Ouvrir le menu principal

Château Bon

château situé à Montpellier (France)

Château Bon
Image illustrative de l’article Château Bon
Vue générale de l'édifice, façade actuelle sur le jardin
Période ou style Néo Louis XIII
Type Folie montpelliéraine
Architecte Augustin-Charles d'Aviler
Début construction 1694-1700
Fin construction Remaniement 1858-1862
Propriétaire initial Philibert de Bon (1636-1711)
Destination initiale Maison de plaisance
Propriétaire actuel Propriété privée
Destination actuelle Édifice en vente ()
Protection Non classé ni inscrit
Non recensé à
l'Inventaire général
Coordonnées 43° 35′ 55″ nord, 3° 49′ 42″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Languedoc
Région Occitanie
Département Département de l'Hérault
Commune Montpellier

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château Bon

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Château Bon

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Château Bon

Géolocalisation sur la carte : Montpellier

(Voir situation sur carte : Montpellier)
Château Bon

Le château Bon est une folie montpelliéraine de la fin du XVIIe siècle, profondément remaniée entre 1858 et 1862.

Cet édifice est situé rue de Château Bon, dans le quartier de Château Bon, dans le département de l’Hérault.

Sommaire

HistoriqueModifier

En , Philibert de Bon, premier président à la cour des comptes, aides et finances de Montpellier, commande une résidence de campagne à l'architecte du roi en Languedoc, Augustin-Charles d'Aviler[1]. Selon l'universitaire Robert Ferras, le commanditaire est « la plus prestigieuse personnalité montpelliéraine du temps »[2].

Philibert de Bon souhaite que sa demeure soit construite sur l'emplacement du « mas de Terrade », domaine agricole qu'il possède à l'ouest de Montpellier[3].

L'édifice construit entre 1694 et 1700 par d'Aviler, architecte majeur du Languedoc, est, selon certains auteurs, exemplaire de ses apports à l'architecture de la région : par ce château de campagne, d'Aviler introduit à Montpellier « le modèle de la maison de plaisance inspirée par Val, Saint-Cloud ou même Marly »[4].

Perclus de dettes, Philibert de Bon, devenu entre temps marquis de Saint-Hilaire, se sépare du château qui porte son nom avant sa mort en 1711[5].

Le monument passe ensuite en différentes mains jusqu'à être acquis au XIXe siècle par un propriétaire qui transforme résolument son apparence entre 1858 et 1862[1]. Le parc est réaménagé et planté d'essences rares par les paysagistes Denis et Eugène Bühler[6].

DescriptionModifier

Les travaux du XIXe siècle n'ayant pas touché au gros-œuvre, l'édifice conserve le plan de masse et l'organisation prévus par Augustin-Charles d'Aviler : un corps de bâtiment central entouré de deux courtes ailes. C'est le principe utilisé dans les autres folies montpelliéraines de même époque — le château de Flaugergues et le château de Bionne — quoi qu’ici inversé, les deux ailes se développant sur cour d'entrée et non sur jardin.

L'aspect extérieur est cependant profondément modifié, rendant le dessin de d'Aviler méconnaissable. La toiture languedocienne à longs pans de tuiles creuses a été remplacée par un toit à la Mansard en ardoises, orné d'encadrements de lucarnes Napoléon III. Les deux échauguettes d'angle, d'emploi similaire à celles utilisées au château de Lavagnac, se sont ornées d'un clocheton. Les façades sont parées d'un décor dans le goût Louis XIII.

Ancien centre d'un domaine agricole comme la plupart des folies montpelliéraines, le château a d'autre part été amputé de son environnement d'origine : les communs sont devenus un ensemble d'habitations, et le parc de 5,2 ha racheté par la commune de Montpellier fait désormais partie du domaine public[6].

Selon les annonces de vente, l'intérieur du bâtiment compterait 17 pièces pour une surface totale de 900 m2 sur un important soubassement de pièces voûtées. Le jardin (1,13 ha) présente entre autres des bassins et une fontaine « de Diane ».

Notes et référencesModifier

  1. a et b Thierry Verdier, Augustin-Charles d'Aviler : architecte du roi en Languedoc, 1653-1701, Nouvelles Presses du Languedoc, Montpellier, 2003 (ISBN 978-2859982676)
  2. Robert Ferras, Languedoc méditerranéen, Bonneton, Paris, 1981 (ISBN 9782862530826)
  3. Pierre Marcel de Serres, Histoire de la Cour des comptes aides et finances de Montpellier, suivie de Premiers présidents des cours souveraines de Montpellier, Société des bibliophiles de Montpellier, Montpellier, 1878.
  4. Anne Blanchard, Henri Michel, Élie Pélaquier, Entre ville et village : les bourgs de la France méridionale à l'époque moderne, Université Paul-Valéry Montpellier III, Actes du colloque de 1988, Déjà Jadis, Prades, (ISBN 2-905397-73-X) (notice BnF no FRBNF38812461)
  5. Bulletin de l'Académie des sciences et lettres de Montpellier, juillet-décembre 1924, Imprimerie Firmin et Montane, Montpellier 1924.
  6. a et b [PDF] Mairie de Montpellier, inauguration du parc de Font Colombe, 5 juin 2010 (lire en ligne) (consultée le 9 février 2011)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Albert Leenhardt (1864-1941) (préf. Michel Lacave (1944-…), Reprod. photomécanique de l'édit. de Montpellier), Quelques belles résidences des environs de Montpellier, vol. 2 volumes in 1, Paris-Genève, Champion-Slatkine, (réimpr. 1931 et 1932), 143-161 p., 23 cm (ISBN 285203140X, OCLC 799132118, notice BnF no FRBNF32501648, SUDOC 011741074, présentation en ligne)
  • Collectif, Châteaux et belles demeures des environs de Montpellier, bulletin du syndicat d'initiative no 47, ville de Montpellier 1975.

Articles connexesModifier

Lien externeModifier