Ouvrir le menu principal

Bonnet (Meuse)

commune française du département de la Meuse
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnet.

Bonnet
Bonnet (Meuse)
Le cimetière et l'Hôtel de ville depuis l'église.
Blason de Bonnet
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Canton Ligny-en-Barrois
Intercommunalité CC des Portes de Meuse
Maire
Mandat
Philippe André
2014-2020
Code postal 55130
Code commune 55059
Démographie
Population
municipale
205 hab. (2016 en diminution de 3,3 % par rapport à 2011)
Densité 7,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 23″ nord, 5° 26′ 18″ est
Altitude Min. 292 m
Max. 408 m
Superficie 29,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Bonnet

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Bonnet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonnet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonnet

Bonnet est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

GéographieModifier

Bonnet est sur la route de Nancy à Orléans, à mi-chemin entre Vaucouleurs sur la Meuse et Joinville sur la Marne.

ToponymieModifier

HistoireModifier

Histoire chrétienneModifier

Sa célébrité lui vient de son antique église qui abrite le tombeau de saint Florentin.

Saint Florentin fit partie de la pléiade d'ascètes qui au VIIe siècle émigra des îles Britanniques sur le continent pour y chercher la perfection chrétienne.

Fils d'un roi d'Écosse, saint Florentin se voit un jour proposer par son père d'être associé au trône. Mû par une aspiration d'En-Haut, il s'enfuit durant la nuit. Trente chevaliers sont envoyés à sa poursuite mais saint Florentin foule aux pieds la couronne qu'ils présentent et les convertit à son propre idéal.

Franchissant alors la mer, dit la légende, sur une immense croix de bois apportée par un ange, les fugitifs abordent la France. « Il nous faut départir (séparer) et Dieu servir », leur dit leur chef. Et les quittant il arrive par monts et par vaux aux confins de l'Austrasie et de la Bourgogne, à Bonnet. Cachant son titre et son nom, il se loue, par humilité, aux gens du lieu comme porcher.

Durant trente deux ans, saint Florentin mènera une vie abjecte, en butte aux méchancetés de ceux qui lui reprocheront de négliger son troupeau pour la prière, mais vengé par les miracles qui disent son application au devoir d'état et vénéré par les humbles qu'il réconforte et guérit.

Vint un jour ou Satan résolu de l'éprouver. Florentin avait un cœur et se souvenait des siens, de son pays, dont volontairement il restait sans nouvelles. Le démon, sous les traits d'une fille de roi se présente à lui, lui dit qui il est, lui parle de son Écosse lointaine et lui propose, en même temps que l'anneau du mariage, d'y retourner enfin.

Trois jours durant, le pâtre lutta contre les séductions de la jeune fille et contre ses propres souvenirs. À la fin pour chasser l'obsession, il leva la massue qui lui servait à diriger les bêtes et frappa la prétendue princesse. aussitôt celle-ci quitta ses traits d'emprunt et Florentin reconnut le diable. Épuisé, il s'endormit sur place. À son réveil une source coulait à l'endroit où il avait fiché sa massue. C'est encore aujourd'hui la fontaine vénérée de Saint-Florentin où nombre de malades furent jadis guéris.

Averti par un ange que le terme de sa vie approchait, saint Florentin fit venir le curé, lui révéla sa royale origine et demanda qu'après sa mort son corps, déposé sur un char attelé de deux taureaux rouges, soit enterré au lieu ou s'arrêteront ces animaux.

Moyen ÂgeModifier

Entouré bientôt de la vénération populaire, le tombeau de saint Florentin donna naissance à l'église. En 960, saint Gérard, évêque de Toul, développa le culte de saint Florentin et aux XIIe et XIVe siècles, il fallut agrandir l'église en raison de l'affluence des pèlerins venant de toute l'Europe. Les aliénés, les nerveux y imploraient leur guérison. Sous Louis XIV, un soldat, victime de la guerre, y recouvra l'usage de ses membres. Au XVIe siècle, la ville de Bar-le-Duc payait volontiers le pèlerinage à Bonnet aux aliénés qui dépendaient d'elle. De tout temps, saint Florentin fut invoqué contre les diverses formes de crainte en raison de la peur que lui causa Satan.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 mars 2014 Jean-Pierre Remmele DVD  
mars 2014 En cours Philippe André    

