Buckpasser

Cheval de course américain

Buckpasser
Père Tom Fool
Mère Busanda
Père de mère War Admiral
Sexe Étalon
Naissance 1963
Pays de naissance Drapeau des États-Unis États-Unis
Mort 1978
Pays d'entraînement Drapeau des États-Unis États-Unis
Éleveur Ogden Phipps
Propriétaire Ogden Phipps
Entraîneur William C. Winfrey
Edward A. Neloy
Jockey Braulio Baeza
Bill Shoemaker
Nombre de courses 31
Nombre de victoires 25 (5 places)
Gains en courses $ 1 462 014
Distinction 2 ans de l'année (1965)
3 ans de l'année (1966)
Cheval de l'année (1966)
Tête de liste des pères de mères en Amérique du Nord (1983, 1984, 1988, 1989)
US Hall of Fame (1970)
Principales victoires Hopeful Stakes
Champagne Stakes
Arlington Classic
Brooklyn Handicap
Travers Stakes
Woodward Stakes
Jockey Club Gold Cup
Metropolitan Handicap
Suburban Handicap

Buckpasser (1963-1978) est un cheval de course pur-sang anglais américain. Membre du Hall of Fame des courses américaines, il a été élu cheval de l'année aux États-Unis en 1966 avant de devenir un étalon de premier plan.

Carrière de coursesModifier

Élevé par Ogden Phipps à Claiborne Farm, à Paris dans le Kentucky, ce grand poulain est déjà l'objet de tous les regards avant même de débuter en compétition : son modèle est réputé magnifique, proche de la perfection[1]. Il débute en par une quatrième place : ce sera la seule fois de toute sa carrière qu'il ne termine pas sur le podium d'une course. Car rapidement, le poulain s'affirme comme le meilleur de sa génération, gagnant neuf de ses onze premières sorties. Il est certes battu par une pouliche, Priceless Gem, dans le Aqueduct Futurity, mais il prend aisément sa revanche sur elle dans les Champagne Stakes. S'il est nommé meilleur 2 ans de l'année, le titre suprême de cheval de l'année lui échappe au profit d'une autre pouliche de 2 ans, Moccasin, qui partage cet honneur avec le 4 ans Roman Brother. Il n'empêche, Buckpasser est le grand favori de la Triple Couronne du printemps prochain.

D'importants changements s'opèrent au début de l'année 1966 : William Winfrey, l'entraîneur de Buckpasser, a pris sa retraite et confié son cheval à Edward Neloy, tandis que son jockey attitré, Braulio Baeza le délaisse au profit du phénomène Graustark, qui a gagné trois petites courses à 2 ans mais dans un style éblouissant et qui vient de faire une rentrée impressionnante. C'est donc avec un nouveau jockey, Bill Shoemaker, que Buckpasser effectue sa rentrée, ponctuée par une deuxième place, avant de remporter aisément les Everglades Stakes, confirmant son statut de favori du Derby. La préparatoire suivante, les Flamingo Stakes, semble une telle formalité que les organisateurs de la course, craignant de perdre de l'argent, refusent de prendre des paris[2]. Et ils ont failli avoir tort, car Buckpasser, menant la course en musardant, se relâche et manque de laisser la victoire avant de se ressaisir brillamment.

Las, une blessure vient contrarier les plans de Buckpasser qui doit garder le box de longues semaines et manque les épreuves de la Triple Couronne. Il fait son retour dans une course mineure disputée le même jour que les Belmont Stakes, à nouveau associé à Baeza. Il retrouve le haut niveau dans l'Arlington Classic, et c'est une affaire de suprématie puisque si l'étoile filante Graustark a disparu de la circulation sur blessure, il doit affronter celui qui fut finalement le meilleur poulain du printemps, Kauai King, lequel n'est passé loin de la Triple Couronne puisqu'il a enchaîné le Kentucky Derby et les Preakness Stakes avant d'échouer à la quatrième place des Belmont Stakes. Mais de lutte il n'y aura pas puisque Kauai King se blesse durant le parcours et ne sera plus jamais revu en piste. Buckpasser, lui, n'en a cure et s'impose en battant au passage le record du monde du mile en 1'32"60, un record qui tiendra jusqu'à Dr. Fager en 1968. La suite de sa carrière est une litanie de victoires incluant l'American Derby (avec un record de la piste à la clef), les Woodward Stakes, les Travers Stakes ou encore la Jockey Club Gold Cup. À la fin de l'année, il devient le premier cheval à atteindre le million de dollars de gains avant d'avoir 4 ans. Il est élu cheval de l'année 1966.

En 1967, Buckpasser continue à empiler les succès mais une nouvelle blessure le contraint à s'absenter plus de quatre mois avant de faire un retour gagnant dans le Metropolitan Mile, sa quinzième victoire consécutive[3]. En juin, il s'essaie pour la première fois sur une piste en gazon et connaît sa première défaite depuis un an. S'il semble un peu moins dominateur, il réalise toujours de superbes performances, mais ne gagne plus à tous les coups. Et pourtant il va devoir se surpasser pour la dernière course de sa carrière, programmer pour le . Ce jour-là en effet, les Woodward Stakes semblent bien être "la course du siècle"[4]. Au départ, trois énormes champions : Buckpasser et deux autres futurs membres du Hall of Fame des courses américaines, les deux chevaux qui lui succèderont au titre de cheval de l'année, le jeune et brillant Damascus, lauréat des Preakness Stakes et des Travers Stakes par pas moins de 22 longueurs, et l'ultra-rapide Dr. Fager. Buckpasser est favori, la course tient toutes ses promesses, mais c'est Damascus qui l'emporte, dix longueurs devant Buckpasser et Dr. Fager (Damascus et Buckpasser étant deux des trois seuls chevaux à avoir battu ce dernier). Pour se donner une idée du niveau de l'épreuve, il suffit de jeter un œil à la listel des 100 meilleurs chevaux de sport hippique américain du XXe siècle établie par le magazine The Blood-Horse : Dr. Fager est classé sixième, Buckpasser quatorzième et Damascus, peut-être un peu sous-estimé, seizième. C'est la dernière sortie en tout cas de Buckpasser, qui sera lui aussi introduit au Hall of Fame, en 1970.

Résumé de carrièreModifier

Date Hippodrome Pays Course Distance Jockey Place Écart Vainqueur ou deuxième
1965, 2 ans
13 mai Aqueduct   États-Unis Maiden 1 100 m B. Baeza 4e / 10 1 ¼ Lonely Gambler
29 mai Aqueduct   États-Unis Maiden 1 000 m B. Baeza 1er / 8 2 Exhibitionist
8 juin Aqueduct   États-Unis Allowance 1 100 m B. Baeza 1er / 9 1 ½ Kentucky Kin
28 juin Aqueduct   États-Unis National Stallion Stakes 1 100 m B. Baeza 1er / 6 dead-heat Hospitality
7 juillet Aqueduct   États-Unis Tremont Stakes 1 100 m B. Baeza 1er / 6 enc. Spring Double
30 juillet Monmouth Park   États-Unis Allowance 1 100 m B. Baeza 1er / 6 7 Model Fool
7 août Monmouth Park   États-Unis Sapling Stakes 1 200 m B. Baeza 1er / 7 1/2 Qiompta
28 août Monmouth Park   États-Unis Hopeful Stakes 1 300 m B. Baeza 1er / 7 2 ½ Impressive
11 septembre Arlington Park   États-Unis Arlington Futurity 1 400 m B. Baeza 1er / 10 1/2 Father's Image
25 septembre Aqueduct   États-Unis Futurity Stakes 1 300 m B. Baeza 2e / 9 1/2 Priceless Gem
10 octobre Aqueduct   États-Unis Champagne Stakes 1 600 m B. Baeza 1er / 9 4 Our Michael
1966, 3 ans
14 février Hilaeah Park   États-Unis Allowance 1 400 m B. Shoemaker 2e / 5 4 ½ Impressive
23 février Hilaeah Park   États-Unis Everglades Stakes 1 800 m B. Shoemaker 1er / 8 tête Stupendous
3 mars Hilaeah Park   États-Unis Flamingo Stakes 1 800 m B. Shoemaker 1er / 9 nez Abe's Hope
4 juin Aqueduct   États-Unis Allowance 1 200 m B. Baeza 1er / 7 2 Tim's Stringry
18 juin Delaware Park   États-Unis Leonard Richard Stakes 1 800 m B. Baeza 1er / 6 3/4 Buffle
25 juin Arlington Park   États-Unis Arlington Classic Handicap 1 600 m B. Baeza 1er / 8 3/4 Creme Dela Creme
9 juillet Arlington Park   États-Unis Chicago Ann Stakes 1 800 m B. Baeza 1er / 5 3/4 Whisper Jet
23 juillet Aqueduct   États-Unis Brooklyn Handicap 2 000 m B. Baeza 1er / 5 tête Buffle
6 août Arlington Park   États-Unis American Derby 1 800 m B. Baeza 1er / 9 enc. Jolly Jet
20 août Saratoga   États-Unis Travers Stakes 2 000 m B. Baeza 1er / 6 3/4 Ambrod
1er octobre Aqueduct   États-Unis Woodward Stakes 2 000 m B. Baeza 1er / 9 3/4 Royal Gunner
19 octobre Aqueduct   États-Unis Lawrence Realization Stakes 2 600 m B. Baeza 1er / 5 2 ½ Ring Twice
29 octobre Aqueduct   États-Unis Jockey Club Gold Cup 3 200 m B. Baeza 1er / 7 1 ¾ Niarkos
31 décembre Santa Anita   États-Unis Malibu Stakes 1 400 m B. Baeza 1er / 9 3/4 Drin
1967, 4 ans
14 janvier Santa Anita   États-Unis San Fernando Stakes 1 800 m B. Baeza 1er / 6 1 ½ Fleet Host
30 mai Aqueduct   États-Unis Metropolitan Handicap 1 600 m B. Baeza 1er / 6 1 ¼ Yonder
17 juin Aqueduct   États-Unis Bowling Green Handicap 2 400 m B. Baeza 3e / 5 4 ½ Poker
4 juillet Aqueduct   États-Unis Suburban Handicap 2 000 m B. Baeza 1er / 7 1/2 Ring Twice
22 juillet Aqueduct   États-Unis Brooklyn Handicap 2 000 m B. Baeza 2e / 5 8 Handsome Boy
30 septembre Aqueduct   États-Unis Woodward Stakes 2 000 m B. Baeza 2e / 6 10 Damascus

Au harasModifier

Syndiqué pour $ 4 800 000 en vue de sa carrière d'étalon, Buckpasser s'avère un excellent reproducteur. Il est notamment le père de deux lauréates de l'Eclipse Award de la meilleure 2 ans de l'année : La Prevoyante (également cheval de l'année au Canada, par une fille de la grande poulinière Natalma) et Numbered Account, future mère de l'étalon Private Account. D'ailleurs c'est surtout en tant que père de mères qu'il va briller, obtenant quatre titres de tête de liste des pères de mères en Amérique du Nord (1983, 1984, 1988, 1989). Ses filles ont ainsi donné dont les membres du Hall of Fame Easy Goer et Slew o' Gold, le champion britannique El Gran Señor ou encore les étalons influents que furent Seeking The Gold, Miswaki et Woodman. Une autre de ses filles, Spring Adieu, issue de Natalma, est la mère de Razyana (par His Majesty), qui a son tour a donné le chef de race Danehill.

Buckpasser s'est éteint relativement jeune, à 15 ans, et repose au cimetière équin de Claiborne Farm.

OriginesModifier

Buckpasser est le joyau de son père, le grand champion et membre du Hall of Fame Tom Fool, cheval de l'année en 1953. Sa mère Busanda, une fille du grand War Admiral, fut une excellente jument, l'une des meilleures de sa génération. C'est une petite fille de La Troienne, une jument-base issue de l'élevage de Marcel Boussac qui a profondément influencé les courses américaines. Notons aussi l'inbreeding sur un autre Français, Teddy, lui aussi grand reproducteur.

PedigreeModifier

Origines de Buckpasser, mâle bai, 1963
Père
Tom Fool
1949
Menow
1935
Pharamond
1925
Phalaris
Sélène
Alcibiades
1927
Supremus
Regal Roman
Gaga
1942
Bull Dog
1927
Teddy
Plucky Liege
Alpoise
1937
Equipoise
Laughing Queen
Mère
Busanda
1947
War Admiral
1934
Man O'War
1917
Fair Play
Mahubah
Brushup
1929
Sweep
Annette K
Businesslike
1939
Blue Larkspur
1926
Black Servant
Blossom Time
La Troienne
1926
Teddy
Helene de Troie (famille 1x)

RéférencesModifier

  1. « Thoroughbred Champions -- Championing the Horse & the Sport », sur web.archive.org, (consulté le )
  2. (en-US) « Buckpasser: 1966 Horse of the YearBuckpasser », sur Spiletta.Com (consulté le )
  3. « Nouvelle victoire du cheval "Buckpasser" » (consulté le )
  4. (en) Melanie Greene, Kentucky Handicap Horse Racing: A History of the Great Weight Carriers, Arcadia Publishing, (ISBN 978-1-62585-002-7, lire en ligne)