Teddy (cheval)

cheval de course Pur-sang

Teddy (1913-1936) est un cheval de course pur-sang anglais, l'un des étalons les plus influents du XXe siècle.

Teddy
Image illustrative de l’article Teddy (cheval)

Père Ajax
Mère Rondeau
Père de mère Bay Ronald
Sexe M
Naissance 1913
Pays de naissance Drapeau de la France France
Mort 1936 (à 23 ans)
Éleveur Edmond Blanc
Propriétaire Jefferson Davis Cohn
Entraîneur Robert Denman
Nombre de courses 8
Nombre de victoires 6 (2 places)
Distinction Tête de liste des étalons en France (1923)
Production Sir Gallahad
La Troienne
Principales victoires Prix des 3 ans

Carrière de courses

modifier

Né et élevé au Haras de Jardy par Edmond Blanc, Teddy est vendu pour une somme modique, 5 400 Francs, à Jefferson Davis Cohn (le filleul de Jefferson Davis, président des États confédérés pendant la guerre civile américaine) et ses associés, qui sont de ces propriétaires américains ayant afflué en Europe à la suite de l'interdiction en 1908 des paris dans certains états, dont celui de New York. Sa carrière de course est largement perturbée par la Première Guerre mondiale qui éclate alors qu'il est yearling. L'Espagne étant neutre dans le conflit, la construction d'un hippodrome à San Sebastián y a été décidée en 1915 pour pallier l'arrêt des courses françaises. Construit à la hâte entre février et juin 1916, il est officiellement inauguré l'année suivante, le 2 juillet, à l'occasion du Gran Premio San Sebastian. C'est dans cette course que Teddy se fait un nom, lui qui a débuté quelques jours plus tôt sur cette même piste. Il enchaîne avec le St Leger et termine troisième de la Copa d'Oro del Rey.

À l'été 1916, les courses reprennent en France, mais sous des conditions drastiques : exclusivement en semaine, le matin, sans entrées payantes, sans public et sans paris[1]. Les hippodromes parisiens étant réquisitionnés, trois hippodromes de province sont choisis : Caen, Moulins dans l'Alier et Mont de Marsan. C'est donc à Moulins que Teddy fait ses débuts français. Débuts victorieux, confirmés par un succès dans le Prix Darney (qui fait office de Prix Lupin), qui font de lui le favori d'un Prix des 3 ans qui fait office de substitut automnal au Prix du Jockey Club. Teddy s'impose sans coup férir, et se voit consacré meilleur 3 ans français, et ce même s'il conclut son année par une défaite dans un Prix de l'Élevage disputé à Mont de Marsan. On ne reverra qu'une fois Teddy en piste, l'année suivante, le temps d'une victoire dans le Prix des Sablonnières à Chantilly. À la suite de quoi il prend le chemin du haras.

Résumé de carrière

modifier
Date Hippodrome Pays Course Distance Jockey Place Vainqueur ou deuxième
1916, 3 ans
Juin San Sebastián   Espagne Maiden R. Stokes 1er
2 juillet San Sebastián   Espagne Gran Premio San Sebastián 2 400 m R. Stokes 1er / 25 Spirt
17 septembre San Sebastián   Espagne St. Leger Espagnol 2 500 m G. Stern 1er / 4
24 septembre San Sebastián   Espagne Copa d'Oro del Rey 2 400 m G. Stern 3e Rabanito
3 octobre Moulins   France Prix Darbonnay 2 200 m G. Stern 1er / 3
5 octobre Moulins   France Prix Darney 2 100 m G. Stern 1er Jus d’Orange
11 octobre Moulins   France Prix des 3 ans 2 400 m G. Stern 1er
31 octobre Mont de Marsan   France Prix de l'Élevage 2 600 m G. Stern 3e Antivari
1917, 4 ans
Juin Chantilly   France Prix des Sablonnières 2 000 m G. Stern 1er La Farina

Au haras

modifier

Teddy devient étalon d'abord au haras de Fitz-James, ensuite au Haras du Bois-Roussel à Alençon, appartenant à son propriétaire. Le seul titre de tête de liste des étalons en France qu'il obtient en 1923 et les 65 "stakes winners" (vainqueurs de courses principales) qu'il engendre ne disent rien de l'immense influence qu'il eut au stud, des deux côtés de l'Atlantique, puisqu'il est importé en 1931 aux États-Unis et installé à Kentmere Farm en Virginie, et même partout dans le monde.

Teddy est présent dans les pedigrees d'une multitudes de champions notamment grâce à trois de ses rejetons français importés aux États-Unis : les grands étalons Sir Gallahad et Bull Dog (tous deux fruits de ses amours avec l'immense poulinière Plucky Liege, avec laquelle il eut sept produits), et la poulinière La Troienne. Parmi ses meilleurs produits, citons :

Teddy meurt en 1936 d'une crise de coliques.

Origines

modifier

Teddy est un fils de l'étalon d'Edmond Blanc Ajax, le premier fils du célèbre Flying Fox à faire la monte. Ajax demeura invaincu tout au long de sa brève carrière (cinq courses), passa par le Prix du Jockey Club et le Grand Prix de Paris. Rondeau, la mère de Teddy, avait coûté 105 000 Francs (soit vingt-et-une fois plus que son fils quelques années plus tard) lors des ventes de Newmarket. Elle avait alors 6 ans et se prévalait d'un joli palmarès bâti notamment dans les meilleurs courses pour 2 ans.

Pedigree

modifier
Origines de Teddy (FR), mâle bai né en 1913
Père
Ajax
b. 1901
Flying Fox
b. 1896
Orme
b. 1889
Ormonde
Angelica
Vampire
br. 1889
Galopin
Irony
Amie
b. 1893
Clamart
ch. 1888
Saumur
Princess Catherine
Alice
b./br. 1887
Wellingtonia
Asta
Mère
Rondeau
b. 1900
Bay Ronald
b. 1893
Hampton
b. 1872
Lord Clifden
Lady Langden
Black Duchess
br. 1886
Galliard
Black Corrie
Doremi
ch. 1894
Bend Or
ch. 1877
Doncaster
Rouge Rose
Lady Emily
b. 1879
Macaroni
May Queen (famille 2-n)[2]

Références

modifier
  1. « Centenaire du Jockey-Club à Moulins (Episode 1) Teddy, la genèse », sur France sire (consulté le )
  2. « Teddy Horse Pedigree », sur www.pedigreequery.com (consulté le )