Boraginaceae

famille de plantes dicotylédones

Les Boraginacées, Borraginacées ou Boragacées (Boraginaceae) forment une famille de plantes dicotylédones.

ÉtymologieModifier

Le nom vient du genre type Borago, du latin burra, « bure ; étoffe grossière en laine ; étoffe à longs poils », et du suffixe latin -ago, « action ou état », en référence aux feuilles très velues de ces plantes. Ce nom remonterait au Moyen Âge[1].

Tournefort, en 1700 nomma la plante Borrago (avec deux « r ») [2]. En 1753 Linné renomma le genre Borago (un seul « r »)[3], cependant en 1947 Fournier persiste à nommer le genre Borrago (Tourn.) L.[1].

DescriptionModifier

Ce sont des arbres, des arbustes, des plantes herbacées et plus rarement des lianes, producteurs d'huiles essentielles, largement répandus autour du monde avec concentration autour du bassin méditerranéen.

Les inflorescences sont toujours des cymes unipares scorpioïdes.

Les fleurs sont généralement colorées en bleu mais la couleur peut varier en fonction du pH du sol (présence d'anthocyanes). Elles ont 5 sépales soudés, 5 pétales soudés, généralement bleus, 5 étamines soudées à la corolle et 2 carpelles soudés.

Les fruits sont des tétrakènes.

On peut citer, pour les genres européens :

ainsi que pour les genres américains :

De nombreuses espèces de cette famille sont des plantes mellifères, fréquentées par les abeilles.

En classification phylogénétique APG III (2009), cette famille n'est pas assignée à un ordre, mais les Boraginacées ont été déplacées à la base des Lamiidées (anglais Astéridées).

La classification phylogénétique APG III (2009) inclut dans cette famille le genre Hoplestigma précédemment placé dans la famille Hoplestigmataceae.

D'après Luebert et al. (2016), la famille devient l'ordre des Boraginales, qui comprend les familles suivantes :

UtilisationsModifier

 
Biosynthèse de la rétronécine, un des alcaloïdes pyrrolizidiniques présent chez cette famille.

Les jeunes feuilles et le sommet des tiges de la Bourrache officinale sont comestibles crues avec un goût rafraîchissant rappelant le concombre. Les feuilles plus vieilles, couvertes de poils rigides, sont consommées cuites. Cette plante est l'un des légumes sauvages les plus consommés dans les pays méditerranéens[4]. La phacélie est une plante mellifère et est intéressante comme engrais vert[5].

De nombreuses espèces de la famille des Boraginacées (Bourrache, Consoudes, Pulmonaire) élaborent des alcaloïdes pyrrolizidiniques potentiellement toxiques pour le foie. Une consommation répétée ou en grande quantité est ainsi à éviter[6].

Liste des sous-famillesModifier

Selon Angiosperm Phylogeny Website (19 mars 2010)[7] :

Liste des genresModifier

Selon NCBI (2 Jul 2010)[8] :

Selon Angiosperm Phylogeny Website (2 Jul 2010)[9] :

Selon DELTA Angio (2 Jul 2010)[10] :

Selon ITIS (2 Jul 2010)[11] :

Notes et référencesModifier

  1. a et b Paul-Victor Fournier, Les quatre flores de la France : Corse comprise (Générale, Alpine, Méditerranéenne, Littorale), Paris, Lechevalier, , 1104 p. (ISBN 978-2-7205-0529-4), p. 748
  2. (la) Pitton de Tournefort, Institutiones rei herbariæ, t. 1, Paris, Imprimerie royale, Joanne Anisson, , 697 p. (lire en ligne), p. 150
  3. (la) Species plantrarum, t. I, , 560 p. (lire en ligne), p. 137
  4. François Couplan, Le régal végétal, éditions Ellebore, , p. 338
  5. A. S. Nuzhdin, Vasiliĭ Petrovich Vinogradov, Les bases de l'apiculture, Apimondia, , p. 56
  6. Michel Botineau, Guide des plantes comestibles de France, Belin, , p. 21.
  7. Angiosperm Phylogeny Website, consulté le 19 mars 2010
  8. NCBI, consulté le 2 Jul 2010
  9. Angiosperm Phylogeny Website, consulté le 2 Jul 2010
  10. DELTA Angio, consulté le 2 Jul 2010
  11. ITIS, consulté le 2 Jul 2010

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier