Bourrache officinale

Borago officinalis

La Bourrache ou Bourrache officinale (Borago officinalis L.) est une espèce de plantes annuelles de la famille des Boraginacées, assez commune en Europe.

Caractéristiques botaniquesModifier

Appareil végétatifModifier

La bourrache est une herbe annuelle à tige cylindrique, épaisse, dressée, de 20 à 60 cm de haut[1].

Les feuilles alternes, à surface ridée, ont un long pétiole quand elles se trouvent à la base de la plante mais les feuilles supérieures en sont dépourvues. Toute la plante est recouverte de poils raides courts et fermes qui la rendent rude au toucher : c'est une caractéristiques de la famille des Boraginacées.

Appareil reproducteurModifier

En climat tempéré, la floraison intervient de mai-juin à août. Dans le Midi de la France, elle fleurit de fin mars à début avril. Les fleurs bleues, blanches et plus rarement roses sont disposées en une cyme recourbée en crosse. Le calice possède cinq sépales, et la corolle possède elle aussi cinq pétales égaux soudés à leur base.

Chaque pétale porte un repli saillant à l'intérieur ; cinq étamines à longues anthères s'insèrent sur la base de la corolle entre les pétales ; leur filet porte en dehors un appendice conique. Le pistil est constitué de deux carpelles soudés ; l'ovaire est creusé de deux loges contenant chacune deux ovules ; le style, au lieu de surmonter les ovaires, se détache de leur base.

Le fruit est formé par quatre akènes, parfois moins, logés au fond du calice persistant.

Distribution et habitatModifier

La bourrache est originaire de l'Europe méridionale et centrale.

Elle est assez commune dans les terrains vagues et sur les décombres des contrées à climat tempéré (plante rudérale), ainsi que comme plante adventice dans les cultures sarclées et les jardins.

CultureModifier

Elle est souvent cultivée dans les jardins et semée au début du mois d'avril directement en planches. Les jardiniers apprécient son effet répulsif sur les limaces[réf. nécessaire].

La bourrache est une excellente plante mellifère.

Propriétés et risquesModifier

Les feuilles sont riches en mucilage (11 %) et en nitrate de potassium et les graines sont riches en acides gras essentiels (acide gamma-linolénique 18-25 %) qui font partie du groupe des oméga-6[2].

La bourrache contient également des alcaloïdes pyrrolizidiniques, aux propriétés hépatotoxiques dangereuses (elles augmentent le risque de tumeurs au foie)[2]. Les feuilles et la tige contiennent de 2 à 8 mg/kg lycopsamine, de 7-acétyl-lycopsamine, d'amabiline, de supinine ainsi que des traces d'intermédine et de son dérivé acétylé[2],[3]. Les fleurs et les graines en contiennent une moindre concentration mais n'en sont pas dépourvues. Les fleurs contiennent de la thésinine. Les graines contiennent de la thésinine et sa forme glucosilée, la thésinine-4'-O-bêta-D-glucoside.

Il est déconseillé de consommer la bourrache, particulièrement de manière régulière et prolongée[n 1],[2].

UtilisationsModifier

 
« Gargouillou » de légumes contenant de la bourrache officinale

Usage culinaireModifier

Les fleurs de bourrache et les jeunes feuilles se consomment traditionnellement à l'état frais (mucilage favorisant le transit intestinal). On l'utilise aussi comme épice[réf. nécessaire].

La plante peut agrémenter des omelettes, des salades et remplacer les légumes accompagnant les viandes. Elle est assez utilisée en Allemagne dans des potages froids, la recette la plus connue utilisant cette plante comme ingrédient étant la « sauce verte » que l’on peut déguster à Francfort.

La fleur sert aussi à agrémenter des desserts car contient un alcaloïde pyrrolizidinique[4], la thésinine, qui donne son goût dans la fabrication de bonbons au miel à base de bourrache[réf. nécessaire]. Le goût des fleurs rappelle la saveur de l'huître, alors que celui des feuilles rappelle la saveur acidulée du concombre[5].

Usage thérapeutiqueModifier

Les avis semblent diverger quelque peu concernant les bienfaits et les dangers de la bourrache.

D'après Bruneton : « Aucune expérimentation pharmacologique ne semble avoir été effectuée sur cette drogue qui jouit d'une réputation (non démontrée) de "sudorifique", d'adoucissant, de diurétique. »[2]. Il poursuit ainsi : « En Allemagne, la Commission E note que l'activité attribuée à la drogue n'est pas documentée et, qu'en conséquence, feuilles et fleurs ne doivent pas être utilisées dans un but thérapeutique. Cette position semble d'autant plus sage que, comme De Smet l'a souligné, la consommation de 4 tasses/jour d'infusion peut apporter jusqu'à 64 μg d'alcaloïdes pyrrolizidiniques : 6 fois plus que la dose maximale tolérée dans le cas de l'infusion de feuilles de tussilage ».

