Ouvrir le menu principal

CAMS 52

prototype d'hydravion militaire français

CAMS 52
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : France Chantiers aéro-maritimes de la Seine (CAMS)
Rôle Hydravion bombardier-torpilleur
Premier vol
Nombre construits 1
Équipage
5
Motorisation
Moteur Gnome et Rhône Jupiter 9 Akx
Nombre 2
Type moteur en étoile
Puissance unitaire 480 ch
Dimensions
vue en plan de l’avion
Envergure 30,36 m
Longueur 16,00 m
Hauteur 4,90 m
Surface alaire 120,00 m2
Masses
À vide 4 400 kg
Maximale 7 618 kg
Performances
Vitesse maximale 200 km/h
Plafond 5 000 m
Rayon d'action 1 400 km
Armement
Interne 2 torpilles de 670 kg ou 1 640 kg de bombes
Externe 2 mitrailleuses Lewis de 7,7 mm
2 mitrailleuses Darne de 7,5 mm

Le CAMS 52 est un hydravion militaire de l'entre-deux-guerres réalisé en 1930 en France par les Chantiers aéro-maritimes de la Seine (CAMS).

ConceptionModifier

Maurice Hurel réalise en 1928 un hydravion à flotteurs monoplan qui tranche avec tous les appareils auparavant réalisés par la CAMS. Pour la première fois, il met en application son idée d’aile à grand allongement présentée à Sup’Aéro en 1921. Hydravion de bombardement et de torpillage en haute mer, le CAMS type 52 est destiné à la Marine nationale française qui a émis un programme pour ce genre de machine.

Un prototype est construit en 1929. Il effectue son premier vol en 1930 avec l’immatriculation « F-AKAH ». Mais la marine lui préfère les Lioré et Olivier et les Farman. Si le projet avait été retenu par la Marine, les appareils de série auraient été nommés « type 60 ». Pour ses travaux ultérieurs chez Hurel-Dubois sur les ailes à grand allongement, Maurice Hurel obtiendra la médaille d’or de la Fédération aéronautique internationale (F.A.I.) en 1955.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Gérard Hartmann, « Les hydravions CAMS », sur La coupe Schneider et hydravions anciens. Dossiers historiques hydravions et moteurs (consulté le 24 novembre 2017).

Liens externesModifier

  • Bruno Parmentier, « C.A.M.S. 52 », sur aviafrance, (consulté le 1er février 2019).

Sur les autres projets Wikimedia :