Ouvrir le menu principal

Château de Saint-Maur (Argent-sur-Sauldre)

château à Argent-sur-Sauldre (Cher)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de Saint-Maur.
Château de Saint-Maur
(Argent-sur-Sauldre)
Temple de Bacchus
Argent-sur-Sauldre-Château de Saint-Maur (4).jpg
La grille d'honneur, affichant les plaques d'armoiries des seigneurs de Saint-Maur et précédant l'allée centrale et le parc qui entoure les différents corps de logis du château.
Présentation
Type
Destination initiale
Destination actuelle
Style
Architecte
Construction
2e moitié du XVIIIe siècle
Commanditaire
Propriétaire
Statut patrimonial
Classement sur la liste des monuments historiques de France
Logo monument historique Classé MH (2002, La fabrique de jardin dite "Temple de Bacchus")[1]
Localisation
Pays
Région
Département
Arrondissement
Commune
Adresse
C.D. n°8 d'Argent à Blancafort
« Impasse de l'Abbé Moreux »[2].
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Europe
voir sur la carte d’Europe
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Centre-Val de Loire
voir sur la carte du Centre-Val de Loire
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Cher
voir sur la carte de Cher
Red pog.svg

Le château de Saint-Maur (ou château d'Argent) est un château situé à Argent-sur-Sauldre, dans le département du Cher, en région Centre-Val de Loire[1].

Cette demeure est construite au cours du XVIIIe siècle. Elle est acquise en 1764 par Nicolas Dupré de Saint-Maur, alors nommé intendant de la généralité de Bourges. Le principal architecte de l'édifice berrichon est Victor Louis.

Pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, le château fait l'objet de nombreux réaménagements et est pourvu de dépendances supplémentaires. Par ailleurs, l'espace entourant l'édifice est réorganisé afin d'accueillir un parc et des jardins paysagers.

La fabrique de jardin, dite « Temple de Bacchus », située dans le parc du château de Saint-Maur bénéficie d'un classement au titre protection des monuments historiques de France par arrêté du [1].

Enfin, le bâtiment principal du château abrite actuellement le Musée des vieux Métiers d'Argent-sur-Sauldre[1].

LocalisationModifier

Le château est situé à la limite orientale du bourg d'Argent, à l'est de la route de Gien à Bourges (avenue de Paris), à côté de l'église Saint-André. Les jardins du château sont traversés par deux bras de la Grande Sauldre[3].

HistoireModifier

Article détaillé : Nicolas Dupré de Saint-Maur.

Au cours des XVe et XVIe siècle, les parcelles de la cité argentaise sont la propriété de la Maison d'Albret, par donation des Sully[1]. En 1765, Nicolas Dupré de Saint-Maur (1732-1791), récemment élevé aux fonctions d'intendant général du Berry[4], rachète ses terres. Le haut fonctionnaire de Bourges commandite la construction du château d'Argent[1].

Le corps de logis présente un plan au sol sous forme « U »[1]. Il est constitué de corps de bâtiment (ou ailes) qui occupent trois des côtés de la cour intérieure, le quatrième se libérant vers l'Église Saint-André[1].

À proximité de cet espace ouvert, se déployait une dépendance, sous l'aspect d'une basse-cour qui est détruite aux cours de travaux visant à remanier les structures du Château[1]. Cette campagne de rénovation, réalisée entre 1765 et 1776 sous l'impulsion de Dupré, alors proche de la Cour de France et influencé par les physiocrates contemporains a pour objectif de consolider l'« image » de ses terres domaniales[1].

Pendant ces travaux de la seconde moitié du XVIIIe siècle, outre l'ancienne basse-cour, les deux tours préexistentes, situées chacune à deux angles opposés de la demeure domaniale font également l'objet d'une démolition[1]. En lieu et place de cette dépendance et des deux structures d'élévation, sont dès lors édifiés de nouvelles annexes[1]. Il s'agit d'une grange, d'écuries, de remises (ou hangars) pour les carrosses et de bâtiments destinés au personnel domestique[1]. L'ensemble de ces nouvelles annexes sont disposés en rectangle et encadre une deuxième cour intérieure[1].

À partir de 1776, l'intendant de la généralité berrichonne prend l'initiative de réaménager le corps de logis[1]. Une vaste baie est percée du côté nord du château donnant ainsi l'accès à un itinéraire qui se raccorde à la route de Bourges[1].

D'autre part, Dupré commandite également l'installation d'un parc agrémenté de jardins mis en œuvre d'après des dessins du paysagiste Defer et conçu selon les règles définies par Duhamel du Monceau (1700-1782)[1]. Pour l'époque, cet espace paysager manifeste d'un style strictement classique[1]. De ce parc et ces jardins, demeurent encore quelques-unes des allées, un potager, une orangerie et fabrique surplombant une exploitation viticole. Cette structure, à la fois ornementale et domestique, est connue sous le nom de « Temple de Bacchus »[1]. Le concepteur de cette fabrique est probablement l'architecte Victor Louis (1731-1800). Après le départ de Dupré pour Bordeaux[Note 1],[5],[6], un programme de réaménagement du château est confié à l'architecte parisien[1].

 
L'architecte et principal concepteur du Château de Saint-Maur, Victor Louis.

En 1778, Louis entreprend alors la construction d'une autre dépendance dont l'emplacement se trouve à l'extrémité de l'avant-cour[1]. L'architecture de ce bâtiment présente le même style que les autres annexes précédemment édifiées[1].

Lors de sa construction, cet édifice, dénommé « bâtiment des greniers » ne figure pas sur les plans d'architecture dessinés par Louis[1]. Toutefois, cette annexe est probablement l'œuvre de l'architecte parisien[1].

Toujours en 1778, la cour d'honneur, agrémentée en son extrémité d'un saut-de-loup, fait l'objet d'une fermeture[1]. Cette place est alors ceinte d'une grille conçue par Ramboy, un artisan-serrurier réputé, venu du faubourg Saint-Germain, à Paris[1].

Le 10 février 1850, à Argent-sur-Sauldre, Gabrielle Dupré de Saint-Maur (1829-1912), arrière-petite-fille de Nicolas Dupré de Saint-Maur, épouse Philippe Baron de Montbel (1824-1913), fils de Guillaume-Isidore Baron de Montbel, ministre de Charles X. Elle apporte le château à la famille Baron de Montbel[7].

En 1862, le parc et les jardins du château de Saint-Maur sont redessinés par le paysagiste Paul de Lavenne de Choulot (1794-1864), à la demande de Philippe de Montbel[1].

Certaines de ces dépendances, rachetées par la commune argentaise au cours du XXe siècle, sont détruites entre 1959 et 1974, en raison de leur délabrement. Cette campagne de destruction occasionne la réalisation de nouveaux espaces publics et de lotissements[1].

DescriptionModifier

Le châteauModifier

Les annexesModifier

La plupart des bâtisses attenantes au château d'Argent observe un style d'architecture classique et relativement dépouillé[1]. Les matériaux de construction, essentiellement de provenance locale, ne manifestent pas d'une grande qualité de solidité et pérennité. La majeure partie des ornements sont confectionnés soit au moyen de placages, soit grâce à du mortier, ou encore de l'enduit, agglomérés à des maçonneries faites de briques et de fragments de silex[1].

Le parc et les jardinsModifier

Le « Temple de Bacchus »Modifier

Article détaillé : Victor Louis.

Le musée des vieux métiersModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. La ville bordelaise dont Dupré devient le nouvel intendant de sa Généralité[5],[6].

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac et ad « Notice Mérimée : Fabrique de jardin le « Temple de Bacchus » », sur Base Mérimée, (consulté le 23 novembre 2016).
  2. Pierre Cabanne, « Cher : Argent-sur-Sauldre », dans Pierre Cabanne, Guide des musées de France, Paris, Bordas, coll. « Guides touristiques et culturels », 1990 (cinquième édition), 752 pages p. (ISBN 2-04-018446-5), page 36.
  3. « Argent-sur-Sauldre : Château de Saint-Maur », sur openstreetmap, (consulté le 26 novembre 2016).
  4. M Bedeneau, O. Nougarède et A. Cabanettes, « Histoire et sylviculture aujourd'hui : l'exemple des taillis de la forêt de Lamotte-Beuvron en Sologne. », Norois, no 153,‎ , page 62 (DOI 10.3406/noroi.1992.6406, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2016).
  5. a et b Johel Coutura, « Le Musée de Bordeaux. », dans Johel Coutura et al., Dix-huitième Siècle : La franc-maçonnerie, vol. 19, (DOI 10.3406/dhs.1987.1641, lire en ligne), pages 150 et 151.
  6. a et b Louis Desgraves, « Chronique du Bordelais en Bazadais (publications de 1936 à 1948) . », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, vol. Tome 65, no 22,‎ , page 231 (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2016).
  7. Hugues-A. Desgranges, Nobiliaire du Berry, t. II, fasc. 10, 1965.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Dominique Massounie et Vincent Dupanier, « Autour du cas d’Argent-sur-Sauldre : l’embellissement des grands chemins dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. », Livraisons de l'histoire de l'architecture, no 23,‎ , pages 9 à 22 (DOI 10.4000/lha.113, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2016).
  • Isabelle Aristide, « Chapitre premier. Le dessein territorial de Sully : le duché-pairie de Sully-sur-Loire et les terres berrichonnes. », dans Isabelle Aristide, La fortune de Sully, Vincennes, Institut de la gestion publique et du développement économique, (ISBN 978-2-8218-4228-1, DOI 10.4000/books.igpde.3390., lire en ligne), pages 247 à 307.
  • Pierre Cabanne, « Cher : Argent-sur-Sauldre », dans Pierre Cabanne, Guide des musées de France, Paris, Bordas, coll. « Guides touristiques et culturels », 1990 (cinquième édition), 752 pages p. (ISBN 2-04-018446-5), page 36
  • Michèle Dassas, « Argent-sur-Sauldre : Le secret en or du briquetier d'Argent », dans Michèle Dassas, Sur la Route de Jacques Cœur : Rêves et découvertes - des lieux et des contes, Romorantin, Éditions CPE, , 192 p. (ISBN 2-84503-168-8), pages 27 à 37.
  • Julien Vasquez, Nicolas Dupré de Saint-Maur, ou : Le dernier grand intendant de Guyenne, Fédération historique du Sud-Ouest, , 393 p. (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier