Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bataille de Bourges.

La bataille de Bourges , qui a lieu les et , est un évènement du raid dévastateur d'Édouard, prince de Galles, plus connu sous le nom de Prince noir, fils aîné du Édouard III, roi d'Angleterre, sur le sol français qui se terminera par la bataille de Poitiers.

Sommaire

PréambuleModifier

Le le Prince noir quitte Bordeaux pour effectuer une chevauchée destinée à mettre à feu et à sang le territoire Français.
Arrivé à Bergerac, le Prince noir divise son armée en deux parties qui prennent des directions différentes :

Les Anglais, après avoir chevauchés en ardant et pillant tout les pays qui se trouvait devant eux, arrivèrent en vue de la cité de Bourges ou l'archevêque Roger le Fort organisa la défense la ville.

DéroulementModifier

Les Anglais s'enhardirent et s’approchèrent si près de la ville qu’ils brûlèrent les faubourgs d'Auron situés sur la route d'Issoudun[2].

Dans ses chroniques, Jean Froissart, indique que les Berruyers firent une sortie et qu'il y eut « grand'escarmouche à l'une des portes »[3], que les historiens supposent être la porte d'Auron donnant sur le faubourg d'Auron.

Froissart indique que durant ce combat se distinguèrent deux chevaliers envoyés de par le roi de France : Guy de Damas sire de Cousan[4] et Hutin de Vermeilles[5] et ajoute qu'il« y eut ce jour, et l’escarmouche durant, faites maintes belles appertises d’armes »[3].

Devant l’acharnement des Berruyers, les Anglais n’insistèrent pas, passèrent outre et continuèrent leur chevauchée jusque Issoudun, en Berry, ou ils « assaillirent fortement et roidement » le château fort qu'ils ne purent prendre, en raison de la forte résistance des gentilshommes qui le défendaient[3].

A l’emplacement de ce combat fut élevé une croix, la « Croix Moult Joie » (Croix Forte Joie), ou il est inscrit : « Croix érigée en souvenir de la victoire remportée sur les anglais par les habitants de Bourges en 1356 »[6]. Cette croix fut détruite et reconstruite plusieurs fois[7]

ConséquencesModifier

Les godons continuèrent leurs ravages en prenant le chemin de Vierzon, qui était alors une grosse ville faiblement fortifiée mais avec un bon châtel. La population ayant fuit, il ne restait que peu de gens pour la défendre. La ville fut prise par force, les Anglais y trouvant vins et vivres en quantité, y demeurèrent trois jours avant de prendre le château et d'occire la plus grande partie des défenseurs et de prendre la route de Romorantin.

RéférencesModifier

  1. On ne trouve aucun écrit concernant cette colonne et son itinéraire. On sait seulement que cette colonne a suivi une route beaucoup plus à l'est.
  2. Histoire de Bourges 17. La bataille de Bourges [1356]
  3. a b et c Les Chroniques de Sire Jean Froissart/Livre I, Partie II/Chapitre XXIV
  4. Appelé sire de Gousan par Froissart
  5. Hutin de Vermeilles était chambellan du roi et marié à Marguerite de Bourbon, troisième fille de Louis Ier de Bourbon
  6. CROIX MOULT JOIE DE BOURGES
  7. Francis Bar : Montjoie et Moultjoie

Articles connexesModifier

BibliographieModifier