Pour d'autres, il semblerait qu'aucune affection du foie due à la bourrache n'ait été documentée[6], et qu'il n'y aurait pas même d'effets secondaires connus à l'utilisation de l'huile de bourrache[7]. La tige contenant les alcaloïdes de pyrrolizidine toxiques pour le foie n'est plus employée aujourd'hui, mais ces alcaloïdes sont en quantités infinitésimales dans l'huile[7]. Si les feuilles et les fleurs en contiennent également, il n'a jamais été recensé de problème consécutif à leur emploi[8].

Si l'on tient malgré tout à cueillir les fleurs, il faut le faire au début de la floraison (en juin) puis les faire sécher avec précaution, à l'ombre, en couches minces, bien répandues, sous une la chaleur artificielle (de 40 °C maximum).

L'habitude était d'employer la bourrache en mélange de plantes médicinales, généralement en tisane, en laissant infuser 10 à 30 g pour 500 ml d'eau. Mais ces infusions sont toutefois à déconseiller, comme expliqué plus haut, en raison des alcaloïdes pyrrolizidiniques que contient la plante[9].

Par son mucilage, elle est supposée adoucissante, émolliente et expectorante, donc utilisée dans les catarrhes des voies respiratoires, la gastrite, les inflammations des muqueuses. Par la présence du nitrate de potassium, elle est supposée sudoripare et diurétique (augmentant la production de l'urine). Elle aurait également des propriétés intéressantes contre la gueule de bois[10].

Les graines sont également utilisées pour les acides gras oméga-6 qu'elles contiennent. L'huile obtenue par le pressurage des graines est riche en acide gamma-linolénique et en acide linoléique, qui ont une action calmante en usage externe sur les éruptions cutanées et autres dermatoses et eczéma[11] mais aussi sur l'herpès et le vieillissement cutané[8].

Usage tonique ou dopantModifier

À l'époque romaine, les légionnaires étaient parfois dopés avant les batailles avec un vin aromatisé aux fleurs ou feuilles de bourrache[réf. nécessaire].

Au Moyen Âge, la bourrache était considérée comme une plante magique aphrodisiaque car on pensait qu'elle donnait de l'assurance et de la hardiesse dans les entreprises amoureuses. Un rameau de bourrache fleurie devait permettre au séducteur de remporter le succès auprès d'une femme[12].

Certaines populations lemko (montagnards d'Ukraine et de Pologne) utilisaient cette plante pour préparer des potions censées avoir des effets aphrodisiaques. Ces pratiques, interdites sous le régime communiste, sont perpétuées par ce peuple[réf. nécessaire].

NotesModifier

  1. « L'hépatotoxicité et la cancérogénicité des alcaloïdes pyrrolizidiniques conduisent à ne pas recommander les utilisations traditionnelles des feuilles de bourraches » Bruneton,Pharmacognosie, p. 991.

RéférencesModifier

  1. D. Streeter et al., Guide Delachaux des fleurs de France et d'Europe, Delachaux et Niestlé, Paris, 2011, 704 p. (ISBN 978-2-603-01764-7)
  2. a b c d et e Bruneton, J., Pharmacognosie - Phytochimie, plantes médicinales, 4e éd., revue et augmentée, Paris, Tec & Doc - Éditions médicales internationales, , 1288 p. (ISBN 978-2-7430-1188-8)
  3. https://www.quechoisir.org/actualite-kusmi-tea-a-la-camomille-l-infusion-riche-en-substances-nocives-n23921/
  4. dont la non toxicité n'a pas été prouvée
  5. François Couplan, Eva Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, Delachaux et Niestlé, , p. 133
  6. Loïc Girre, Les plantes et les médicaments, l'origine végétale de nos médicaments, Delachaux et Niestlé, 2006 (ISBN 2-603-01377-7)
  7. a et b Dr Jörg grunwald, Christof Jänicke, Le Guide de la phytothérapie, Marabout, 2006 (ISBN 2501-044-88-6)
  8. a et b Gérard Debuigne, François Couplan, Petit Larousse des plantes qui guérissent, 2006 (ISBN 2-03-582256-4)
  9. L'équipe des enseignants du DUMENAT Phytothérapie (faculté de médecine Paris-XIII, Bobigny), Phytothérapie, la santé par les plantes, Sélection du Reader's Digest, coll. Vidal, (ISBN 2709818515)
  10. Site internet du Guardian de New York, consultée le 22 avril 2010 et faisant référence à l'article scientifique : [1]
  11. Dr Jörg grunwald, Christof Jänicke, Le Guide de la phytothérapie, Marabout, 2006 (ISBN 2501-044-88-6)
  12. Guide de visite, les plantes magiques, du jardin des neuf carrés de l'abbaye de Royaumont

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • François Couplan, Eva Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, Les guides du naturaliste, Delachaux et Niestlé (ISBN 2-603-00952-4)
  • Bernard Bertrand, La bourrache. Une étoile au jardin !, 2003, Terran (éditions de), (ISBN 2-913288-33-2).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier