Belle Poule (1765)

frégate française lancée en 1765

Belle Poule
Image illustrative de l’article Belle Poule (1765)
Combat de la Belle Poule et de l’Arethusa.
Autres noms HMS Belle Poule
Type frégate
Histoire
A servi dans Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Quille posée
Lancement
Armé 1767
Équipage
Équipage 268 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 43 mètres
Maître-bau 11,2 mètres
Tirant d'eau 4,9 mètres
Tonnage 1 150 tonnes
Propulsion voile
Caractéristiques militaires
Armement 30 ou 32 canons

La Belle Poule est un navire de guerre français en service de 1765 à 1780. C'est une frégate de 12 (c'est-à-dire avec des canons de 12 livres), de la classe Dédaigneuse. Elle porte 26 canons. Elle est la première à avoir porté le nom de Belle Poule.

ConstructionModifier

La frégate la Belle Poule est construite entre mars 1765 et début 1767 à Bordeaux, d'après les plans de l'ingénieur Léon Guignace. La coque est longue de 43 mètres, déplaçant 650 tonneaux. Le seul coût des décorations, dues à Martial Cessy, sculpteur réputé pour le buffet d'orgue de la Basilique Saint-Michel de Bordeaux, s'élève à 850 livres.

CarrièreModifier

Campagnes en Amérique et aux IndesModifier

En 1768, elle fait deux croisières aux Antilles.

En 1772, la Belle Poule est désigné pour une campagne hydrographique dans l'océan Indien sous le commandement du chevalier de Grenier (un des officiers du bord est le comte de La Pérouse). Le but est de trouver la route la plus courte possible entre les Mascareignes et les comptoirs français des Indes.

Pour améliorer sa vitesse avant de l'envoyer dans les mers chaudes, elle est le premier navire de guerre français à être doublé en cuivre, en 1772. Elle rentre à Brest le .

Préludes de la guerre d'indépendance des États-UnisModifier

Juste avant le déclenchement officiel de la guerre d'indépendance des États-Unis, les tensions sont vives entre la Royal Navy britannique et la Marine royale française.

Le , un vaisseau anglais prend en chasse la Belle Poule au large de Groix, comme si elle était un corsaire américain camouflé sous pavillon français. La frégate s'enfuit jusqu'à Brest.

En décembre 1777, elle est désignée pour ramener aux États-Unis Silas Deane, envoyé par Benjamin Franklin, avec le Traité d'alliance franco-américain et le Traité d'Amitié et de Commerce franco-américain[réf. souhaitée]. Mais la frégate est interceptée par les vaisseaux britanniques HMS Hector et Courageux (deux vaisseaux de 74 canons) qui demandent à visiter la frégate, la croyant américaine. Le capitaine français, Charles de Bernard de Marigny, répond :

« Je suis la Belle Poule, frégate du Roi de France ; je viens de la mer et je vais à la mer. Les bâtiments du Roi, mon maître, ne se laissent jamais visiter. »

Les Britanniques s'excusent et libèrent la frégate sans la fouiller.

En 1778, elle reconduit Benjamin Franklin en Amérique[1]

Combat de la Belle Poule et de l’ArethusaModifier

A son retour d'Amérique et sous le commandement de Jean-Isaac Chadeau de la Clochèterie, elle affronte le au soir, pendant quatre heures, entre Plouescat et le cap Lizard, la frégate britannique HMS Arethusa (de 32 canons). Les officiers présents à bord aux côtés de Jean-Isaac Chadeau de la Clocheterie sont Louis-Charles-Amable Gréen de Saint-Marceau, lieutenant de vaisseau, Pierre Bouvet de Maisonneuve, officier auxiliaire, François-Yves de la Roche Kerandraon et Gabriel de Capellis, enseignes, messieurs de Bastrat et de la Galernerie, Gardes Marines, ainsi que messieurs Damard, Séhire et Rouillard, officiers auxiliaires[2]. La frégate la Licorne et le lougre le Coureur doivent amener leur pavillon[1]. Le commandant en second Gréen de Saint-Marceau est tué. Il y a 30 morts et une centaine de blessés côté français, mais l’Arethusa perd un mât et doit s'échapper sous la protection de la flotte britannique. A Brest, où la frégate doit radouber à la suite de ce premier engagement de la guerre d'Amérique, l’accueil est enthousiaste. C'est en effet la première victoire française sur mer depuis 1756 [1].

Ce combat est le casus belli du roi Louis XVI de France pour déclarer la guerre à son cousin le roi George III du Royaume-Uni. Cet affrontement est aussi connu pour avoir déclenché une vague patriotique et belliciste à Versailles et Paris, marqué par la décoration de la Clochèterie par le Roi et par la mode des coiffures à la Belle Poule (représentant la frégate, voiles et cordages en cheveux laqués compris).


Service dans la Royal NavyModifier

 
Modèle réduit, par Arthur Molle

Le , le HMS Nonsuch (de 64 canons) la prend en chasse au large de l'île d'Yeu ; le capitaine français, le chevalier Raymond-Marie Kergariou de Coatlès[3], est tué et la frégate se rend. La Belle Poule est intégrée à la Royal Navy en février 1781, tout en conservant son nom d'origine. Le 17 avril, en compagnie du Berwick, elle capture le bâtiment corsaire Callonne, sous le commandement de Luke Ryan[4]. La Calonne n'était sortie des chantiers navals que depuis deux ans, était une meilleure marcheuse et était équipée pour un voyage de trois mois et un équipage de 200 hommes. Elle était armée de 22 canons de 9 livres, six canons de 4 livres et six carronades de 12 livres[5]. Le 5 août, commandée par Philip Patton, elle participe à la bataille du Dogger Bank contre une flotte hollandaise commandée par le contre-amiral Johan Zoutman.

Désarmée en 1798, elle est démolie à Chatham en 1808.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Michel Vergé-Franceschi (sous la direction de), Dictionnaire d'Histoire maritime, Bouquins, Robert Laffont, , "Belle Poule", t. 1, p. 195
  2. Thomas-Jacques de Goislard de Villebresme, Souvenirs du chevalier de Villebresme : Mousquetaire de la Garde du Roi, 1772-1816, Éditions Laville, coll. « "Aventures et histoire" », , 187 p. (ISBN 979-10-90134-11-9), p. 24
  3. Taillemite 2002, p. 274.
  4. (en) The London Gazette, no 12262, p. 4, 15 janvier 1782.
  5. (en) The London Gazette, no 12192, p. 4, 29 mai 1781.

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :