le nom de Potez-CAMS.

En application des lois sur la nationalisation de l'industrie aéronautique, les établissements Potez-CAMS furent répartis en 1936 entre ː

Liste des modèles produits par C.A.M.S.Modifier

 
Avant de coque de l'hydravion C.A.M.S.-110

Notes, sources et référencesModifier

  1. Sartrouville, collection « mémoire en image », Les Amis de l'histoire de Sartrouville, éd. Alan Sutton, (ISBN 2-84253-112-4), p. 87.

Voir aussiModifier