Ouvrir le menu principal

Château de Flaugergues

château à Montpellier (Hérault)

Château de Flaugergues
Image illustrative de l’article Château de Flaugergues
Façade ouest du château de Flaugergues
Type Folie montpelliéraine
Début construction Fin du XVIIe siècle
Propriétaire initial Étienne de Flaugergues
Propriétaire actuel M. et Mme de Colbert
Destination actuelle Exploitation viticole
AOP languedoc grès-de-montpellier
Protection  Inscrit MH (1949, 2013)
Logo monument historique Classé MH (1986)
Logo affichant deux demies silhouettes d'arbre Jardin remarquable
Site web flaugergues.com
Coordonnées 43° 36′ 37″ nord, 3° 55′ 12″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Languedoc
Région Occitanie
Département Hérault
Commune Montpellier

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Flaugergues

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Château de Flaugergues

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Château de Flaugergues

Géolocalisation sur la carte : Montpellier

(Voir situation sur carte : Montpellier)
Château de Flaugergues

Le château de Flaugergues est une folie montpelliéraine classée au titre des monuments historiques.

Cet édifice est situé 1744 avenue Albert Einstein, à l’est de Montpellier, dans l'Hérault, près du domaine de Grammont.

Sommaire

HistoireModifier

Étienne de Flaugergues, conseiller à la Cour des comptes de la ville, achète en 1696 ce domaine auquel il donne son nom. Il embellit la propriété pendant près d’un demi-siècle jusqu’à lui donner son aspect définitif.

En 1811, le château devient la propriété de la famille Boussairolles, déjà propriétaire du château voisin de la Mogère. Ce domaine se transmet ensuite par succession, sans jamais être vendu. Il est le centre d’une exploitation viticole et se visite toute l’année.

ExtérieursModifier

Le château est constitué d’un corps central et de deux corps latéraux surplombant un jardin en escalier bordé de vignes. La construction à deux étages sur rez-de-chaussée, en appareillage de pierre de taille, offre l’apparence monumentale d’une villa italienne du XVIIe siècle. De larges bandeaux soulignent les niveaux des étages. Le toit de tuiles creuses est couronné d’épis de faîtage de tuile vernissée en forme de boules sur piédouche, qui accentuent la noblesse méditerranéenne de l’édifice.

 
Vue d'ensemble du Château de Flaugergues.

Le bâtiment est entièrement tourné vers le jardin. La façade arrière est quasiment aveugle, de fausses fenêtres assurant l’illusion.

Devant le château, la terrasse présente deux statues réalisées par le sculpteur Jean-Louis Guyon[1], La Paix et L’Abondance, datant de 1728. Le jardin à la française s’étendant devant la terrasse a été restitué au XXe siècle et planté de dix mille pieds de buis, par les actuels propriétaires et leurs enfants. Un parc à l'anglaise de trois hectares prolonge le jardin au sud-ouest et une allée d’oliviers de quatre cents mètres de long conduit à un belvédère d’où la vue mène jusqu’aux étangs et à la mer[réf. nécessaire].

Le parc et les jardins de Flaugergues sont labellisés « Jardin remarquable »[réf. nécessaire].

Intérieurs et mobilierModifier

L’élément majeur de l’architecture intérieure est son escalier à clef pendante, s’élevant sur trois étages sans le soutien d’aucun pilier. Il démontre une virtuosité technique certaine. À ses murs, une suite de tapisseries des Flandres (1670) représentent des scènes de la vie de Moïse. Les salons sont meublés de beaux ensembles Louis XV et Louis XVI, de tableaux de famille et présentent une collection de porcelaines et de faïences. La bibliothèque abrite une série d’instruments scientifiques anciens[2].

ClassementModifier

Les éléments de sculpture et d'architecture du parc sont inscrits au titre des monuments historiques depuis le [3]. Le château, avec ses terrasses, ses statues, les grilles en fer forgé, le jardin avec ses bassins, les allées plantées, le parc et l’orangerie, les éléments de sculpture et d’architecture du parc fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [3]. Le , le domaine (à l'exception des parties classées) est inscrit au titre des monuments historiques[4].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Albert Leenhardt (1864-1941) (préf. Michel Lacave (1944-…), Reprod. photomécanique de l'édit. de Montpellier), Quelques belles résidences des environs de Montpellier, vol. 2 volumes in 1, Paris-Genève, Champion-Slatkine, (réimpr. 1931 et 1932), 143-161 p., 23 cm (ISBN 285203140X, OCLC 799132118, notice BnF no FRBNF32501648, SUDOC 011741074, présentation en ligne)
  • Claude Frégnac (préf. Duc de Castries, ill. Claude Acremant), Merveilles des châteaux de Provence, Paris, Hachette, coll. « Réalités », , 327 p., 32 cm (OCLC 1517606, SUDOC 016709012, présentation en ligne)
  • Alain Dalmasso, Montpellier et sa région, Avignon, Aubanel, coll. « Les guides du sud », , 215 p., 18 cm (ISBN 978-2700600605, OCLC 2348171)
  • Collectif, Châteaux et belles demeures des environs de Montpellier, bulletin du syndicat d'initiative no 47, ville de Montpellier 1975.
  • Philippe Castan, Montpellier-autour : châteaux, jardins et folies, Axone, Montpellier, 1986 (ISBN 2-905900-01-6)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier