Ouvrir le menu principal

Caserne des Célestins

siège de l'état-major de la garde républicaine à Paris

Caserne des Célestins
Image illustrative de l’article Caserne des Célestins
Une des entrées de la caserne des Célestins, l'angle du boulevard Henri-IV et de la rue de Sully.

Lieu Paris (4e arrondissement)
Type d’ouvrage Caserne
Construction 1890-1895
Architecte Jacques Hermant
Contrôlé par Drapeau de la France France
Garnison Garde républicaine
Coordonnées 48° 51′ 03″ nord, 2° 21′ 53″ est

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Caserne des Célestins

Géolocalisation sur la carte : 4e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 4e arrondissement de Paris)
Caserne des Célestins

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Caserne des Célestins

La caserne des Célestins (ou quartier des Célestins) est le siège de l'état-major de la Garde républicaine à Paris.

Situation géographiqueModifier

La caserne occupe un vaste terrain dans le 4e arrondissement, délimité par le boulevard Henri-IV, la rue de Sully et la rue de l'Arsenal, dont l'entrée est 18, boulevard Henri IV.

HistoriqueModifier

Après la dissolution de l'ordre des Célestins en 1779, les bâtiments de l'ancien couvent qu'ils occupaient jusque-là restèrent inoccupés jusqu'à la Révolution en 1791, année durant laquelle les gardes nationaux, destinés à remplacer le guet du roi qui avait été licencié, s'y installèrent durant quelques mois. L’institution des sourds-muets de l’abbé Sicard la remplaça, puis trois ans plus tard, celle des aveugles de Valentin Haüy[1].

En 1795, un quartier de cavalerie prit le relais de la fondation Haüy, suivi en 1802 par la légion de gendarmerie d'élite, réservée à la garde des consuls. Le quartier de cavalerie fut doublé, en 1840, par une caserne, dite « du Petit-Musc » construite pour abriter les 1 400 hommes affectés à la garde de la capitale. Ce casernement fut scindé en deux par le percement du boulevard Henri-IV, achevé en 1871. Ainsi, à l'est du boulevard, du côté du port de l'Arsenal, se trouvait la « caserne des Célestins » proprement dite, tandis que sur côté opposé, à l'ouest, se situait la « caserne du Petit-Musc »[1].

On décida alors de regrouper les deux casernements en un seul lieu. En 1889, le jury de la Ville de Paris désigna l'architecte Jacques Hermant pour mener à bien le projet et les travaux commencèrent en 1890. Ils s'achevèrent cinq ans plus tard[2].

L’église abbatiale fut transformée un temps en magasin de bois de charronnage, avant d'être détruite par un incendie[1], tandis que les derniers éléments du cloître furent démolis entre 1895 et 1901[1],[3].

On y trouve actuellement :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Salle des Traditions de la Garde républicaineModifier

La Salle des traditions de la Garde républicaine, dédiée à l'histoire de l'unité de 1802 à nos jours, se trouve au no  18, boulevard Henri-IV[4].

Manège de la Garde républicaineModifier

Le toit de la structure du manège, baptisé Battesti du nom d'un officier général mort en 1914[5], a été réalisé par Gustave Eiffel en même temps que la tour du même nom. Présente sur le Champ-de-Mars pour l'Exposition universelle de 1889, elle fut ensuite installée à son emplacement actuel en 1892. Elle permet aujourd'hui aux cavaliers de la Garde et à leurs chevaux de s'entraîner à l'abri de la pluie.

Article connexeModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier