Ouvrir le menu principal

Bateau-Lavoir

cité d'artistes à Montmartre

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bateau-lavoir (homonymie).

Le Bateau-Lavoir est une cité d'artistes située dans le 18e arrondissement de Paris (France), au 13 de la place Émile-Goudeau. Établie sur la butte Montmartre, dans le quartier de Clignancourt, elle est connue pour avoir été, depuis 1904, un lieu de résidence et de réunion de nombreux artistes peintres, mais aussi de gens de lettres, de gens de théâtre et de marchands d'art.

Un incendie l'ayant gravement endommagée en mai 1970 (il n'en reste alors que la façade), elle est entièrement reconstruite à l’identique en 1978, mais cette fois en béton. Elle comporte toujours sur sa façade arrière, visibles depuis le jardin Burq, vingt-cinq ateliers vitrés qui contribuent à maintenir la notoriété du lieu.

Sommaire

HistoriqueModifier

 
Plaque en cuivre ornant la porte d'entrée.

Au numéro 13, de la place Émile-Goudeau (autrefois place Ravignan), une maison remplace vers 1860 la guinguette du Poirier-sans-Pareil, qui avait dû fermer vers 1830 à la suite d'un affaissement de terrain. Construite en grande partie en brique et en bois sur le flanc d'une carrière éboulée, sa façade avant ne comporte aucun étage mais correspond au deuxième étage de sa façade arrière, la dénivellation de terrain commandant la distribution intérieure originale[1]. En 1889, le propriétaire fait appel à un architecte pour la transformer en ateliers d'artistes dont la majorité donne sur l'arrière. Avant de prendre le surnom de « Bateau-Lavoir », on l'appelait la « Maison du Trappeur ».

Le premier artiste à s'y installer en 1892 est le peintre Maxime Maufra, de retour d'un séjour en Bretagne. L'endroit devient rapidement un lieu de rencontre, où l'on remarque notamment la présence de Paul Gauguin. Entre 1900 et 1904, l'endroit est occupé par deux groupes d'artistes, des Italiens dont le plus célèbre est Ardengo Soffici, et des Espagnols regroupés autour de Paco Durrio.

Pablo Picasso arrive en 1904 (il y demeurera jusqu'en 1909 et y gardera un atelier jusqu'en 1912). Sa période bleue étant terminée, il y entame les tableaux de la période rose, qui prend fin en 1907. En 1907, sa toile Les Demoiselles d'Avignon y est dévoilée, marquant le début du cubisme. À cette époque, les habitants de la maison sont Kees van Dongen, Juan Gris, Constantin Brancusi, Amedeo Modigliani, Pierre Mac Orlan, Max Jacob[2]. En 1908, le Douanier Rousseau y est accueilli par un mémorable banquet.

La maison est compartimentée en petits logements d'une pièce, répartis de chaque côté d'un couloir rappelant les coursives d'un paquebot. Ce serait l'origine du nom de « Bateau ». Pour « Lavoir », ce nom lui aurait été donné par Max Jacob, par ironie, la maison ne comportant qu'un unique poste d'eau.

À partir de la Première Guerre mondiale, le Bateau-Lavoir perd de son animation au profit de Montparnasse et de La Ruche, son équivalent de la rive gauche. La maison fut aussi surnommée la « Villa Médicis de la peinture moderne » (par analogie avec la villa Médicis à Rome).

En 1970, le Bateau-Lavoir est dévasté par un incendie. Reconstruit à l'identique en 1978 par l’architecte Claude Charpentier, mais cette fois en béton, il comporte à nouveau 25 ateliers d'artistes[3],[4]. La partie non incendiée fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 31 mai 1965[5].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées au siteModifier

SourcesModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Les ateliers vitrés de la façade arrière sont visibles depuis le jardin Burq, accessible au 14, rue Burq.
  2. « Blaise Cendrars sur les traces d'Amédéo Modigliani à Montmartre » [vidéo], sur ina.fr, tournée le 17 décembre 1953, durée 10 min 12 s : Blaise Cendrars visite le Bateau-Lavoir et évoque ses souvenirs de Montmartre.
  3. Le Bateau-Lavoir, Montmartre-Guide.com.
  4. Le Bateau-Lavoir, Franck Beaumont, 11 mars 2013, Evous.com.
  5. Notice no PA00086734, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. Le Bateau-Lavoir, Routard.com.

Sur les autres projets Wikimedia :