Ouvrir le menu principal

CAMS 30E
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : France Chantiers aéro-maritimes de la Seine (CAMS)
Rôle Avion d'entraînement
Premier vol
Équipage
2
Motorisation
Moteur Hispano-Suiza 8Aa
Puissance unitaire 150
Dimensions
Envergure 12,40 m
Longueur 9,28 m
Hauteur 3,12 m
Surface alaire 43,00 m2
Masses
À vide 885 kg
Maximale 1 180 kg
Performances
Vitesse maximale 154 km/h

Le CAMS 30 est un hydravion militaire de l'entre-deux-guerres réalisé en 1923 par les Chantiers aéro-maritimes de la Seine (CAMS). Il servit comme avion d'entraînement dans la Marine nationale française.

ConceptionModifier

Les Chantiers aéro-maritimes de la Seine (CAMS) furent fondés en novembre 1920 par Laurent-Dominique Santoni, citoyen suisse né à Genève le . Parlant couramment français, italien et anglais, il est breveté pilote le à Reims, puis il part en Grande-Bretagne y vendre des avions français. Ensuite il va en Italie, pays dont sa famille est originaire, et crée à Varèse le une société pour la construction d’hydravions, la Société anonyme de construction aéronautique Savoïa. Pendant la Première Guerre mondiale, ayant besoin de capitaux pour développer son entreprise, il s’associe avec les financiers Aldo et Luigi Capè pour fonder le la Socità Idrovolanti Alta Italia (S.I.A.I.), destinée à produire sous licence des hydravions F.B.A. français. En trois ans de guerre, le groupement S.I.A.I.- Savoïa produira près de 900 hydravions licence F.B.A. pour tous les pays alliés.

Après l’Armistice du 11 novembre 1918, Santoni est persuadé que les hydravions vont connaître un grand développement commercial. Il rentre donc en France fonder la CAMS. Après avoir fabriqué en Italie des hydravions français, il fabrique en France des hydravions italiens. Dans un premier temps, en 1921, la CAMS introduit en France des hydravions Savoïa, les types S-9, S-13 et S-16, propulsés par des moteurs Isotta Fraschini.

Le CAMS type 30 est le premier produit purement français de la société. Il est cependant encore fortement inspiré des hydravions Savoïa. Il porte le numéro de type 30, pour marquer l’antériorité des Savoïa. Destiné à doter les écoles de l’aviation maritime, ce biplace côte à côte à doubles commandes est présenté au 8e salon de l’aéronautique au Grand Palais à Paris en décembre 1922. Il effectue son premier vol sur la Seine en janvier 1923 et Ernest Burri effectue sa mise au point qui se termine en mars, après quoi l’appareil est envoyé par la route à Saint-Raphaël (Var) pour essais officiels.

OpérateursModifier

Par le marché 432/3, la Marine nationale française commande à la CAMS vingt exemplaires du type 30E, affectés à l’école de pilotage de Berre-l'Étang où ils sont utilisés dès 1924, puis rapidement remplacés par des FBA type 17 HE2, l’appareil étant jugé dangereux à basse vitesse et les commandes trop lourdes pour une machine d’écolage.

En 1924, la marine polonaise achète deux CAMS 30E pour former ses pilotes, puis la Serbie (Yougoslavie) en commande six unités.

VariantesModifier

CAMS 30 E (École)

Version militaire d’entraînement.

CAMS 30 T (Transport)

Présentée en mars 1924, la version de transport à quatre places, propulsée par un moteur V8 Hispano-Suiza de 180 ch, ne connaît aucun succès. Immatriculé « F-AGCI », l’unique CAMS 30 T restera la propriété de la CAMS qui l’utilisera entre Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et Sartrouville comme appareil de servitude. Cependant, la machine est rapide : accompagné d’une passagère, Burri bat en 1924 sur cet appareil le record du monde de vitesse pour hydravions légers sur 500 km, avec 123,94 km/h.

CAMS 34

Ce projet d'hydravion de transport à moteur Fiat A12 de 300 ch est également dérivé du type 30. Il ne sera pas réalisé.

CAMS 35

Projet d'hydravion militaire à moteur V12 Lorraine de 320 ch. Il ne sera pas non plus réalisé.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Gérard Hartmann, « Les hydravions CAMS », sur La coupe Schneider et hydravions anciens. Dossiers historiques hydravions et moteurs (consulté le 24 novembre 2017).

Sur les autres projets Wikimedia :