Canton de Thônes

canton français

Le canton de Thônes est un ancien canton français, situé dans le département de la Haute-Savoie. Le chef-lieu de canton se trouvait à Thônes. Il disparait lors du redécoupage cantonal de 2014 et les communes rejoignent le canton de Faverges[1].

Canton de Thônes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement(s) Annecy
Chef-lieu Thônes
Conseiller général
Mandat
Jean-Paul Amoudry
2004-2015
Histoire de la division
Création 1793, 1860
Disparition 1815, 2015
Démographie
Population 15 359 hab. (2012)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 52′ 41″ nord, 6° 21′ 46″ est
Superficie 298,53 km2
Subdivisions
Communes 10

GéographieModifier

Le canton de Thônes s'étend sur le massif des Aravis et il est structuré par de hautes vallées alpines (Manigod, Nom, Borne).

Histoire administrativeModifier

Lors de l'annexion du duché de Savoie à la France révolutionnaire en 1792, les vallées de Thônes sont organisées, en 1793, en canton dont Thônes est le chef-lieu, au sein du district d'Annecy, dans le département du Mont-Blanc[2]. Ce nouveau canton comptait sept communes : La Balme-de-Thuy ; Les Clefs ; Dingy-Saint-Clair ; Manigod ; Serraval ; Thônes et Les Villards, avec 8 318 habitants[2]. Avec la réforme de 1800, le canton est maintenu et compte quatre communes supplémentaires : Grand-Bornand alors chef-lieu d'un canton comprenant les communes de La Clusaz, Entremont et Saint-Jean-de-Sixt[3].

En 1814, puis 1815, le duché de Savoie retourne dans le giron de la maison de Savoie. Le canton français de Thônes devient dans la nouvelle organisation de 1816 un mandement sarde comprenant huit communes, au sein de la province du Genevois[4],[5]. Entremont passe dans le mandement de Bonneville, Serraval, Dingy-Saint-Clair passent au mandement de Talloires[4]. Avec la réforme de 1818, Serraval revient au mandement de Thônes[4]. Aucune modification n'est faite avec la réforme de 1837, le mandement reste dans la province du Genevois, dans la nouvelle division administrative d'Annecy[4].

Par décret du , le nombre de cantons du département est divisé par deux, avec mise en application aux élections départementales de . Les communes du canton de Thônes rejoignent le canton de Faverges[1].

CompositionModifier

Le canton de Thônes regroupait les 10 communes suivantes :


Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
La Balme-de-Thuy 74027 CC des Vallées de Thônes 17,79 438 (2014) 25
Le Bouchet-Mont-Charvin 74045 CC des Vallées de Thônes 18,52 237 (2013) 13
Les Clefs 74079 CC des Vallées de Thônes 18,47 612 (2014) 33
La Clusaz 74080 CC des Vallées de Thônes 40,62 1 783 (2014) 44
Le Grand-Bornand 74136 CC des Vallées de Thônes 61,42 2 175 (2014) 35
Manigod 74160 CC des Vallées de Thônes 44,12 1 007 (2014) 23
Serraval 74265 CC des Vallées de Thônes 19,73 650 (2014) 33
Saint-Jean-de-Sixt 74239 CC des Vallées de Thônes 12,21 1 428 (2014) 117
Thônes 74280 CC des Vallées de Thônes 52,33 6 367 (2014) 122
Les Villards-sur-Thônes 74302 CC des Vallées de Thônes 13,32 1 018 (2014) 76

ReprésentationModifier

Conseillers généraux de 1861 à 2015Modifier

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1861 1870 Joseph Agnellet[6]   Manufacturier à Tronchine et à Reuilly, maire de Thônes
1870 1871 Joseph-François Avet[6]   Tanneur à Thônes
1871 1877
(décès)
Joseph Agnellet[6] Droite Manufacturier à Tronchine et à Reuilly, maire de Thônes
1877 1884
(démission)[7]
Aimé Golliet[6] Républicain Magistrat
1884 1885
(démission
d'office)
[8]
Michel Dupont-Vieux[6] SE Ancien chirurgien de la Marine
Conseiller municipal de Thônes
1885[9] 1889 Parfait Agnellet[6] Royaliste Fabricant de chapeaux et de colifichets à Paris
Maire de Thônes (1882-1886)
1889 1895 Aimé Golliet[6] Républicain Magistrat, conseiller à la Cour d'Appel de Paris
1895 1901 François Cuillery[6] Républicain
Catholique
Notaire
1901 1913 Amédée Michel[6] Républicain
Progressiste[10]
Industriel (fabricant d'horlogerie), maire de Thônes (1899-1904)
1913 1940 Eloi Cuillery[6] Union des catholiques
et des intérêts agricoles

(URD)
puis PSF[11]
- Cultivateur puis épicier
- Maire des Clefs (1909-1925)
11 décembre
1942
1945 Pierre Favre d'Anne
(1874-1947)
  Conseiller d'arrondissement, maire de Manigod
Nommé conseiller départemental en 1942[12]
1945 1964 Edouard Pochat-Cotilloux MRP Fromager - Conseiller municipal de Thônes
1964 1982 Aimé Dupont DVD puis CD
puis UDF-CDS
Maire de Saint-Jean-de-Sixt
1982 1992
(démission)
Jacques Golliet UDF-CDS Professeur
Maire de Thônes - Sénateur (1986-1995)
1992 2015 Jean-Paul Amoudry UDF-CDS
puis NC-UDI
Directeur territorial
Sénateur (1995-2014)
Ancien Maire de Serraval
Ancien Vice-Président du Conseil Général
Ancien Président de la Communauté de Communes
des Vallées de Thônes
Elu en 2015 dans le Canton de Faverges

Conseillers d'arrondissement (de 1861 à 1940)Modifier

Liste des conseillers d'arrondissement successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1871   Benjamin André   Notaire à Thônes
1898   Pierre Hudry Droite Maquignon, Premier adjoint au maire de Thônes
1940       Les conseils d'arrondissement ont été suspendus par la loi du 12 octobre 1940
et n'ont jamais été réactivés
Les données manquantes sont à compléter.

ÉlectionsModifier

DémographieModifier

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
8 3288 6379 36010 50211 79513 50514 85215 32815 359
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[13] puis population municipale à partir de 2006[14])
Histogramme de l'évolution démographique

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Décret no 2014-153 du 13 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie.
  2. a et b Jules-Joseph Vernier, Étude historique et géographique sur la Savoie, Le Livre d'Histoire - Res Universis, (réimpr. 1993) (1re éd. 1896), 185 p. (ISBN 978-2-7428-0039-1 et 2-7428-0039-5, ISSN 0993-7129), p. 100-101, « II- Le district d'Annecy ».
  3. Jules-Joseph Vernier, Étude historique et géographique sur la Savoie, Le Livre d'Histoire - Res Universis, (réimpr. 1993) (1re éd. 1896), 185 p. (ISBN 978-2-7428-0039-1 et 2-7428-0039-5, ISSN 0993-7129), p. 109-114.
  4. a b c et d Jules-Joseph Vernier, Étude historique et géographique sur la Savoie, Le Livre d'Histoire - Res Universis, (réimpr. 1993) (1re éd. 1896), 185 p. (ISBN 978-2-7428-0039-1 et 2-7428-0039-5, ISSN 0993-7129), p. 117- 147.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Thônes », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  6. a b c d e f g h i et j Danièle Nicoud, sous la direction d'Elisabeht Rabut, directeur des Archives départementales de la Haute-Savoie, « Inventaire des archives de la préfecture relatives aux plébiscites et élections », sur le site des Archives départementales de la Haute-Savoie - archives.cg74.fr, (consulté le ).
  7. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le ).
  8. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le ).
  9. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le ).
  10. En 1907, il se présente sous l'étiquette "Dieu, Patrie et Liberté". La gauche, faute de candidat, dédie 68 voix à Jean Jaurès (source : Le conseil Général de Haute-Savoie, éd. Les Savoisiennes Curandera, consulté le 27 janvier 2015)
  11. Le Petit Journal, 26 octobre 1937, "Liste officielle des membres du P.S.F. élus aux derniers scrutins", consultable sur Gallica
  12. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le ).
  13. Structure de la population du canton de 1968 à l'année de la dernière population légale connue
  14. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2006, 2011, 2012