Ouvrir le menu principal

BR Engineering BR01

BR01
BR Engineering BR01
La BR01 aux 24 Heures du Mans 2015.

Marque Drapeau : Russie BR Engineering
Années de production 2015 - 2016
Classe Sport-Prototype
Moteur et transmission
Moteur(s) V8 Nissan
Cylindrée 4500 cm3
Puissance maximale 520 ch
Poids et performances
Poids à vide 900 kg
Vitesse maximale 310 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Barquette de course LMP
Dimensions
Longueur 4650 mm
Empattement 2925 mm
Voies  AV/AR 975 mm  / 750 mm

La BR Engineering BR01 est une barquette de course de la catégorie LMP2 construite par BR Engineering[1]. Son lancement date de 2015.

ConceptionModifier

Le carter de boîte de vitesses est conçu par BR Engineering. En revanche, les roues et les pignons sont conçus par Hewland. La carrosserie est quant à elle fabriquée chez ARS Tech en Italie[2].

HistoireModifier

2015Modifier

La première apparition du prototype a lieu lors des 4 Heures d'Imola. En effet, la BR Engineering BR01 est engagée pour un programme complet dans l'European Le Mans Series 2015.

La BR Engineering BR01 compte aussi des participations au championnat du monde d'endurance FIA 2015. Ainsi, deux prototypes sont engagés pour les 24 Heures du Mans 2015 et un prototype est engagé pour les 6 Heures de Bahreïn 2015, dernière manche de la saison.

En 2015, seule l'équipe SMP Racing engage le prototype, que ce soit en European Le Mans Series ou dans le championnat du monde d'endurance FIA.

2016Modifier

La BR Engineering BR01, toujours par l'intermédiaire du SMP Racing, est engagée pour les 24 Heures de Daytona.

Il est prévu que deux prototypes soient utilisés pour l’ensemble des épreuves comptant pour le championnat du monde d'endurance FIA 2016, toujours en collaboration avec le SMP Racing.

PalmarèsModifier

Aucun résultat notable n'est à répertorier à ce jour pour la BR Engineering BR01.

Notes et référencesModifier

  1. « Un point avec Paolo Catone sur la BR01 développée par BR Engineering », sur www.endurance-info.com (consulté le 24 février 2016)
  2. Jean-Marc Teissedre, « Quand la Russie s'éveille », Auto Hebdo, no 2012,‎ , p. 84-90

Lien externeModifier