Politique environnementaleModifier

Projet de site de stockage des déchets nucléairesModifier

À la suite de l'adoption en 2006 par le parlement d'une loi sur les déchets nucléaires promulguant l'enfouissement comme solution de référence, l'ANDRA propose au gouvernement d'effectuer des études complémentaires sur une zone de 28 km2, dont la commune de Bonnet fait partie, en vue de créer éventuellement par la suite un centre d'enfouissement dans une zone de 200 km2 autour de Bure.

Le 20 janvier 2010, le conseil municipal prend une délibération contre l'enfouissement des déchets radioactifs HAVL et MAVL dans le sous-sol de la commune par principe de précaution, puis émet le 22 décembre 2010 un avis défavorable à la poursuite des travaux menés dans le laboratoire de recherche souterrain exploité par l'ANDRA à Bure lors de la demande de renouvellement de l'autorisation d'exploiter déposée pour la période 2012-2030. Il propose que ce laboratoire devienne une « très grande infrastructure » ouverte à d'autres thématiques de recherche scientifique.

Au premier tour de l'élection présidentielle de 2017, cependant, les électeurs, comme ceux des communes voisines, choisissent en majorité des candidats n'ayant pas mis à leur programme l'arrêt du projet Cigéo et la fermeture du laboratoire[1].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2016, la commune comptait 205 habitants[Note 1], en diminution de 3,3 % par rapport à 2011 (Meuse : -2,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
546584589539578570590574579
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
518529516500472506497491461
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
471454418401364349341315285
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
290276243245236198213215217
2013 2016 - - - - - - -
207205-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Église Saint FlorentinModifier

L'église de Bonnet est classée monument historique depuis 1909.

Les principaux épisodes de la vie de saint Florentin sont évoqués dans une suite de 19 peintures murales (classées M.H. 1907). Une inscription sur le dernier panneau rajouté lors de la restauration de 1876, reprend un cartouche ancien, donnant la date de 1500 et le nom du révérend père Mathieu, sans qu'on puisse savoir s'il s'agit de la date d'exécution et du nom du peintre.

Le tombeau de saint Florentin (le gisant, classé M.H. 1907) se trouve à la croisée du transept et date de la fin du XVIe siècle. Lors des pèlerinages, on faisait passer les malades entre les cinq piliers qui supportent le gisant du Saint.

Autres curiositésModifier

 
Éoliennes entre Mandres-en-Barrois et Bonnet.
  • Une typique allée des tilleuls qui mène à la fontaine de Saint-Florentin et à l'aire de détente (extrémité du village, direction Joinville).
  • La mairie-école (1852), édifice le plus architecturé du canton.
  • L'égayoir, bassin semi-circulaire à pente douce dans lequel on baignait les chevaux (extrémité du village, direction Gondrecourt-le-Chateau).
  • Le verger conservatoire (mémoire des vergers locaux), les fontaines, lavoirs, châteaux, maisons de caractère et l'ancien presbytère à découvrir en se baladant dans le village. Vue panoramique des parcs éoliens installés sur la commune en se rendant près de la « croix du moulin à vent ».

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason D'azur à la quinte feuille d'argent au bouton d'or, accostée de deux pointes de flèches du même et soutenue par un agneau pascal d'argent à la tête contournée tenant une croix d'or.
Détails
La quintefeuille, fleur d'un arbre fruitier, évoque Florentin (florens) et ainsi saint Florentin patron de la paroisse. Les pointes de flèches représentent les éléments défensifs de l'église fortifiée. L'agneau pascal est celui de l'abbaye Saint-Jean-Baptiste de Laon dont dépendait le prieuré de Richemont fondé à Bonnet.
Armoiries composées par R.A. Louis et adoptées par la commune le 17 avril 2013.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Sur 147 suffrages exprimés, 22 se sont portés sur J.-L. Mélenchon, B. Hamon et Ph. Poutou
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Notice no PA00106500, base Mérimée, ministère français de la Culture