Ouvrir le menu principal

Hôtel de ville de Montpellier

édifice administratif de gestion de la ville
Hôtel de ville de Montpellier
Hôtel de Ville de Montpellier.jpg
Présentation
Type
Architecte
Jean Nouvel, François Fontès
Construction
Hauteur
40 m
Propriétaire
Ville de Montpellier
Site web
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
1, place Georges Frêche
34267 Montpellier
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Montpellier
voir sur la carte de Montpellier
Red pog.svg
  • un hôtel situé place de la Canourgue, de 1205 à 1352[1] ;
  • un hôtel situé à l'angle de la rue de la Loge et de la place Jean Jaurès, de 1352 à la Révolution[1] ;
  • l'hôtel de Belleval, place de la Canourgue, de 1816 à 1975 ;
  • l'hôtel de ville, place Francis Ponge, de 1975 à 2011.

Inauguré le samedi 12 novembre 2011, le nouvel hôtel de ville de Montpellier est situé avenue du Pr Étienne Antonelli.

Ce lieu est desservi par les lignes 1, 3 et 4 du tramway, stations Moularès Hôtel de Ville et Georges Frêche - Hôtel de Ville.

Sommaire

Hôtel de BellevalModifier

Article détaillé : Hôtel de Belleval.

Cet immeuble datant de la seconde moitié du XVIIe siècle est situé place de la Canourgue. Il a été agrandi et rebâti par un descendant de Pierre Richer de Belleval, fondateur du jardin des plantes de Montpellier.

La municipalité racheta cet hôtel particulier en 1816 pour en faire l'hôtel de ville. À cette époque, l'hôtel accueillait 160 agents municipaux et Montpellier comptait 46 000 habitants[2]. Il conserve cette fonction jusqu'à l'inauguration en 1975 d'un nouvel hôtel de ville situé au Polygone.

De 1976 à 2010, l'édifice est une annexe au palais de justice qui se trouve à côté. Il abrite le conseil des prud'hommes.

En 2011, la ville décide la mise en vente de l'hôtel de Belleval[3].

 
Ancien hôtel de ville, place de la Canourgue

La place de la Canourgue est appelée ainsi en raison de la proximité au XIIe siècle de la maison des Chanoines. Sur cet emplacement, le projet d'une cathédrale devait être construite en remplacement de la cathédrale Saint-Pierre, dévastée par les guerres de religion, mais finalement reconstruite en 1855. On peut voir l'assise de celle-ci dans la descente Saint-Pierre. C'est la seule partie édifiée.

Hôtel de ville place Francis-PongeModifier

 
Ancien hôtel de ville de Montpellier, place Francis Ponge

Après un passage par le musée Fabre, la mairie déménage place Francis-Ponge, près du Polygone, dans les années 1970.

HistoriqueModifier

Situé près de l'Écusson, centre historique, et d'Antigone, quartier aménagé dès la fin des années 1970 par Ricardo Bofill, l'ancien hôtel de ville de Montpellier a été construit entre 1974 et 1975 à la demande du maire François Delmas. Il est l'œuvre des architectes Jean-Claude Deshons et Philippe Jaulmes.

En 1969, le conseil municipal, présidé par François Delmas, vote la construction d'un nouveau bâtiment. Douze millions de francs sont budgétés, l'équivalent de douze millions d'euros actuels[réf. nécessaire]. L'hôtel de ville est inaugurée en présence d'Albin Chalandon, ministre gaulliste et patron de l'UDR.

« Le choix de façades de verre réfléchissant l'arc-en-ciel des heures est une réussite que je crois assez exceptionnelle, moderne et classique à la fois. Je me rappelle avoir dit aux architectes que leur œuvre serait le pendant de celle de leurs prédécesseurs, édifiant ce chef-d'œuvre : le Peyrou ».

Montpellier compte à l'époque 183 000 habitants et 1 170 agents.

Inconvénients du bâtimentModifier

Si la plupart des services municipaux étaient logés dans ce bâtiment, la municipalité utilisait également une vingtaine de sites dispersés dans la ville pour loger différents services ainsi que 9 mairies annexes (Tastavin, Aiguelongue, La Chamberte, Les Cévennes, Celleneuve, Mosson, Hauts de Massane, Costebelle, Saint-Martin) pour des services déconcentrés (état civil notamment).

Reconversion du siteModifier

L'ancien hôtel de ville devait être détruit début 2012 pour laisser la place au nouvel écoquartier de la ZAC Pagézy. À son emplacement, « la municipalité étudie la possibilité d'ériger une tour. Haute d'une centaine de mètres et comprenant trente étages, elle pourrait abriter bureaux et logements et devenir « un signal fort dans la nouvelle silhouette de la ville »[4]. En mars 2013, le bâtiment est toujours debout quand un passage piéton est ouvert à travers celui-ci pour faciliter le lien entre les places Francis-Ponge et d'Aguesseau[5].

Le nouvel hôtel de villeModifier

 
Le nouvel Hôtel de Ville de Montpellier

Le 12 novembre 2011, la mairie emménage dans un nouvel hôtel de ville, dont le coût total s'élève à 107 millions d'euros. Il est situé dans le quartier de Port Marianne, au sud de Montpellier. Le bâtiment permet le regroupement de la plupart des services municipaux sur un seul site, même si l'édifice n'accueille que 960 agents. La construction du nouveau bâtiment a entraîné la création de 650 emplois par an sur 3 ans dans les entreprises de construction[6].

Le quartierModifier

Le quartier du nouvel hôtel de ville, bâti sur les rives du Lez, élargit le centre de Montpellier. Bordé par trois lignes de tramway, c'est un pôle destiné à donner une nouvelle dimension à la cité. De nouveaux programmes de logements, bureaux, activités et commerces s'articulent autour de l'hôtel de ville, point névralgique du quartier.

Le bâtimentModifier

Parallélépipède haut de 40 mètres, il est posé sur un plan d'eau, tourné vers le Lez, dominant au nord un parvis de 120 mètres. Les architectes Jean Nouvel et François Fontès l'ont voulu ouvert et transparent, évidé verticalement par deux patios et percé horizontalement par des vides ménageant des vues traversantes sur le parc, le parvis et le Lez. Bâtiment durable et contemporain, le nouvel hôtel de ville accueille une centrale photovoltaïque de production d'électricité sur 1 400 m2, l'une des plus importantes en France. Les panneaux photovoltaïques sont implantés sur le toit de l'édifice, mais aussi intégrés aux brise-soleil qui protègent les façades. la structure en acier est habillée de façades aluminium et verre, révélant un dégradé de bleu. Chacune d'elles est traitée de manière spécifique par des brise-soleil. Ce nouveau bâtiment permet un regroupement fonctionnel des services municipaux de la ville de Montpellier.

En chiffres :

  • 39 mois de travaux : octobre 2007 à début 2011
  • Coût initial de construction : 116 millions d'euros TTC[réf. nécessaire]
  • Surface : 27 000 m2 de shon sur 12 niveaux.
  • 960 agents municipaux
  • 500 bureaux
  • 90 mètres de long sur 50 mètres de large et 41 mètres de hauteur
  • 1 300 m2 de panneaux photovoltaïques installés sur le toit
  • 3 lignes de tramway longent la nouvelle mairie. La ligne 4 a un arrêt "Hôtel de ville". Les lignes 1 et 3 comportent des arrêts proches (Moularès et Port Marianne).
  • 15,75 € le prix mensuel du Plan de Déplacement d'Entreprise[réf. nécessaire].

Annexes et mairies de proximitéModifier

La mairie de Montpellier dispose de quatre mairies de proximité et de deux annexes[7]:

  • Mairie de proximité Mosson, 111 Place de Tipasa, Mas de la Paillade ;
  • Mairie de proximité Aubes-Pompignane, 35 Rue André Malraux ;
  • Mairie de proximité François Villon, 55 Rue des Araucarias ;
  • Mairie de proximité Tastavin, 118 Allée Maurice-Bonafos, Maison pour tous Albert Camus ;
  • Mairie annexe Aiguelongue, 1071 Avenue de la Justice de Castelnau, Maison pour tous Albert Dubout ;
  • Mairie annexe La Chamberte, 64 Route de Lavérune, Maison pour tous Marcel-Pagnol.

Autres lieux emblématiquesModifier

Le pavillon populaireModifier

Le 2 février 1971, des maires défenseurs de la viticulture occupèrent le Pavillon populaire et le déclarèrent mairie du département de l'Hérault. Une plaque apposée le 2 février 2004 par la municipalité à l'entrée du bâtiment rappelle cet événement.

Notes, sources et référencesModifier

  1. a et b Louise Guiraud, « Recherches topographiques sur Montpellier au Moyen-Âge [...] », sur Gallica BnF,  : « Acquisition du premier Hôtel-de-Ville en 1205. [...] L'acquisition en fut faite le 19 août 1205, [...]. Moyennant la somme de 1,550 sols melgoriens, le vendeur y cédait à la Ville, représentée pas ses magistrats,[...] », p. 59
  2. Direct Montpellier Plus, 12 octobre 2011, n° 1216, p. 4
  3. Montpellier : l'ancien Hôtel de Ville est à vendre ! sur toutmontpellier.fr 25/08/2011
  4. Marie Desgré. , www.maisonapart.com « Montpellier s'offre 14 nouveaux quartiers », maisonapart.com 31 juillet 2008
  5. « L'ancien Hôtel de Ville de Montpellier s'ouvre aux passants », Midi libre, 1er mars 2013
  6. « Montpellier aura une nouvelle mairie », Le Journal de l'emploi]
  7. « Page "Nous contacter" sur le site de la Mairie de Montpellier »

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Quartier Nouvel Hôtel de ville : du bleu, du vert, de la vie. Fascicule de la mairie de Montpellier. Conception Anatome, novembre 2007.
  • Marie-José Guigou. Les Hôtels de ville de Montpellier : du Consolat vièlh au Blue and cube-like City Hall. Montpellier : Université du Tiers Temps de Montpellier - Groupe d'études languedociennes, avril 2012, 44 p. Coll. « Mémoires d'Oc » no 160.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :