Ouvrir le menu principal

Cabinet Den Uyl

gouvernement des Pays-Bas de 1973 à 1977
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Den Uyl.
Cabinet Den Uyl
(nl) Kabinet-Den Uyl

Royaume des Pays-Bas

Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie de famille du cabinet Den Uyl.
Reine Juliana
Premier ministre Joop den Uyl
Élection
Législature 24e
Formation
Fin
Durée 4 ans, 7 mois et 8 jours
Composition initiale
Coalition politique PvdA-KVP-ARP-PPR-D'66
Ministres 15
Femmes 1
Hommes 14
Représentation
Seconde Chambre
97 / 150
Drapeau des Pays-Bas

Le cabinet Den Uyl (en néerlandais : Kabinet-Den Uyl) est le gouvernement du Royaume des Pays-Bas entre le et le , durant la vingt-quatrième législature de la Seconde Chambre des États généraux.

Sommaire

Historique du mandatModifier

Dirigé par le nouveau Premier ministre travailliste Joop den Uyl, anciennement ministre des Affaires économiques, ce gouvernement est constitué et soutenu par une coalition entre le Parti travailliste (PvdA), le Parti populaire catholique (KVP), le Parti antirévolutionnaire (ARP), le Parti politique des radicaux (PPR) et les Démocrates 66 (D'66). Ensemble, ils disposent de 97 représentants sur 150, soit 64,7 % des sièges de la Seconde Chambre.

Il est formé à la suite des élections législatives anticipées du .

Il succède donc au second cabinet minoritaire du chrétien-démocrate Barend Biesheuvel, constitué par le KVP, le Parti populaire libéral et démocrate (VVD), l'ARP et l'Union chrétienne historique (CHU). Il s'agit d'un gouvernement transitoire (en néerlandais : rompkabinet) chargé de diriger le pays jusqu'aux élections législatives.

Au cours du scrutin, le PvdA confirme sa position de premier parti du pays et accroît son avance sur le KVP, qui se trouve lui-même talonné par le VVD. À l'issue du dépouillement, aucune majorité ne se dégage clairement à la chambre basse des États généraux.

La reine Juliana désigne le le vice-président du Conseil d'État Marinus Ruppert comme « informateur ». Il rend son rapport le et recommande de nommer un représentant du PvdA « formateur ». Deux jours plus tard, le conseiller d'État travailliste Jaap Burger se voit confier une telle mission. Il retourne son mandat à la souveraine le , faute d'avoir pu convaincre la CHU de rejoindre la majorité qu'il entendait constituer entre le Parti travailliste, les D'66, le KVP, l'ARP et le PPR, ce qui a conduit les deux autres formations chrétiennes à se retirer.

Juliana appelle alors le ministre de la Justice Dries van Agt, du Parti populaire catholique, et le sénateur Wil Albeda, du Parti antirévolutionnaire, aux fonctions d'informateur. En deux semaines, ils arrivent à convaincre leurs partis respectifs d'entrer au gouvernement, bien que l'Union chrétienne historique maintienne sa position de refus. Burger et Ruppert se voient alors confier le une seconde missions d'information afin de finaliser l'accord de majorité. À cette occasion, le Parti politique des radicaux décide de rejoindre la nouvelle majorité.

Le nouvel exécutif, qui compte 15 ministres dont une femme, est assermenté par la reine Juliana le , soit cinq mois et 12 jours après les élections législatives. Ce délai de 151 jours constituait à l'époque un record aux Pays-Bas. Pour le KVP, l'ARP et le PPR, ce gouvernement est considéré comme « extra-parlementaire », c'est-à-dire fondé sur un accord d'investiture mais non un accord de coalition, une vision contestée par le PvdA et les D'66. C'est la première fois, en outre, que le Parti politique des radicaux et les Démocrates 66 participent au cabinet.

À la suite d'un désaccord sur la politique foncière, le cabinet chute le . Il est alors chargé de l'expédition des affaires courantes jusqu'aux élections législatives anticipées, convoquées le . Au cours de ce scrutin, le Parti travailliste conquiert plus d'un tiers des sièges, étant talonné par le nouvel Appel chrétien-démocrate (CDA), qui fédère le KVP, l'ARP et la CHU. Le centre droit ayant conquis une majorité nette, Dries van Agt parvient à former son premier gouvernement 208 jours après le scrutin.

CompositionModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier